Le point sur la nouvelle Russie de Poutine : espionnage US, mouvements anti-gays, défense des chrétiens, etc…

Un point s’avère nécessaire sur la nouvelle Russie de Poutine : espionnage US, mouvements anti-gays, défense des chrétiens, inauguration du musée Juif de la Shoah à Moscou par Shimon Peres, …etc.  Le TSAR POUTINE est surprenant et nous surprend effectivement…

La Russie sera-t-elle bénie pour ses prises de positions courageuses et à contre courant du politiquement correct international ? Dans l’immédiat, éloignons-nous des clichés occidentaux…

Question à se poser en urgence : POUTINE est-il plus proche de NOS valeurs que nos propres dirigeants ?

A chacun de répondre. Attention ! Derrière chaque figure “sympathique” a priori, peut se cacher un “surhomme” futur ennemi d’Israël et de ses alliés. Prudence donc…mais suivons avec intérêt la dynamique.

loi antigay russie

Loi anti-gay en Russie : les députés russes vont débattre de retirer leurs droits parentaux aux homosexuels

Le HuffPost/AFP |                                                                                     Publication: 09/10/2013 19h25 CEST  |  Mis à jour: 09/10/2013 19h25 CEST

loi antigay russie

Russie : débats autour d’une loi pour retirer leurs droits parentaux aux homosexuels

RUSSIE – Les députés russes se préparent à débattre dès février d’une nouvelle loi anti-gay qui retirera leurs droits parentaux aux homosexuels en raison de leur orientation, selon le programme de débats publié mercredi 9 octobre. Les débats sur le projet se dérouleront en même temps que les Jeux Olympiques d’hiver en février prochain à Sotchi (sud) déjà critiqués à cause de la législation russe anti-gay.

Le projet de loi, disponible sur le site de la Douma (chambre basse du Parlement russe), prévoit de retirer ses enfants à tout parent ayant “des relations sexuelles non traditionnelles”. Une loi précédente sur la “propagande” homosexuelle devant mineur, signée en juin par le président Vladimir Poutine, a déjà provoqué une controverse, avec des appels au boycott des jeux Olympiques de plusieurs personnalités internationales.

Une étude controversée à l’origine de la loi

L’auteur du nouveau texte, le député Alexeï Jouravlev du parti au pouvoir Russie Unie, a expliqué s’appuyer sur une étude controversée du professeur américain conservateur Mark Regnerus, sur les conséquences négatives de l’homoparentalité pour les enfants. Le mois dernier, quand le nouveau projet de loi russe avait été évoqué, Mark Regnerus a cependant dénoncé “un projet politique” qui nuira à l’enfant, dans un article pour le site web d’information américain The Atlantic Wire.

Ces dernières années, l’intolérance envers les gays s’est renforcée en Russie, où l’homosexualité était considérée comme un crime jusqu’en 1993 et comme une maladie mentale jusqu’en 1999.

**************************************************************************************************************************

Homosexualité : la Russie adopte des mesures anti-gays

Les députés russes ont adopté mardi deux lois  punissant tout acte de “propagande” homosexuelle devant mineur et réprimant les  “offenses aux sentiments religieux”.

Durcissement de la loi

Publié le 12 juin 2013

Des militants LGBT ont manifesté contre l'adoption d'une loi punissant "la propagande homosexuelle" en RussieDes militants LGBT ont manifesté contre l’adoption  d’une loi punissant “la propagande homosexuelle” en Russie Crédit  REUTERS/Maxim Shemetov

C’est un véritable tour de vis. En Russie, les homosexuels  sont mis au ban. Ce n’est pas une nouveauté. Mais une loi, entérinée ce mardi,  va encore plus loin dans la répression. Les députés russes ont  adopté deux lois punissant tout acte de “propagande” homosexuelle devant mineur  et réprimant les “offenses aux sentiments religieux”. Ainsi, le texte contre la  propagande gay a été adoptée à la Douma en troisième et dernière lecture par 436  députés. Un seul s’est abstenu et aucun n’a voté contre. Déjà au mois  de janvier, les députés avaient débattu. A cette époque, le terme  “homosexualité” avait été remplacé par “relations sexuelles  non-traditionnelles”. De quoi faire enrager les militants des droits de l’homme.  “Quels que soient les termes employés dans la loi, il n’en reste pas moins  qu’il s’agit de discrimination et de violation des droits” des LGBT  (Lesbiennes, Gay, Bi et Trans), a dénoncé l’ONG Human Rights Watch, dans un  communiqué.

En introduction des débats, tout était déjà clairement exposé  : “Les relations sexuelles traditionnelles sont des relations entre  un homme et une femme“, avait déclaré en introduction des débats  mardi Elena Mizoulina, députée du parti Russie Juste (centre-gauche) et coauteur  du texte. “Ces relations ont besoin d’être protégées par le  gouvernement“, a-t-elle ajouté. Selon la loi, une personne physique  risque de 4 000 à 5 000 roubles d’amende (100-125 euros), une personne  dépositaire de l’autorité publique de 40 000 à 50 000 roubles (1 000-1 250  euros) et une entité juridique de 800 000 à un million de roubles (19 000-23 500  euros).

Une aggravation des sanctions est prévue en  cas de propagande sur Internet. De plus, les étrangers risquent aussi une amende  pouvant aller jusqu’à 100 000 roubles, et pourront en outre être détenus 15  jours et expulsés. Le délégué du Kremlin pour les droits de l’homme Vladimir  Loukine a dit mardi craindre la façon dont sera appliquée la loi. “Si elle  est appliquée avec sévérité et sans discernement, cela peut faire des victimes  et aboutir à des tragédies humaines“, a-t-il déclaré, cité par l’agence  Interfax. Les députés russes ont aussi adopté une loi réprimant les  “offenses aux sentiments religieux des croyants” par une peine pouvant aller  jusqu’à trois ans de prison, par 308 voix pour et deux contre. Le texte  a été élaboré à la suite de l’affaire des Pussy Riot, un groupe contestataire  dont deux membres purgent une peine de deux ans de camp pour avoir chanté une  prière anti-Poutine dans la cathédrale de Moscou.

Pour rappel, en Russie, l’homosexualité a été considérée  comme un crime sous l’ère soviétique et ce jusqu’en 1993. Elle était encore  considérée comme une maladie mentale jusqu’en 1999. Ainsi, cette nouvelle mesure  semble être soutenue par la population. En effet, selon un sondage de  l’institut Vtsiom, 88% des Russes soutiennent l’interdiction de la propagande  homosexuelle. Par ailleurs, 54% des Russes pensent qu’il faut punir  l’homosexualité.

Read more at http://www.atlantico.fr/pepites/homosexualite-russie-adopte-mesures-anti-gays-754495.html#Us8ZyFVehLFvYE59.99

****************************************************************************************************************

International

Edward Snowden a trouvé un travail en Russie et joue au touriste à Moscou

Selon son avocat l’ex-consultant de l’Agence de sécurité américaine va s’occuper dès ce vendredi de la maintenance d’un grand site Internet privé russe. En attendant, une photo le montre en touriste détendu sur la Moscova

Casquette beige sur la tête, habillé d’un polo rouge, arborant un bouc, sans lunette et semblant faire du tourisme en bonne compagnie sur la Moskova …  la dernière photo en date d’Edward Snowden , l’ex-consultant du renseignement américain réfugié en Russie, semble montrer un homme plutôt détendu. Il est vrai que selon non seulement  il a trouvé refuge en Russie mais de plus, selon son avocat, l’homme le plus recherché par les Etats-Unis a trouvé depuis cette photo un travail. Et il commencerait dès demain.

« Edward Snowden sera employé à partir du 1er novembre. Il sera chargé de la maintenance d’un des plus grands sites internet russes privé. Pour des raisons de sécurité, je m’abstiendrai de préciser le nom de la ressource », a en effet déclaré Anatoli Koutcherena aux agences russes, refusant d’en dire plus pour des « raisons de sécurité ».

Une photo à 2.300 euros

Des propos tenus alors que ce même jour, le site russe Lifenews publiait une nouvelle photo d’Edward Snowden qui n’est pas réapparu publiquement depuis le mois d’août. Une photo qui risque de susciter des vocations de paparazzi en herbe puisque le site russe indique avoir payé cette photo quelques 2.300 euros (100.000 roubles) à quelqu’un qui l’aurait prise en septembre dernier et l’aurait envoyé via son smartphone.

Pour Lifenews, qui entretient des contacts étroits avec les forces de l’ordre, cette photographie prouve qu’Edward Snowden « soit vit à Moscou, soit se rend régulièrement à Moscou.

En tout état de cause, si son avocat n’a pas révélé le lieu ou vit Edward Snowden , il a cependant indiqué que l’ancien consultant s’intéressait à la culture russe, avait visité le musée du Kremlin et continuait à apprendre le russe. Il avait commencé lors de son séjour forcé dans la zone de transit de l’aéroport Cheremetievo de Moscou. Il est resté évasif sur un éventuel projet d’achat d’un logement.

Snowden vit en Russie sous la loi russe, et ne peut aller nulle part à l’étranger

Reste désormais à savoir qui est le prochain employeur d’Edward Snowden. Récemment, Pavel Dourov, le patron de VKontakte, réseau social souvent décrit comme le « Facebook russe », avait proposé à l’Américain de travailler pour son site. Par contre, les groupes Mail.ru et Yandex ont pour leur part indiqué aux agences russes ne pas avoir mené de discussions avec le jeune homme.

En tout état de cause, l’ex-consultant semble bien décidé à ne plus quitter la Russie. « Snowden vit en Russie sous la loi russe, il ne peut aller nulle part à l’étranger sous peine de perdre son statut actuel. Par ailleurs, tant qu’il est en Russie, il a accepté de ne divulguer aucune information secrète », a déclaré Anatoli Koutcherena, cité par l’agence Interfax.

Ecartant aussi la possibilité que son client réponde aux questions de services secrets étrangers sur le système d’espionnage par les Etats-Unis de leurs alliés, qui suscite une vive controverse dans le monde. Ni aux députés allemands qui veulent entendre l’ancien consultant après les révélations concernant l’espionnage de nombreuses personnalités y compris la chancelière, Angela Merkel.

************************************************************************************************************************

Inauguration du musée juif de Moscou

Jeudi, le président Shimon Peres a inauguré à Moscou avec  le Ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, le Musée Juif Russe.

Ce musée retrace l’histoire des juifs en Russie de l’époque tsariste à aujourd’hui

en passant par les assassinats staliniens et la Shoah.

 

La conception de ce musée qui est aujourd’hui le plus grand musée juif du monde a été confiée au cabinet d’architecture GraftLab, ainsi défini par le magazine Art Travel : « Il y a ceux qui cherchent la voix du confort et ceux qui sautent dans le vide en faisant en plein vol, les calculs d’atterrissage. Pour le cabinet d’architecture GraftLab, le second n’est pas une option, c’est un mode vie. »

Graft Lab

Le musée est abrité  dans ce qui fut l’un des bâtiments emblématiques les plus spectaculaires de Moscou, le garage d’autobus Bakhmetevsky. L’immense espace de 154m de long et de 54m de large forme une enveloppe impressionnante d’environ 8500m2. GRAFT a choisi de laisser la structure du bâtiment existant intacte et entièrement visible comme un monument du patrimoine russe.

Le choix architectural est un choix fort de modernité et de représentation, dans et par l’espace, de l’histoire des juifs en Russie, ainsi que de leurs relations chaotiques avec leur environnement. Passé enterré au sous-sol et affleurant par endroits, paysage de vallées, falaises, failles et plateaux représentant  la nature instable de l’acceptation des Juifs dans la société russe, la visite est un voyage qui appelle le visiteur à s’imprégner physiquement de l’expérience des Juifs en Russie.

Le musée comporte de nombreux   espaces flexibles, et constitue un cadre idéal pour de multiples manifestations : expositions, foires d’art, spectacles, concerts, réunions, conférences et événements de toutes sortes. Il est prévu qu’il devienne l’un des lieux privilégiés de la culture à Moscou.

Le nom de ce musée est aussi symbolique : Musée juif et Centre de la Tolérance, il se veut un lieu pour tous, un endroit dédié à la compréhension entre les peuples.

Shimon Peres a inauguré le musée en présence de nombreux représentants de la communauté juive russe, et du grand rabbin de Russie, Berl Lazar. Il a rappelé qu’il était né sur le territoire de l’empire russe, en Bielorussie, et qu’il était à ce titre particulièrement touché par cet évènement.

Shimon Peres

« Il n’existe pas de musée comme celui-ci », a-t-il déclaré, « C’est un important témoignage historique des grandeurs de l’homme mais aussi de ses faiblesses …. Voilà un moment très émouvant pour mon peuple, pour mon pays et pour moi ».

Après cette inauguration Shimon Peres a été reçu au Kremlin par Vladimir Poutine, et après avoir évoqué le souvenir des juifs et des soviétiques qui ont péri pendant la dernière guerre, les deux chefs d’état ont abordé d’autres sujets.

Le chef de l’Etat russe a noté la dynamique positive de ces relations en déclarant qu’il existe de bonnes perspectives dans les domaines suivants : l’énergie, le High- Tech, l’espace et la médecine, et s’est félicité du fait que le commerce bilatéral ait su surmonter la chute due à la crise mondiale : « Les relations entre nos pays se développent de façon positive dans les secteurs prometteurs, dont l’énergie, la pharmaceutique, l’équipement médical et l’espace. Nous avons lancé 7 satellites israéliens. Nous coopérons dans le domaine de l’infrastructure des transports. Les spécialistes russes participent à la construction des tunnels pour le TGV Tel-AvivJérusalem« .

Shimon Peres et Vladimir Poutine

Ce qui semble être un réchauffement des relations russo-israéliennes ne peut être que bénéfique. Ce pays qui faisait systématiquement partie des censeurs d’Israël à l’ONU reçoit aujourd’hui Shimon Peres pour une visite officielle, plus chaleureuse que le strict minimum diplomatiquement requis. On est bien loin du soutien de l’URSS à Israël en 1948, mais tout aussi loin du temps où une visite comme celle-ci relevait de la science-fiction.

Ce musée est à la démesure de la Russie et de l’URSS : paroxysme de massacres et de pogroms, implication extrême des juifs dans la révolution de 1917, folie stalinienne, inflexibilité face aux refuzniks. Ce n’est qu’avec l’arrivée de Mikhaïl Gorbatchev que les relations entre la communauté juive et le pouvoir en Russie ont commencé à se normaliser.

Mais ce rapprochement dont on doit se féliciter a pris une autre ampleur ces derniers temps. Encore une fois, on ne peut que constater que la présence d’un ennemi commun rapproche : la Russie a  des problèmes avec l’islamisme qui se développe à ses portes et elle a subi de plein fouet le terrorisme aveugle qui l’accompagne. Enfin l’explosion du monde arabe durant ces dernières années ne fait plus pencher la balance en faveur du soutien inconditionnel porté pendant longtemps aux voisins hostiles d’Israël.

Cette volonté de la Russie d’être un partenaire est certes une reconnaissance de la valeur scientifique et économique d’Israël. C’est aussi sans doute un dialogue indirect qu’elle entretient avec ses alliés d’hier.

 

Par Line Tubiana

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>