Message post-Shoah d’une survivante centenaire : « au centuple ! »

Histoire de Haya, a Auschwitz 23 kg, aujourd’hui 200 descendants !!

C’est l’histoire de Haya - (Offerte par Albert Danan)
Haya est née en Europe en 1914
Elle était une jeune maman dune petite fille, malka, 2 ans… quand elle a été déportée et séparée de son bébé et de son mari.
A la libération des camps, elle avait survécu, elle ne pesait que 23 kilos mais elle était en vie ! son mari lui n’est jamais revenu…
On lui rendit sa fille et elle se remaria… Avec un survivant, lui aussi Ensemble, Hachem leur accorda un fils
Leurs enfants grandirent, se marièrent, eurent des enfants, des petits enfants et des arrières petits enfants
En 2014, Haya a fête ses…….100 ans ! Et pour célébrer cet anniversaire peu commun, ses descendants décidèrent de se réunir au complet pendant un Chabath… Ils étaient plus de 200 personnes !
Voilà le message que Haya a voulu transmettre a hitler et aux nazis (que leurs noms soient effacés)
Elle ne pesait que 23 kilos quand elle a survécu Elle pèse aujourd’hui plus de 200 personnes

Elle ne pesait que 23 kilos quand elle a survécu

Et voici leur photo ! Ham Israël hay ! Yom Ha Shoah hier
Albert Danan

OBAMA : fin de mandat et bas les masques !

Toutes les déclarations de barack Obama où il reconnait ses racines musulmanes ainsi que son admiration pour l’Islam. Il est Musulman ? C’est son droit… mais les américains avaient aussi le droit de le savoir !

 

 U.S. President Barack Obama takes the oath of office as frst lady Michelle Obama holds a bible during the official swearing-in ceremony at the White House in Washington January 20, 2013. REUTERS/Doug Mills/Pool

Serment sur le Bible !… que le Coran ne renie pas… complétement. Le président Barack Obama a prêté serment dimanche lors d’une cérémonie privée à la Maison blanche pour un second mandat de quatre ans à la tête des Etats-Unis. Il recommencera en public ce lundi. Cérémonie PRIVEE ? C’est quoi ce truc ???

Pâques 2015 et persécutions chrétiennes : un Pape en dernière croisade ?

Discours du pape François aux fidèles venus place Saint-Pierre pour la prière du Regina Coeli. Va...Le pape François dénonce un « crime inacceptable » contre les chrétiens;  Au lendemain de Pâques, le pape s’est de nouveau élevé contre les persécutions dont sont victimes les chrétiens, « martyrs d’aujourd’hui », alertant la communauté internationale qu’il juge « muette et inerte »

Au lendemain de l’attaque à l’Université de Garissa, le pape François et le Vatican ont haussé le ton contre « le silence complice » et « l’indifférence » devant la « furie djihadiste », qui frappe les chrétiens, lors de la cérémonie de Pâques. Sous le choc de la tragédie du Kenya, la dénonciation de la violence djihadiste a pris le pas sur tous les autres thèmes comme la paix et la justice, évoqués comme chaque année à cette période. 

Lire ici l’Express…

 les violences envers les chrétiens à travers le monde ont de nouveau été dénoncées au lendemain de Pâques par le pape François, qui les a qualifiées de « crime inacceptable », sans en citer ici explicitement l’actualité récente. Le pape s’adressait depuis la fenêtre du Palais apostolique du Vatican à la foule place Saint-Pierre, rassemblée ce 6 avril à midi, cette fois sous le soleil, pour le Regina caeli, prière mariale qui remplace l’Angélus durant le temps pascal.

Appelant les chrétiens persécutés les « martyrs d’aujourd’hui », le pape a répété qu’il les estimait « plus nombreux qu’aux premiers siècles », en référence aux persécutions sous l’Antiquité des premiers chrétiens, dont le site même du Vatican fut le théâtre.

Voir l'image sur TwitterIl a demandé à la « communauté internationale » de « ne pas assister, muette et inerte, à un tel crime, inacceptable, qui constitue une dérive préoccupante des droits humains les plus élémentaires ». À la fin du chemin de croix du Colisée, au soir du Vendredi saint, il avait dénoncé plus largement un « silence complice ». Déjà, le 15 mars dernier, à la suite d’attentats à Lahore, au Pakistan, contre deux églises chrétiennes, il avait déploré« cette persécution contre les chrétiens que le monde cherche à cacher ». « Nos frères versent leur sang uniquement parce qu’ils sont chrétiens », avait alors fait valoir le pape, pour qui existe, selon son expression, un « œcuménisme du sang ».

« Je pense en particulier aux jeunes qui ont été tués jeudi dernier à l’université de Garissa au Kenya », a nommément cité le pape à propos de ce massacre commis par un commando d’islamistes somaliens chebab, qui a fait 148 morts. Il a évoqué auparavant « l’immense tragédie humanitaire » en Syrie et en Irak ainsi que « l’absurde effusion de sang en cours » et la « violence barbare » sévissant en Libye, où 21 Egyptiens coptes ont été décapités par des djihadistes de l’Etat islamique le 15 février dernier.  « Aujourd’hui nous voyons nos frères persécutés, décapités et crucifiés pour leur foi en Toi, sous nos yeux ou souvent avec notre silence complice», avait déjà accusé d’une voix sombre Jorge Bergoglio à la fin du Chemin de Croix vendredi soir au Colisée, s’adressant au Christ, «prince de la paix».

Sébastien Maillard (à Rome)

QUESTIONS A MONSEIGNEUR JEAN MICHEL DI FALCO EVEQUE DE GAP

Charlie et ses drôles de laïques !

Charlie et sa drôle de religion

Un mois après les attentats parisiens, Copenhague a été frappée à son tour par un attentat islamique et antisémite, qui a plongé le Danemark dans un état de choc. Pour sa part, le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, a affirmé qu’il serait préférable pour la sécurité du pays que les ressortissants néerlandais ayant rejoint le djihad périssent au combat plutôt que de les voir revenir au pays : « Les djihadistes partent en Syrie et en Irak avec la volonté de commettre les actes les plus horribles et reviennent avec la même intention. Pour notre sécurité, il serait préférable qu’ils y meurent ». Des propos trop durs ? Adaptés à la situation ? En effet, des jeunes danois ont ostensiblement affiché leur soutien à l’auteur présumé des attaques de Copenhague. Quelque 500 personnes se sont réunies au Danemark pour l’enterrement d’Omar El-Hussein, jeune homme de 22 ans, né au Danemark et d’origine palestinienne. Entre gerbes de fleurs et apologie de terrorisme, ils sont nombreux à souligner les qualités héroïques de leur frère tombé sous les balles de la police danoise.

Dès lors, continuer à lutter pour la liberté d’expression, voilà le nouveau combat et la nouvelle croisade de l’intelligentsia. Helle Thorning-Schmidt, Premier ministre danois a déclaré : « Il faut dire clairement que cela n’est pas le Danemark que nous voulons. Nous restons soudés, et nous nous battrons toujours pour notre liberté d’expression et notre démocratie ». La presse du royaume insiste également sur la nécessité de continuer à lutter en faveur de cette liberté d’expression, chère « aux Charlie(s) », qui défilèrent en masse à Paris le 11 janvier, pour dénoncer les attentats qui frappèrent les journalistes de Charlie Hebdo, accessoirement pour dénoncer le carnage des Juifs de l’épicerie cachère.

Suite à ces attentats islamistes, le ministre israélien en charge des relations avec les communautés juives de diaspora, Naftali Bennett, a notamment déclaré : « Nous n’accepterons pas de nous habituer à cette situation où on tire sur des Juifs dans les rues européennes. Nous ne pouvons accepter que les rues d’Europe se transforment en un champ de tir pour les antisémites ».  Le Ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Liberman, a également réagi aux attentats islamistes, en appelant la communauté internationale à mener une guerre totale au terrorisme : « La communauté doit rompre avec le politiquement correct, avec les déclarations de bonnes intentions et les marches symboliques. Elle doit à présent mener une guerre totale au terrorisme », a fustigé le chef de la diplomatie israélienne. « Ces attaques contre les Juifs et les libertés fondamentales sont la preuve de ce que nous disons depuis des années, à savoir qu’Israël et les Juifs sont le bastion avancé du monde libre contre le terrorisme ».

Pour les Juifs de France, la colère est grande et une question se pose avec insistance : partir ou rester ? Pour le Wall Street Journal « l’heure est venue, pour les Juifs de France, de faire leurs valises. Quitter la France est une sorte de victoire pour les antisémites français. Mais vivre est plus important que de fermer le clapet des intolérants. Mettez de l’ordre dans vos affaires, faites vos bagages, quittez la maison, rentrez à la maison. »  Le débat fait rage au sein de la communauté juive de France. Extraits télévisuels des nombreux reportages diffusés suite au carnage de l’hyper-casher : « Il faut qu’on se réveille … La France a oublié qui elle était. Les Juifs vont partir. Quand Ilan Halimi a été tué, on a pleuré. Quand il y a eu l’affaire Merah, on a pleuré. Aujourd’hui, on pleure. Je suis Français, et j’en ai marre de pleurer. »

Ce sentiment d’être abandonné par la République et livré en pâture est prégnant. « On a un point rouge sur le front… Dans les manifestations, personne ne porte de panneau ‘je suis juif’. On ne nous aime pas …On ne veut pas fuir, mais on a peur…Je pense que nous allons tous partir. Dans la France d’aujourd’hui, je ne suis plus à ma place ». Les Juifs français doivent partir plus tôt que plus tard, tant que les portes de sortie ne sont pas obstruées et que la voie reste libre. N’oublions pas qu’au 20e siècle, le destin juif a été divisé entre ceux qui sont partis à temps et les autres.

Ndlr : quand il n’y aura plus de Juifs en France (et en Europe) à expatrier, cette question de sécurité et d’abandon et/ou d’impuissance républicaine à protéger, concernera tous les croyants amis d’Israël et Israélites de cœur. Interrogeons-nous et anticipons ce débat qui se posera à nous dans les mêmes termes.

 Marche républicaine du 11 janvier : le monde entier à Paris et uni pour crier « Je SUIS Charlie ».

C’est une liste qui donne le vertige, une liste qui dit l’ampleur de la mobilisation de la communauté internationale autour de la France. Celle des monarques, Présidents, chefs de gouvernement, ministres et autres personnalités de haut rang venues du monde entier pour s’associer à l’hommage que le pays a rendu aux victimes des attentats. Notons qu’à l’occasion de cette manifestation et manipulation parisienne, le représentant israélien Netanyahou s’est invité de force, alors qu’il n’était pas le bienvenu, ni même désiré. A contrario, la présence du palestinien Mahmoud Abbas fut plébiscitée, en réaction, par le Président Hollande. Un rassemblement hors normes qui a mué, le temps d’une marche républicaine inédite, Paris en capitale mondiale de la lutte contre le terrorisme. En tout, plus de quarante-cinq dirigeants ont cheminé, côte à côte, faisant fi de leurs querelles, pour partager la douleur de la patrie des droits de l’homme. « Charlie est devenu un nom universel. Même s’il n’y a pas une adhésion mondiale au côté provocateur et acide du titre, cet assassinat est un choc mondial » relève le porte-parole du Quai d’Orsay.

«  Je SUIS… » : la religion mondiale de l’antimessie a un nouveau Nom ».

« Je SUIS Charlie… » fut un Buzz planétaire en moins de 48 h ; un exploit publicitaire sans précédent dans l’histoire de la communication. Et pourtant, à y regarder de plus près, cette opération de « communication » a connu un précédent célèbre : « Élohim dit à Moïse: Je SUIS (serai) celui qui est (sera)*. Et il ajouta : c’est ainsi que tu répondras aux enfants d’Israël : Celui qui s’appelle ‘Je SUIS’ m’a envoyé vers vous. » (Exode 3:14)  *En hébreu : Ehyéh Asher Ehyéh,   Rajoutons dans ce registre, le non moins célèbre « Avant qu’Abraham fût, Je SUIS » (Jean 8 :58), sans oublier le « Je SUIS le chemin, la vérité et la vie » (Jean 14 :6)

L’expression solennelle « Je SUIS » doit donc nous interpeller car elle renvoie à une signature mosaïque, juive, évangélique ! La copier, la singer, la détourner et la « laïciser » dans la cadre du planétaire « Je SUIS Charlie » relève dès lors d’une manipulation de masse anti-messianique, un plagia de révélation, celle d’une religion planétaire qui a désormais un NOM : « je SUIS … la laïcité, et donc la non-religion, plus exactement, la non-révélation ! »

Le 11 janvier 2015 (date étrange et signée car 1+1+1+2+0+1+5 renvoie par hasard au chiffre 11 de la bête apocalyptique) fut donc une date historique. Pas pour nos libertés. Pas pour nos idéaux républicains. Pas pour la liberté d’expression et de la presse. Une date historique pour le fondement de la religion planétaire à venir, celle de l’antimessie : la laïcité. Une religion sans dieux, avec ses lois, ses rituels, ses doctrines. Une religion dont les fondamentaux furent posés et imposés ce 11 janvier dernier de façon puissante. Regardons comment le flux de hashtag (norme d’adressage des messages de l’application mondiale Twitter) de ‘#Je Suis Charlie’, fut le plus populaire de l’histoire des réseaux sociaux (voir carte). Une révélation mondiale et un engouement planétaire qui fera date. Cette mise en scène mondiale a été orchestrée depuis Paris, la ville lumière et des idéaux maçonniques de Liberté, Égalité, Fraternité. A cette « trinité » républicaine, il convient dorénavant d’ajouter le mot Laïcité. Mais qu’est-ce que la laïcité ? Le journal satirique et polémique Charlie Hebdo répond à cette question de façon claire et triviale, pour ne pas dire ordurière : « aux chiottes toutes les religions… » ! (sic)

Plus intéressant pour nous, la définition de la laïcité selon le prophète Daniel, chapitre 11 ( !). Selon ce texte important pour notre compréhension des évènements à venir, à quoi peut ressembler une religion sans dieux : « Le roi fera tout ce qu’il voudra; et il s’enorgueillira et s’élèvera au-dessus de tout dieu ; il proférera des choses étranges contre le Dieu des dieux ; … Il n’aura égard ni aux dieux de ses pères, ni à l’amour des femmes ; il n’aura égard à aucun dieu ; car il s’élèvera au-dessus de tout. Mais, à la place, il honorera le dieu des forteresses. Il honorera avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses et avec les choses les plus désirables, un dieu que n’ont pas connu ses pères. »

Rappelons que le mot laïcité n’existait pas aux temps de Daniel. Ce texte met en scène une « forteresse » (bâtie par quelques habiles maçons des loges maçonniques ?) qui s’élève au-dessus de tous les dieux et du D.ieu des dieux. La Laïcité est bien le refus de tout ce qui est D.ieu et de tout ce que cette révélation sous-entend en termes de vie et d’obéissance. Mais en quoi croit celui qui ne croit pas ? En la Sagesse, la Raison, la Philosophie, la Science, l’Homme, et souvent dans les milieux qui portent ce message insidieux, au Grand Architecte, la divinité des bâtisseurs. La Laïcité étant une invention des loges maçonniques, nous pouvons poser l’hypothèse prudente que le dieu des forteresses, visé par Daniel, correspond assez à la divinité des sociétés secrètes.Divinité qui feint elle-même de ne pas exister en se cachant sous divers pseudonymes recyclés au cours de l’histoire des civilisations : Isis, Mère Nature, la Sagesse, aujourd’hui Laïcité ! Le « Je SUIS » biblique a donc été plagié ce 11 janvier à Paris, et une nouvelle pierre dans l’édifice anti messianique a été posée. Une nouvelle étape dans le calendrier de l’avènement de l’impie a été franchie. Un signe qui n’est qu’une anecdote relevée par de nombreux bloggeurs : dans ‘JE SUISCHARLIE, se cache un étrange et provocateur ‘JESUS CRIE’.

Ndlr : attention au piège ! A défiler et à réclamer l’expulsion du fait religieux de la sphère publique, avec les adeptes de la religion de la laïcité, nous travaillons implicitement à consolider les fondamentaux de l’antimessie à venir. Nous œuvrons pour qu’un jour prochain, notre propre Foi n’ait plus d’espace d’expression. A ce titre, le visage détestable et haineux que l’islam offre au monde pose question. Dans son mouvement suicidaire initié par les « fauves islamistes » il se pose comme argument qui justifiera l’interdiction de toutes formes d’expressions religieuses.

 

 

Education Nationale : la Sainte Laïcité Républicaine avance… au détriment des libertés religieuses.

Le plan du gouvernement pour embrigader vos enfants : « Vos enfants vont-ils devenir des soldats de la laïcité ? » Annoncé le 22 janvier 2015 par la ministre de l’Éducation nationale, Nadjat Vallaud-Belkacem, qui veut faire de 2015 « l’année de l’enseignement moral et laïc », de la première jusqu’à la Terminale. Pour tous les parents chrétiens, ce plan est grave. La laïcité, définie par la loi de 1905, a été le fer de lance pour arracher la société et la famille à l’influence de l’Église catholique. Présenté comme une réponse aux attentats terroristes de janvier, le président Hollande lui-même a déclaré sa volonté d’établir « une laïcité non négociable » dans les 64 800 établissements scolaires publics et privés sous contrat. Une brigade de « 1000 formateurs recrutés et aguerris » auront pour mission de former 300 000 enseignants « pour faire vivre la laïcité à l’école », révèle Mme Belkacem.   Ce plan infernal va avoir lieu au moment même où la France est balayée par une vague antichrétienne au nom d’une « laïcité républicaine ». Ce programme faramineux, qui coûtera au contribuable 250 millions d’euros en trois ans, aura un point culminant : « la Journée de la laïcité » célébrée à l’école chaque 9 décembre, jour anniversaire du vote de la loi de 1905 ! « Le but de la morale laïque est de permettre à chaque élève de s’émanciper, car le point de départ de la laïcité c’est le respect absolu de la liberté de conscience… Pour donner la liberté du choix, il faut être capable d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel ». Le document de 17 pages du ministère de l’Éducation nationale détaille 11 mesures pour « mettre la laïcité et la transmission des valeurs républicaines au cœur de la mobilisation de l’École ». Sous couvert de mesures raisonnables, telles que des dispositifs pour la maîtrise de la langue française, deux aspects du rapport doivent être dénoncés :

  1.      1. l’État est considéré comme le premier éducateur de l’enfant et pas les parents. Ceux-ci doivent se conformer à ce que l’État et ses lois prescrivent.
  2.      2. Il n’y a pas dans le document de définition claire et rassurante sur la conception de la laïcité dans cette grande opération d’endoctrinement de 12 millions d’écoliers français.

Résultat de recherche d'images pour "plan laïcité à l'école"La mission éducatrice de la famille est méprisée dans le but « d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel ». P.S. – Le ministère de l’Education nationale vient de déclencher une hasardeuse aventure qui pourrait répéter la période de troubles et de haine antireligieuse semblable à celle qui entre 1900 et 1914 a détruit la paix et l’harmonie sociale en France. Une pétition est en ligne pour qui le souhaite : http://petit.io/petition/avenir-de-la-culture/non-a-la-laicite-a-l-ecole

La religion de l’anti-messie est portée par les doctrinaires qui sévissent depuis toujours au sein des rectorats et académies ! Les loges maçonniques inspirent ces travaux et planchent déjà sur le futur : une école dans D.ieu, pour des foyers dans D.ieu. Déconnecter les parents de leurs enfants pour couper la chaîne de transmission des Traditions. Jusqu’à ce que les enfants dénoncent leurs propres parents ?  

Poursuivre la lecture ‘Education Nationale : la Sainte Laïcité Républicaine avance… au détriment des libertés religieuses.’ »

Camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk en Syrie : des arabes décapitent des arabes… aucun intérêt pour les médias occidentaux !

Assad savoure sa vengeance : Daesh broie le Hamas à YarmoukYARMOUK :  personne n’en parle dans les médias, aucune association ONG, pro palestinienne et antisémite ne s’élève pour dénoncer le massacre, Les arabes tuent des arabes et alors ?  Cela n’a d’intérêt que quand les méchants Juifs sont à la manœuvre ! 

Lire ICI sur Lepoint.fr…

Le rapprochement d’Obama avec l’Iran et ses alliés moyen-orientaux a provoqué un nouveau virage bien sinistre, dans le cadre de la guerre en Syrie, alors qu’elle entre dans sa 5ème année sans le moindre répit. Ce conflit semé d’atrocités voit 16.000 Palestiniens piégés dans d’horribles conditions, dans le camp de réfugiés de Yarmouk, près de Damas, et pris en étau par deux ennemis : l’Etat Islamique et l’armée du Président Bachar al Assad. Des milliers de civils sont pris au piège dans le camp de Yarmouk, dans le sud de Damas, assiégé par le régime et presque entièrement aux mains de jihadistes, a annoncé un responsable de l’opposition syrienne samedi : « Les habitants du camp sont pris entre la peste et le choléra », a dénoncé Ayman Abou Hachem, responsable de la commission des réfugiés palestiniens de l’opposition syrienne. « Le camp est cerné par le régime, et à l’intérieur les forces de l’(organisation Etat islamique) EI ont presque tout saisi ».

L’EI a lancé mercredi l’assaut sur Yarmouk. Repoussés le lendemain par des combattants palestiniens, les jihadistes ont finalement repris le terrain perdu, et avancé au point de détenir 90% du camp, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).  Le camp de réfugiés palestiniens, qui compte encore quelque 18.000 habitants et est situé à environ 7 km du centre de la capitale syrienne, est assiégé depuis plus d’un an par l’armée. L’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens, l’UNRWA, qui a alerté à de nombreuses reprises sur les conditions humanitaires désastreuses dans le cas, a de nouveau appelé à un accès humanitaire, affirmant que la situation était « un affront à l’humanité dans son ensemble et une source de honte universelle ».

Syrie : CHUT ! « Palestiniens décapités », massacrés, tour à tour par Assad et l’état islamiqueAssad a, en réalité, bien donné l’ordre aux troupes syriennes d’ouvrir les routes de Damas et d’offrir un libre accès aux Islamistes pour qu’ils atteignent leurs victimes palestiniennes. Cela a évité à l’Etat Islamique la nécessité d’envoyer des forces substantielles en les retirant d’autres fronts pour les besoins de son opération à Yarmouk. Daesh remporte sa victoire la moins coûteuse, et elle n’est jamais que la conséquence d’une entente secrète passée entre le Président syrien et le calife des Islamistes, Abu Bakr al Baghdadi, qui a continué de progresser depuis leur partenariat secret [évoqué, l’an dernier, par Laurent Fabius] autour de l’exploitation des champs de gaz et de pétrole de l’Est de la Syrie. Le dictateur damascène a décidé qu’il avait suffisamment confiance en lui pour faire de ces Palestiniens sa carte maîtresse, face à Israël, la Jordanie et l’Autorité Palestinienne à Ramallah. Assad voulait leur faire bien comprendre à tous, qu’il tient solidement les rênes, assez en tout cas, pour décider du sort des Palestiniens : il ne revient qu’à lui de décider s’il compte encore les sauver ou les jeter aux chiens. Et c’est exactement ce qu’il a fait en lâchant ses chiens de l’E.I contre eux. Il pourra, ensuite, renégocier des « couloirs humanitaires » et redevenir « un dirigeant qui compte »…

De son côté, Hillel Neuer, le représentant d’UNWatch, l’organe de surveillance des dérives internes de l’ONU, stigmatise l’inaction de la soi-disant « Commission des Droits de l’Homme » des Nations-Unies, l’UNHCR, sur son compte Twitter : @HillelNeuer : L’Etat Islamique est, actuellement, en train de décapiter des Palestiniens en Syrie. Le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU ne fait rien, uniquement parce qu’on ne peut pas en accuser Israël. »

Résultat de recherche d'images pour "daesh à yarmouk"« Il n’y a pas d’autre choix que d’appeler Israël à l’aide ; les Israéliens ont infiniment plus de compassion que les Arabes!« , dit M., un Palestinien de Yarmouk interviewé par Ynet, en citant une blague devenuecourante, qui circule dans le camp de réfugiés désespérés depuis des années, et qui a récemment découvert de nouvelles affres de la guerre.  « Tout le monde, ici, a peur, et attend la rédemption. L’Etat Islamique a déjà décapité des têtes et les lance en plein milieu des rues. Allah ne voudrait pas voir ça! ».

On pense, tout d’abord, que l’E.I a mis à mort par décaptitation l’une des personnalités locales du Hamas, le Cheikh Abu Salah Taha, aux côtés de 5 autres membres du Hamas.  L’E.I a tué bien d’autres leaders palestiniens du camp, dont le Colonel (du Fatah) Ahmed Al-Hassan.

Dans confusion qui règne, à l’intérieur comme à l’extérieur de ce camp de réfugiés palestinien, il reste « extraordinaire » que les deux directions impuissantes des Palestiniens, à savoir le Hamas, d’une part, et l’Autorité Palestinienne d’Abbas, de l’autre, continuent de s’accuser mutuellement de ne rien faire pour leurs frères de Syrie, mais qu’aucun n’ose s’en prendre directement à l’Etat Islamique d’Abu Bakr al Baghdadi. Mieux, Saeb Erekat, le soi-disant négociateur, a fustigé Israël d’être l’égal de Daesh, tandis qu’Abbas poursuit ses aventures « droits de l’hommistes » devant la CPI, contre l’Etat hébreu, en plein massacre de son peuple, de l’autre côté de la frontière, alors que les Palestiniens locaux (18.000 subsistants) sont en train d’être réduits en bouillie ou cherchent à fuir ces combats arabo-arabes. C’est dire le peu de cas que Fatah et Hamas font de cette notion de « peuple », chair à canon exclusivement utilisable contre Israël, quoi qu’il lui arrive. Quant aux boycotteurs persiflants d’Occident, ils sont trop « occupés » et aux abonnés absents. Manque de cran ou antisémitisme forcené, congénital?

Poursuivre la lecture ‘Camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk en Syrie : des arabes décapitent des arabes… aucun intérêt pour les médias occidentaux !’ »

Elections israéliennes 2015 : les limites de la démocratie sont franchies…

Israeli PM Benjamin Netanyahu holds a Cabinet meeting in Jerusalem

Les 13 députés arabes peuvent choisir un 1er ministre juif israélien ! Il n’y a qu’en Israël que cela est possible ! Les limites de la démocratie sont-elles franchies ?

La liste commune formée par les partis arabes israéliens est devenue mardi soir pour la première fois dans l’histoire du pays la troisième force à la Knesset, le Parlement israélien, avec 13 députés élus, selon les sondages à la sortie des urnes. Bonne nouvelle : le mythe de l’Etat apartheid s’effondre !

Élections ISR 2015 : vote massif des électeurs arabes, Netanyahu en « danger »

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a exhorté mardi les électeurs de droite à se mobiliser pour contrer le vote des Arabes israéliens, plus important que par rapport à d’autres élections.

« Le bloc de droite est en danger, les électeurs arabes se rendent massivement aux urnes », a mis en garde le dirigeant israélien, dans une publication publiée sur sa page Facebok. « Les associations de gauche les emmènent voter en remplissant des autocars », accuse-t-il, rappelant le rôle douteux de l’organisation gauchiste V15. « Amenez voter vos proches, vos amis, pour combler l’écart entre nous et le parti travailliste », ajoute-t-il.

Selon des estimations à la sortie des urnes, le taux de participation des Arabes israéliens a triplé par rapport à la dernière élection législative, passant de 3 à 10%.

Pour la première fois de l’histoire d’Israël, une liste de partis arabes israéliens unifiés s’est lancée dans l’aventure des législatives israéliennes, avec pour espoir affiché de jouer un rôle dans l’amélioration des droits des Arabes israéliens.

Pour le député Ahmed Tibi (Taal – Liste arabe unie), le Premier ministre israélien sortant « cède à la panique ». « Netanyahu incite à la haine contre les électeurs arabes qui font usage de leur droit naturel et démocratique de citoyen. La droite israélienne a peur et c’est pourquoi, j’appelle le public arabe à continuer de sortir voter pour que Bibi [Benjamin Netanyahu] continue à paniquer. », a-t-il exhorté.

ISRELECÉlections ISR 2015 | 1ère estimation officielle : le Likud en tête

Selon les premières estimations officielles, le Likud, le parti du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, arrive en tête avec 28 sièges, suivi de l’Union sioniste (27 sièges) et de la Liste arabe unie (13 sièges).

Le parti de centre droit Yesh Atid (12), Koulanu (9), Bayit Yéhudi (8), le Shas (7), Yaadut Hatorah (6), Israel Beiténu (5) et Meretz (5).

Le taux de participation à 20h00 s’élevait 65.7%, le plus élevé depuis 1999.

 

Poursuivre la lecture ‘Elections israéliennes 2015 : les limites de la démocratie sont franchies…’ »

2 islam(s) pour 2 destins radicalement différents…

LLe Président égyptien Al Sissi a compris l’enjeue Président égyptien Al Sissi et l’enjeu des 2 islam…

En fait, l’effondrement de l’empire ottoman a eu lieu il y a un siècle. L’Islam se trouvait déjà à un point bas et, de ce fait le califat, représenté par la Turquie, a disparu après la 1ère Guerre mondiale. Les velléités de rétablissement d’une nation juive au Moyen Orient, puis la création d’un état laïc en Turquie ont poussé certains Musulmans à se ressaisir et à utiliser les 3 moyens de rétorsion à leur disposition:

- le Jihad, à travers la création en 1928 de la Confrérie des Frères Musulmans dont l’objectif dès le départ était clairement défini par son fondateur, Hassan el Banna. « Notre seul objectif, c’est Allah, notre constitution, c’est le Coran, notre chef, c’est le Prophète, notre moyen est la lutte et la mort pour Allah est la plus haute de nos aspirations« 

- venant de découvrit du pétrole dans la péninsule arabique, les états arabes l’ont utilisé pour s’enrichir et pour imposer à l’Occident leur point de vue politique dans la région, vu les formidables besoins naissants de l’industrie et des moyens de transport occidentaux.

- la propagande et la réécriture de l’histoire, selon le point de vue islamique.

 Le Jihad

Le Jihad par la terreur a toujours existé sporadiquement avec la Confrérie et l’Iran des ayatollahs, mais il n’a véritablement pris son essor qu’avec al Qaeda, après le 11/9 et la destruction des tours de Manhattan. Il s’est renforcé avec la création de l’état Islamique qui se développe grâce aux moyens modernes de communication qu’il semble bien maîtriser, ainsi qu’aux conversions d’Occidentaux à l’Islam. Les territoires acquis par des groupes faisant allégeance à l’Etat islamique augmentent en permanence par les razzias de la terreur et l’application des méthodes ancestrales de l’Islam.

Menée uniquement par les airs, l’offensive de la Coalition Occident/pays arabes du Golfe-Jordanie contre les jihadistes du nouvel Etat islamique n’est pas aujourd’hui concluante et risque d’islamiser encore plus la région. La méthode utilisée par le général « Petraeus », il y a une dizaine d’années en Irak, semble la plus payante. Elle consiste à engager des commandos sur le terrain, tout en négociant l’allégeance des tribus locales, en les aidant selon leurs besoins, et en leur apportant la paix et la tranquillité.

Le Jihad iranien est différent: il consiste à créer des groupes et des milices intermédiaires shiites, dans divers pays arabes, qui acquièrent une majorité politique, en sapant les bases du pouvoir existant. En Occident et dans le tiers monde, l’Iran recrute également des cellules dormantes shiites qui interviennent sur commande. Les négociations avec les ayatollahs ont leurs limites, le désir inébranlable d’hégémonie de l’Iran, à travers l’arme nucléaire.

L’attitude conciliante et peu exigeante du président Obama ne facilite par la résolution du jihad iranien, et l’encouragerait plutôt.

Le pétrole et le gaz

Le pétrole et le gaz ont permis à certains états de la péninsule et à l’Iran de devenir des états modernes pouvant maîtriser les techniques occidentales, et même pour l’Iran d’importer les connaissances nucléaires. Au delà de cette adaptation, la richesse a permis à des états comme l’Arabie et le Qatar d’investir massivement en Occident et d’influencer les politiques de divers pays. Le lobby arabe aux Etats-Unis est particulièrement efficace.

Mais les Etats-Unis viennent de lever les restrictions sur les exportations de pétrole et ils ont commencé à exporter leur pétrole dans le monde. Grâce à la technologie du schiste bitumineux, ils sont déjà parmi les plus grands fournisseurs de pétrole, plus importants que l’Arabie Saoudite. Ils vont produire déjà 12 M barils/j et exporter 1M barils/j, avec des besoins mondiaux qui stagnent autour de 90 M barils/j. Avec cette nouvelle concurrence, et le développement des énergies alternatives, les prix du pétrole baissent et les pays du Moyen Orient dont l’économie n’est pas diversifiée auront beaucoup moins d’influence politico-économique, et seront sur le déclin dans les prochaines décennies.

La propagande arabe

La propagande arabe a commencé très tôt au niveau des Affaires Etrangères de pays importants, comme les Etats-Unis (Département d’Etat), la Grande Bretagne (Foreign Office) et la France (Quai d’Orsay). L’utilisation des moyens modernes de communication a permis à un petit Etat comme le Qatar de diffuser dans le monde entier en continu une chaine de télévision en plusieurs langues et d’acheter des espaces où les écrans déversent sans arrêt la doctrine islamique du jihad.

Mais le déversement incessant de mensonges grossiers et d’affirmations nauséabondes pour réécrire l’histoire, selon le modèle islamiste, a ses limites. On ne peut pas éternellement tromper le monde, bien que cela ne soit pas interdit en Islam. La vérité finit toujours par prévaloir dans le temps.

Alors quelle solution proposer pour la survie de l’Islam ?

Pour le père Boulad, il n’y a pas d’issue: « Entre l’islam mecquois, considéré comme spirituel et mystique, ouvert et tolérant… et l’islam médinois radical fanatique et conquérant, le choix a été fait il y a plus de mille ans. Et ce choix semble malheureusement irréversible. Lorsque l’intellectuel soudanais, Cheikh Mahmoud Taha, a suggéré, il y a plus de vingt ans, un retour à l’Islam mecquois des origines, il a été pendu sur la place publique en plein centre de Khartoum« .

Le 28/12/14 à l’Université d’al Azhar du Caire, antre de la théologie musulmane, devant tous les ulémas, le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi a expliqué, dans un discours historique et courageux, la nécessité urgente de réformer l’Islam, à travers une véritable révolution religieuse. Ila notamment dit qu’il était totalement déraisonnable qu’un milliard de Musulmans aspirent à conquérir et à soumettre 6 milliards d’êtres humains non musulmans.

Deux mois plus tard, le Grand imam de la même université, Sheikh Dr. Ahmed al-Tayyeb, a insisté sur le même thème dans un discours aussi courageux, demandant la réforme profonde de l’Islam et de son enseignement, et la condamnation des excès et des extrémismes. Le contenu des 2 discours mène directement à bannir le Coran de Médine, au profit du Coran de la Mecque, excluant tout jihad. On espère que ces 2 appels sonneront au cœur et à l’esprit de nombreux Musulmans à travers le monde et que l’Islam ne subira pas ce qu’a prédit le père Boulad: « l’Islam est dans l’impasse la plus totale et son apparente vitalité aujourd’hui pourrait bien ne représenter que les derniers soubresauts d’un moribond« .

Note

(1) Père Henri Boulad, prêtre jésuite d’Alexandrie, d’origine syrienne de rite grec-catholique, professeur de théologie.

Albert Soued

NdlR : nous avons toujours pensé que l’Islam n’était qu’un outil temporel pour hâter les temps de l’avènement de l’impie et donc, en réaction, du véritable Messie. Le scénario de l’affrontement voulu par l’Islam de Médine, semble conduire l’Islam de la Mecque dans une impasse et une implosion… la voie des prophètes d’Israël sera alors ouverte pour que l’Egypte et l’Assyrie rejoignent l’héritage d’Abraham.