Mont du Temple : le roi jordanien Abdallah II met en garde Israël contre une guerre religieuse

Les forces de sécurité israéliennes montent la garde alors qu'un groupe d'hommes juifs achève sa visite du mont du Temple à Jérusalem, à Tisha BeAv, le 14 août 2016. (Crédit : AFP/Ahmad Gharabli)Dichter: « Le mont du Temple ne sera pas comme la Mecque et Médine ». Le député Likud qui fut chef du Shin Bet dit qu’Israël ne permettra pas que le lieu saint soit réservé aux Musulmans

 Les forces de sécurité israéliennes montent la garde alors qu’un groupe d’hommes juifs achève sa visite du mont du Temple à Jérusalem, à Tisha BeAv, le 14 août 2016. (Crédit : AFP/Ahmad Gharabli)

Plus tôt dans la journée de lundi, le roi Abdallah II de Jordanie avait déclaré que son pays continuerait à défendre la mosquée al-Aqsa à Jérusalem contre ce qu’il a appelé les « incursions répétées d’extrémistes juifs », et s’opposerait aux tentatives de « diviser la mosquée Al Aqsa dans le temps ou dans l’espace. »

Quelques heures plus tard, un ministre jordanien a dénoncé les visites « vicieuses » du site dimanche par quelque 200 Juifs, le jour de deuil de Tisha BeAv qui commémore la destruction des deux Temples dans l’enceinte.

Le député Avi Dichter (Likud), ancien chef du Shin Bet, a déclaré au micro de la radio israélienne que les Palestiniens avaient étendu leurs manifestations qui empêchaient aux Juifs de s’approcher de la mosquée Al-Aqsa en voulant interdire toute l’esplanade aux non-Musulmans.La mosquée Al-Aqsa sur le mont du Temple (Crédit : Qanta Ahmed)

« Récemment, il y a une tendance qui s’appelle ‘La défense d’Al-Aqsa’. Cette défense s’est étendue grandement de la mosquée dans la partie sud du mont du Temple ; maintenant ils parlent de toute la zone du mont du Temple. Israël ne collaborera pas à cela », a dit Dichter.

« La pensée qu’ils feront au mont du Temple ce qui a été fait en Arabie Saoudite, où il a été décrété que les villes saintes de l’islam – La Mecque et Médine – ne sont réservées qu’aux Musulmans – Nous n’autoriserons ce type de pensée tordue à se réaliser », a t-il ajouté.

Le député Avi Dichter (Likud) à la Knesset, le 28 mars 2016 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

« Nous respecterons la sainteté de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem et nous défendrons nos droits sur le mont du Temple, » a dit l’ancien chef du Shin Bet.

Le mont du Temple est le lieu le plus saint du judaïsme et le troisième lieu saint de l’islam. Le complexe, et la mosquée Al-Aqsa qui s’y trouve, ont été une source récurrente de tensions à Jérusalem au cours des dernières années.

Les Palestiniens ont mentionné les « provocations » israéliennes sur le site comme l’un des principaux catalyseurs pour les mois de violentes attaques de cette année et de la fin de l’année dernière. Ils sont devenus de plus en plus méfiants vis-à-vis des intentions d’Israël sur le site saint, accusant souvent l’Etat juif de tenter d’imposer un contrôle accru sur le complexe, et même de planifier de faire disparaître la mosquée et d’y établir l’hégémonie juive. Israël a nié à maintes reprises tout changement dans le statu quo sur le site, en vertu duquel les Juifs peuvent le visiter, mais pas y prier.

En plus de la critique d’Israël par le roi Abdallah II, le ministre jordanien des Waqf et des affaires islamiques Wael Arabiyat a qualifié lundi de « vicieuse » la visite du mont du Temple par quelque 200 Juifs commémorant dimanche le jour de jeûne de Tisha BeAv.

Lundi, Arabiyat a accusé que la visite du site par « 400 colons israéliens » avait créé « un défi flagrant aux sentiments des Musulmans et une violation flagrante du droit et des normes internationaux. »

Dans une depêche de l’agence de presse officielle jordanienne Petra, le ministre aurait accusé les Juifs d’avoir « agressé et arrêté les fidèles [musulmans] » et que « les colons ont effectué des rituels talmudiques dans la mosquée. »

La depêche qualifie les visites, « d’agressions israéliennes contre la mosquée Al-Aqsa », et prétend que les Juifs qui ont visité le site étaient « ultra-orthodoxes. » Or, la grande majorité des autorités rabbiniques ultra-orthodoxes interdisent à leurs fidèles de visiter le site sacré pour des raisons de pureté rituelle.

Au cours de « l’agression» juive, les « loyaux frères de la mosquée al-Aqsa, les jeunes et les fidèles … se sont levés contre les raids vicieux », selon la depêche jordanienne.

« Le ministre a également averti que la poursuite de ces violations déclenchera une guerre religieuse contre laquelle Sa Majesté le Roi Abdallah II a mis en garde à plusieurs reprises », conclut l’agence Petra.

Poursuivre la lecture ‘Mont du Temple : le roi jordanien Abdallah II met en garde Israël contre une guerre religieuse’ »

Comme quelque chose de pourri au royaume d’Israël : pire que les Subprimes, les options binaires made in Terre Sainte !

Le professeur Shmuel Hauser, président de l'Autorité des titres israélienne, à la commission des Finances de la Knesset. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)Selon la publication spécialisée Finance Feeds, 20 des 41 compagnies figurant sur la liste rouge de la CFTC (commission de régulation des marchés Wall Street) sont en Israël.   La réputation mondiale d’Israël est liée à cette escroquerie internationale de vol et blanchiment organisée à l’échelle de la planète. Décidemment, ISRAËl est 1er … partout ! Hélas…

‘En tant que régulateur, en tant que sioniste, en tant que père, cela me semble affreux’

Régulateur israélien : la répugnante fraude du Forex ruine notre réputation. Pour Shmuel Hauser, président de l’Autorité des titres israélienne, l’industrie du pays qui arnaque des victimes du monde entier est un problème national ; il promet de rassembler toutes les armes juridiques pour la réprimer

Le professeur Shmuel Hauser, président de l’Autorité des titres israélienne, à la commission des Finances de la Knesset. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Shmuel Hauser, président de l’Autorité des titres israélienne (ATI), a déclaré pendant un entretien qu’il recrutait toutes les branches au service de l’application de la loi, demandera une nouvelle législation si nécessaire, et a un soutien politique complet pour affronter la florissante industrie frauduleuse, dont le Times of Israël a parlé, qui emploie des milliers d’Israéliens travaillant dans plus de 100 compagnies qui arnaquent des victimes du monde entier de plusieurs milliards de dollars.

« Je vois cela à un niveau personnel, a-t-il déclaré, non seulement en tant que régulateur, mais aussi en tant que citoyen israélien et en tant que quelqu’un qui est dégoûté par la fraude, et particulièrement par le genre de personnes qui prennent l’argent des malheureux, des orphelins et des veuves. »

La fraude à échelle mondiale a augmenté pendant la dernière décennie, et l’ATI s’est montrée lente à réagir. Cette année, elle a finalement interdit à toutes les entreprises d’options binaires de cibler des Israéliens, mais a déclaré ne pas avoir les outils et l’autorité pour empêcher des compagnies israéliennes de nuire à des victimes à l’étranger.

Pendant un entretien avec le Times of Israël, Hauser a cependant souligné que bien que l’ATI ne puisse pas « réguler le monde entier », l’échelle et la nature de la fraude basée en Israël…

 

Poursuivre la lecture ‘Comme quelque chose de pourri au royaume d’Israël : pire que les Subprimes, les options binaires made in Terre Sainte !’ »

ça aussi, c’est Israël… hélas !

Le comité olympique israélien parrainé par un millionnaire du Forex : Oren Shabat Laurent, qui a été condamné à une amende par les Etats-Unis, finance les bourses de 5 espoirs olympiques

De gauche à droite: Raz Hershko, Andrey Tsaryuk, David Albrdian, Oren Shabat Laurent, Sivan Laurent Shabat, Linoy Ashram et Yuval Freilich (Crédit : Autorisation du Comité olympique d'Israël)

De gauche à droite: Raz Hershko, Andrey Tsaryuk, David Albrdian, Oren Shabat Laurent, Sivan Laurent Shabat, Linoy Ashram et Yuval Freilich (Crédit : Autorisation du Comité olympique d’Israël)

Le mois dernier, le Comité olympique d’Israël a annoncé que cinq des athlètes les plus prometteurs du pays – la gymaste de 17 ans Linoy Ashram, le lutteur gréco-romain Andrei Tsaryuk, 23 ans, le judoka de 18 ans Raz Hershko, l’escrimeur Yuval Freilich, 21 ans, et le boxeur de 21 ans David Albrdian – recevront chacun une généreuse bourse mensuelle pour les aider à se préparer pour les Jeux olympiques de 2020.

Le parrainage des cinq athlètes sélectionnés par le Comité olympique est un don privé d’Oren Shabat (Laurent) et de son épouse Sivan. Shabat est le PDG et le co-propriétaire de Banc de Binary, une firme d’options binaires basée en Israël et à Chypre, qui en mars, a été condamnée par un tribunal américain à payer plus de 11 millions de dollars en dédommagement et en pénalités pour avoir sollicité illégalement des clients.

Oren Shabbat (Crédit : Facebook)

John Berry, un avocat de la commission des Valeurs mobilières et des Echanges des États-Unis, a déclaré dans une interview en mai 2016 donnée à la radio BBC que non seulement Banc de Binary a vendu des produits financiers ostensibles à des investisseurs sans être autorisé à le faire, mais il avait trompé les investisseurs également.

« Nous avons présenté des preuves à la cour que Banc De Binary disait aux investisseurs américains que Banc De Binary était en réalité basé a Wall Street, et nous avons eu des preuves de discussions en ligne, sur des chats, où un courtier de Banc De Binary disait à un investisseur américain, ‘Hey, je vis, vous savez, juste dans la rue de Wall street, j’ai une adresse à Wall street, je travaille là, et donc ils ont à plusieurs reprises menti à des clients en affirmant qu’ils étaient basés aux États-Unis avec une adresse américaine à Wall Street et un numéro de téléphone basé à New York ».

Les organismes de réglementation en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Canada ont émis des avertissements contre Banc de Binary pour activité illégale. Une autre marque qui semble être associée à Banc de Binary, Option.fm, a été mise à l’index par les régulateurs financiers de l’Ontario, Hong Kong, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Le Times of Israel a ces derniers mois détaillé la fraude massive par les options binaires mises en place par les entreprises israéliennes. Cette série a commencé en mars avec un article intitulé « Les loups de Tel-Aviv ». Les entreprises frauduleuses visent à pousser leurs clients à faire des investissements lucratifs à court terme mais qui en réalité utilisent diverses ruses, y compris de fausses déclarations, en manipulant des plate-formes de négociation truquées ou en refusant catégoriquement de restituer des dépôts pour voler l’argent de leurs clients.

Yuval Freilich après avoir remporté les Championnats du Monde Cadets en 2012 à Moscou (Crédit : Autorisation de Rachael Freilich)

Toutes les entreprises locales d’options binaires n’ont désormais plus droit de cibler les Israéliens.

L’interdiction a été édictée par l’Autorité des Valeurs mobilières israélienne mais les entreprises restent libres de chercher des clients à l’étranger. Les États-Unis ont interdit aux entreprises d’options binaires étrangères de cibler ses citoyens. De nombreux pays, dont les États-Unis, le Canada et la France, enquêtent sur la fraude aux options binaires basée en Israël au nom de leurs citoyens qui ont été floués. La semaine dernière, la Belgique est devenue le premier pays européen à interdire l’industrie, dans une décision qui a pris effet le jeudi 18 août.

Le chef de l’autorité des Valeurs mobilières d’Israël, Shmuel Hauser, a déclaré au Times of Israël la semaine dernière que l’escroquerie mondiale perpétrée par les entreprises basées en Israël est en train de faire un tort immense à la réputation d’Israël et a promis de lutter contre l’industrie frauduleuse. Qualifiant l’industrie des options binaires en Israël de « répugnante », « immorale » et profondément dommageable pour le pays, Natan Sharansky a exhorté lundi les régulateurs israéliens à tout faire pour y mettre un terme.

Interrogé pour savoir si la réputation négative de l’industrie des options binaires d’Israël avait poussé le Comité olympique d’Israël à reconsidérer sa décision d’accepter le parrainage du PDG de Banc de Binary, Oren Shabat (Laurent), Bruria Bigman, le porte-parole de l’organisation a répondu que non.

« Comme nous l’avons annoncé le mois dernier », a déclaré le Comité olympique au Times of Israël, « l’homme d’affaires Oren Shabat Laurent a récemment fait un don personnel aux athlètes olympiques. La bourse doit directement aller à cinq excellents athlètes qui devraient faire partie de l’équipe olympique de Tokyo 2020 et qui ont été recommandés par le Comité olympique d’Israël. Le don, autant qu’on le sache, fait partie de la plus grande contribution sociale d’Oren Shabat Laurent et de sa femme à la communauté et à la société israélienne. Il devrait être clair que c’était un don personnel au Comité olympique et n’a aucun lien avec les activités que vous avez décrites ».

Le club anglais, Liverpool FC, au Royaume-Uni, qui a été critiqué par les médias britanniques au cours de la dernière année pour avoir accepté le parrainage de Banc de Binary, n’a pas répondu aux demandes du Times of Israel quant à savoir s’il envisageait de renouveler le parrainage.

Le parrainage d’une équipe sportive est une démarche de relation publique privilégiée par de nombreuses entreprises israéliennes d’options binaires. Ainsi, Interactiveoption.com a établi un partenariat avec l’OGC Nice, BuzzTrade a fait équipe avec le FC Porto et EZTrader a uni ses forces avec l’AS Monaco.

Plusieurs entreprises israéliennes d’options binaires sont détenues par des personnalités du monde du sport. EZTrader est partiellement détenue par l’entraîneur de basket-ball, Pini Gershon, qui a dirigé l’équipe de basket-ball Maccabi Tel Aviv d’Israël et qui l’a dirigée dans plusieurs championnats d’Europe et qui a été élu l’entraîneur de l’année de l’Euroligue en 2005.

Une autre firme israélienne d’options binaires, USG Capital, a été fondée par l’entrepreneur israélien de premier plan Itamar Patishi, et plus tard vendu à Tomer Sinai, un ancien propriétaire de l’équipe de football de Hapoel Petah Tikva qui a été arrêté en 2011. Il était suspecté s’avoir truqué des matchs de football à des fins de paris illégaux. L’affaire a ensuite été clôturée en raison du manque de preuves. L’autorité des Valeurs mobilières d’Israël a récemment refusé le permis d’USG Capital à opérer en raison de pratiques frauduleuses multiples qu’elle a découvertes quand elle a inspecté l’entreprise.

A suivre ==> Le premier ministre bientôt convoqué par le procureur général pour corruption et le Rabbi Eliezer Berland accusé de viol

 

Poursuivre la lecture ‘ça aussi, c’est Israël… hélas !’ »

Manipulations climatiques : l’INDE conspirationniste accuse HAARP !

Le ministre de l’environnement indien accuse HAARP de causer le réchauffement climatique

HAARP est une installation très puissante de chauffage ionosphérique qui peut provoquer le réchauffement de la planète et a un effet de réchauffement global, a déclaré le ministre de l’Environnement indien.

Un système d’arme développé par les américains, frappant l’atmosphère avec un faisceau électromagnétique focalisé peut provoquer le réchauffement climatique, a déclaré lundi le gouvernement indien, et il a reconnu que le changement climatique est susceptible de réduire le rendement des principales cultures comme le blé et le maïs en Inde.

 « Les USA ont développé un type d’arme appelée HAARP. Il frappe la haute atmosphère avec un faisceau électromagnétique focalisé et orientable », a déclaré le ministre de l’Environnement, Anil Madhav Dave Rajya Sabha dans une réponse écrite.

« HAARP est un modèle avancé de chauffage ionosphérique super puissant qui peut provoquer le réchauffement du globe et a un effet de réchauffement global « , a-t-il dit.

Dave répondait à la question de savoir si le gouvernement est conscient de HAARP, et de ses effets dévastateurs possibles sur le climat de la planète, y compris celui de l’Inde et qui conduit à une déstabilisation des systèmes agricoles et écologiques.

Il a déclaré qu’une étude menée par le Conseil indien de la recherche agricole a fait des projections sur l’impact du changement climatique, lesquelles seraient défavorables en termes de réduction du rendement des principales cultures, notamment le blé, le maïs, la moutarde, la pomme de terre et le sorgho.

Reconnaissant l’impact négatif du changement climatique, le ministre a dit que le gouvernement a lancé le Plan d’action national sur le changement climatique (PNACC) en juin 2008 pour traiter des questions liées aux changements climatiques.

NAPCC comprend huit missions dans les domaines de l’énergie solaire, l’efficacité énergétique accrue, l’habitat, l’eau, la préservation des écosystèmes de l’Himalaya, la foresterie, l’agriculture et la connaissance stratégique du changement climatique.

Il aborde également les questions relatives à l’atténuation des gaz à effet de serre et l’adaptation aux effets néfastes des changements climatiques sur l’environnement, la forêt, l’habitat, les ressources en eau et l’agriculture.

Dave a dit que 32 Etats et territoires de l’Union (UTS) ont également préparé un plan d’action national sur les changements climatiques (SAPCC).

Liens connexes:

US-developed weapon system may cause global warming: govt (Times Of India)

Nouveau budget de 25 millions d’euros pour HAARP en 2015 !

Des documents du laboratoire de recherche de la Navy confirment que les Etats-Unis créent des nuages de plasma artificiels

Demander des preuves de HAARP  : l’existence du projet n’est absolument pas secrète.  D’ailleurs, il a été vivement critiqué au parlement européen en 1999:

« HAARP peut bouleverser les conditions climatiques. Tout l’écosystème peut être menacé, en particulier dans l’Antarctique où il est fragile. Les trous dans l’ionosphère causés par les ondes radio puissantes qui y sont envoyées constituent un autre effet très grave d’HAARP. L’ionosphère est notre bouclier contre le rayonnement cosmique. L’on espère que ces trous se refermeront, mais l’expérience acquise suite à la modification de la couche d’ozone donne à penser le contraire. Le bouclier de l’ionosphère est fortement percé à plusieurs endroits. »

http://fawkes-news.blogspot.fr/2015/02/des-documents-du-laboratoire-de.html

Nouvel axe géostratégique : Moscou et Téhéran remplacent Damas par… Ankara !

Afficher l'image d'origineBonne nouvelle pour l’Europe : la Turquie est lasse de l’OTAN et le fait savoir !!!

L’axe Moscou-Ankara-Téhéran, à marche forcée

Une deuxième interview en huit jours du ministre des affaires étrangères turc Cavusoglu montre un durcissement de la position turque vis-à-vis du bloc-BAO (OTAN, USA) et, par conséquent, une dialectique de plus en plus chaleureuse pour un rapprochement de type “stratégique” (coopération des armements) avec la Russie. (D’une façon générale, le ministre turc parle de la Russie parce qu’il s’adresse à un canal de communication russe [Sputnik.News, RT en relais, repris par divers médias dont ZeroHedge.com], mais son discours embrasse également, indirectement, les relations avec l’Iran, – où Erdogan doit se rendre la semaine prochaine, – et à la lumière de la nouvelle situation russo-iranienne.)

Les déclarations de Cavusoglu montre une très forte insatisfaction à propos des relations de la Turquie avec le bloc-BAO, notamment vis-à-vis de l’OTAN qui semble poursuivre une politique de rupture des liens de coopération avec la Turquie. Il s’agit de faits concrets, concernant la coopération en matière de défense, notamment “les transferts de technologies et les investissements” : « It seems to us that NATO members behave in an evasive fashion on issues such as the exchange of technology and joint investments. Turkey intends to develop its own defense industry and strengthen its defense system… » cela induit nécessairement une réaffirmation beaucoup plus concrète et immédiate de l’idée d’une coopération en profondeur avec la Russie dans le domaine des armements (« In this sense, if Russia were to treat this with interest, we are ready to consider the possibility of cooperation in this sector »)

(Notre perception à ce point et avant de poursuivre sur le sujet principal abordé ici  [l’axe Moscou-Ankara-Téhéran] est que l’attitude de l’OTAN vis-à-vis de la Russie se manifeste essentiellement depuis le putsch-avorté du 15 juillet et manifeste rien de moins que l’insatisfaction courroucée de l’Organisation que le coup n’ait pas réussi, et cette insatisfaction à l’encontre du pouvoir qui a résisté à cette attaque “entre pays-frères” de l’Alliance. D’une certaine façon, c’est comme si l’OTAN sermonnait la Turquie : “Mais comment est-il possible que vous n’ayez pas laissé ce putsch réussir, puisqu’il correspond à un réalignement qui doit être fait ? ”… Nous caricaturons à peine ; nous pensons qu’effectivement la pensée-Système est à ce point d’aveuglement et d’absurdité. Il suffit de reprendre ce que nous écrivions hier à propos du bloc-BAO, de l’attribuer avec encore plus de force à l’OTAN qui représente la machinerie archétypique de ce vide absolu, et de bien préciser, avec toute l’insistance possible, qu’il s’agit de la pensée-Système et du Système : « Le [Système/l’OTAN] est devenu stratégiquement autiste, intellectuellement plongé dans une totale impuissance conceptuelle. Il semble ne plus savoir qu’une chose, c’est le décompte presque indifférent de ses erreurs, de ses aveuglements, des énormes changements qui se produisent à ses dépens, du chaos qui s’installe sur ses propres territoires… » Dans de telles conditions, il est normal [le “new normal”, comme dirait Soros] que l’OTAN “punisse” la victime du putsch qu’elle a largement contribué à organiser, pour avoir résisté et finalement fait échouer l’opération.)

Pour ce qui concerne les trois pays dont nous parlons, il s’agit d’un pas de trois

Poursuivre la lecture ‘Nouvel axe géostratégique : Moscou et Téhéran remplacent Damas par… Ankara !’ »

Peut-on encore être ‘évangélique’ ? Qu’en penserait LUTHER ?

L’église évangélique luthérienne demande l’expulsion de tous les Juifs de Judée Samarie

L’église évangélique luthérienne demande l’expulsion de tous les Juifs de Judée SamarieL’Église évangélique luthérienne aux Etats-Unis a approuvé une résolution demandant au gouvernement américain pour mettre fin à toute aide à Israël tant qu’un Etat palestinien indépendant ne soit crée.

Le vote lors de l’assemblée triennale tenue à la Nouvelle Orléans a conduit l’église à demander « l’arrêt de tous les investissements dans les entreprises qui profitent de l’occupation israélienne et a appelé le président des États-Unis à reconnaître l’Etat de Palestine ».

Le vote de la résolution anti-israélienne a connu un franc soutien, avec 751 voix pour et seulement 162 contre. Les membres de l’Eglise vont désormais « demander à leurs représentants aux États-Unis, aux sénateurs et à l’Administration de prendre des mesures exigeant que la poursuite de l’une aide financière et militaire américaine à Israël soit conditionnée à un respect des droits humains internationalement reconnus, à l’arrêt de la construction de colonies et de l’expansion des colonies existantes à Jérusalem-Est et en Cisjordanie, la fin de l’occupation du territoire palestinien, et la création d’un état palestinien indépendant.  »

L’Église évangélique luthérienne en Amérique revendique environ 4 millions de membres dans près de 10.000 congrégations.

NdlR : ne pas se mettre sous le même joug ! Quittez Babylone…

Poursuivre la lecture ‘Peut-on encore être ‘évangélique’ ? Qu’en penserait LUTHER ?’ »

Crimée/Ukraine : un point de situation par un journaliste politique US !

CriméeUn peu long, intéressant, à lire jusqu'au bout... 

La provocation en Crimée et la menace de guerre mondiale

Le gouvernement soutenu par les États-Unis à Kiev a placé les forces militaires de l’Ukraine en état d’alerte maximale, et l’armée russe a déclenché une série d’exercices militaires dans la région. La Russie a rapporté vendredi qu’elle avait déployé ses systèmes de défense antiaérienne et antimissile S-400 en Crimée, et le premier ministre du pays, Dmitri Medvedev, a indiqué que Moscou pourrait rompre ses liens diplomatiques avec Kiev. Les États-Unis ont quant à eux signalé qu’ils préparaient d’autres sanctions économiques contre la Russie.

Le Financial Times de Londres a décrit franchement la situation dans un éditorial en écrivant que «L’Ukraine et la Russie sont une fois de plus au bord de la guerre ouverte». Le quotidien a ajouté que «la situation en Ukraine demeure la plus grande menace à la paix en Europe depuis 1945». Conformément aux politiques belliqueuses de l’administration Obama et du gouvernement conservateur britannique de la première ministre Theresa May, le journal a recommandé l’intensification des menaces contre la Russie.

Les informations fournies par Moscou tracent le portrait d’une opération totalement criminelle organisée par le régime de Kiev. Des escouades des forces spéciales ont tenté deux incursions en Crimée entre le 6 et le 8 août, appuyées par un tir de couverture des forces régulières ukrainiennes. Un membre des services de sécurité et un soldat russes ont été tués dans les attaques.

Les commandos ukrainiens transportaient des explosifs improvisés, des mines, des grenades et des armes d’assaut. La télévision d’État russe a diffusé la confession d’un des agents des forces spéciales qui a déclaré qu’ils visaient à faire exploser un traversier, une raffinerie de pétrole et une usine de produits chimiques, ainsi que d’autres cibles.

Au cours des deux dernières années et demie, les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN ont invoqué la question de la Crimée comme prétexte pour le déploiement de forces militaires à la frontière de la Russie, supposément pour contrer l’«agression» et l’«expansion» de Moscou. Des groupes de combat de l’OTAN de mille soldats chacun sont déployés en Pologne et dans les trois républiques baltes. Ils sont appuyés par une nouvelle Force de réaction rapide qui est capable de déployer 40.000 soldats dans la région en quelques jours. Des exercices militaires sont organisés en continu sur le flanc ouest de la Russie.

La crise en Ukraine et les développements en Crimée sont le résultat direct, non pas d’une agression russe, mais bien du coup d’État orchestré par les États-Unis et l’Allemagne qui a renversé le gouvernement élu du président Viktor Ianoukovitch en février 2014. Ayant à sa tête des milices fascistes, cette opération, financée et dirigée par Washington et Berlin, a porté au pouvoir un régime anti-russe d’extrême droite sous la direction de l’oligarque Petro Porochenko. Ce régime, qui baigne dans la corruption et qui est sous la menace constante des sbires néonazis qui étaient les troupes de choc du coup d’État, gouverne en pleine intensification de crise économique et mène une guerre contre la population civile du Donbass, une région à majorité russophone.

Dans la foulée du coup d’État, la Crimée, dont la majorité de la population parle le russe, a voté dans un référendum à très grande majorité pour quitter l’Ukraine et intégrer la Russie. Sous l’Union soviétique, cette péninsule faisait partie de la République socialiste fédérative soviétique de Russie et n’a été transférée à la République socialiste soviétique d’Ukraine qu’en 1954, un geste administratif qui visait à promouvoir le développement soviétique dans son ensemble.

La dissolution de l’Union soviétique a transformé l’importance de ce transfert de territoire. La ville de Sébastopol sur la péninsule de Crimée a servi de base à la flotte russe, et ensuite soviétique, de la mer Noire depuis le 18e siècle. Pour la Russie, le sort de la Crimée est une question fondamentale qui détermine son accès à la mer Noire et à la Méditerranée.

La crise actuelle est, en dernière analyse, une des terribles conséquences de la trahison finale par la bureaucratie stalinienne de la révolution d’Octobre 1917, qui avait établi l’État ouvrier. En 1991, la bureaucratie a liquidé l’URSS et entamé le processus de restauration du capitalisme.

En tentant d’entrainer la Russie dans un conflit armé pour la Crimée, l’impérialisme américain mène une politique dont l’imprudence est à couper le souffle. Mais c’est justement le caractère de la politique étrangère des États-Unis au cours du dernier quart de siècle de guerres sans fin, et de plus en plus nombreuses, au Moyen-Orient.

La confrontation que les États-Unis cherchent à provoquer en Crimée n’est pas séparée de ces guerres. Elle est liée aux frustrations des États-Unis sur le fiasco de son opération de changement de régime en Syrie, où l’appui de la Russie pour le gouvernement du président Bachar Al-Assad a réussi à repousser les milices liées à Al-Qaïda qui jouaient le rôle de forces par procuration pour les États-Unis sur le terrain. Cette crise de la politique américaine a été aggravée par l’échec le mois dernier du coup d’État, appuyé par les États-Unis, tenté contre le président turc Recep Tayyip Erdogan, ainsi que par le rapprochement entre Ankara et Moscou.

Le gouvernement russe, qui représente une couche d’oligarques criminels qui se sont enrichis par le pillage de la propriété d’État après la dissolution de l’Union soviétique, ne dispose pas d’une politique cohérente pour faire face à l’escalade de la crise. Des éléments au sein du gouvernement de Vladimir Poutine veulent éviter une confrontation et négocier à tout prix une entente avec l’Occident. Mais les appels à la raison dirigés vers les États-Unis tombent dans l’oreille d’un sourd.

D’autres font la promotion du chauvinisme grand-russe et de la force militaire, y compris l’arsenal d’armes nucléaires qui reste de l’ex-Union soviétique, pour défendre le pays contre l’encerclement militaire et sa réduction à l’état de semi-colonie par l’Occident. Sans aucune orientation stratégique claire et intégrée, et dans l’incapacité totale de faire appel aux sentiments antiguerre de la population mondiale, le régime Poutine trébuche d’une crise à l’autre et intensifie le risque de guerre.

Les développements extrêmement dangereux en Crimée démontrent la signification de l’hystérie anti-Poutine qui a été alimentée dans la campagne électorale américaine, où la candidate démocrate Hillary Clinton a lancé une chasse aux sorcières contre le candidat républicain fascisant Donald Trump en le qualifiant essentiellement d’agent de la Russie, et dans la croisade hypocrite visant à bannir les athlètes russes des Jeux olympiques de Rio. Ces deux campagnes ont pour but de préparer l’opinion publique à une confrontation militaire avec la Russie.

Les États-Unis se préparent à aller en guerre contre un pays qui dispose de l’arme nucléaire, mais il n’y a aucun débat à ce sujet dans la campagne électorale, au Congrès ou dans les médias de la grande entreprise. Aucune donnée n’est fournie sur le nombre de morts que pourrait entrainer une guerre entre l’Ukraine et la Russie, et encore moins sur les conséquences catastrophiques d’une guerre qui entrainerait les États-Unis et l’OTAN dans un échange nucléaire avec Moscou.

Bien que l’élite dirigeante américaine a tenté historiquement d’attendre la fin des élections pour déclencher de nouvelles guerres, afin d’empêcher que la question du militarisme devienne un enjeu de débat national, il est loin d’être certain que la guerre qui se prépare actuellement pourra attendre jusqu’à la fin du mois de novembre, étant donné les derniers développements.

Si cette nouvelle éruption du militarisme américain est reportée, ce ne sera que de courte durée. La crise du capitalisme mondial et les contradictions insolubles du système d’États-nations menacent d’entrainer l’humanité dans une autre guerre mondiale.

Bill Van Auken

Article paru d’abord en anglais, WSWS, le 13 août 2016

Bill Van Auken (born 1950) is a politician and activist for the Socialist Equality Party and was a presidential candidate in the U.S. presidential election of 2004, announcing his candidacy on January 27, 2004. His running mate was Jim Lawrence. He came in 15th for the popular vote, receiving 1,857 votes.In November 2006, Van Auken ran for the United States Senate seat held by Hillary Clinton. He finished in fifth place, with 11,071 votes.  Van Auken is a full-time reporter for the World Socialist Web Site, and resides in New York City.  In the U.S. presidential election of 2008 he was the vice presidential nominee of the same party.

 

Poursuivre la lecture ‘Crimée/Ukraine : un point de situation par un journaliste politique US !’ »

Carrefour géopolitique en vue : L’Europe sera-t-elle sino-russe, étatsunienne ou… européenne ?

Glissements géopolitiques


Les implications à venir de l’éloignement des plaques tectoniques géopolitiques de l’Europe et des États-Unis


EU and US flags seen beneath the moon
© AP Photo / Virginia Mayo

Commentant ce qu’il voit comme une nouvelle tentative des décideurs américains d’utiliser l’Europe comme bélier contre la Russie, un blogueur russe, analyste géopolitique prodigieux, s’interroge sur les implications des efforts titanesques déployés par la Russie et la Chine pour détacher le continent européen de l’étreinte de Washington.

Dans son analyse, publiée par la plate-forme d’analyse PolitRussia, le blogueur et journaliste indépendant, sous le pseudo crimsonalter, suggère que lorsqu’il s’agit de déterminer la stratégie de la Russie envers l’Europe, « cela devient simple et clair pour quiconque a étudié l’histoire du 20ème siècle. »

« Aujourd’hui, nous assistons à une troisième tentative [en cent ans] pour utiliser l’Europe continentale comme bélier contre la Russie, Washington espère utiliser la même astuce simple » note le blogueur. À la base, la stratégie appelle les Européens et les Russes à en découdre, politiquement et économiquement, et peut-être même militairement, avec les États-Unis intervenant au dernier moment pour ramasser les morceaux, ainsi que les dépouilles de la victoire.

Polish farmers and horticulturists protest in Warsaw
Ruineuses ou pas, Washington insiste pour que l’Europe maintienne ses sanctions anti-russes © SPUTNIK / FILIP Klimaszewski

« Heureusement, ajoute le blogueur, le Kremlin trouve un tel scénario inacceptable … Les résultats du travail consistant de Moscou auprès des forces indépendantes d’esprit au sein de l’élite européenne, qui sont elles-mêmes insatisfaites de la perspective de devenir un simple bélier contre la Russie, se manifestent plus qu’ailleurs dans le domaine probablement le plus important, l’économie. »

Il est important de souligner que le principal conflit géopolitique dans le monde d’aujourd’hui n’est pas la Syrie, et certainement pas l’Ukraine, mais le conflit autour du Traité pour le commerce et les investissements du partenariat transatlantique – le TTIP − que les États-Unis tentent de forcer en Union européenne. Cet accord comprend des milliers d’articles, décrivant la coopération économique, technique et même juridique entre les États-Unis et l’UE.

De plus, alors que le TTIP a été présenté au public comme une « version plus forte » d’un simple accord commercial ordinaire, le blogueur remarque : « son caractère majeur est l’élimination totale de la souveraineté européenne. Sous prétexte de protéger les intérêts des investisseurs institutionnels américains, il est proposé que des tribunaux d’arbitrage privés puissent bloquer les lois adoptées par le Parlement européen, dans le cas où elles menaceraient les intérêts des entreprises américaines. »

En fait, si elle devait signer le TTIP dans sa forme actuelle, l’UE deviendrait une colonie des États-Unis, avec moins de droits que Porto Rico. Il est évident que Washington va utiliser toutes les méthodes d’influence à sa disposition pour signer l’accord le plus tôt possible.

« Mais ici, fait remarquer le blogueur, ceux qui pensent que l’Europe est déjà une colonie faiblement consentante des États-Unis, ont été frappés par un fait qui a brisé leurs attentes à priori : l’UE, par le truchement de l’Allemagne et de la France, a réussi à échapper à la signature de l’accord. Entre-temps, toutes les tentatives de l’introduire en douce à travers le Parlement européen n’ont également abouti à rien, comme toutes les négociations directes entre Washington et Bruxelles. »

Depuis deux ans, toutes sortes d’experts et de leaders d’opinion, convaincus de l’omnipotence des États-Unis, ont déclaré que le TTIP était une fatalité, et que si Obama exige qu’il soit signé, il sera signé, l’Europe n’ayant pas d’échappatoire. Ceux qui espéraient que l’élite européenne pourrait afficher son indépendance ont été déconsidérés comme vivant dans une chimère.

Cependant, les événements ont prouvé le contraire. Non seulement le TTIP n’a pas été signé, mais il exhale son dernier souffle, Washington reconnaissant déjà publiquement que l’accord doit être signé avant la fin du mandat du président Obama, ou sinon il court le risque d’être reporté indéfiniment.

Protesters depicting Statue of Liberty (L) and Europa on the bull take part in a demonstration against Transatlantic Trade and Investment Partnership (TTIP) free trade agreement ahead of U.S. President Barack Obama's visit in Hannover, Germany April 23, 2016
Adieu TTIP ? Le destin de l’accord commercial est dans la balance © REUTERS / KAI PFAFFENBACH

Les chances de Washington pour conclure l’affaire ont commencé à faiblir après que le Parlement européen a adopté une série d’exigences, y compris l’élimination des tribunaux supranationaux, ainsi que l’exigence de voir les sociétés américaines subordonnées aux lois européennes.

Le blogueur a rappelé que : récemment, les esprit indépendants de l’élite européenne ont décidé de frapper un autre coup contre les ambitions américaines : le Premier ministre français Manuel Valls a dit que l’accord sur le TTIP demeurerait impossible s’il ne prenait pas en compte les intérêts européens.

« Aucun accord de libre-échange ne devrait être conclu s’il ne respecte pas les intérêts de l’UE. L’Europe doit être ferme. La France sera vigilante à ce sujet »,  a déclaré Valls. « Je peux vous le dire franchement, il ne peut pas y avoir d’accord de traité transatlantique. Cet accord n’est pas sur la bonne voie », a-t-il ajouté.

Pour sa part, le blogueur remarque : Les médias américains ont noté avec tristesse que la sortie du Royaume-Uni de l’UE saperait encore plus toute chance d’obtenir l’accord, puisque Londres a été l’un des principaux partisans du TTIP au sein du bloc.

Election workers in the United Kingdom counting ballots following the country's vote on EU membership, June 24, 2015
Décompte des bulletins au Royaume-Uni après le vote du pays sur le Brexit le 24  juin 2015 © SPUTNIK / ALEXEY FILIPPOV

Dans cette optique, le blogueur a ajouté, « Il est significatif que la chancelière allemande Angela Merkel ait décidé de revenir à l’idée d’un espace économique commun s’étirant de Lisbonne à Vladivostok. Quel que soit le scepticisme des commentateurs russes, ce geste doit être pris très au sérieux, même si ce n’est qu’une étape … destinée à accoutumer progressivement la société européenne − et même une partie de l’élite − à ce qui peut sembler maintenant comme le plus improbable des scénarios futurs. »

Committee on Eastern European Economic Relations
Aucune unité en Allemagne ? Le front anti-russe semble s’effriter © PHOTO: C. HIMMIGHOFFEN / OST-AUSSCHUSS.DE

Plusieurs autres événements, y compris les résolutions des législateurs italiens en faveur de la reconnaissance de la Crimée dans le cadre de la Russie, la critique formulée par le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier contre les exercices de l’OTAN sur les frontières de la Russie, et la visite du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker au Forum économique international de St. Petersbourg − malgré les protestations du Département d’État américain − devraient être considérées dans la même optique, selon l’analyste.

C’est dans ce même contexte que le travail conjoint des présidents de la Russie et de la Chine devrait être jugé. Ils tentent d’offrir aux Européens − et pas seulement à eux − une autre vision de l’avenir, sans subordination aux États-Unis. La tentative d’arracher l’Europe aux griffes des États-Unis, ou plus précisément d’aider les esprits indépendants de son élite économique à le faire, est un projet russo-chinois commun, de la même importance à Moscou qu’à Pékin.

En fin de compte, le blogueur écrit : Il ne faut pas oublier que le principal projet géopolitique de la Chine − la ceinture économique des Routes de la soie − sera totalement dénué de sens si l’Europe n’y participe pas, ou si les règles du jeu sur le continent européen sont décidées à Washington. Dans le même temps, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi la Russie est aussi nécessaire dans cet arrangement. D’une part, Moscou peut agir en tant que garant de la sécurité sur le continent européen. De l’autre, il peut servir en tant que gestionnaire du « pont logistique » entre l’Europe et la Chine, lequel ne peut pas être bloqué par un groupe aéronaval [US].

Si le projet de détacher l’Europe de l’étreinte de Washington est réussi, toutes les futures tentatives américaines pour maintenir son hégémonie mondiale seront isolées du plus grand continent du monde. « Pour le bien de la réalisation de ce scénario, il vaut la peine de faire un effort » conclut le blogueur.

Traduit et édité par jj, relu par Catherine pour le Saker Francophone

Baron de Rothschild : BANK RUN programmé par l’élite européenne

rothschild jacob terra incognita experimentationJacob Rothschild : « Les banques centrales se livrent à la plus grande expérimentation de tous les temps »

« Dans un contexte de croissance économique atone, les banques de détail souffrent des bas taux d’intérêt imposés par leurs banques centrales. Selon Rothschild, la situation est inédite, façon de dire qu’une telle politique est pour le moins risquée.

«Les banques centrales sont en train de mener la plus grande expérimentation en matière de politique monétaire de l’Histoire mondiale. Nous sommes en territoire inconnu et il est impossible de prédire les conséquences de la politique de bas taux d’intérêt en conjonction avec la politique d’assouplissement monétaire», analyse Jacob Rothschild, 4ème baron du nom et président de la Rothschild Investment Trust (RIT).

Depuis juin 2014, la Banque centrale européenne (BCE) applique aux banques des taux d’intérêt négatifs. En clair, les banques qui font des dépôts de liquidités auprès de la BCE doivent payer des intérêts de l’ordre de 0,4%. Une politique inédite déjà appliquée par d’autres banques centrales dont celles du Japon, de la Suisse.

Des conséquences «imprévisibles»

Le but ? Lutter à la fois contre la déflation mais aussi encourager les banques à prêter de l’argent à l’économie réelle tout en les dissuadant de thésauriser les masses de «liquidités» – en réalité des lignes de crédit électroniques sans contre-partie réelle – que les banques centrales mettent à disposition des banques via la politique de «quantitative easing» (QE), la version 2.0 de la planche à billets. Mais ainsi que le relève Jacob Rothschild, dans un contexte économique atone et une «croissance anémique», les liquidités ne s’orientent pas vers l’économie réelle mais sont plutôt captées pour alimenter les marchés financiers, marchés de plus en plus déconnectés de l’économie réelle.

Une situation inédite dans l’histoire mondiale de la finance

Et dans ce contexte de crise, les taux d’intérêts négatifs imposés par les banques centrales réduisent les marges des banques qui se retrouvent prises en ciseau alors qu’elles doivent servir des intérêts aux déposants.

Une situation intenable à long terme pour les banques qui devront tôt ou tard répercuter cette taxe sur les dépôts de leurs clients, à savoir les épargnants. En mars 2016 déjà, selon le Frankfurter Allgemeine, l’Association des caisses d’épargnes de la Bavière demandait à ses caisses-membres de stocker leurs billets plutôt que de les confier à la BCE, afin d’éviter de «payer» pour avoir le droit de faire des dépôts auprès de la banque centrale, la «banque des banques».

world-currency-resetVers la taxation des dépôts des particuliers ?

Selon la Bundesbank, la politique de taux négatifs de BCE aurait ainsi déjà coûté depuis sa mise en place quelque 248 millions d’euros aux banques allemandes. Et pour la Fédération bancaire française, on serait passé de l’«autre côté du miroir», dans un monde où les règles de la physique n’auraient plus cours, les banques devant acheter des titres de dettes souveraines à taux d’intérêt négatif qui leur font perdre de l’argent.

En juin dernier le groupe BPCE (Banques populaires et Caisses d’épargne) a ainsi brisé un tabou et évoqué la possibilité de faire payer les déposants. En effet, dans un tel monde virtuel où tout serait inversé, le déposant paierait pour confier ses avoirs à une institution financière alors que depuis l’invention de la monnaie, le créancier tirait un bénéfice de son prêt par le biais des intérêts. Mais bonne nouvelle : les détenteurs d’un crédit gagneraient de l’argent… »

Sources : Sputnik/ RT/ ZeroHedge

NdlR : l’objectif non avoué reste l’abandon de l’argent liquide… car à taux négatif, les épargnants garderont leur cash à la maison dans le matelas, générant un BANK RUN mondial. Qu’il faudra bien traiter avec des mesures d’exception comme : »ramener votre argent liquide avant le xx/XX/2017 (?) ou il ne vaudra plus rien… »

JOVANOVIC : LA PESTE DU TAUX NEGATIF CONTINUE A SE REPANDRE DANS LES GRANDES BANQUES EUROPEENNES /  Trois banques européennes ont informé leurs clients qu’elles vont être obligées d’appliquer les taux négatifs sur les comptes des clients afin, je cite « de se protèger » (LooL). Ces trois sont à ajouter aux banques suédoises et autres qui pratiquent le taux négatif, poussant les clients à changer de banque et/ou ) acheter de l’or pour éviter de se faire trop massacrer.

La banque hollandaise ABN Amro, et les deux anglaises Royal Bank of Scotland et NatWest (les trois étaient en faillite en 2008 et sauvées par l’argent des contribuables) ont décidé donc de se protéger contre les taux négatifs…

Traduction: cela veut dire que les clients de ces banques vont devoir PAYER pour que la banque garde leur argent. Exemple: si votre entreprise a, disons, 200.000 euros sur son compte courant, elle sera taxée à raison de 0,4% ou plus sur la totalité de la somme.

Bienvenue dans le monde déstructeur des taux négatifs… The Independant écrit (en se censurant de manière éhontée): « Hundreds of thousands of NatWest business customers have been warned that they could be made to pay a fee for having a credit balance. The announcement opens the way for a high street bank to introduce negative interest rates -with savers effectively penalised for depositing money- for the first time in Britain.« … Lire ici le Guardian, ici The Independent et ici le Times.

PS: parions que dès octobre, les banques french imiteront leurs cousines anglaises et hollandaises. Attention à votre tréso…

Poursuivre la lecture ‘Baron de Rothschild : BANK RUN programmé par l’élite européenne’ »

Référendum hongrois du 2 octobre et réfugiés islamistes : Viktor Orban (Hongrie) VS J.C. Junker (Europe)

hongrie-resistance-mondialismeLa Hongrie pourrait jouer un rôle important le 2 octobre 2016

Il y aura des élections importantes le 2 octobre prochain. Plus précisément un référendum sur la question des migrants et les exigences de Bruxelles. Rappelons que ce peuple hongrois a subi durant cent-cinquante ans la domination ottomane, des guerres contre l’Autriche, sans oublier la domination impitoyable des Soviétiques… financés adroitement par les agents doubles placés aux points clés des différentes administrations américaines.

Les Hongrois, qui ont déjà tellement souffert de l’occupation étrangère, vont-ils se coucher comme les Français parce qu’une technocratie bruxelloise veut imposer aux Etats membres des quotas de migrants ?

Est-ce que les peuples européens sont responsables des pactes conclus entre leurs politiciens veules et lâches, avec des sectateurs du Diable, haineux de la civilisation chrétienne européenne ? D’une certaine manière, oui, puisque les peuples ont les gouvernements qu’ils méritent.

Rappelons qu’en 2015, 400 000 réfugiés sont arrivés en Hongrie devant des hauts fils de barbelés érigés le long de la frontière qu’elle partage avec la Serbie ?

Le technocrate J.C Junker a dit que c’était une folie de consulter les peuples. Combien d’anciens pays de l’Est, soumis désormais à Bruxelles et à ses valeurs amorales, feront-ils le pas de défier les commissaires bruxellois en exigeant un référendum ?

L'Europe a été _trahie_ par une _conspiration_de-financiers_et-dirigeants_non_elusLa plèbe eurocrate s’était levée comme un seul homme pour condamner l’odieux V. Orban qui avait refusé de suivre les promoteurs du Prix Charlemagne et de son héros cuvée 2016, avec son franc parler dissonant. Lui au moins a été réélu haut la main. Combien de politiciens européens franchouillards et couards ont connu un tel succès ?

Souhaitons que les Hongrois donneront une leçon aux autres nations qui n’osent pas, et sont les soumis non pas du Califat, mais des mondialistes qui se cachent derrière le projet de Califat pour arriver à leurs fins ».

« Le porte-parole du gouvernement hongrois, Zoltan Kovacs, a rejeté « de la façon la plus ferme » le plan de la Commission de Bruxelles pour faciliter l’accueil des migrants en Europe et l’a jugé « stupéfiant ». La Hongrie continuera à s’entendre avec ses voisins pour freiner l’invasion par tous les moyens disponibles.

« Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, partisan d’une ligne dure face à la crise des migrants, a affirmé vendredi que l’Europe avait été « trahie » à cet égard par une conspiration menée par de puissants financiers, la gauche et des responsables non élus.

« L’Europe a été trahie, si nous ne défendons pas (ses intérêts), le continent n’appartiendra plus aux citoyens qui vivent ici », a déclaré M. Orban lors d’une conférence à Budapest.

Il a notamment mis en cause le financier américain d’origine hongroise George Soros, affirmant que les plans « de financiers bien organisés, ceux qui pensent au-delà des Etats-nations, et de dirigeants qui n’ont jamais été élus » pourraient devenir réalité.

Il a également accusé la gauche européenne d’oeuvrer à l’affaiblissement des Etats-nations au profit de la dimension internationale et du cosmopolitisme.

« Il est difficile d’imaginer » que d’importants pays européens dotés « d’immenses services de renseignement fonctionnant bien » n’aient pas été préparés à l’afflux quotidien de milliers de réfugiés en Europe, a-t-il dit.

LIESI, le 20 août 2016

NdlR : nous pensons aussi que, derrière les velléités de Califat, se cachent d’autres puissances : comment penser en effet que les élites européennes (sic) soient à ce point adeptes du suicide collectif ?  L’Europe, qu’en restera-t-il après ce nouveau référendum hongrois ?  

Charles Gave : Les élites ont failli dans leur tentative de dictature, l’Europe va exploser .  Charles Gave à l’occasion du Brexit : « On a transféré toute une série de pouvoirs à des gens non élus » :Invité de l’émission de Nicolas Doze sur BFM Business, Charles Gave, économiste et entrepreneur français, président du think tank libéral « Institut des Libertés », confirme ce que de plus en plus d’esprits éclairés et de français pensent : l’Union Européenne est une construction antidémocratique tenue par des technocrates, et par des oligarques méprisant la démocratie, le peuple, et les référendums.

Poursuivre la lecture ‘Référendum hongrois du 2 octobre et réfugiés islamistes : Viktor Orban (Hongrie) VS J.C. Junker (Europe)’ »

La paradoxe Israël au risque de l’implosion… tribune libre.

Avec deux ennemis irréductibles d’Israël, comme Guidon Levy et Rav Steinman, qui a encore besoin des Palestiniens ?

Tribune libre de Arié (http://geopolitique-biblique.blogspot.fr/search?updated-max=2016-07-23T10:38:00-07:00&max-results=7)

Aux deux coins de l’échiquier politique, spirituel, religieux et moral israélien, sévissent deux personnages dont l’influence en Israël, en Diaspora et dans l’opinion publique internationale, égale celle des Palestiniens. Fabriqués à partir de deux moules qui auraient dû être brisés depuis longtemps parce qu’ils continuent à produire des spécimen analogues, ils continuent à vicier l’air que nous respirons et qu’hument avec délices nos ennemis arabes, iraniens et les médias internationaux.

A ma gauche Guidon Levy, la passionaria des pôv Plishtin, qui nous déclare tout de go que le Jour de la Libération de Jérusalem devrait être déclaré jour de deuil national. Raison invoquée, d’ordre médical, Jérusalem est la ville qui envoie les métastases de l’occupant dans chaque quartier palestinien. Jérusalem est au-delà du mal, elle agonise d’un cancer final qu’aucune chimiothérapie n’a réussi jusqu’à présent à guérir. Seulement voilà il suffirait de placer tout  Jérusalem sous contrôle palestinien pour que, O miracle, elle guérisse subitement.

A ma droite, des Rabbins ultra-orthodoxes;  Aharon yehouda leib Steinman, הרב אהרון יהודה לייב שטיינמן »le décisionnaire ultime de notre génération » en tête, qui déconseille fortement/interdit aux Juifs français de faire leur Allyah. Raison invoquée : en Israël on transformera leurs enfants en Hilonim, laïcs dévoyés. Il vaut mieux donc que les Juifs français émigrent aux Etats Unis de sorte que leurs enfants continuent à étudier dans un environnement religieux, hors de l’influence des Autorités. Enfin, le Messie n’est pas encore arrivé, n’est-ce pas, alors où est l’urgence d’immigrer en Israël ? Les Juifs français n’ont pas à craindre les barrières de la langue, les difficultés économiques … tout ce qui doit les inquiéter c’est qu’on dévoie leur progéniture – rappelez-vous l’épisode des enfants de Téhéran. A préciser tout de même que Rav Haïm Kanievsky et d’autres orthodoxes ne partagent pas cet avis et encouragent les Juifs à monter en Israël.

La grande question est: où se rejoignent Guidon Levy et Rav Steinman ? La réponse fuse, allant de soi : c’est l’existence même de l’Etat d’Israël dans lequel nous vivons. Un état pourri, dévoyé, cancéreux, colonialiste, qui viole le droit basique de l’Autre qui n’est pas juif et qui, version harédi, transforme ses habitants en juifs séculiers sans écoles toraïques, sans religion , sans Yeshivot ni collelim, ni synagogues (alors qu’elles fleurissent à tous les coins des rues). Vive la mauvaise foi. Alors Guidon et Aharon Yéhouda Leib conseillent aux citoyens juifs israéliens de quitter le pays ou de ne pas y immigrer, ce qui revient au même.

Je considère que ces deux personnages et tous ceux qu’ils représentent constituent les vraies métastases dont souffre l’Etat hébreu, d’autant plus qu’ils conseillent aux Juifs d’aller voir ailleurs si l’herbe n’est pas plus verte, eux mêmes, solidement installés dans ce pays. Guidon Levy, pour continuer à seriner son venin via Haaretz aux média internationaux, trop heureux de reprendre sa prose, et Rav Steinmann et ses suiveurs à décourager la montée à Sion des  Juifs de France, tout en profitant honteusement de tout ce que leur donne Israël. Même en l’absence du Messie, l’Etat juif est, sommes toutes, une bonne vache à lait.

NdlR : tout royaume divisé contre lui-même ne peut subsister…

Nazional Socialism et Islam : une même pulsion au service d’un même projet!

Hitler fasciné par l’Islam: « le seul prophète que je vénère est Mahomet » On est sans cesse éberlué  par la fascination qu’exerce l’Islam sur le politiques et les journaleux occidentaux et on oublie de se reporter quelques dizaines d’années en arrière pour se rappeler à quel point Hitler était subjugué par l’Islam et sa doctrine guerrière.  Quelques citations et leurs références. 1/ Si à Poitiers Charles Martel avait été battu, la face du monde eût changé. Puisque le monde était déjà voué à l’influence judaïque (et son sous-produit, le christianisme, est une chose si fade!) il eût beaucoup mieux valu que le mahométisme triomphât. Cette religion récompense l’héroïsme, elle promet aux guerriers les joies du septième ciel… Animés par un tel esprit, les Germains eussent conquis le monde. C’est le christianisme qui les en a empêchés. (Libres propos sur la guerre et la paix recueillis sur l’ordre de Martin Bormann, Adolf Hitler, éd. Flammarion, 1954, t. 2, 28 août 1942, p. 297) 2/ Nous avons la malchance de ne pas posséder la bonne religion. Pourquoi n’avons-nous pas la religion des Japonais, pour qui se sacrifier à sa patrie est le bien suprême ? La religion musulmane aussi serait bien plus appropriée que ce christianisme, avec sa tolérance amollissante. (Au cœur du troisième Reich, Albert Speer, propos d’Adolf Hitler, éd. Fayard, 1971, p. 138) 3/ Les peuples régis par l’Islam seront toujours plus proches de nous que la France, par exemple, en dépit de la parenté du sang qui coule dans nos veines. Le malheur veut que la France ait dégénéré au cours des siècles et que ses élites aient été subverties par l’esprit juif. Cela a pris de telles proportions que cela est irréparable. La France est condamnée à faire une politique juive. (Testament politique d’Hitler, Adolf Hitler, notes de Martin Bormann, préface de Trevor-Roper, éd. Fayard, 1959, 2 avril 1945, p. 180) 4/ Je conçois que l’on puisse s’enthousiasmer pour le paradis de Mahomet, mais le fade paradis des chrétiens ! (Libres propos sur la guerre et la paix recueillis sur l’ordre de Martin Bormann, Adolf Hitler, éd. Flammarion, 1952, t. 1, 13 décembre 1941, p. 141) Il convient également de rappeler que déjà dans les années 30 on assiste en Allemagne à une vague de conversionsà l’Islam. Dans la seule ville de Berlin quelques 3000 allemands se convertirent. On justifia l’apparente opposition entre la nécessité d’exterminer les Sémites et la conversion à l’Islam en expliquant que, contrairement au Christianisme, la religion musulmane est une religion de guerriers et de ce fait convient aux « Lions purs » que sont les SS  et autres unités de choc allemandes. Il fallut  même remplacer le terme antisémitisme (Antisemitismux) par antijudaïsme (Antijaismus). Hitler et Himmler étaient proprement emballés par l’Islam et le Fuhrer de déclarer : « le seul prophète que je vénère est Mahomet, et nous n’avons vraiment pas eu de chance d’hériter d’une religion qui ne nous convient pas ». Par ailleurs les Musulmans dans le III e Reich ont toujours bénéficié d’un statut élevé. Rappelons également qu’Hitler insista pour créer une Division musulmane. Il s’agit de La 13e division de montagne de la Waffen-SS Handschar (en bosnien Handžar). Le Mufti  de Jérusalem Mohammed Amin al Husseini  ainsi que le  Mufti de Mostar participèrent activement au recrutement de ses membres.

Tribune libre à Salem ben Ammar : « Le voile est le linceul dans lequel l’islam enveloppera un jour la liberté en Occident… »

La liberté a des principes que les lois de la république ignorent. Il lui est intolérable moralement et politiquement que les partisans du pire système idéologico-religieux qui puisse exister ait l’outrecuidance de s’en servir comme voile pour masquer leurs desseins mortifères et totalitaires dont la finalité est de la réduire en cendres.

Il n’y a pas plus insupportable à ses yeux que ses pires ennemis obsédés par sa destruction se revendiquent d’elle pour abuser de la vigilance de l’opinion publique de plus en plus méfiante et hostile à leur . Elle n’est pas naïve pour tomber dans le piège de leur manoeuvre inique et sournoise, ni dupe de leur mauvaise foi et de leur tentative d’escroquerie intellectuelle.

Elle est consciente et avertie qu’un musulman qui défend la liberté qui est un concept inconnu dans leur culture et que le mot lui-même est récent dans la langue du Coran et se confond phonétiquement avec houria en arabe, houri, est comme si les membres du Polit Bureau du Soviet suprême prônait la liberté d’expression.

Ces musulmans et tous les idiots utiles qui cherchent à faire ce symbole de l’oppression de la femme qu’est le voile comme étant une adhésion libre et sans équivoque à la liberté de cette dernière sont ceux-là-mêmes qui un jour ils la décapiteront à l’image du sort que les pays musulmans lui font subir aujourd’hui.

Afficher l'image d'origine

Un concept dont l’humanité ne leur est pas redevable, du latin, liber, libre qui définit selon la Toupie : » l’état d’une personne ou d’un peuple qui ne subit pas de contraintes, de soumissions [, TOUT LE CONTRAIRE DE L’ISLAM], de servitudes exercées par une personne, par un pouvoir tyrannique [ sur le modèle saoudien, iranien ou la Turquie d’Erdogan qui se rêve en Clife] ou par une puissance étrangère; c’est aussi l’état d’une personne [la femme musulmane dans le cas d’espèce] qui n’est ni prisonnière ni sous la dépendance de quelqu’un [ son tuteur dans le droit musulman qui est généralement son conjoint] », selon état d’hommes libres et libérés de toutes contraintes savent-ils qu’ils violent les dogmes de leur système de croyance ?

La femme musulmane dans son pays d’origine n’est pas plus libre dans le choix de son mode de vie qu’un travailleur immigré en Arabie Saoudite ou le Qatar dans ses mouvements.

Etre libre n’est pas faire l’objet d’interdits vestimentaires de caractère pseudo religieux. Une femme n’a pas besoin pour exister socialement et humainement à l’abri du regard de l’homme ce qui ne la protège pas pour autant de ses velléités sexuelles dans les rues comme c’est le cas au Caire.

La liberté a des règles que le droit et les traditions culturelles qui figent l’homme dans le marbre mortuaire de l’archaïsme et la réaction ignorent.

Le voile est l’antithèse de la liberté par excellence, il est la marque de fabrique de l’idéologie musulmane inhumaine, misérable, despotique, liberticide, inégalitaire, ultra-machiste et discriminatoire

Et celles et ceux qui utilisent le voile comme une forme de liberté retrouvée chez la femme musulmane doivent savoir que le voile était à l’origine réservé aux femmes prostituées et dont le port ne peut être interprété que comme une véritable prostitution des droits de la femme.

Il est temps que la manipulation du concept liberté cesse de servir de cache-sexe et d’enfumage aux promoteurs du retour toutes voiles dehors sur le monde des ténèbres dans lequel Mahomet et ses sbires ont plongé la société arabe. D’une société où la femme n’était pas voilée l’est devenue avec l’apparition de l’engeance islamique.

Ces femmes voilées sont les premières alliées de leurs bourreaux et les ennemies de leurs propres coreligionnaires féminines en bute au despotisme masculin sous couvert de la religion.
En Occident elles peuvent effectivement sous protection de la loi sur les libertés le porter mais chez elles, dans leurs pays d’origine elles sont bien souvent contraintes et forcées à le porter.

Elles ne font qu’ exhiber ostentatoirement les signes de l’infamie de leurs conditions humaines au nom de leur soi-disant liberté.

Etre libre n’a jamais été synonyme d’étalage sur la place publique de son état d’aliénation aux dogmes machistes et barbares.

Être libre ne consiste pas à sortir de la naphtaline de l’histoire l’image du voile de la femme prostituée et l’oppression et la négation de ses droits.

Être libre est d’accepter les codes en vigueur dans son pays d’accueil ou se casser.

Quand on est libre on ne fait pas des signes prosélytes et communalistes un étendard de liberté. Ces femmes ne savent pas les temps immémoriaux que le port du voile n’a jamais été un acte libre il a toujours été imposé par les hommes aux femmes.

La première des libertés est de scier les barres de sa prison et non pas d’en faire une gloriole comme si on était fière d’être une bagnarde au service de son laboureur ici bas si elle ne veut pas crever en enfer.

Son voile est l’attestation religieuse de son espérance de faire partie des 72 réceptacles de pisse promis aux pieux musulmans.

Son voile veut dire aussi je me voile pour témoigner publiquement de mon obéissance pour mon maître esclavagiste. Il n’a rien de pudique, de chaste et de vertueux.

Assimiler le port du voile à la dignité humaine dont la liberté est le vrai visage revient à faire de son état d’esclave le stade ultime du développement humain;

 

Tous les articles par Salem Ben Ammar : Docteur en Sciences politiques, Diplômé de l’Institut des Hautes Etudes Internationales de l’Université de Paris 2, en Anthropologie Sociale et en Démographie.

Les fils d’Abraham, d’Israël et d’Ismaël, bientôt ensemble ? Un témoignage décalé qui bouscule les idées reçues…

Un rabbin et un imam répondent à la haine par une oeuvre de paix

I] Un défi terrible et merveilleux pour lutter contre l’antisémitisme et l’islamophobie

rencontre_juifs_musulmans_bd_modCe dimanche 29 mai 2016 à Paris, l’association « Messagers de paix » rattachée à l’assemblée juive messianique de Paris (El-Bethel) a eu l’excellente initiative d’organiser une importante conférence-débat portant sur la relation entre juifs et musulmans avec pour orateur le Rabbin Michel SERFATY, président de l’association « Amitié Judéo-Musulmane de France » (AJMF).

Nous avons assisté à cette conférence et sommes donc heureux de vous partager un article dédié à ce sujet qui se veut être comme un coup de trompette en réaction à l’effroyable escalade de la judéophobie et de la haine de l’arabo-musulman. Cet article se veut aussi être comme une sorte de compte rendu de la conférence, effectué à la lumière de la Torah, de l’Évangile et des sages d’Israël, afin de partager au plus grand nombre les bienfaits et le message d’une telle conférence, encourager ceux et celles qui sont investis dans ce vaste travail de dialogue, d’échange et de paix, tout en invitant ceux et celles qui se sentiront interpellés dans leur coeur à éventuellement rejoindre les différents acteurs de ces associations bienfaisantes qui contribuent à la paix.

Le constat de l’antisémtisme, la place de l’étranger dans le judaïsme, ce que la Torah enseigne sur la façon d’accueillir l’étranger, comment lutter contre le racisme anti-juif et anti-musulman : autant de thèmes majeurs développés dans cette conférence dont le but est, vous l’aurez compris, la recherche et la construction de la paix ainsi que la destruction de tous les préjugés et de tous ces amalgames vicieux et mauvais comme ainsi que le roi David l’écrivit dans les psaumes :

« Éloigne-toi du mal, et fais le bien; Recherche et poursuis la paix. » (Psaumes 34:15).


A l’instar de David, c’est aussi que rappelle Pierre d’une merveilleuse façon dans son exhortation lancée aux craignants Dieu :

« Ne rendez point mal pour mal, ou injure pour injure; bénissez, au contraire, car c’est à cela que vous avez été appelés, afin d’hériter la bénédiction. Si quelqu’un, en effet, veut aimer la vie Et voir des jours heureux, Qu’il préserve sa langue du mal Et ses lèvres des paroles trompeuses, Qu’il s’éloigne du mal et fasse le bien, qu’il recherche la paix et la poursuive; Car les yeux du Seigneur sont sur les justes Et ses oreilles sont attentives à leur prière, Mais la face du Seigneur est contre ceux qui font le mal. » (1 Pierre 3:11)

En effet, nul ne l’ignore : l’augmentation des actes antisémites judéophobes et islamophobes ne cesse de croître et atteignent des sommets jamais vus. La haine bouillonne et augemente, un climat de peur s’installe chez plusieurs et un diabolique mélange de confusion, d’amalgame, de rancoeur, de rancune et de vengeance prend racine consciemment ou inconsciemment dans le coeur de beaucoup… Il suffit de jeter un oeil sur les réseaux sociaux pour constater une haine grandissante dirigée contre les musulmans et contre les juifs, que cela soit de la part de chrétiens, d’agnostiques ou d’athées, les propos tenus laissent apparaître un réel malaise, un zèle amer et une haine certaine.

Il est impossible de mentir contre la vérité et Yaacov (Jacques), un apôtre de la Brit Hadasha (Alliance Renouvelée) nous le rappelle : « Lequel d’entre vous est sage et intelligent ? Qu’il montre ses oeuvres par une bonne conduite avec la douceur de la sagesse. Mais si vous avez dans votre coeur un zèle amer et un esprit de dispute, ne vous glorifiez pas et ne mentez pas contre la vérité. Cette sagesse n’est point celle qui vient d’en haut; mais elle est terrestre, charnelle, diabolique. Car là où il y a un zèle amer et un esprit de dispute, il y a du désordre et toutes sortes de mauvaises actions. » (Jacques 3)

Comme l’actualité sanglante l’a très largement démontré ces derniers temps, la menace réelle et bien présente d’un islam intégriste et cruelle se développe et se propage dans le monde et engendre bien malheureusement un zèle amer qui se répand dans le coeur de plusieurs. Cela serait une bien dramatique erreur de fermer la porte au dialogue et au respect avec le monde musulman en stigmatisant tout un peuple à cause d’une minorité extrémiste. Si nous ne dialoguons pas dans la justice, l’amour et la vérité avec ceux qui se situent en dehors de cette minorité radicale, alors ce radicalisme extrémiste aura le champ libre pour propager davantage ses idées sombres et meurtrières dans le coeur de beaucoup de musulmans mal informés, manipulés et facilement influençables.

En ces temps troublés où la haine grandit de toute part, où une terrible judéophobie et islamophobie gagne du terrain comme jamais et ou les amalgames et les préjugés, toujours plus nombreux et sournois, se propagent à grande vitesse, la valeur du travail des artisans de paix est précieuse et capitale car ne l’oublions jamais :

Le mal est rendu possible par l’inaction des gens de bien.

Michel SERFATY est rabbin et il est également le président de l’association « Amitié Judéo-Musulmane de France » (AMJF) ; il déclare lors d’un interview :

« Depuis cette hausse jamais vue des actes antisémites qui démarra dans les années 2000-2004, une volonté commune de lutter contre les stéréotypes, les préjugés et les discriminations est apparue afin d’atteindre notamment ceux qui, dans les banlieues sensibles, nourrissent des a priori préconçus sur les juifs et qu’ils apprennent ainsi à rencontrer les juifs et à les connaître. »

Le rabbin Serfaty décrit son association comme étant une émanation de la grande mosquée de Paris, du CRIF et du consistoire de paix shalom aimer prochain islam juif 03

Paris, qui ensemble, entretiennent d’excellentes relations, sans replis communautariste, mis à part chez quelques radicaux marginaux qui, d’après son expérience sur le terrain, ne représentent qu’une minorité.

Michel Serfaty dit entre autres, une chose simple qui fait partie du coeur du message de la Torah et de l’Évangile :

« L’amitié est d’aller au devant de l’autre, l’écouter et se préoccuper de ses propres soucis, comprendre ce qui est difficile pour lui et le prendre en compte. » Ainsi qu’il est dit :

« Si vous accomplissez la loi royale, selon l’Écriture : Tu aimeras ton prochain comme toi-même, vous faites bien. Mais si vous faites acception de personnes, vous commettez un péché, vous êtes condamnés par la loi comme des transgresseurs. » (Jacques 2.8-9)

Selon le rabbin, l’association vise donc à aller échanger et dialoguer avec les musulmans des quartiers de France sensibles où circulent allègrement la détestation du juif et de la France.

L’imam Mohamed Azizi est un grand ami du rabbin Serfaty et ensemble, ils effectuent ce beau travail d’échange et de paix en allant à la rencontre des habitants des quartiers sensibles.

M. Azizi a été le premier imam à signer le pacte de fraternité de l’Amitié Judéo-Musulmane de France. En février 2014, le Rabbin Michel Serfaty et l’Imam Mohammed Azizi ont lu le texte que constitue le pacte qui enjoint « tout juif à présenter correctement le musulman et l’islam » et « tout musulman à présenter correctement le juif et le judaïsme ».

A suivre… ==>

Ndlr : Nous attendons ce jour où l’Egypte, l’Assyrie et Israël seront à nouveau réunis…

Poursuivre la lecture ‘Les fils d’Abraham, d’Israël et d’Ismaël, bientôt ensemble ? Un témoignage décalé qui bouscule les idées reçues…’ »

La réponse cinglante de DAESH au Pape François !

L’État islamique au pape François : « Nous faisons une guerre de religion et nous vous haïssons »

© Prazis / Shutterstock

L’État islamique a répondu publiquement aux déclarations du pape François selon lesquelles la guerre menée par les terroristes islamiques n’est pas religieuse de nature. L’article assure le pontife que leur seule et unique motivation est religieuse et approuvée par Allah dans le Coran.

« Une guerre divinement cautionnée »

À la une du dernier numéro de Dabiq – le magazine de propagande officielle de l’État islamique –, le groupe terroriste critique notamment la naïveté du pape François qui se cramponne à la conviction que les musulmans veulent la paix et la coexistence pacifique et que les actes de terreur islamique sont motivés par des raisons économiques. Dans l’article intitulé « By the Sword » (« Par l’épée »), les auteurs déclarent catégoriquement : « Ceci est une guerre divinement cautionnée entre la nation musulmane et les nations infidèles ».

L’État islamique s’en prend directement au pape qui affirme que « le véritable islam et la lecture correcte du Coran s’opposent à toute forme de violence ». Selon la publication, il s’agit en réalité d’un piège. Ce faisant, « François continue de se cacher derrière un voile trompeur de “bonne volonté”, dissimulant ses intentions réelles de pacifier la nation musulmane » déclare l’article. Le pape François « combat contre la réalité » quand il s’efforce de présenter l’islam comme une religion de paix, insiste à plusieurs reprises le dernier numéro de Dabiq. En même temps, le magazine de l’État islamique exhorte tous les musulmans à tirer l’épée du jihad, « la plus grande obligation d’un vrai musulman contre les infidèles ».

« Tuez les mécréants partout où vous les trouverez »

L’article déplore qu’en dépit de la nature clairement religieuse de leurs attaques, « beaucoup de gens dans les “pays des croisés” (pays occidentaux) » expriment un choc et même un dégoût parce que la direction de l’État islamique « utilise la religion pour justifier la violence … En effet, le djihad – la diffusion de la règle d’Allah par l’épée – est une obligation que l’on trouve dans le Coran, la parole de notre Seigneur », rappelle le magazine. « Verser le sang des incroyants est une obligation commune. Le commandement est très clair : tuez les mécréants, comme Allah l’a dit, “tuez les mécréants partout où vous les trouverez”. »

L’État islamique a également réagi à la description par le pape François des récents actes de terrorisme islamique comme étant une  « violence insensée », et insiste sur le fait qu’il n’y a là rien d’insensé. « L’essentiel de la question est qu’il y a une rime à notre terrorisme, à notre guerre, à notre cruauté, à notre brutalité », affirment-ils, ajoutant que leur haine de l’Occident chrétien est absolue et implacable.

« Chaque religion veut la paix » 

Le fait est que « même si vous (les pays occidentaux) arrêtiez de nous bombarder, de nous jeter en prison, de nous torturer, de nous humilier et de vous emparer de nos terres, nous continuerions de vous haïr, parce que le motif premier de notre haine ne disparaîtra pas tant que vous n’aurez pas embrassé l’islam. Même si vous deviez payer le jizyah [impôt pour les infidèles] et vivre sous l’autorité de l’islam dans l’humiliation, nous continuerions à vous haïr ».

Dans une récente conférence de presse à bord de l’avion qui le ramenait de Pologne, le Saint-Père, évoquant l’assassinat du père Jacques Hamel, avait déclaré aux journalistes que le monde était en guerre. Mais « c’est une vraie guerre », et « pas de religion », avait estimé le pape François, ajoutant que « chaque religion veut la paix ».

NdlR : Le dogme de l’infaillibilité papale vient de prendre un sérieux coup de plomb…. DAESH dit au Pape de se taire et de cesser de dire n’importe quoi !

Poursuivre la lecture ‘La réponse cinglante de DAESH au Pape François !’ »

Le Djihad mondial : « c’est la faute à Israël » !

La baronne Jenny Tonge (Crédit : Capture d'écran YouTube)L’Etat juif responsable de la hausse du djihadisme, selon une députée britannique

La baronne Jenny Tonge (Crédit : Capture d’écran YouTube)

Suite à cette déclaration jeudi par Jenny Tonge, membre de la Chambre des Lords du Parti libéral-démocrate, le Conseil des députés des Juifs britanniques a appelé la direction du parti à la congédier.

« Le traitement des Palestiniens par Israël est une cause majeure de la montée de l’islamisme ‘extrême et de Daesh », a déclaré Tonge, en utilisant l’acronyme arabe pour désigner l’organisation terroriste Etat islamique. Elle a dit qu’Israël créait une génération d’extrémistes violents qui auraient « une rancune justifiée » contre Israël et la Grande-Bretagne.

La vice-présidente du Conseil des députés Marie van der Zyl, dans une déclaration, a dit que c’était « un nouveau discours scandaleux » de Tonge sur le Moyen-Orient.

La vice présidente du conseil de députés des juifs britanniques Marie van der Zyl (Crédit : Board of Deputies of British Jews)

« Il est temps pour le chef du NPD libéral Tim Farron de l’expulser une fois pour toutes du parti », affirmait le communiqué.

Tonge a démissionné en 2012 de son poste de whip du parti, une tâche équivalente à celle de coordinateur de groupe en France, après avoir parlé de la disparition d’Israël lors d’un événement promouvant le boycott de l’Etat juif.

« Méfiez-vous Israël. Israël ne sera pas là pour toujours dans sa forme actuelle », avait-elle dit à l’époque.

« Un jour, les États-Unis d’Amérique en auront marre de donner 70 milliards de dollars par an à Israël pour soutenir ce que j’appelle le porte-avions de l’Amérique au Moyen-Orient – qui est Israël. Un jour, le peuple américain dira au lobby israélien aux Etats-Unis : ‘ça suffit…’ Israël perdra son soutien et récoltera ce qu’il a semé ».

Les États-Unis, en réalité, donnent à Israël 3 milliards de dollars par an d’aide à la défense, dont une grande partie est dépensée dans du matériel militaire américain.

Un peu à la fois, nous arriverons à cette conclusion : il faut intervenir en Israël et malgré Israël, pour enrayer le Djihad mondial. CQFD ! Intervenir à Jérusalem et pas à Téhéran… c’est tellement plus simple, logique et planifié de longue date. Si les conditions de la Paix Arabo-musulmane de DAESH&Co exigent un Etat palestinien, alors les démocraties vont craquer et le concéder. La France y est prête !   

Israël et l’Afrique : une relation forte et durable

Natan Sharansky, président de l'Agence juive (à droite), a rencontré le pasteur sud-africain Linda Gobodo (au centre) et le pasteur nigérian Olusegun Olanipekun dans son bureau de Jérusalem, le 27 juillet 2016. (Crédit : Avi Mayer/Agence juive pour Israël)Sharansky reçoit des dirigeants chrétiens africains. Le président de l’Agence juive a reçu une récompense au nom des millions de soutiens chrétiens d’Israël en Afrique

 Natan Sharansky, président de l’Agence juive (à droite), a rencontré le pasteur sud-africain Linda Gobodo (au centre) et le pasteur nigérian Olusegun Olanipekun dans son bureau de Jérusalem, le 27 juillet 2016. (Crédit : Avi Mayer/Agence juive pour Israël)

La pasteure sud-africaine Linda Gobodo, fondatrice de la Fondation Vuka Africa, et le pasteur nigériane Olusegun Olanipekun, fondateur de l’Institut pour le développement du leadership chrétien, se sont rendus en Israël pour remettre à Sharansky une récompense au nom des millions de soutiens chrétiens d’Israël en Afrique.

Reeva Forman, vice-présidente de la Fédération sioniste d’Afrique du Sud, et Aviad Sela, directeur de la délégation de l’Agence juive en Afrique du Sud et du Centre Israël Afrique du Sud étaient également présents.

Natan Sharansky, président de l'Agence juive (au centre), a rencontré le pasteur sud-africain Linda Gobodo (à sa gauche) et le pasteur nigérian Olusegun Olanipekun (à sa droite) dans son bureau de Jérusalem, le 27 juillet 2016. (Crédit : Avi Mayer/Agence juive pour Israël)Linda Gobado a déclaré que, « comme l’a récemment déclaré le Premier ministre [Benjamin] Netanyahu, Israël revient en Afrique et l’Afrique revient en Israël. En 2014, nous avons organisé le plus rassemblement de soutien à Israël du monde pendant le conflit contre le Hamas. C’était le plus grand rassemblement pro-Israël qui ait jamais eu lien en Afrique. Nous voulons que vous sachiez qu’il y a des millions de personnes en Afrique qui aiment, soutiennent et prient pour Israël. »

Olusegun Olanipekun a déclaré que « nous pensons que le futur de l’Afrique dépend de notre connexion avec Israël. Nous avons beaucoup à apprendre du peuple israélien et nous pensons que nous avons beaucoup à offrir en retour. Nous attendons avec impatience de revenir en Israël avec des dizaines de dirigeants de toute l’Afrique pour le troisième Sommet du leadership africain à Jérusalem en 2017. »

Sharansky a raconté sa rencontre avec Nelson Mandela en 1990, et avoir été observateur pendant la première élection démocratique en Afrique du Sud, en 1994.

« Que vous, dirigeants spirituels en Afrique, soyez venus à Jérusalem avec une offre de paix est profondément émouvant. Nous devons prêter plus d’attention aux voix inspirantes venant d’Afrique », a déclaré le président de l’Agence juive.

Sharansky a parlé du travail de l’Agence juive en Afrique, et notamment des centres de bénévoles du projet TEN à Gondar, en Ethiopie, et à Winneba, au Ghana. Il a informé ses invités qu’un nouveau centre ouvrira cette année à Durban, en Afrique du Sud.

A la fin de la rencontre, il a accepté la proposition de ses invités et s’exprimera devant le troisième Sommet du leadership africain qui aura lieu l’année prochaine à Jérusalem.

 

Poursuivre la lecture ‘Israël et l’Afrique : une relation forte et durable’ »

L’attentat de Nice vu par les Juifs de Nice…

Drapeau français en berne devant une plage vide de la Promenade des Anglais à Nice, au lendemain d'un attentat qui a fait 84 morts, le 15 juillet 2016. (Crédit : David Ramos/Getty Images via JTA)Pour les juifs de Nice, l’attentat terroriste n’était pas une surprise

Ces dernières années, Nice a fait partie des cinq zones les plus perturbées citées dans le rapport annuel du SPCJ, avec 15 à 20 incidents violents par an

Pour les millions de touristes qui se rendent à Nice tous les ans, la ville du sud-est de la France est une destination de vacances parfaite qui propose des plages accueillantes et des casinos luxueux, une architecture époustouflante et des musées de renommée mondiale.

Coincée entre les Alpes maritimes et la mer Méditerranée, Nice est la deuxième destination touristique de France après Paris, avec cinq millions d’arrivées chaque année et le deuxième aéroport national du pays. Nice perçoit 1,6 milliard de dollars de revenus du tourisme, 40 % de la Côte d’Azur, connue aussi sous le nom de French Riviera.

Mais Nice a un côté sombre, comme l’a montré l’attentat terroriste du 14 juillet, quand un extrémiste musulman a tué 84 personnes sur la Promenade des Anglais en dirigeant son camion vers la foule rassemblée pour voir le feu d’artifices de la fête nationale. Après l’attaque, des milliers de touristes sont partis précipitamment de leurs hôtels, qui n’avaient jamais eu de problème de remplissage depuis des années.

L’attaque n’a pas surpris beaucoup d’habitants, dont une grande partie des 25 000 juifs de la ville, qui depuis des années, sont la cible d’attaques antisémites et de harcèlement par des membres d’une minorité croissante de fondamentalistes de la large population musulmane de la ville.

Les gens déposent des fleurs dans les rues de Nice pour rendre hommage aux victimes le lendemain de l'attaque, le 15 juillet 2016. (Crédit : AFP/Anne-Christine Poujoulat)

« Les seuls juifs que vous voyez marcher avec une kippa sont des touristes étrangers », a déclaré Chalom Yaich, gardien du centre communautaire et de la synagogue Michelet. Michelet, l’une de la douzaine de synagogues de Nice, est située près d’un garage dans le nord de la ville, à environ 2,5 kilomètres du clinquant front de mer.

« Nous, les locaux, nous avons arrêté de les porter il y a des années, ou nous les couvrons avec un chapeau pour la sécurité », a déclaré Yaich, 53 ans.

Il envisageait d’immigrer en Israël avant l’attentat, a-t-il dit, et est encore plus enclin à le faire maintenant.

« Beaucoup sont déjà partis perce que Nice est particulièrement touchée par le problème de la France avec l’islam », a déclaré Yaich, notant que ses jeunes juifs étaient particulièrement prompts à partir, à Paris ou en Israël.

« Nous avons une population locale vieillissante, dont l’âge moyen est de 50 ou 60 ans », a-t-il dit.

Nice compte au moins 60 000 musulmans, soit 17 % de la population de la ville, selon les estimations publiées dans Le Monde, contre une moyenne nationale d’environ 8 % de la population.

Une carte d'identité au nom du suspect terroriste Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, soupçonné d'avoir tué plus de 80 personnes à Nice le 14 juillet 2016 (Crédit : autorisation)

Et en effet, plus d’un tiers des victimes tuées pendant l’attentat sont musulmanes, a déclaré le directeur d’une association islamique régionale au New York Times. D’autres estiment que 30 à 40 % des habitants de la ville sont musulmans.

Une femme juive, Raymonde Mamane, a été tuée dans l’attentat.

Le terroriste, qui a été abattu par la police pendant son carnage, est un immigrant tunisien, Mohamed Lahouaiej Bouhlel. Même si Lahouaiej Bouhlel, 31 ans, était un petit criminel sans liens connus avec le terrorisme, et apparemment peu d’intérêt pour la religion, le groupe terroriste Etat islamique a revendiqué l’attentat, qui impliquerait plusieurs complices selon la police française.

Des dirigeants musulmans locaux ont dénoncé les attentats et ont organisé un don du sang pour les survivants, et déclaré que l’attaquant était à peine représentatif de leur communauté. Et pourtant, plusieurs autres cellules terroristes sont venues de la communauté ces dernières années.

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, s'entretenant avec les trois soldats attaqués par Moussa Coulibaly lors d'une patrouille à l'extérieur du centre communautaire juif de Nice le 3 février 2015 (Crédit : AFP/Valery Hache)

En février, un homme musulman soupçonné d’être lié au terrorisme a poignardé trois soldats devant un centre communautaire juif à Nice.

Comme d’autres cibles juives potentielles en France, le centre est sous protection armée depuis janvier 2015, quand quatre juifs ont été tués par un islamiste dans un supermarché casher de Paris.

Le mois suivant, la police de Nice avait perquisitionné plusieurs domiciles de terroristes islamistes présumés, qui en étaient à des « étapes avancées » de préparation d’une attaque, avaient à l’époque déclaré les procureurs.

Ces dernières années, Nice a fait partie des cinq zones les plus perturbées citées dans le rapport annuel du SPCJ parisien, le Service de protection de la communauté juive, un groupe de surveillance de l’antisémitisme, avec un décompte moyen de 15 à 20 incidents violents par an.

 

 

 

Poursuivre la lecture ‘L’attentat de Nice vu par les Juifs de Nice…’ »