le Noé, Nouvel Ordre Economique et son imposture financière : pourquoi cela ne fait que commencer…?

  

Une masse monétaire, de l'argent liquide, un Noé, manque plus qu'une Arche pour ne pas couler !

Si Noé a été sauvé des eaux du déluge, qui va nous sauver du Noé,    

le Nouvel Ordre Economique qui s’installe avec force    

et détermination sur toute la planète ? le Noé, kézako ? 

  

  

  

  

  

     

 ______________    

Préambule :

« l’économie » est au cœur du système de celui qui arrive pour usurper le titre de Messie : l’impie.       

Question : comment techniquement, le système de l’impie pourra-t-il empêcher que les uns et les autres soient en capacité « d’acheter et de vendre » ?      

Des réponses existent dans la crise financière et économique exportée de Wall Street que nous vivons sur toute la planète depuis un certain 11 septembre…2008. Les commentateurs qualifient cette crise de « plus grave crise » depuis la grande dépression de 1929. En réalité, et sur de nombreux aspects, cette crise est bien plus complexe car le seul remède envisagé est mondial et ouvre la voie au Nouvel Ordre Économique, un des trois piliers du futur et dorénavant très proche Nouvel Ordre Mondial
      


Depuis le début de la crise Lehman Brothers, plus de la moitié de la valeur des capitalisations boursières mondiales s’est envolée : soit plus de 25.000 milliards de dollars évanouis, dans la panique et la tempête boursière. Cette expression reprise par tous les chroniqueurs – vent de tempête sur les marchés – nous permet de réinterpréter les versets de l’Apocalypse de façon moderne et selon une proposition de lecture qui n’est pas un nouveau dogme mais une simple interprétation en phase avec notre actualité. En effet, la sagesse populaire stipule selon un adage célèbre que certains « brassent des fortunes ». Brasser de l’argent est une expression que Monsieur Walt Disney (Studios Disney)  a immortalisée en dessinant un « Picsou » plongeant dans sa « mer » de dollars, voire naviguant dessus avec un radeau de « fortune » !      

Comment ne pas penser cette « masse monétaire » - tout cet argent qui en fait n’existe pas comme nous l’établiront plus loin – ne puisse pas être qualifié par l’auteur de l’apocalypse de « mer » nécessitant des navires pour l’exploiter ? Soyons conscients que les mots même de « bourse, action, subprimes, banque, réserve fédérale, etc.. » n’existaient pas et qu’il fallait à l’auteur de l’Apocalypse pourtant bien décrire ce qu’il voyait.      

Si nous ne pouvons pas jurer de ce qu’il a vu, nous pouvons attester par contre que ce que nous voyons se réaliser de notre vivant, est descriptible avec les mêmes mots que ceux employés il y a 2000 ans par ce prophète.      

► Les navires seraient donc des vecteurs d’exploitation, des constructions humaines dont la vocation est de pas sombrer dans cette masse monétaire informe[1], soumis aux caprices des tempêtes boursières : en français, des banques. Les marins ? Des banquiers ! Les poissons ? Nous ! Le même prophète rajoute plus loin, que le tiers de « ces navires » est détruit. L’expression « en une seule heure » renforce notre intuition car aucun autre phénomène que celui engendré par les mécanismes boursiers, ne peut faire perdre autant de richesses, en aussi peu de temps. L’autre expression « se tenaient éloignés » peut illustrer la position d’attente des investisseurs, ce qui est un fait actuellement !      

Suite à la crise financière initiée par la faillite de la banque d’affaires Lehmann Brothers, la panique s’étend au monde de l’économie réelle et de l’entreprise. Les milliards qui s’envolent ne sont plus fictifs et liés à la spéculation effrénée des grands comptes et des petits porteurs, mais directement connectés au chômage, à la baisse du pouvoir d’achat et de la consommation, à la baisse de la production amplifiée par les délocalisations, et en bout de chaîne, connectés aux milliers d’entreprises qui déposent bilan par manque de crédit et de soutien du système bancaire lui-même en perdition. « Les bateaux prennent l’eau… »        

Après la crise financière et économique, viendra la crise sociale avec ses émeutes, ses troubles à l’ordre public et la répression associée.       

1 – Vers un Nouvel Ordre Économique et une dictature mondiale de banquiers centraux

 « Créer la panique pour centraliser les pouvoirs à travers une demande de  sécurisation » : voilà une analyse  impertinente des évènements du 11 septembre 2001, qui fleurit sur les sites internets et publications des septiques des attentats du World Trade Center.      

 Appliquée à la crise financière du 11 septembre 2008, cette analyse devient plutôt pertinente. En effet, pour surmonter cette crise et envisager un avenir au modèle capitalistique des économies riches, les gouvernements non-américains exigent de nouveaux accords mondiaux  sur la finance.      

C’est ainsi que le Président Sarkozy, en sa qualité de Président de l’Europe, a exigé et obtenu de Washington, la tenue d’un sommet mondial de la finance à New York, le 15 novembre dernier. Ce fut l’occasion pour le G20, d’enterrer le G8 et d’officialiser la naissance d’un monde multipolaire qui accompagne la perte d’influence des USA.      

De son côté, Peer Steinbrück, ministre allemand des Finances, a brisé un tabou en prédisant que les États-Unis allaient  « perdre leur statut de superpuissance du système financier mondial », qui va devenir «  multipolaire ».      

► Dans un éditorial publié dans The Observer, le politologue John Gray estime que :      

« Nous vivons un tournant géopolitique historique, dans lequel l’équilibre des pouvoirs sur la planète est irrévocablement modifié. L’ère de la domination américaine commencée avec la Seconde Guerre mondiale est terminée. »      

Le 26 septembre 2008, le Premier ministre britannique Gordon Brown, a appelé à un nouvel ordre financier mondial pour mettre fin à la crise économique. Dans un discours à l’Assemblée générale de l’ONU à New York, il a notamment plaidé pour « mettre fin à la culture de l’irresponsabilité…nous devons construire maintenant un nouvel ordre financier mondial, fondé sur la transparence et non pas sur l’opacité, récompensant le succès et non l’excès, la responsabilité et non l’impunité, et qui est mondial et pas national ».      

Les chefs politiques sont clairement entrés en croisade pour réaliser au plus vite ce Nouvel Ordre Économique. Mais ils sont appuyés par d’autres chefs institutionnels qui travaillent activement à rendre plausible l’avenir que les politiques sont chargés de nous vendre. Ainsi trouvons-nous autour du Président français et européen : d’autres français de renom ! Dominique Strauss-Kahn, directeur du Fonds Monétaire International (FMI), Jean Claude Trichet président de la Banque Centrale Européenne (BCE), Pascal Lamy directeur général de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). La probabilité pour qu’autant de franco-français, président sur un calendrier concordant, autant de prestigieuses et donc très convoitées institutions  internationales, peut nous laisser perplexe. Nous pouvons penser qu’ils ont dans le cœur de « réaliser un même dessein ».      

► Dans un entretien daté du 30 octobre avec Le Monde, le directeur général du FMI dévoile quelques plans supplémentaires de l’oligarchie pour garder la main sur les affaires. DSK affirme qu’il proposera au G20 son plan pour une « nouvelle gouvernance mondiale ». Il faut «repenser un système mondial plus cohérent parce que plus simple, plus efficace parce que plus coordonné. Au-delà de son rôle de pompier et de maçon, le FMI peut aussi avoir, pour un temps, un rôle d’architecteL’allusion maçonnique de DSK aux maçons-architectes est une signature sans ambiguïtés sur l’origine réelle de ses plans cachés et bientôt révélés au monde. L’esprit d’Egypte est de nouveau puissant et ils sont nombreux ceux  qui veulent y retourner.     

Derrière nos politiques, d’autres personnages s’activent pour réaliser ce dessein qui les relient tous. Certains ont imaginé ce scénario propice à l’avènement du Nouvel Ordre  Économique depuis bien longtemps. Ainsi le stipule le vice-président de la Commission Trilatérale, représentant la France au sein de cette institution plutôt discrète car agissante en dehors de tout mandat électif. Extrait de sa tribune libre en date du 3 octobre dernier dans les colonnes du magazine économique « les Echos.fr » :       

« …nous ne ferons pas l’économie d’une véritable coordination à l’échelle mondiale…Un groupe de banquiers centraux de premier plan devra affiner et mettre en œuvre une nouvelle vision de l’activité financière. La Banque des règlements internationaux (BRI) en a tracé les contours. L’urgence politique et économique commande de prendre les mesures qui s’imposent. »       

Plusieurs questions s’imposent suite à ce discours d’un homme de l’ombre, qui aspire à ce que son travail soit mis en pleine lumière : qu’est-ce que la Commission Trilatérale ? Et qu’est-ce que la BRI, cette Banque des Règlements Internationaux ?      

 Logo de la commission trilatérale : 666?      

   

La Commission Trilatérale est un club privé de réflexion qui réunit les principales élites de la planète. Créé en 1973 à Tokyo par David Rockfeller, la Trilatérale consulte, rédige, et organise les processus décisionnels propre à chacun des trois continents. Souvent accusée d’être aux commandes effectives de la  mondialisation , la Trilatérale s’évertue à faire paraitre ses suggestions pour un monde plus équilibrée et travaille par lobbying intense à promouvoir la coopération politique et économique sur la planète.Autre acteur économique de l’ombre révélé par le vice-président Europe de la Commission Trilatérale : la Banque des Règlements Internationaux (BRI).     

La BRI est la plus ancienne institution financière au monde. Elle fut créée en 1930 par décision du Traité de Versailles, pour présider aux versements des dommages de guerre, d’où son nom[Nom original anglo-saxon : la BIS, Bank for International Settlements. « Bis » en latin-romain signifie : deux fois, ou seconde ou encore retour !]. Pendant la seconde guerre mondiale, la banque « apatride » qui a son siège en Suisse à Bâle, a notamment illustré son pragmatisme financier en cachant l’or nazi, spolié aux juifs. Aujourd’hui, cette banque est reconnue pour jouer le rôle de « banque centrale des banques centrales » car elle accueille en son sein le « comité de Bâle » - prononcer en français Ba-AL ! -  qui prépare et édicte toutes les règles financières faisant autorité sur le fonctionnement des marchés internationaux. Cette institution travaille dans le plus grand silence, secret bancaire oblige ?         

 
 
siège (trône?) de la BRI du faux dieu Baâl de Bâle

BAB_EL : étrange ressemblance ! vous avez dit "étrange" ? Comme c'est étrange !

  

    

    

    

    

    

    

    

    

    

    

_________________________________________________________________________________________    

Que ce comité de Bâle ait déjà dessiné « les contours » du Nouvel Ordre Économique en gestation, avant même que ne naisse la présente crise, doit-il nous surprendre ?      

Le siège de la BRI à Bâle, héberge en son sein – outre le susnommé comité de Bâle -, le Groupe des Dix (G10) réunissant dix banques centrales parmi les plus influentes au monde. Le G10 est présidé par le président de la Banque Centrale Européenne. Outre 7 pays européens, le G10 réunit 3 autres pays non européens : le Canada, les USA, le Japon. Aainsi trouvons-nous au siège de cette banque au passé sulfureux, un groupe de 10 dont 7 : dix cornes, sept têtes ?     

 Toutes ces propositions de lecture n’ont pas pour vocation d’imposer une nouvelle et énième interprétation des textes opaques par nature de l’Apocalypse. Plus humblement, voulons-nous illustrer à quel point les visions de l’auteur de l’Apocalypse ne sont pas surannées et vieillottes. Assurément, ces versets deux fois millénaires nous parlent car ils illustrent de façon spectaculaire notre propre actualité.  
 
 Autre explication possible à cette étrange coïncidence entre actualité et textes bibliques : ces versets sont connus de tous, y compris des hommes de l’anti-église qui préparent activement l’avènement de l’impie. Il n’est pas incongrue de penser que ces hommes y cherchent et y trouvent quelques inspirations pour leurs propres plans et pour hâter la venue de « leur messie » qui est le faux-messie.     

Si le G10 de la BRI de Bâle en Suisse n’est pas la bête qui monte de la mer, c’est a minima, une répétition réussie, un prototype achevé et un essai expérimental concluant qui ouvre la voie à une prochaine et dernière réalisation.     

 ► Voilà tout ce que nous dirons sur ce sujet sans forcer davantage l’esprit des prophètes et sans donner trop de corps aux théories du complot, qui ne sont pas acceptables en l’état car désignant toujours le « juif » comme responsable du complot mondial.     

Poursuivons nos investigations sur le rôle de cette « banque centrale des banques centrales » en regardant plus précisément le fonctionnement de l’une d’entre elle, participante au comité de Bâle et au G10 : la FED ou réserve fédérale des USA.      

2 – La FED et le Dollar US : source des crises

L’année 2008/2010 restera marquée par le conflit Euro / Dollar source de toutes les déstabilisations et tensions financières.      

Le dollar a atteint son record historique à la baisse face à l’Euro le 15 juillet 2008 avec une parité de 1 € pour 1,6 $. Le dollar s’est aujourd’hui ressaisi au bénéfice de la crise financière ( !) qui a obligé les banques centrales non américaines à investir massivement des liquidités issues de leurs réserves stratégiques et fonds propres largement constitués de dollars américains. La crise a au moins permis d’enrayer momentanément la chute du dollar au moment où des voix s’élevaient pour coter le baril de pétrole en euros afin de stopper la hausse des cours de l’énergie amplifiée par la baisse et la dévalorisation du dollar.     

Question : qui a intérêt à maintenir une politique tantôt agressive, tantôt défensive,  favorisant le dollar quitte à déstabiliser l’ensemble de la planète ?      

Pour répondre à cette question, il nous faut examiner la « production » du dollar outre atlantique. Contrairement aux anciens modèles capitalistes européens d’avant Maastricht, l’état fédéral US n’a jamais eu le pouvoir de « battre monnaie », pouvoir caractérisant les états et les empires depuis toujours.     

► Le dollar US est « fabriquée » par la FED, réserve fédérale états-unienne, une banque centrale qui n’est pas étatique mais gérée par un consortium de banques privées via une territorialisation de 12 succursales régionales.   

Douze succursales...au service du dieu dollar

L’état fédéral – via le Département du Trésor dirigé par le désormais célèbre Paulson[Ancien Directeur Exécutif de la banque Goldman Sachs, banque  administratrice de la FED] – passe commande de dollars à la FED qui les émet contre un colossal intérêt de 6% l’an. Cet intérêt est encaissé par ce groupe de banques privées.     

► L’affaire est rentable, juteuse, au point que les politiques américains qui se sont risqués à remettre en cause ce privilège exorbitant, n’ont pas fait de longue carrière. Le nouveau Président Obama l’a bien compris, en nommant comme successeur à Paulson, le directeur de la succursale new-yorkaise de la FED, l’un des 12 !      

—————————————————————————————————————————————————————–      

La FED est une création du 28ème président des Etats-Unis, T.W.Wilson. Elu à deux reprises de 1913 à 1921, le président Wilson a signé  le 23 décembre 1913 le décret  de création de la Réserve Fédérale, en donnant aux banques le contrôle du dollar qui devient dès lors une monnaie privée.  Ces banques nouvellement gratifiées de cette prérogative à la veille de noël 1913, vont très rapidement s’entendre pour financer la 1ère guerre mondiale quelques semaines plus tard. L’effort de guerre américain va légitimer durablement les USA comme première puissance mondiale grâce à la force du nouveau dollar, devenu valeur refuge, à la grande satisfaction des banquiers qui gèrent cette monnaie, source de grands profits.     

Le président Wilson a également marqué l’histoire en inspirant très largement le Traité de Versailles, adopté à l’occasion de la Conférence de Paris-1919. Souvenez-vous : c’est ce même Traité qui a créé la BRI de Bâle ! Le président Wilson fut prix Nobel de la paix pour avoir notamment fait adopter les statuts de la Société Des Nations (SDN), base de notre actuel Organisation des Nations Unies (ONU).     

Si ce 28ème président US fit le bonheur de ses amis banquiers, d’autres présidents furent moins conciliants avec le pouvoir bancaire de l’ombre, sans lequel aucune guerre ne pouvait être financée.     

————————————————————————————————————————————————————-    

En 1862, le président Lincoln autorisa son Administration publique à imprimer une monnaie libérée du paiement d’un intérêt aux banquiers. Le président Lincoln déclara avant son assassinat en pleine guerre de sécession :     

« Le pouvoir des financiers tyrannise la nation en temps de paix et conspire contre elle dans les temps d’adversité. Il est plus despotique qu’une monarchie, plus insolent qu’une dictature, plus égoïste qu’une bureaucratie… J’ai deux grands ennemis : l’armée du sud en face et les banquiers en arrière. Et des deux, ce sont les banquiers qui sont mes pires ennemis. »        

Le successeur de Lincoln, A. Johnson, a immédiatement et sans donner d’explication, suspendu l’impression des « dollars Lincoln » et les Etats-Unis sont revenus à la monnaie des banquiers(1866).     

 Autre président, autre temps, même conflit, même dramatique conclusion :      

 ► Le président John Fitzgerald Kennedy a tenté de dépouiller la FED de sa puissance. Le 4 juin 1963, il redonna au gouvernement un pouvoir inscrit dans la Constitution, celui de créer sa monnaie sans passer par la Réserve Fédérale. JFK fit ainsi imprimer 4,3 milliards de dollars et confisqua le pouvoir que les banques privées de la FED détenaient officiellement depuis 1913. Par ailleurs, cette nouvelle monnaie diminuait l’endettement de l’Etat, puisqu’elle éliminait le paiement des intérêts à la FED.    

Le Vice-Président Johnson, devenu président après l’assassinat de JFK à Dallas, suspendit avec une célérité particulièrement remarquable la décision monétaire prise par le président assassiné. La mesure anti-FED a été abrogée par le nouveau Président Johnson, alors qu’il se trouvait encore dans l’avion présidentiel Air Force One, entre Dallas et Washington, le jour même de l’assassinat du Président Kennedy. Depuis, aucun successeur ne s’est avisé d’apporter la moindre réforme au fonctionnement de la FED.  Au contraire : le plan Paulson de sauvegarde prévoit d’injecter 700 milliards de dollars dans l’économie états-unienne. Cet argent est « commandé » à la FED qui va empocher au passage près de 300 milliards d’intérêts occasionnant une dépense réelle pour l’état fédéral de 1000 milliards de dollars. Le cynisme du montage consiste à garantir et à prêter cet argent fabriqué par le consortium privé des banques administratrices de la FED, à ces mêmes banques.      

 Mais il y a encore plus cynique !      

Le site français du Figaro a très rapidement soulevé l’affaire avant de cesser d’émettre sur le sujet[1]. L’étincelle qui a embrasé Wall Street le lundi 15 septembre 2008 porte un nom : Lehman Brothers. Cette banque d’affaires newyorkaise a précipité dans sa chute l’ensemble du secteur financier mondial déjà mal en point, selon un mécanisme qui implique une autre banque d’affaires : JP Morgan Chase Manhattan.      

Selon le Sunday Times et le Figaro, la banque d’affaire américaine JP Morgan aurait précipité la faillite de sa compatriote en gelant 17 milliards de dollars d’actifs au moment où cette dernière en avait le plus besoin. Selon le Sunday Times, qui cite des documents déposés auprès d’un tribunal des faillites de New York, JP Morgan aurait «gelé 17 milliards de dollars de liquidités et de titres appartenant à Lehman le vendredi soir précédant sa faillite». JP Morgan est donc accusée d’avoir forcé Lehman Brothers à déposer le bilan en bloquant ses avoirs le 12 septembre, sur une décision vraisemblablement horodatée de la veille, soit le 11 septembre 2008. JP Morgan : à l’origine de la crise ?     

► Le lecteur aura compris tout le cynisme du scénario en notant que JP Morgan est l’une des banques administratrice de la FED, laquelle a reçu l’ordre d’injecter pour 1000 milliards de dollars dans le système bancaire dont 300 en seuls intérêts d’usure.     

L’histoire de JP Morgan est intimement liée à l’histoire des USA, sa création remonte à l’année 1799 et les générations successives des banquiers de Morgan ont financé le développement du pays et toutes ses guerres. Nous ne pouvons que regretter que la galaxie Morgan soit dirigée par la famille juive Rockfeller qui ne saurait à titre individuel engager la responsabilité collective du peuple juif.       

—————————————————————————————————————————————————————–« Je pense que les institutions financières sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières prêtes au combat. Si le peuple américain permet un jour que des banques privées contrôlent leur monnaie, les banques et toutes les institutions qui fleuriront autour des banques priveront les gens de leurs possessions, d’abord par l’inflation, ensuite par la récession, jusqu’au jour où leurs enfants se réveilleront sans maisons et sans toits, sur la terre que leurs parents ont conquis. »      

Thomas Jefferson, 3ème président des Etats-Unis, 1802      

—————————————————————————————————————————————————————–3 - Rivalité Euro-dollar : vers la disparition les monnaies nationales et des monnaies papier ?L’élite mondiale de la finance se côtoie dans le cadre de groupes privés et de groupes techniques plus ou moins légitimes tels le G10 à Bâle. L’objectif ultime de ces banquiers de premier plan reste connu d’eux seuls et il ne nous appartient pas de spéculer sur le sujet au risque de mêler notre voix à celles des tenants du complot juif mondial. Toutefois, en analysant quelques unes de leurs réalisations concrètes, pouvons-nous deviner leurs orientations. La rivalité dollar-euro n’est-elle pas  une nécessaire étape à l’imposition d’une monnaie mondiale, voire à l’absence de monnaie ?     

Marx l’a démontré : l’histoire n’avance que par le choc antagoniste de deux thèses et antithèses qui s’affrontent pour donner naissance à une synthèse. Ainsi en est-il de la rivalité dollar-euro. D’abord créer le dollar en ôtant à l’administration fédérale la possibilité de le gérer. Ensuite créer l’euro en empêchant les états-nations de le gérer en imposant le traité de Maastricht et une Constitution Européenne que les français, hollandais et irlandais n’ont pourtant pas ratifiés. La rivalité dollar-euro crée des désordres sans précédents sur la planète. Les 3 guerres du pétrole en moins de 15 ans menées au Moyen-Orient par Georges Bush Père et Fils, relèvent de ce mécanisme de défense du dollar, directement menacé par l’ouverture en Iran d’une bourse du pétrole côté en euros.     

monnaies rivales, ou rivalité orchestrée ?

Les spéculateurs n’hésitent pas à parier sur l’une des monnaies à la baisse entrainant toute l’économie associée dans la récession, le chômage et la crise sociale. L’opinion publique mondiale est ainsi manipulée pour accepter, voire réclamer l’avènement d’une monnaie mondiale qui sécurisera leurs revenus, épargnes et retraites. L’avènement de cette monnaie mondiale – qui reprendra les grandes caractéristiques graphiques des précédentes monnaies comme signature – pourrait s’accompagner d’une disparition de l’argent papier.     

En effet, pour éviter les faillites bancaires en cascade occasionnées par la panique des petits porteurs ainsi culpabilisés, rendus coupables des dysfonctionnements[La crise systémique de 1929 fut une répétition, devenue aujourd’hui prétexte pour imposer de nouvelles restrictions à nos libertés fondamentales], certains parlent d’ôter au petit porteur la capacité de plonger le système dans la faillite : il suffirait de faire disparaitre l’argent papier au profit des seules transactions informatiques qui manipulent de l’argent virtuel.     

A ce propos, d’où vient l’argent et combien y en a-t-il sur la planète si sa création échappe aux pouvoirs régaliens des états au profit de groupes et consortium privés ?     

Les accords de Bretton Woods et de Bâle

► Alors que la seconde guerre n’est pas encore finie, les 44 nations alliées et le monde de la finance se réunissent  en juillet 1944 à Bretton Woods (USA) pour jeter les bases d’un nouveau système international. L’architecture de ce pacte financier repose sur une idée échafaudée en 1941 alors que les USA ne sont pas encore en guerre. L’idée est simple : suite aux efforts de guerre, le monde allié n’a plus d’or ; il convient donc de cesser la cotation des monnaies nationales en équivalent d’once d’or. Seul le dollar restera convertible, ce qui oblige le monde allié à acheter des dollars pour restaurer ses fonds propres. De la même façon, le pétrole coté en dollar, oblige les nations à acheter du dollar américain alors que les USA importent leur pétrole presque gratuitement en demandant à la FED de mettre sur le marché davantage de dollars.     

Deuxième étape du processus de dématérialisation des monnaies mondiales     

► La convertibilité du dollar en or cesse unilatéralement en 1971. Dès lors, plus aucune monnaie n’est rattachée aux stocks d’or, ce qui ouvre aux banques des perspectives hallucinantes en matière de création de richesses artificielles. L’argent papier n’a plus besoin de trouver sa compensation en or pour « exister ».     

Aujourd’hui, les accords de Bâle recommandent aux institutions financières de posséder en fonds propres a minima 8% des dépôts en or. Soit une marge de liberté de 92% dans la fabrication d’argent papier et/ou d’argent informatique.     

Conséquence : l’argent que nous empruntons aux banques n’existe pas[Les salaires et les retraites ne sont plus versés en cash mais par virements informatiques : ce sont  des lignes de trésorerie qui lient l’entreprise à ses banquiers. Voir également la tentative d’imposer « Monéo » en France, la carte à puce qui remplace les pièces de monnaies. Même tentative avec les téléphones portables.]. Les banques « fabriquent » cet argent en vendant du crédit, qui servira de dépôt initial dans une autre banque qui pourra alors fabriquer à son tour un nouveau crédit à partir de ce dépôt – en respectant le ratio de Bâle de 8% -, sans équivalent en or. Les banques créent l’argent qu’elles prêtent et elles prêtent l’argent qu’elles n’ont pas. Elles s’enrichissent  grâce aux intérêts d’un l’argent qui n’existe pas. Les banques doivent donc créer du crédit pour exister, ce qui explique le surendettement des états et des ménages, ainsi que la manifeste faiblesse des politiques de lutte contre ce surendettement mondial et global.     

La dette globale des USA avoisine les 50.000 milliards de dollars et génère de colossaux intérêts pour les créditeurs privés et publics : les banques et la FED, le Japon, la Chine, la Corée, etc. Cette dette n’a pas pour vocation d’être remboursée mais constitue un formidable investissement à long terme générant des liquidités sous forme d’intérêts. L’état emprunteur est par contre obligé de réemprunter sans cesse pour honorer le paiement de ces intérêts.     

Les récents plans de sauvegarde US et européen ne vont pas améliorer la situation du surendettement des états occidentaux. Les 1000 milliards de dollars promis par H. Paulson et les 1600 milliards d’euros promis par N. Sarkozy ne sont pas créés en faisant tourner la planche à billets : nos états n’en ont plus le pouvoir comme nous l’avons précédemment exposé et cette méthode facile génère de l’inflation.     

► Ces sommes colossales seront empruntées à d’autres états et…aux banques, qu’il s’agit d’aider !       

Si ces plans de sauvegarde ne suffisent pas, il faudra nationaliser la totalité du système financier et/ou constater l’état de quasi-faillite des nations,contraintes de déléguer leur capacité d’intervention, à une autre institution de sauvegarde qui prendra de facto, le pouvoir sur toute la planète.     

 

 4 – Grèce : l’imposture financière

Fin 2009, l’euro décroche sévèrement par rapport au dollar, qui était paradoxalement dans une spirale perdante depuis la crise financière de septembre 2008. Quelle est l’origine de ce sauvetage providentiel de la monnaie américaine ? La dette et le déficit grecs qui atteignent des records abyssaux : un budget en déficit de plus de 13% alors que les accords européens obligent chaque membre de la zone euro à ne pas présenter de budget en déséquilibre de plus de 3%.     

La Grèce est en faillite et attire l’attention sur la situation similaire des autres PIGS (Portugal, Irlande, Grèce, Espagne), acronyme volontairement péjoratif (Pig = porc en anglais) pour désigner la situation budgétaire de ces pays.     

Comment la Grèce a-t-elle pu cacher la réalité de son déficit – existant déjà avant les Jeux Olympiques d’Athènes de 2002 – forçant les autres pays de la zone euro à voler à son secours au prix de fâcheuses tensions monétaires entre le dollar et l’euro ?     

La banque américaine Goldman Sachs, dite « la firme », s’occupe de la dette grecque depuis 2001. Après avoir maquillé et diffusé sur les places boursières cette dette dans des montages financiers savants, la banque américaine – sauvée de la faillite par la banque centrale américaine en 2008 – n’a pas hésité à parier sur les marchés boursiers et monétaires contre la Grèce ;   pays que cette banque conseillait contre 300 millions d’euros d’émoluments. Ce montage bancaire a été qualifié de « terrorisme financier » par les observateurs. Pour la banque, objectifs atteint : au-delà des bonus engrangés et déjà redistribués, l’euro plonge et le dollar remonte.     

Au passage, le peu qu’il restait d’administration et de souveraineté grecque a disparu au bénéfice d’un plan de sauvetage conçu par l’oligarchie financière européenne portée par le couple Sarkozy-Merkel. Cette incompétence et cette inconséquence grecque sont une nouvelle preuve que les peuples ne doivent plus disposer d’eux-mêmes mais confier leurs destinées à des instances supérieures.     

Déclaration tellement délicieuse et sulfureuse de Lloyd Blankfein, PDG de la banque Goldman Sachs incriminée dans cette opération rondement menée :     

«Je ne suis qu’un banquier faisant le travail de D.ieu » (Dans un entretien accordé au journal britannique The Sunday Times).      

Voilà qui ne va pas apaiser l’antisémitisme ambiant … parole regrettable et irresponsable de la part de cet homme qui se dit Juif. 

  ************************************************************************************************************

 Monnaie unique : le russe Medvedev ne veut pas rester sur le quai !

Il présente SA pièce et sa solution  au sommet du G8 à l’Aquila-Italie.

6 commentaires

  1. Pingback: le blog des 2 témoins de l'apocalypse » Archives du Blog » Faillites bancaires aux USA : ça repart à la hausse… « et le tiers des navires fut détruit ? »

  2. Pingback: le blog des 2 témoins de l'apocalypse » Archives du Blog » DSK et le chiffre 2806 : une chambre, une date, une signature occulte ?

  3. Pingback: le blog des 2 témoins de l'apocalypse » Archives du Blog » Vers la monnaie unique, acte II : tentative d’OPA de la FED sur la BCE ?

  4. Certes! au moins, ils avouent que ce n’est pas le fruit du hasard et que des hommes hauts placés ont guidés ces choses…leurs vraies motivations n’appartiennet qu’à eux, pas aux journalistes et à Pierre ARDITI !! :hammers

  5. Un reportage récentde Arte, attribue gentillement la chute de Lehman Brother à une inimitié entre deux homes influents, l’un directeur de la banque l’autre décisionnaire à la maisn blanche ! Donc cela ne serait dû qu’à un “crépage de chignon” !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>