Barack Hussein OBAMA, un messie, certes ! mais vrai ou faux ?

vu par les démocrates

vu par les républicains

  “Qui est-il, où va-t-il ?    

Ce merveilleux génie de l’infini, ce merveilleux robot des temps nouveaux…”       

Goldo- Barack, où vas-tu ?          

Hussein, pour qui roules-tu?    

Obama, qui es-tu ?     

              

 

 ___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________                   

         Vu par les allemands, c’est plus professionnel !          

ya ! wir kônnen, der Messias ist zurûck !

             

                    

                       

                  

 

  

               

 
 ________________________________________________________________________________________ 

       

Les USA, c’est un protectorat franco-anglais ou saxo-austro-prussien ?    Réfléchissez avant de répondre !        

  
 
 
 

Eagle Four !...for what ?

Gott mit uns, Eagle still with US !

The fédéral Bank – Eagle Too…

  ___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________                    

Discours d’investiture d’OBAMA à DENVER dans la reconstitution très étudiée par son service marketing, du temple de ZEUS à  Pergame

  

dans le temple de Pergame, le trône de Satan

  

 

Entre les colonnes du « temple OBAMA », apparaissent 7 bandes de lumière, dessinant une « Ménorah » dont l’orateur est le centre – encadrée de 2 témoins. Ces portiques sont eux-mêmes constitués de deux colonnes semblables à celles du Temple de Jérusalem, Jakin et Boaz.   

 
 

 

le temple de ZEUS à Pergame, musée de Berlin

__________________________________________________________________________________________________________________________________________________             

 

And OBAMA said : “Et vous, qui dites-vous que je suis ?”   

 

 

_____________________________________________________________________________________________________________________         

Réponse du Webmaster à la question posée :          

«Je ne suis pas né dans une étable… » (Extrait d’un discours de campagne de B.H.OBAMA, en réponse ironique à ses détracteurs qui le comparaient au messie)            

De l’aveu même de l’intéressé, il flotte comme un parfum de messianisme planétaire quand est évoqué le nom de Barack Hussein OBAMA. Une ambiance messianique qui pourrait rapidement être confirmée par l’actualité mondiale ou démenti par les choix de l’intéressé et sa capacité réelle à influer sur les grandes questions du monde. ■         

  Question : jamais un homme n’a autant fasciné les foules dans l’histoire politique moderne et autant suscité l’espoir. Qui est B.H.OBAMA et que représente-t-il ?          

1-Qui est B.H.OBAMA ?         

2- Son avènement politique         

3- 2009-2017 : Israël et autres dossiers sensibles         

4- L’ambiguïté du messianisme politique de B.H.OBAMA         

5-  Messie ou impie ?             

 ►Barack Hussein OBAMA junior : qui est-il ?          

L’information sur la personnalité du nouveau président des Etats-Unis est aussi riche et variée, que les sources de désinformations et d’intoxications qui fleurissent à son sujet. Il ne nous appartient pas d’amplifier ces échos mais d’y faire le tri.         

Barack Hussein OBAMA junior (né en 1961 à Honolulu-Hawaï)  est le fils de Barack OBAMA senior (1936-1982), un kenyan appartenant à l’ethnie noire Luo et de Stanley Ann DUNHAM (1942-1995), une blanche du Kansas aux origines cherokees.         

Selon les biographies officielles, la famille maternelle DUNHAM était chrétienne mais agnostique et la famille paternelle OBAMA était musulmane mais non pratiquante.         

Assez vite après le divorce de ses parents biologiques en 1964, Barack OBAMA junior va vivre et étudier à Djakarta-Indonésie dans la famille de son beau-père, après le remariage de sa mère avec un indonésien – javaniste (musulman). En Indonésie, plus grand pays musulman du monde, Barack Hussein junior fréquente de grandes écoles catholiques tout en étant inscrit sous le nom et la religion de son beau-père, car tel est l’usage. Dès 1971, il revient à Hawaï où il sera élevé par ses grands-parents maternels. Depuis, Barack Hussein OBAMA junior est officiellement chrétien, protestant, tendance évangélique. Les détracteurs du premier afro-américain élu au poste suprême, précisent à ce sujet que nul ne pourrait être élu président des USA sans confesser cette seule étiquette religieuse.         

Sur cette polémique électorale née de son « enfance musulmane », le président OBAMA a notamment souhaité préciser : « J’ai toujours été un chrétien» et a résolument nié avoir « jamais été un musulman. Le seul lien que j’aie eu avec l’Islam est le fait que mon grand-père paternel venait de ce pays [Kenya]. Mais je n’ai jamais pratiqué l’Islam (…) à part mon nom et le fait d’avoir vécu dans une population musulmane pendant quatre ans étant enfant [Indonésie, 1967-1971], je n’ai que très peu de lien avec la religion islamique.»         

La polémique est survenue en pleine campagne pour les primaires démocrates alors que Barack OBAMA faisait campagne sans son 2nd prénom « Hussein ». Il est vrai qu’avec des noms et prénoms comme « Hussein et Obama ou Ossama », le candidat multiethnique n’avait rien a priori pour déclencher la ferveur du peuple américain en guerre contre Saddam HUSSEIN et Oussama BEN LADEN.  Et pourtant, c’est ce qu’il advint à l’occasion de ses brillantes victoires contre Hillary CLINTON à l’occasion des primaires démocrates puis pour la présidence contre John Mc CAIN (littéralement Fils de Caïn).         

Après son élection et à l’occasion de sa prestation se serment de 44ème président des Etats-Unis sur la bible d’Abraham LINCOLN[1], Barack OBAMA junior a repris son 2nd prénom qu’il avait « oublié pour un temps » et préside désormais avec le prénom de Hussein. Il faut noter que son premier prénom « Barack » est intelligible à la fois en arabe et en hébreu.         

Politiquement, le nouveau président des USA reste relativement neuf et novice car sa carrière nationale n’a démarré qu’en 2004. Il était auparavant jeune élu local de Chicago en sa qualité de sénateur de l’Illinois. ■         

Il ne lui aura fallu que 3 ans pour être désigné par son parti devant le clan CLINTON et réaliser les rêves de Martin Luther KING et Jesse JACKSON.         

► L’avènement politique d’OBAMA          

Il y a du mystère et du quasi-miraculeux dans l’histoire politique de cet homme. OBAMA ne doit sa fulgurante ascension qu’à ces talents hors normes d’orateur et à son charisme exceptionnel.         

Mais il doit son élection à son prédécesseur : George Walker BUSH fils. En effet, il se dégage un consensus quasi-planétaire pour estimer que G.W.BUSH fut un mauvais président pour les USA et le monde médiatico-journalistique a immortalisé son départ des affaires et notamment du bourbier irakien, par le désormais célèbre « lancer de chaussures ».          

Les deux mandats de Bush fils auront été marqués par deux crises majeures aux conséquences planétaires : la crise terroriste du 11 septembre 2001 et la crise économique du 11 septembre 2008.         

Sans reparler ici des doutes qui pèsent encore sur la genèse de ces crises et sur le syndrome Pearl Harbor[2] qui leur est maintenant de plus en plus ouvertement associé, il nous faut observer simplement que toutes les conditions politiques étaient réunies pour éclairer le chemin au candidat OBAMA. La mise en valeur du candidat OBAMA est d’autant plus aisée, qu’elle est directement liée à la dégradation de l’image politique du prédécesseur. Les conditions étaient donc favorables : certains diront qu’elles ont été crées, eu égard aux conditions rocambolesques dans lesquelles G.W.BUSH avait été élu en 2001, grâce aux résultats de l’état de Floride, gouverné par son frère.         

Pour créer une ambiance messianique, il faut que le peuple déçu aspire à une autre génération de dirigeants, sur fond de crises répurées insurmontables.          

A ce titre, l’accession au pouvoir de B.H.OBAMA est a minima une répétition réussie et un test grandeur nature des outils susceptibles de « fabriquer » un messie, en installant un homme – métisse noir, aux prénoms et noms musulmans, au parcours politique banal – à la tête de la plus grande puissance.         

Barack Hussein OBAMA est le premier leader cosmopolite : ni noir, ni blanc ;  ni musulman, ni chrétien ; ni kényan, ni américain[3], né sur une île lointaine et élevé en Indonésie. Sa ressemblance frappante avec les figures des pharaons noirs d’Egypte a été relevée par beaucoup d’observateurs. L’intéressé souhaite par ailleurs se rendre en Egypte – pays musulman en paix avec Israël – pour relancer le processus d’Oslo et y faire son discours de politique étrangère. OBAMA est le premier d’une lignée de leaders qui ne seront plus citoyens de leur pays mais citoyens du monde, à la représentativité et à l’audience mondiale. ■                                                                                               

►Les années OBAMA 2009-2017 : les dossiers sensibles          

Sous réserve des menaces d’attentats[4] sur la personne du président et de sa capacité à gérer la crise économique qui pourrait vite lui coûter son destin politique, OBAMA devrait présider les USA sur deux mandats de 4 ans ; soit jusqu’en 2017.         

Ses annonces pour le Proche et Moyen-Orient : retrait progressif d’Irak, renforcement des troupes américaines et alliés sous mandat OTAN en Afghanistan, poursuite de la coopération avec le Pakistan, sur fond de tensions extrêmes avec le géant de l’Inde.         

Dossier nucléaire : changement de stratégie envers l’Iran d’Ahmadinejad et des Mollahs avec lesquels OBAMA souhaite dialoguer. Le dossier nucléaire devient aujourd’hui plus prégnant en Corée du Nord où les USA s’associent au Japon dans la gestion d’un dossier potentiellement plus instable.         

Par ailleurs, cette instabilité nucléaire mondiale relance le débat de la désormais inéluctable et nécessaire dénucléarisation de l’état hébreu pour garantir une paix dans la région. La formation en Israël d’un gouvernement réputé très à droite, a ouvert la voie à tous types de fantasmes en la matière. L’agresseur nucléaire sans foi ni loi est aujourd’hui clairement désigné : Israël.          

Pour gérer ce dossier complexe, OBAMA a mandaté l’épouse de Bill CLINTON, initiateur des accords d’OSLO. Nul doute que cette dernière va s’inscrire dans la démarche initiée par son mari. Objectif PAIX !          

La question est aujourd’hui : est-ce qu’Israël acceptera de se faire déposséder de sa force de frappe nucléaire contre une promesse de paix avec le monde arabo-musulman garantie par l’ONU ?         

►L’ambiguïté messianique d’OBAMA, expliquée par l’alphabet hébraïque et la gématrie juive         

Un rabbi de la mouvance Loubavitch a récemment démontré que le nom d’OBAMA recélait des trésors de gématrie juive : ainsi, voit-il dans la translittération du nom OBAMA en hébreu, la présence du tétragramme divin et encore, du nom d’Adam.         

Mais avec une autre approche, il voit également dans cette translittération, la présence du nom d’Edom, puis de Gog et Magog[6].         

Il conclut à la dualité du personnage et à la capacité de B.H.OBAMA, de révéler au monde un destin double : homme de D.ieu ou dictateur, persécuteur d’Israël.         

Ce rabbi explique alors que le destin extraordinaire de cet homme dépend du comportement, des recherches et des prières des croyants. En appelant de tous nos vœux et des toutes nos énergies à ce qu’il soit bon, alors peut-être OBAMA sera-t-il un homme de D.ieu susceptible d’être d’un grand secours pour Israël.         

Et d’expliquer qu’en créant les conditions nécessaires et favorables à la révélation du Messie – au titre desquelles figure la reconstruction du Temple de Jérusalem – alors peut-être qu’OBAMA serait en capacité de révéler au monde ses propres qualités pour postuler au titre de Machiah.         

Le piège est évident et grossier : en invitant les croyants à prier pour orienter le destin d’un homme sur une voie messianique, les conditions d’adhésion au message et à l’action de cet homme sont grandement facilitées, car orientées.         

Mais disparaissent également dans ce mécanisme d’adhésion dirigé, toutes les capacités d’auto-défense face à un tel homme, son discours et ses actes. ■         

►Le Messie est-il un homme ?          

Ne cherchons notre Messie à travers les arbres généalogiques des puissants de ce monde, car Il est issu de l’arbre généalogique du Tout-Puissant – de l’El Shaddaï – de l’autre monde.          

Barack Hussein OBAMA ne sera donc pas le Messie, car c’est un homme. Assurément, il est une figure messianique humaine qui sera tantôt conciliant avec Israël, tantôt plus ferme. A cet égard, nous devons rester sur nos gardes et analyser ses décisions et celles de son administration avec discernement.         

Autre piège : le désigner sans équivoque comme antéchrist. Or, tous savent que préalablement à l’avènement du Messie, doit se révéler l’impie. Il suffirait donc de mettre en scène un faux impie pour mieux assurer l’avènement du véritable antechrist. Une telle stratégie n’est pas impossible, voire nécessaire pour séduire et  tromper.         

 
 


        

[1] B.H.OBAMA a expressément exigé cette bible, qui avait servi en 1861 pour la prestation de serment de ce président assassiné         

[2] L’attaque de Pearl Harbor aurait été connue des services mais aurait permis l’entrée dans la 2nd guerre des USA par un relatif « laisser faire » au bénéfice de l’agresseur.         

[3] Les républicains engagent une procédure de destitution sur ce sujet chronique de l’extrait de naissance non valable d’OBAMA         

[4] OBAMA a placé sa présidence sous le « parrainage » des présidents LINCOLN et J.F.KENNEDY et de M.L.KING, tous trois assassinés.         

[5] Américain de culture. Etudes au Massachussetts- USA.          

[6] Cours du Rav disponible sur http://www.ravdynovisz.tv/videos.php?id=41         

 

 

 

 

 

 

 

 

2 commentaires

  1. Cordial shalom,
    C’ est juste pour informer ceux qui l’ ignorent, Hitler était un grand admirateur du temple de Pergame, temple qui se trouve, comme par hasard…à Berlin!
    Cordialement.
    A******

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>