La Synagogue et l’Eglise manifestent ensemble en Hongrie…

Des manifestants en 2014 à Budapest pendant un rassemblement contre le projet de statue du gouvernement hongrois. La statue est perçue comme minimisant la responsabilité de la Hongrie pendant l'Holocauste. (Crédit : Cnaan Liphshiz/JTA)Juifs et évangéliques rappellent aux politiciens hongrois de ne jamais oublier

Des militants non juifs s’attachent à des juifs hongrois pour mettre fin aux commémorations des politiciens antisémites de la Seconde Guerre mondiale dans une “guerre de symboles”

JTA – Les officiels hongrois avaient probablement anticipé une certaine opposition juive à leur décision d’ériger un monument à Budapest pour un député de la période de l’Holocauste qui a promu une législation antisémite.

Ce qu’ils n’avaient probablement pas prévu était que l’inauguration du 24 février d’un buste honorant Gyorgy Donath attirerait une manifestation de Hongrois majoritairement non juifs. La manifestation a mené au retrait de la statue en raison de crainte de vandalisme jusqu’à nouvel ordre.  Les juifs de Hongrie ont combattu ce qu’un rabbin a appelé « la guerre des symboles » contre le gouvernement pendant des années au sujet de la vénération publique des personnages de la période de l’Holocauste qui ont promu des lois antisémites.

Mais la manifestation principalement non juive, dans laquelle les participants portaient des symboles de l’Union européenne et ont chanté des slogans anti-fascistes, a été prise comme un signe que cette action gagnait des alliés au-delà de la communauté juive. « Ce n’est pas simplement le combat de la communauté juive », a dit Anna Kovacs, 27 ans, traductrice non juive et membre d’une association de commémoration de l’Holocauste. « C’est à propos de l’identité et du futur de notre société. C’est notre devoir d’assurer qu’un deuxième Holocauste ne se produise pas. »

Les juifs hongrois ont lancé la bataille du monument en 2014, quand une statue perçue comme minimisant la complicité hongroise pendant l’Holocauste a été inaugurée place de la Liberté, à Budapest. Les juifs hongrois se sont vigoureusement opposés à ce monument, qui représente un ange (interprété comme représentant la Hongrie), attaqué par un aigle (l’Allemagne).

« Cela a commencé avec des activités de la communauté juive, mais ça s’est répandu au-delà vers un front de protestation avec des membres de plusieurs affiliations », a déclaré Adam Csillag, un réalisateur qui a documenté les manifestations depuis cette inauguration.

Ce mouvement de protestation, qui comprend une coalition libre de chrétiens, de militants politiques libéraux et de juifs hongrois, a gagné sa première victoire l’année dernière, quand le Premier ministre Viktor Orban a abandonné un projet pour ériger une statue de Balint Homan, un autre politicien de la période de l’Holocauste qui a promu des lois antisémites.

L’Eglise de la foi, une institution pentecôtiste de 70 000 membres, a fourni environ la moitié des 700 manifestants qui se sont rassemblés en décembre sur le site situé à environ 45 kilomètres à l’ouest de Budapest, pour protester contre la statue de Homan, qui a été annulée suite à un scandale international. « Chaque fois qu’une figure antisémite est honorée, il y a une résistance significative de la part de la société civile, et les membres de l’Eglise de la foi prennent souvent part à ces manifestations puisque l’antisémitisme est en contradiction avec nos valeurs morales et notre foi », a déclaré Daniel Kocsor, un militant de l’église âgé de 20 ans.

La guerre des symboles est arrivée à un moment de ferveur nationaliste grimpante en Hongrie, entraînée par plusieurs facteurs : crises économiques, opposition à l’interférence de l’Union européenne dans les affaires du pays, assurance de la Russie et arrivée récente aux frontières de la Hongrie de centaines de milliers de migrants musulmans du Moyen Orient. Méfiant à l’idée de perdre le soutien du parti d’extrême-droite Jobbik, le parti au pouvoir, Fidesz, le parti d’Orban, a sévi contre les groupes militants libéraux et augmenté ses efforts pour célébrer des personnages comme Donath et Honan, qui sont considérés comme des patriotes par la droite.

Les deux politiciens de l’époque de la Seconde Guerre Mondiale ont soutenu dans les années 1940 des législations ciblant les juifs. Homan, qui a été ministre de la Culture, est l’auteur d’une loi qui limite le nombre d’étudiants juifs à l’université. Donath a combattu pour une mesure interdisant toute relation sexuelle entre un juif et un non juif. Ils sont morts entre les mains des communistes et ont été embrassés par l’extrême-droite comme des symboles nationalistes de l’oppression communiste. Mais les critiques du gouvernement pensent que les efforts pour les dépeindre comme des combattants de la liberté sont simplement un fin voile conçu pour masquer leur antisémitisme virulent.

Homan est une « figure marginale », a déclaré Kocsor. « Alors le but de ce monument […] est d’envoyer un message parce qu’il est raciste et antisémite. C’est scandaleux. »

D’autres groupes font partie de la coalition antigouvernementale, comme l’association de Kovacs, Mémorial vivant, qui a débuté à la suite de la manifestation de la place de la Liberté, et se retrouve à présent deux fois par semaine sur la place pour présenter des commémorations alternatives avec des œuvres d’art sur le thème de l’Holocauste. Dialogue pour la Hongrie, un petit parti politique d’opposition qui a pris part aux manifestations contre Donath, participe également. « Il y a une nostalgie de la bonne vieille Hongrie » des années 1940, a déclaré l’historienne Eva Balogh. « Cela effraie beaucoup de gens et les pousse à agir. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>