La réponse cinglante de DAESH au Pape François !

L’État islamique au pape François : « Nous faisons une guerre de religion et nous vous haïssons »

© Prazis / Shutterstock

L’État islamique a répondu publiquement aux déclarations du pape François selon lesquelles la guerre menée par les terroristes islamiques n’est pas religieuse de nature. L’article assure le pontife que leur seule et unique motivation est religieuse et approuvée par Allah dans le Coran.

« Une guerre divinement cautionnée »

À la une du dernier numéro de Dabiq – le magazine de propagande officielle de l’État islamique –, le groupe terroriste critique notamment la naïveté du pape François qui se cramponne à la conviction que les musulmans veulent la paix et la coexistence pacifique et que les actes de terreur islamique sont motivés par des raisons économiques. Dans l’article intitulé « By the Sword » (« Par l’épée »), les auteurs déclarent catégoriquement : « Ceci est une guerre divinement cautionnée entre la nation musulmane et les nations infidèles ».

L’État islamique s’en prend directement au pape qui affirme que « le véritable islam et la lecture correcte du Coran s’opposent à toute forme de violence ». Selon la publication, il s’agit en réalité d’un piège. Ce faisant, « François continue de se cacher derrière un voile trompeur de “bonne volonté”, dissimulant ses intentions réelles de pacifier la nation musulmane » déclare l’article. Le pape François « combat contre la réalité » quand il s’efforce de présenter l’islam comme une religion de paix, insiste à plusieurs reprises le dernier numéro de Dabiq. En même temps, le magazine de l’État islamique exhorte tous les musulmans à tirer l’épée du jihad, « la plus grande obligation d’un vrai musulman contre les infidèles ».

« Tuez les mécréants partout où vous les trouverez »

L’article déplore qu’en dépit de la nature clairement religieuse de leurs attaques, « beaucoup de gens dans les “pays des croisés” (pays occidentaux) » expriment un choc et même un dégoût parce que la direction de l’État islamique « utilise la religion pour justifier la violence … En effet, le djihad – la diffusion de la règle d’Allah par l’épée – est une obligation que l’on trouve dans le Coran, la parole de notre Seigneur », rappelle le magazine. « Verser le sang des incroyants est une obligation commune. Le commandement est très clair : tuez les mécréants, comme Allah l’a dit, “tuez les mécréants partout où vous les trouverez”. »

L’État islamique a également réagi à la description par le pape François des récents actes de terrorisme islamique comme étant une  « violence insensée », et insiste sur le fait qu’il n’y a là rien d’insensé. « L’essentiel de la question est qu’il y a une rime à notre terrorisme, à notre guerre, à notre cruauté, à notre brutalité », affirment-ils, ajoutant que leur haine de l’Occident chrétien est absolue et implacable.

« Chaque religion veut la paix » 

Le fait est que « même si vous (les pays occidentaux) arrêtiez de nous bombarder, de nous jeter en prison, de nous torturer, de nous humilier et de vous emparer de nos terres, nous continuerions de vous haïr, parce que le motif premier de notre haine ne disparaîtra pas tant que vous n’aurez pas embrassé l’islam. Même si vous deviez payer le jizyah [impôt pour les infidèles] et vivre sous l’autorité de l’islam dans l’humiliation, nous continuerions à vous haïr ».

Dans une récente conférence de presse à bord de l’avion qui le ramenait de Pologne, le Saint-Père, évoquant l’assassinat du père Jacques Hamel, avait déclaré aux journalistes que le monde était en guerre. Mais « c’est une vraie guerre », et « pas de religion », avait estimé le pape François, ajoutant que « chaque religion veut la paix ».

NdlR : Le dogme de l’infaillibilité papale vient de prendre un sérieux coup de plomb…. DAESH dit au Pape de se taire et de cesser de dire n’importe quoi !

L’Église et la violence en l’islam : le déni de la réalité du pape François plus grave que le scandale des abus sexuels

Eglise violence islam Pape François déni réalité

« Le pape fait-il plus de mal que de bien en continuant à nier, malgré une montagne de preuves, que l’islam est lié à la violence ? ». C’est la terrible question que posait récemment William Kilpatrick dans une livraison du périodique étatsunien Crisis Magazine, s’interrogeant sur le déni de la réalité du pape François et d’une partie de la hiérarchie de l’Eglise.

Une question d’autant plus terrible que Kilpatrick est un catholique pratiquant, professeur pendant 33 ans au Boston College, la célèbre université jésuite du Massachussetts, essayiste, collaborateur de nombreux médias, et auteur, en 2012, d’un ouvrage remarqué, Christianity, Islam, and Atheism: The Struggle for the Soul of the West, qui ne lui valut pas que des éloges dans les organes du catholicisme “progressiste” d’outre-Atlantique ! Nos lecteurs anglophones liront avec amusement la virulente critique qu’en fit Commonweal en 2013…

Islam : le pape François en plein déni de réalité

Les propos mal venus du pape lors de son retour de Pologne, n’ont pas choqué que des catholiques français. Aux États-Unis des catholiques plutôt classés comme “papistes”, ne furent pas de reste. Kilpatrick en est un, mais on pourrait tout aussi bien renvoyer à Jeff Mirus, le patron de Catholic Culture.

Pour Kilpatrick, le “déni de réalité” par les plus hautes autorités de l’Église de la violence intrinsèque de l’idéologie musulmane, pourrait avoir des effets plus dévastateurs encore que la dissimulation du scandale des abus sexuels sur des mineurs par des membres du clergé. Kilpatrick sait de quoi il parle, puisque Boston fut l’épicentre de la révélation de ce scandale qui allait se répandre dans tous les États-Unis, avec des conséquences catastrophiques dans le monde catholique étatsunien : chute de la pratique et perte de confiance dans l’institution.

Des effets dévastateurs chez les catholiques

Mutatis mutandis, la dissimulation de la violence intrinsèque à l’islam ou sa minoration assénée jusqu’à plus soif – lorsque l’évidence impose qu’on l’aborde –, l’affirmation qu’elle ne serait le fait que d’un « petit groupe fondamentaliste » comme l’a déclaré le pape le 31 juillet dernier, ont des effets dévastateurs dans l’opinion catholique mondiale qui observe une distorsion flagrante entre ce qu’elle constate tous les jours et le discours ecclésiastique officiel. « Si les choses continuent dans cette direction, affirme Kilpatrick, cela générera une énorme crise de confiance envers l’Église. C’est, potentiellement, une crise de plus vaste proportion que celle du scandale des abus sexuels ».

Kilpatrick rappelle que, depuis les années 1980, des millions de chrétiens ont perdu la vie ou ont été obligé de fuir à cause du djihad mené contre eux au Moyen-Orient et en Afrique, et qu’ils n’y étaient pas préparés : leurs responsables ecclésiastiques les avaient convaincus que l’islam était une religion pacifique à l’instar du christianisme ou du judaïsme !

Ne pas dire la vérité sur l’islam mène l’Église à une catastrophe

« Le pape et d’autres avec lui dans l’Église, poursuit Kilpatrick, ne disent pas la vérité sur l’islam. Certains soutiennent qu’ils le font de manière délibérée et qu’il s’agit là d’une stratégie pour éviter une plus grande radicalisation. D’autres, au nombre desquels je me compte, qu’ils le font par pure naïveté. Dans un cas comme dans l’autre, s’ils continuent à défendre l’islam en tant de religion pacifique, il en résultera nécessairement une crise de confiance et une crise de la foi ».

Croire en l’innocence de l’islam, n’est pas de foi catholique. Vouloir le faire croire c’est s’exposer à ce que le dramatique mot-dièse #PasMonPape, soit bientôt remplacé par un mot-dièse encore plus catastrophique : #PasMonÉglise

Adam Villiers

**************************************************************************************************************

 

L’angélisme du Pape face à la terreur des Islamistes

pape4Le Pape François étonne souvent par sa candeur et par la simplicité de ses gestes et de sa conduite, mais ses derniers propos sur la nécessité de comparer la « violence islamique à la violence catholique » sont à la fois étranges, bizarres et même révoltants.

Le représentant suprême de la religion catholique a plongé ses fidèles dans la confusion et le désarroi et a surtout mis en colère les Chrétiens d’Orient, qui souffrent dans notre région du calvaire islamiste depuis plusieurs années.

Comment comparer des Fous d’Allah, criant vengeance et décapitant des mécréants avec des Chrétiens fidèles à la tolérance et à l’amour du prochain ?

Comment comparer le récent égorgement du prêtre Jacques Hamel, ou la décapitation de sept moines trappistes le 21 mai 1996, dans le monastère de Tibhirine en Algérie, aux faits divers quotidiens de voyous dans les rues de Rome ou de Naples ? S’agit-il de la même force de violence ? De la même incitation à la haine ? De la même idéologie macabre ?

chretien

Les Chrétiens d’Orient, vivant sous le joug islamiste, n’ont pas été entendus par le Pape François

La Shoah des Nazis, le génocide des Arméniens ne sont-ils que de simples violences ? Comment le Pape peut-il mettre sur le même plan des massacres massifs et prémédités, d’odieux attentats contre tous ceux qui ne sont pas musulmans, avec des actes de banditisme ?

Il ne s’agit pas seulement d’un conflit armé entre des Etats et contre des groupes terroristes, mais de la guerre d’une seule religion monothéiste extrémiste contre toutes les autres, une guerre de civilisation, entre le culte de la mort et le culte de la vie et de l’espérance.

Certes, la majorité écrasante de l’Islam, sunnite et chiite, ne représente pas une religion extrémiste et violente, mais il existe seulement au sein de la religion musulmane de nombreux groupes et organisations qui véhiculent la terreur et le culte de la mort. Ils sont dangereux pour l’Humanité entière et le Pape devrait, avec courage, les dénoncer et les condamner publiquement et avec force.

pape2

Le Pape François visitant le camp d’extermination d’Auschwitz, le 29 juillet

La conduite du Pape François nous rappelle, hélas, celle de deux de ses prédécesseurs, les Papes Pie XI et Pie XII. Au moment où notre peuple était conduit par les Nazis, comme du bétail, vers les camps de la mort, l’Eglise de l’époque avait gardé un mutisme mortel.

Le Pape François, qui revient, lui, d’une visite symbolique et importante à Auschwitz-Birkenau, devrait être le premier à comprendre qu’après le génocide des Juifs par Hitler, ce seront demain tous les Chrétiens qui seront les victimes de la terreur des Islamistes en Europe, et partout ailleurs.

Freddy Eytan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>