La comète PAN STARRS C2011 L4 s’invite au conclave du 12 mars…en attendant la « comète du siècle » fin décembre, baptisée ISON (anagramme de SION)

Screenshot_2013-02-06-23-31-47Visible dans l’émisphère Nord (donc Rome !) à compter du 11 mars, la comète PAN STARRS (comme le faux dieu PAN) saluera la Nouvelle Lune avant que les cardinaux ne s’enferment dans la Sixtine au croissant de lune naissant (Babylone) ! Un signe dans le ciel…?

 

PANSTARRS passera entre Cassiopée et pégase à l’Ouest, visible au coucher du soleil vers 19H30 sur l’horizon. Elle coupera l’axe de la constellation des POISSONS (!!!) …le 15 mars…jour de l’éléction du Pape ?

Photo : au dessus de Melbourne

Une autre comète baptisée ISON (anagramme de SION ? en fait du nom du réseau de télescope qui l’ a découverte…) occupera nos nuits en fin d’année…elle est annoncée comme la comète du siècle ! Entre les astéroides et les comètes, que de signes dans le ciel !!

 

 

Panstarrs : une comète visible à l’oeil nu

Edité par Nicolas FERTIN le09 mars 2013 à 10h06 , mis à jour le10 mars 2013 à 18h42.

Temps de lecture
3min

Image rare d'une comète visible e, 2011 à l'oeil nu dans l'hémisphère sud

Crédits :TF1/LCI

Techniques

L’année 2013 sera marquée par la venue de deux comètes dans le ciel qui seront visibles à l’oeil nu. La première, baptisée Pannstars, apparaîtra au soleil couchant en regardant vers l’ouest. Elle le sera jusqu’à la fin du mois avant de disparaître dans les profondeurs de notre galaxie.

Après l’astéroïde 2012 DA 14, c’est au tour de Pan-STARRS de venir « frôler » notre Terre cette semaine et dans les prochains jours. Baptisée du nom du téléscope qui l’a détectée, cette comète est visible dans l’hémisphère nord depuis le 8 mars approximativement 1 heure après le coucher du soleil Pour cela, il vous faudra regarder vers l’ouest à une dizaine de degrés seulement au dessus de l’horizon en direction de la lune (qui ne sera qu’un faible croissant solaire).

Elle pourrait rester détectable jusqu’à la fin du mois, indique l’Observatoire de Paris. « Il s’agit d’une comète nouvelle, jamais aperçue auparavant, et qui ne fera qu’une seule et unique incursion dans notre ciel avant d’être éjectée dans les profondeurs de la Galaxie », a indiqué l’Observatoire. L’astre a déjà pu être vu dans l’hémisphère sud ces derniers jours. Vendredi, la comète s’est montrée à 18h44, heure de Paris pour disparaître 9 minutes plus tard. Samedi, elle était difficile à observer mais ce dimanche, si les conditions sont bonnes, vous devriez pouvoir la voir. Dans le cas contraire, l’observatoire conseille de s’armer de patience et d’attendre le 13 mars où l’astre brillera aussi intensément qu’une étoile. Ajoutant qu’il faudra bien choisir son endroit pour l’observer : sombre, dépourvu de lumière et de nuage, loin des villes, si possible campagne ou montagne, offrant une vue dégagée à l’ouest, et avec des jumelles.

Une seconde comète en novembre

Sa visibilité uniquement nocturne s’explique par sa position rapprochée du soleil. « Le problème est qu’elle est proche du Soleil, donc on la verra le soir à l’ouest après le coucher du soleil. Plus le temps va passer, plus elle sera haute sur l’horizon, mais plus sa magnitude va monter, donc elle sera moins lumineuse », explique Patrick Rocher, chercheur à l’Observatoire de Paris. Une autre nouvelle attend les passionnés : une autre comète ISON pourrait être visible à l’oeil nu juste après la tombée de la nuit à la fin du mois de novembre, un phénomène qui devrait se prolonger pendant plusieurs mois. ISON est d’autant plus rare que son dernier passage aux abords de notre planète remonte à au moins 10 millions d’années, selon Mark Bailey, directeur de l’Observatoire d’Armagh, en Irlande du Nord. »Deux comètes brillantes en une seule année, c’est un plaisir rare », a commenté Karl Battams, du Laboratoire de Recherche Naval Américain, cité par la NASA.

***********************************************************************************************************

La comète ISON, l’événement astronomique majeur de 2013

Jérémy Bouchez, le 5 janvier 2013, 16h32

Peut-être l’événement astronomique le plus important depuis plusieurs décennies…voire depuis plusieurs siècles !

Graphique indiquant la position de la comète ISON le 5 janvier 2012. (Crédit: JPL/NASA)

Cliquer sur la photo pour agrandir
Graphique indiquant la position de la comète ISON le 5 janvier 2012. (Crédit: JPL/NASA)

Depuis sa découverte le 21 septembre 2012 par une équipe d’astronomes russes et alors qu’elle se trouvait à plus de 965 millions de km de la Terre, la comète ISON (du nom du réseau international de télescopes qui l’a révélé) est l’objet de toutes les attentions. C’est que C/2012 S1 (c’est son nom scientifique) pourrait potentiellement devenir la comète la plus brillante depuis la Grande comète de 1680 qui était visible même en plein jour. Les spécialistes émettent l’hypothèse qu’elle pourrait briller 100 fois plus que Vénus voire même dépasser la luminosité de la pleine lune, pour un diamètre apparent cependant bien plus petit.

Pourquoi une telle possibilité ? ISON est une comète jeune qui n’a peut-être jamais frôlé le Soleil. Elle n’a donc jamais perdu de matière en entrant en contact avec le vent solaire, un flux de plasma éjecté par notre étoile et composé essentiellement d’ions et d’électrons atteignant des vitesses moyennes de 450 km/s. De plus, le périhélie d’ISON ne sera que de 1,6 millions de km. Elle sera donc très proche du Soleil et ce serait donc sa phase la plus brillante avec une queue possiblement très allongée. La Grande comète de 1680 s’était approchée a seulement 930 000 km du Soleil. Cependant, sa proximité avec l’astre du jour pourrait également la disloquer, à cause des forces de marée exercées par celui-ci et de la chaleur que rencontrera ISON.

Les comètes sont principalement constituées de glace de différents matériaux et de poussières agglomérées. Le noyau des comètes mesure plusieurs kilomètres de diamètre (15 km par exemple pour la célèbre comète de Halley) alors que la queue peut atteindre plusieurs dizaines de millions de kilomètres. ISON devrait être visible à l’œil nu vers la fin du mois d’octobre et dès le mois d’août avec de petits télescopes amateurs pour un maximum le 28 novembre, date de son périhélie. Elle restera visible jusqu’au mois de janvier 2014. Nous avons donc plusieurs mois devant nous pour nous préparer. À noter que sa prochaine visite aura lieu dans…900 000 ans.

Il est possible de simuler la trajectoire et la position de la comète ISON par l’intermédiaire de cette application créée par le Jet Propulsion Laboratory (nécessite le logiciel Java installé sur votre ordinateur).

Voir également la très belle animation en HD sur Youtube qui permet de simuler la proximité d’ISON et de la planète Mars. La comète passera seulement à 10 millions de km de la planète rouge. Reste à savoir si le robot Curiosity sera en mesure de photographier le passage qui sera impressionnant vu de Mars.

*********************************************************************************************************

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>