Israël 2017 : « tout royaume divisé contre lui-même ne peut se maintenir… »

Des Juifs ultra-orthodoxes devant des affiches affirmant qu'internet donne le cancer, à Jérusalem, en juillet 2009. Illustration. (Crédit : Rishwanth Jayapaul/Flash90)Une affiche appelle les conscrits ultra-orthodoxes à tuer des soldats : L’affiche de Jérusalem encourage à tuer les soldates et les commandants ; la police a lancé une enquête

 Des Juifs ultra-orthodoxes devant des affiches affirmant qu’internet donne le cancer, à Jérusalem, en juillet 2009. Illustration. (Crédit : Rishwanth Jayapaul/Flash90)

La notice anonyme, qui est intitulée « règne religieux », affirme que chaque jeune homme ultra-orthodoxe qui est enrôlé « par force dans l’armée anti-juive » doit « prendre le fusil qui [lui] a été donné » et tuer des soldats israéliens : « Tuez la prochaine soldate à votre portée et donnez lui par conséquent le privilège de mourir [en accomplissant le commandement de] ‘mourir avant de violer’ [l’interdiction présumée de faire un service militaire]. Tuez chaque commandant qui vous tient par la force. Tuez chaque conscrit, chaque tentateur et chaque facilitateur », peut-on lire sur l’affiche de Mea Shearim.

La police a ouvert une enquête sur l’incident. L’affiche encourage également les adolescents ultra-orthodoxes à se suicider plutôt qu’à être enrôler, en comparant le service militaire aux trois pêchés cardinaux qui doivent être évités sous peine de mort dans le judaïsme : l’idolâtrie, les relations sexuelles interdites, et le meurtre : « Ce monde est un passage vers la vie éternelle dans le monde à venir. Si vous perdez ce monde [mourrez], vous serez heureux et cela sera bon pour vous dans le monde à venir », est-il écrit.

L’affiche comprend également plusieurs citations non attribuées interdisant le service militaire, et des références au personnage biblique de Pinhas, salué comme un zélote ayant défendu l’honneur de Dieu après avoir tué un chef tribal qui avait couché avec une femme non israélite. En réponse à l’affiche, un porte-parole de l’armée a déclaré jeudi qu’elle avait franchi « une ligne rouge », et a promis que l’armée continuerait à enrôler quiconque est tenu de servir selon la loi :  « L’armée continuera à mener ses missions pour son engagement à la sécurité de l’Etat d’Israël et de ses citoyens et continuera à travailler pour enrôler tous ceux qui doivent l’être. »

Mardi, des affiches placées dans la ville majoritairement orthodoxe de Bnei Brak proposaient des récompenses financières aux enfants ultra-orthodoxes s’ils étaient arrêtés ou blessés en harcelant des soldats et des policiers religieux.  Les affiches, titrées sarcastiquement « le vrai courage contre les enfants » et montrent des photographies d’un policier religieux arrêtant un enfant ultra-orthodoxe, implorent les enfants de crier sur les soldats et les policiers ultra-orthodoxes « Harkadim out », un terme insultant contre les soldats orthodoxes, qui ressemblent aux mots hébreux désignant un insecte et un germe. Les affiches affirment que les « enfants vertueux » âgés de moins de 15 ans peuvent gagner 530 shekels s’ils sont arrêtés pour avoir crié cette insulte, et 290 shekels de plus s’ils sont touchés par les officiers pendant l’arrestation.

Mardi également, la police a arrêté sept suspects, dont deux mineurs, qui ont attaqué des policiers déguisés en soldats à Mea Shearim, quartier ultra-orthodoxe de Jérusalem, a annoncé la Deuxième chaîne. La police a indiqué que les suspects avaient été arrêtés après avoir encerclé les policiers sous couverture et leur avoir jeté des objets tout en les insultant. Les incidents de cette semaine sont les plus récents de toute une série où des Juifs ultra-orthodoxes ont incité à la haine contre les membres de leur propre communauté qui rejoignent l’armée israélienne. Ils ont organisé des dizaines de manifestations pour protester contre l’enrôlement des Juifs religieux.

Des Juifs ultra-orthodoxes mettent le feu à l'effigie d'un soldat israélien pendant les fêtes de Lag BaOmer, dans le quartier Mea Shearim de Jérusalem, le 13 mai 2017. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le mois dernier, des hommes et des femmes ultra-orthodoxes ont brûlé l’effigie d’un soldat israélien à Mea Shearim, ce que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a jugé « méprisable ».

Certains secteurs de la société ultra-orthodoxe refusent de reconnaître l’Etat d’Israël, et s’opposent au sionisme, parce qu’ils croient que l’établissement d’un Etat juif ne devrait se produire qu’après l’arrivée du Messie. La plupart des Juifs ultra-orthodoxes ne servent pas dans l’armée israélienne.

Un peu moins de la moitié de la population israélienne (49 %) sera composée d’Arabes et de Juifs ultra orthodoxes d’ici 2059, selon les projections du Bureau central des statistiques (CBS) publiées jeudi par l’Israel Democracy Institute(IDI).

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

 

NdlR : « Ce monde est un passage vers la vie éternelle dans le monde à venir. Si vous perdez ce monde [mourrez], vous serez heureux et cela sera bon pour vous dans le monde à venir » :  aucune différence entre ce judaïsme rabbinique et les salafistes de l’Islam…. tuer pour hériter du monde futur n’est pas un commandement. Israël 2017 n’augure rien de bon pour 2018… Ces juifs ultras sont aussi des bêtes sauvages et toute la Torah les accuse de meurtres ! Tuer au nom d’Allah ou au nom du Talmud n’est pas un chemin sanctifié…. Qu’ils rendent à Israël ce qui est à Israël et à YHWH ce qui est à YHWH… tristesse et consternation. Ce pays composé de moitié d’arabes et d’ultras en 2059 sera ingouvernable !   

Selon des projections, la moitié de la population d’Israël serait arabe et ultra-orthodoxe en 2059

Les chiffres montrent que la population israélienne passera de 8,6 millions à 18 millions en un peu plus de 4 décennies

Un Juif ultra orthodoxe de l'implantation israélienne de Beitar Illit en train de parler à un Arabe à l'intersection de Hussan, en Cisjordanie, le 11 novembre 2015 (Crédit : Nati Shohat / Flash90

Un Juif ultra orthodoxe de l’implantation israélienne de Beitar Illit en train de parler à un Arabe à l’intersection de Hussan, en Cisjordanie, le 11 novembre 2015 (Crédit : Nati Shohat / Flash90

En 42 ans, la population de la communauté ultra-orthodoxe ou Haredi aura atteint 5,25 millions de personnes, soit environ 29 % du peuple israélien, selon les estimations. Les Israéliens qui s’identifient comme ultra orthodoxes représentent actuellement environ 9 % du peuple, selon les données publiées par CBS le mois dernier.

Les projections antérieures de CBS en 2012, il apparaissait que la population de la communauté ultra-orthodoxe augmenterait à environ 4,5 millions de personnes dans les décennies à venir.

On a estimé que la communauté arabe israélienne passerait d’1,8 million à 3,6 millions de personne, ce qui représente environ 20 % de la population en Israël. L’ensemble de la population israélienne devrait atteindre 18 millions d’ici 2059 (alors qu’elle est composée de 8,6 millions de personnes en 2017), avec 14,4 millions de Juifs.

Les projections du CBS ont été annoncées jeudi par l’IDI, la publication du rapport complet étant prévu la semaine prochaine.

Le docteur Gilad Malach de l’Institut israélien de la démocratie a mis en garde le gouvernement. Il affirme que les chiffres devraient servir de signal d’alarme au gouvernement qui devrait augmenter les efforts visant à intégrer les Arabes et les ultra-orthodoxes, qui sont traditionnellement pauvres, à la main-d’œuvre, tout en notant qu’il y a eu des progrès importants dans ce domaine pendant la dernière décennie.

« Il est temps d’arrêter de traiter les Arabes et les Haredim comme des risques qui sont un frein à la performance économique et commencer à les traiter comme des ressources qui pourraient placer l’économie israélienne dans le top 10 de l’OCDE », a déclaré Malach dans un communiqué.

Selon l’IDI, l’emploi chez les femmes arabes a augmenté de 57 % au cours des 10 dernières années, alors que l’emploi d’hommes ultra orthodoxes a grimpé de 30 % au cours de la même période.

Cependant, ces chiffres restent inférieurs par rapport au reste de la population, a indiqué l’IDI. Parmi les hommes juifs israéliens non ultra-orthodoxes, 87 % sont employés, tandis que 77 % des hommes arabes et 52 % des hommes ultra orthodoxes sont actifs sur le marché du travail.

De même, alors que 82 % des femmes juives israéliennes travaillent, 73 % des femmes ultra-orthodoxes et seulement 32 % des femmes arabes sont employées, selon l’IDI.

« L’investissement dans ces communautés au cours de la dernière décennie a conduit à des résultats positifs. Mais il y a encore un long chemin à parcourir », a déclaré Malach.

« Maintenant, nous devons nous concentrer sur l’amélioration de la qualité de l’emploi dans ces secteurs. Cela permettra d’améliorer le taux de productivité national d’Israël et de sortir les familles de la pauvreté ».

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>