Débat historique à la Knesset sur la souveraineté du Mont du Temple

Jérusalem : Les arabes doivent cesser de spolier le Mont du Temple aux Juifsextrait d’un article d’Israël Flash (ICI…!) :

Cette semaine s’est ouvert un débat historique à la Knesset israélienne. Initié par le député Likoud Moshe Feiglin, il a été le premier à oser discuter de la question sensible du Mont du Temple. Voilà 47 années, depuis Juin 1967, qu’Israël est le souverain officiel sur le Mont du Temple. A ceci près qu’il s’agit d’une souveraineté de papier. Le vrai souverain de facto est le Waqf jordanien et l’Autorité palestinienne. Les drapeaux du Hamas, du Hezbollah, de l’OLP, de la Jordanie et de la Turquie ont été fièrement portés sur le Mont.

La dernière tentative de hisser le drapeau d’Israël sur le Mont du Temple remonte à il y a quatre ans. Elle s’est soldée par l’arrestation d’Israéliens effrontés qui ont osé offenser les vrais symboles du Mont…

Jusqu’au milieu du 19ème siècle, quand les Musulmans contrôlaient le caveau des Patriarches à Hébron, les Juifs n’avaient pas le droit d’entrer dans l’enceinte. Ils n’étaient autorisés qu’à monter jusqu’à la septième marche pour faire une prière. Aujourd’hui sous administration israélienne, les fidèles du Caveau des Patriarches sont juifs et musulmans. Le gouvernement israélien n’a jamais envisagé de laisser les Musulmans prier dans les escaliers. Il est temps que soient autorisées sur le Mont du Temple les prières de toutes les religions. Car là-haut, Allah et le Tout-Puissant se débrouillent bien. Les fils du Dieu unique devraient faire de même en bas.

A la Knesset, les membres des partis arabes ont boycotté les discussions passionnantes et importantes.Apparament la question du droit des Juifs à prier sur le Mont du Temple est devenue tabou… La discussion historique à la Knesset s’est terminée sans qu’aucune décision ne soit prise. Les gouvernements de Jordanie et d’Egypte ont agi dans l’ombre et ont mis la pression sur Netanyahou pour empêcher toute déclaration de la Knesset concernant la souveraineté juive sur le Mont. Netanyahou a alors mis la pression sur le Président de la Knesset Yuli Edelstein qui a rapidement mis un terme aux discussions et a reporter le débat duquel doit résulter une prise de décision à une date ultérieure non communiqué…

Une façon de désamorcer la poudrière est effectivement d’appliquer la liberté de culte sur le Mont pour tout le monde sans distinction de religion, de race ou de sexe. Lorsque le Mont du Temple sera une maison de prière pour tous les peuples, ceux qui pensent que Dieu n’appartient qu’à eux comprendront que la violence n’a pas sa place au Moyen-Orient. Seule cette compréhension peut conduire à la vraie foi en la paix.

 

Jérusalem : Les arabes doivent cesser de spolier le Mont du Temple aux Juifs

fév 28, 2014Histoire et Archéologie, Jérusalem, Judaïsme et spiritualité, Mythes et réalités


Jérusalem : Les arabes doivent cesser de spolier le Mont du Temple aux Juifs

Il est temps d’arrêter de contester le droit des enfants de Moïse à prier sur le Mont du Temple

Cette semaine s’est ouvert un débat historique à la Knesset israélienne. Initié par le député Likoud Moshe Feiglin, il a été le premier à oser discuter de la question sensible du Mont du Temple. Voilà 47 années, depuis Juin 1967, qu’Israël est le souverain officiel sur le Mont du Temple. A ceci près qu’il s’agit d’une souveraineté de papier. Le vrai souverain de facto est le Waqf jordanien et l’Autorité palestinienne. Les drapeaux du Hamas, du Hezbollah, de l’OLP, de la Jordanie et de la Turquie ont été fièrement portés sur le Mont.

La dernière tentative de hisser le drapeau d’Israël sur le Mont du Temple remonte à il y a quatre ans. Elle s’est soldée par l’arrestation d’Israéliens effrontés qui ont osé offenser les vrais symboles du Mont. Non seulement les droits nationaux du peuple juif sont bafoués, mais l’argent investi pendant des milliers d’années sur le site du Temple, est piétiné, et les droits individuels ne sont pas respectés. Le Mont du Temple est interdit aux Juifs qui ne peuvent pas même regarder le ciel et murmurer une prière. Ils n’ont pas le droit de s’agenouiller et de se prosterner devant le Dieu d’Israël. Le mont a un seul dictateur : Allah. Au coeur de la seule démocratie du Moyen-Orient, la liberté de religion est piétinée, pas celle de la religion musulmane, mais celle de la foi juive.

Les dispositions des conditions de visite sur le Mont du Temple interdisent aux Juifs de porter les tefillin, les phylactères qui contiennent un petit rouleau de la Torah, selon la décision du Conseil islamique suprême. Pourquoi autoriser un Waqf si opprimant? Pourquoi la culture islamique est-elle incapable de contenir d’autres cultures ?

Jusqu’au milieu du 19ème siècle, quand les Musulmans contrôlaient le caveau des Patriarches à Hébron, les Juifs n’avaient pas le droit d’entrer dans l’enceinte. Ils n’étaient autorisés qu’à monter jusqu’à la septième marche pour faire une prière. Aujourd’hui sous administration israélienne, les fidèles du Caveau des Patriarches sont juifs et musulmans. Le gouvernement israélien n’a jamais envisagé de laisser les Musulmans prier dans les escaliers. Il est temps que soient autorisées sur le Mont du Temple les prières de toutes les religions. Car là-haut, Allah et le Tout-Puissant se débrouillent bien. Les fils du Dieu unique devraient faire de même en bas.

A la Knesset, les membres des partis arabes ont boycotté les discussions passionnantes et importantes.Apparament la question du droit des Juifs à prier sur le Mont du Temple est devenue tabou. Ils ont donc décidé de faire passer leur message autrement : avec des émeutes sur le site dont le calendrier n’est pas une une pure coïncidence.

La députée Zahava Gal-on du parti Meretz a admis qu’on ne pouvait pas « contester aux Juifs le droit d’aller au Mont du Temple” mais elle a immédiatement nuancé sa déclaration : « En ce moment il y a un débat sur ​​la pertience politique de monter sur le Mont du Temple. Ceux qui militent pour ce droit font une provocation qui n’a qu’un seul but : faire exploser les relations d’Israël avec le monde musulman, et créer un nouvel état de fait et saboter le processus politique. C’est l’objectif du député Moshe Feiglin. Le Mont du Temple fait partie du statut quo. Ce n’est pas un hasard si le Premier ministre Netanyahou, dont je ne fais pas souvent l’éloge, s’est montré en retrait sur ce dossier. Il a compris que les gens comme vous cherchent à mettre en danger l’Etat d’Israël et mettre le feu au poudre ».

Eh bien je dis le contraire. Montez en premier. Qui veut vraiment résoudre le conflit israélo-palestinien, ne peut pas laisser la discussion de Jérusalem et le Mont du Temple en dehors de la table de négociation. Si c’est de la poudre à canon, il faut la neutraliser maintenant. Il est impossible de négocier vraiment quand, à un moment donné, quelque chose peut tout faire exploser.

Qu’il est dommage que des députés sionistes à la Knesset parlent le langage de la violence arabe. Leur point de départ est que la plus petite action d’Israël qui ferait appel aux dirigeants par défaut du Mont du Temple, enflammerait le Moyen-Orient. C’est ainsi que la violence est devenue une partie légitime du jeu et dicte non seulement les rapports sur le Mont du Temple, mais tout le contenu et la nature des négociations.

La discussion historique à la Knesset s’est terminée sans qu’aucune décision ne soit prise. Les gouvernements de Jordanie et d’Egypte ont agi dans l’ombre et ont mis la pression sur Netanyahou pour empêcher toute déclaration de la Knesset concernant la souveraineté juive sur le Mont. Netanyahou a alors mis la pression sur le Président de la Knesset Yuli Edelstein qui a rapidement mis un terme aux discussions et a reporter le débat duquel doit résulter une prise de décision à une date ultérieure non communiqué. Par peur de décider, on fait pression et reporte à une autre date.

Certaines choses ne peuvent plus être repoussées. Il y a des choses pour lesquelles la décision, si elle est prise intelligemment et calmement, fera avacer la région et permettra d’atteindre une paix réelle et durable. Une façon de désamorcer la poudrière est effectivement d’appliquer la liberté de culte sur le Mont pour tout le monde sans distinction de religion, de race ou de sexe. Lorsque le Mont du Temple sera une maison de prière pour tous les peuples, ceux qui pensent que Dieu n’appartient qu’à eux comprendront que la violence n’a pas sa place au Moyen-Orient. Seule cette compréhension peut conduire à la vraie foi en la paix.

Yifat Erlich est journaliste pour les quotidiens israéliens Maariv et Makor Rishon. Elle est mariée, mère de cinq enfants et réside à Ofra (Judée-Samarie).​ source

Autre commentaire

Il suffit à toute personne saine d’esprit et logique de comparer  l’emplacement et le niveau du mur des lamentations avec celui de l’esplanade de la mosquée Al-Aqsa pour comprendre qu’il y a eu une tentative flagrante de substitution.

Le mur occidental du temple se situe en dessous du niveau de l’esplanade de la mosquée Al-Aqsa. Cela signifie en termes simples que les arabes qui avaient conquis Jérusalem  quelques siècles après la destruction du second temple juif, ont eu la mauvaise idée d’enterrer les restes du temple et d’ériger dans leur hâte, des bornes islamiques dans une ville qui hurle sa judéité. C’était soit leur étourderie ou leur stupidité qui a permis aux israéliens, lors des excavations archéologiques, de découvrir sous la mosquée les restes de leur temple. Le niveau du mur à lui seul culpabilise les arabes qui n’ont démontré aucun respect aux vestiges religieux du peuple juif. Peuple qu’ils s’évertuent  à revendiquer une soi-disant appartenance.

Venir aujourd’hui réclamer des droits sur ce qui ne leur a jamais appartenu est une des caractéristiques sournoises arabes. En fait, nous pouvons constater qu’il existe deux Jérusalem, la souterraine aisément identifiable comme juive, et celle qui a été construite sur les décombres de la Jérusalem ancestrale.

Il est temps que le monde accepte la réalité telle qu’elle nous est imposée. Il est temps aussi que les juifs défendent leurs possessions ethniques sans sourciller. Les palestiniens arabes n’ont aucune preuve de la sainteté de Jérusalem dans leur Coran, encore moins de leur mosquée Al-Aqsa qui se situe là où elle n’aurait jamais dû se trouver.

Israël est juif et doit le rester… Tout compromis sur ce qui revient de droit au peuple juif est trop dangereux pour être même envisagé.

Plaire aux occidentaux ne doit en aucun cas culminer par l’extinction du peuple JUIF.

Thérèse Zrihen-Dvir.

Des heurts ont eu lieu cette semaine sur le Mont du temple, se soldant par des violences comme d’habitude par les musulmans qui ne veulent pas un seul Juif prier sur leur lieu le plus saint. L’accès est limité aujourd’hui pour éviter la violence des arabes.

Belle religion d’amour et de tolérance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>