Après le COVID, le CLIMAT !

Commission de la Knesset: le changement climatique touche à la sécurité nationale

Les élus déplorent l’absence de plans concrets sur la manière dont les services de sécurité se préparent au réchauffement climatique, alors que la menace est évidente

La commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset se réunit pour discuter des effets du changement climatique sur la sécurité nationale du pays, le 16 novembre 2021. (Noam Moskowitz/Knesset)

La commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset se réunit pour discuter des effets du changement climatique sur la sécurité nationale du pays, le 16 novembre 2021. (Noam Moskowitz/Knesset)

Les membres de la puissante commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset ont appelé mardi le gouvernement et les services de sécurité à prendre plus au sérieux la question du changement climatique et à la considérer comme une question de sécurité nationale, compte tenu des menaces évidentes que représente le réchauffement de la planète.

« Il ne fait aucun doute que nous sommes au milieu d’une crise qui s’aggrave… et malgré les bonnes décisions qui ont déjà été prises, je ne pense pas que le gouvernement comprenne l’ampleur de la crise », a déclaré le président de la commission et ancien chef adjoint du Mossad, Ram Ben-Barak.

M. Ben-Barak a fait ces remarques à la suite d’une réunion spéciale de la commission consacrée aux aspects de sécurité nationale de la crise climatique mondiale, qui s’est tenue mardi dans le cadre de la Journée de la protection de l’environnement de la Knesset, au cours de laquelle des experts ont témoigné des différentes manières dont le réchauffement climatique peut affecter la sécurité du pays.

La députée Nira Shpak (Yesh Atid), qui dirige la sous-commission de la Knesset sur la préparation du front intérieur, a déclaré que si le gouvernement et les différents services de sécurité sont conscients des menaces posées par le changement climatique, il existe relativement peu de plans pratiques pour y faire face.

« Ce qui me dérange dans ce qui a été présenté ici, c’est qu’il n’y a toujours pas de plans concrets d’exécution, et donc je ne sais même pas par où commencer pour examiner et superviser, et c’est une omission déraisonnable. Nous tiendrons des réunions organisées sur ce sujet afin de vérifier les progrès et les changements dans la conversation », a-t-elle déclaré.

Au cours de l’audience, un représentant du Conseil de sécurité nationale (NSC) a déclaré que la crise climatique était considérée comme une question de sécurité nationale, avec des plans pour ajouter une section sur le changement climatique dans l’évaluation nationale annuelle de l’organisation, qui identifie les défis et les opportunités auxquels le pays est confronté.

« Pour la première fois, nous classons la crise climatique comme une menace pour la sécurité nationale. Nous travaillons actuellement à une évaluation nationale de la situation qui sera approuvée par une décision du gouvernement d’ici la fin de cette année ou le début de l’année prochaine, et qui comprendra une section sur la crise climatique. L’année prochaine, nous examinerons également plus en profondeur les conséquences sur l’établissement de la défense, une fois que nous aurons terminé le travail du personnel sur la question », a déclaré Ariel Gilboa, chef de la division du front intérieur du NSC.

L’armée israélienne a, au moins nominalement, reconnu la menace du changement climatique, avec des plans pour établir des équipes au sein de la Direction de la planification dédiées à cette question. Cependant, les critiques ont averti que ces efforts sont insuffisants car le réchauffement climatique est relégué aux officiers de rang inférieur, plutôt qu’aux hauts gradés.

« Tsahal s’occupe de ce problème maintenant, mais pense aussi à l’avenir. Compte tenu de la compréhension de l’ampleur du défi et de ses effets sur les menaces à la sécurité et sur Tsahal, le chef d’état-major a ordonné la mise en place d’un vaste travail d’équipe. Ce travail comprend l’élaboration d’une stratégie, la cartographie des effets sur l’accumulation et l’utilisation de la force, et l’atténuation et la limitation de la pollution », a déclaré l’un des représentants de l’armée au comité, le colonel Nir Yanai, chef de la planification stratégique à la Direction de la planification de Tsahal. La commission des affaires étrangères et de la défense de la Knesset se réunit pour discuter des effets du changement climatique sur la sécurité nationale du pays, le 16 novembre 2021. (Noam Moskowitz/Knesset)

Dans ses commentaires au comité de la Knesset, Yehuda Troen, de l’unité de recherche et d’information de la Knesset, a énuméré les différentes façons dont le changement climatique était effectivement un défi pour la sécurité nationale, avec des effets directs et indirects sur l’armée.

En termes pratiques et immédiats, le réchauffement de la planète et les phénomènes météorologiques extrêmes qu’il entraîne obligeront probablement l’armée à modifier son mode d’entraînement, car les vagues de chaleur et les tempêtes violentes peuvent interrompre les exercices, à moderniser son équipement pour faire face à un climat plus hostile et à se préparer à aider les civils en cas de catastrophes naturelles plus probables, comme les inondations et les incendies, selon Troen.

En ce qui concerne l’impact direct du changement climatique sur l’armée, le chef du service météorologique du pays, Nir Stav, a déclaré à la commission que Tsahal devait commencer à accorder une plus grande attention aux modèles météorologiques pour les forces terrestres, et pas seulement pour l’armée de l’air et la marine comme c’est le cas actuellement. Il a demandé un financement plus important pour le service afin de lui permettre d’offrir plus d’aide à l’armée et aux autres services de sécurité.

« L’une des grandes lacunes est que les forces terrestres ne disposent actuellement d’aucun soutien météorologique, contrairement à l’armée de l’air et à la marine. Une autre est que le service météorologique offre une source de connaissances et de soutien pour la prise de décision au sein du Conseil national de sécurité, de l’Autorité nationale de gestion des urgences, de Tsahal et autres, mais sans ressources, nous ne serons pas en mesure de les soutenir », a déclaré Stav.

Il a fait spécifiquement référence à un cas de l’année dernière, dans lequel un certain nombre de chasseurs F-16 ont été endommagés par des inondations parce qu’un commandant de base de l’armée de l’air israélienne n’a pas réussi à les mettre en sécurité pendant une forte tempête, causant des millions de shekels de dommages.

« Un avertissement aurait pu changer cela », a-t-il déclaré. Un avion de chasse F-16 se trouve dans un hangar inondé sur la base aérienne de Hatzor, dans le sud d’Israël, en janvier 2020. (Réseaux sociaux)

Stav a ajouté qu’un puissant ordinateur de prévision météorologique, dont Israël ne dispose pas actuellement, serait également capable de prévoir les schémas météorologiques dans d’autres pays, ce qui serait significatif pour la planification des frappes aériennes.

« Nous supplions d’avoir un ordinateur climatique qui puisse donner des prévisions précises. Aujourd’hui, nous ne pouvons pas donner de bonnes prévisions climatiques pour le Liban ou l’Iran, par exemple, ce qui pourrait être crucial dans la prise de décision », a-t-il déclaré.

Plus généralement, la crise climatique mondiale est susceptible d’intensifier les problèmes de réfugiés dans le monde et d’avoir un impact plus important sur la géopolitique.

« Le mot clé est ‘multiplicateur de menaces’, car le climat peut déstabiliser les pays de notre région qui sont déjà confrontés à l’instabilité et causer des problèmes d’eau, de nourriture, d’économie et de réfugiés, ce qui pourrait nous amener à des conditions extrêmes », a-t-il déclaré.

Résumant la session, M. Ben-Barak a déclaré qu’Israël était particulièrement vulnérable à de telles crises en raison de sa situation au Moyen-Orient et de sa stabilité relative par rapport aux autres pays de la région. Il a donc appelé le gouvernement à s’efforcer de renforcer les défenses physiques du pays afin de rendre plus difficile l’entrée des réfugiés, comme Israël l’a fait il y a près de dix ans avec une nouvelle clôture en acier érigée le long de la frontière égyptienne, qui a permis de stopper le flux de migrants et de demandeurs d’asile en provenance d’Afrique. Une partie de la clôture le long de la frontière israélo-égyptienne, au nord d’Eilat. (Idobi, CC BY-SA 3.0, Wikimedia Commons)

Il a ajouté qu’Israël devait également prendre en compte les impacts potentiels du changement climatique sur l’agriculture et la sécurité alimentaire.

« Ici, au sein de la commission, nous avons discuté des pénuries alimentaires attendues dans le monde et si quelqu’un s’est demandé si nous serons en mesure de nourrir nos citoyens dans 30 ans. Les Émirats ont acheté des terres en Éthiopie pour cultiver des légumes afin d’assurer leur approvisionnement, mais nous sommes toujours dépendants des importations », a déclaré M. Ben-Barak.

Revenant sur les commentaires de Stav, le président de la commission a appelé l’armée à mettre à la disposition de ses forces terrestres le soutien du service météorologique.

« L’alerte précoce est la base de la préparation à la crise climatique, et donc le NSC devrait travailler à renforcer le service météorologique et cela nous permettra d’économiser beaucoup d’argent à long terme », a-t-il déclaré.

************************************************************************************************************************

Sécheresse et vents forts en Israël, le cocktail parfait favorisant les incendies

Cette combinaison avait déjà été observée alors que l’État hébreu faisait face à des séries d’incendies dévastateurs en 2010 et 2016

Alors que les feux de broussailles se sont multipliés dans tout le pays, ces derniers jours, les spécialistes du climat avertissent que l’État juif est en train de connaître un renforcement d’une tendance à la sécheresse extrême, avec des conditions météorologiques similaires à celles qui avaient pu favoriser des incendies dévastateurs dans le pays, dans le passé.

« La semaine dernière, il y a eu une météo inhabituelle sur tout le territoire. Une extrême sécheresse qui a été accompagnée par des vents d’Est forts, d’une intensité qui n’avait pas été observée depuis plusieurs années », a commenté auprès du Times of Israel le docteur Amir Givati, expert du climat au sein de l’université de Tel Aviv.

« La sécheresse extrême de la végétation, associée à l’air sec et à ces vents d’Est forts qui ont soufflé sur tout le pays – tout cela a entraîné une vague de feux qui se sont rapidement propagés et également un voile lourd qui a recouvert le ciel du pays », a continué Givati, expliquant que ce voile avait été causé par certains vents forts qui avaient transporté du sable depuis les déserts d’Irak et de Jordanie.

« Des situations similaires d’extrême sécheresse étaient survenues en 2010 et 2016 », a poursuivi Givati, se référant à deux saisons particulièrement mauvaises en termes d’incendie de l’histoire d’Israël.

Les semaines qui avaient précédé l’incendie dévastateur du Carmel, au mois de décembre 2010, qui avait fait 44 morts, avaient été particulièrement sèches. Il n’y avait presque pas eu de précipitations pendant l’automne 2016 avant une vague nationale de feux qui avait chassé des milliers de citoyens hors de leurs maisons.

« La tendance est celle d’une augmentation de ce type d’événements dans notre région », a averti Givati. L’incendie du Carmel, pendant la période de Hanoukka en 2010 (Crédit : Autorisation de la production de Fierelines)

Même si les prévisions annoncent de la pluie dans les prochains jours, la terre, aride, est souvent dans l’incapacité d’absorber des précipitations torrentielles, créant un phénomène d’écoulement généralisé susceptible d’entraîner des inondations.

Toutefois, les températures chaudes, au cours du dernier mois, n’ont rien eu à voir avec l’année dernière, quand Israël avait connu le mois de novembre le plus humide depuis 1994 avec des inondations graves qui avaient entraîné des dégâts dans plusieurs villes côtières.

Givati a déclaré que ce passage d’un extrême à l’autre devait servir de mise en garde face aux dangers du changement climatique.

« On observe l’augmentation de phénomènes qui s’écartent de ce qui devrait être la norme, et la hausse du nombre de phénomènes météorologiques extrêmes dans le monde et ici. Une année pluvieuse avec des inondations et, un an plus tard, une année de sécheresse et d’incendies », a-t-il expliqué.

« C’est un résultat direct du changement climatique. Le réchauffement global entraîne une augmentation des phénomènes extrêmes des deux côtés et on peut s’attendre à ce que ces phénomènes ne fassent qu’empirer dans notre région », a-t-il continué. Un avion largue du matériel de lutte incendie sur un feu près de Ma’alot-Tarshiha, le 14 novembre 2021. (Services israéliens de secours et d’incendie)

Givati a noté que les modèles climatiques prédisaient que la saison des pluies, en Israël, va continuer à raccourcir, se terminant plus tôt au printemps et commençant plus tard à l’automne.

Dans un avenir proche, il a estimé que les pluies hivernales arriveront, cette année, plus lentement – au moins pour commencer.

« Dans des scénarios futurs de ce type, nous connaîtrons de plus en plus de tempêtes de sable pendant l’automne et la saison estivale des incendies se prolongera dans l’automne », a-t-il indiqué.

Nir Stav, qui est chef des services météorologiques israéliens, s’est montré plus prudent face au changement extrême distinguant le mois de novembre 2020 et le mois de novembre 2021, affirmant que les mois d’octobre et de novembre sont connus pour être des moments de transition en matière de climat. Du sable et de la poussière sur Netanya, une photo aérienne prise le 13 novembre 2021. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Stav a ainsi noté que les antécédents météorologiques du pays montraient que la météo « peut faire des zigzags » et qu’il n’est pas rare qu’un mois de novembre soit sec ou relativement sec, avec seulement quelques jours de pluie.

Il a néanmoins averti que la situation de chaleur et de sécheresse, en Israël, était le résultat du réchauffement global et que le temps était similaire à celui qui avait précédé les incendies gigantesques de 2010 et de 2016.

« Nous sommes au beau milieu d’une tendance au réchauffement et il est probable qu’une fois que ce mois sera terminé, nous allons découvrir qu’il a été l’un des mois de novembre les plus chauds que nous avons pu connaître », a-t-il confié au Times of Israel.

« Nous avons eu de nombreuses journées où les températures ont atteint, voire dépassé, les 30 degrés », a-t-il ajouté. « On pourra toujours, dans l’Histoire, retrouver de telles années mais il est clair qu’avec la hausse des températures, la probabilité d’un mois de novembre plus chaud est plus forte et on va voir une tendance marquée par un nombre croissant de jours, au mois de novembre, qui franchiront les 30 degrés d’une décennie à l’autre – un phénomène qui ne fera qu’augmenter avec le réchauffement climatique ». Une bouteille en plastique vide sur la terre craquelée de la rivière Shlomo, près d’Eilat, le 3 novembre 2021. (Crédit :AP Photo/Oded Balilty)

Bien sûr, quand il y a des périodes prolongées sans pluie, quand le temps est sec, il y a des feux de forêt. Et c’est ce que nous avons constaté cette année », a-t-il renchéri.

Des centaines de familles ont été évacuées, samedi et dimanche, alors qu’Israël a connu une série de feux de broussailles dans un contexte de temps fort et sec, avec de forts vents d’Est. Un certain nombre de constructions ont été endommagées alors que des dizaines d’équipes de sapeurs-pompiers se sont battus contre les flammes, sur terre et dans l’air.

Stav a noté que c’était très précisément le même temps qui avait été observé en 2010 et en 2016.

« L’incendie du Carmel, en 2010, est arrivé au début du mois de décembre, au cours d’une journée chaude et sèche, et il n’y avait pas eu une goutte de pluie pendant tout le mois de novembre, il y avait également les vents d’Est forts qui nous balaient actuellement », a-t-il indiqué.

« Et au mois de novembre 2016, quand il y a eu des incendies dans tout le pays, c’était le même temps sec, avec les mêmes vents venant de l’Est. Ces situations arrivent et leur fréquence va probablement augmenter », a-t-il continué.

**************************************************************************************************************************

En Egypte, des pluies inédites provoquent 4 morts et 500 piqûres de scorpions

“Cela faisait onze ans qu’on n’avait pas enregistré une telle quantité de pluie et cela découle du changement climatique mondial”, a affirmé Khaled Qassem

Illustration. Un scorpion jaune dans le désert du Negev. (Crédit : Ester Inbar,  domaine public  via Wikimedia Commons)

Illustration. Un scorpion jaune dans le désert du Negev. (Crédit : Ester Inbar, domaine public via Wikimedia Commons)

Quatre personnes sont mortes dans le sud égyptien, en proie ces derniers jours à des pluies diluviennes inédites depuis 11 ans et qui ont déclenché une recrudescence des piqûres de scorpions, ont indiqué des responsables.

« Cela faisait onze ans qu’on n’avait pas enregistré une telle quantité de pluie et cela découle du changement climatique mondial », a affirmé mardi Khaled Qassem, responsable local du ministère du Développement local.

En « 55 minutes » dans la nuit de vendredi à samedi, « huit millions de mètres cubes d’eau » se sont abattus sur la province d’Assouan, à 650 kilomètres au sud du Caire, a détaillé le gouverneur, Achraf Attiya, à la télévision d’Etat.

Quatre personnes sont mortes, a indiqué le ministère de la Santé, quand leurs habitations se sont écroulées sous la pluie et les grêlons. Au total, 106 maisons ont été emportées et plus de 300 partiellement endommagées, selon le gouverneur Attiya.

En plus d’avoir coupé l’eau et l’électricité dans certaines zones, les pluies ont fait sortir de nombreux scorpions et « plus de 500 personnes ont été piquées », a annoncé le gouvernorat sur sa page Facebook.

En commentaires, des habitants se disaient « encerclés par les scorpions et les serpents », disant s’inquiéter pour « les enfants et les vieillards ».

Il existe quatre ou cinq types de scorpions dans le désert égyptien, dont les piqûres peuvent provoquer de fortes fièvres, mais aucun décès dû à une piqûre de scorpion n’a été enregistré, a précisé le ministère de la Santé.

Durant l’hiver 2020 déjà, pluies et inondations avaient fait une vingtaine de morts en Egypte.

Ces intempéries en Egypte – pays qui accueillera la COP27 sur le changement climatique en 2022 – sont intervenues alors que la COP 26 accouchait d’un texte tiède car ne garantissant pas de contenir le réchauffement à 1,5°C et ne répondant pas aux demandes d’aide des pays pauvres.

************************************************************************************************************************

Vague de chaleur. (Images Istock)

Une semaine avant le début d’un important sommet organisé par l’ONU en Écosse sur la problématique du changement climatique et quarante-huit heures avant la publication d’un rapport accablant établi par le contrôleur de l’État sur la gestion par Israël de cette question, le gouvernement a cédé, dimanche, à la demande du ministère de la Protection environnementale qui réclamait que le changement climatique soit déclaré menace à la sécurité nationale.

Le Premier ministre Naftali Bennett, qui doit se rendre à la COP26, qui se tiendra du 31 octobre au 12 novembre en Ecosse, a donc annoncé que le changement climatique serait inclus dans la planification stratégique des menaces pesant sur l’État juif. Il sera ajouté aux scénarios auxquels doivent se préparer les responsables de la sécurité, l’armée et le Commandement intérieur.