VATICAN : qui a intérêt à déstabiliser le trône de Saint Pierre et pourquoi ? (2)

Le pape Benoît XVI a rencontré les membres de l’Ordre de Malte 2 jours avant sa déclaration de résignation : 2 jours avant sa déclaration officielle ? Elle devait être très importante cette rencontre…  Des « changements de chaise ordonnés » au sein de la Curie Romaine?
Saviez-vous que le Joseph RATZINGER faisait partie de l’Ordre de Malte avant d’être Pape et que cet ordre l’a aidé à être élu ?

Lire ICI…sur le site officiel de l’Ordre de Malte !

Le pape a reçu, samedi 9 février à Saint-Pierre de Rome, plus de 4000 membres de l’Ordre souverain de Malte, à l’occasion des 900 ans de la reconnaissance officielle de l’Ordre par le pape Pascal II, en 1113.

Le Pape a donc longuement parlé avec le Grand Maître de son Ordre avant de démissionner. Et dans les jours qui ont suivi, nous notons la nomination d’un nouveau Président de l’Institut pour les œuvres de religion (IOR) ou si l’on veut  de la banque du Vatican en la personne de l’Allemand Ernst von Freyberg, membre de l’ordre de Malte !!!

L’ORDRE DE MALTE : il s’agit d’un Ordre religieux, jouissant d’une totale indépendance des autorités vaticanes. Leur Grand Maitre est élu à vie par le Conseil complet d’État. Son statut en fait automatiquement un cardinal, confirmé par le Ppe et avec tous les pouvoirs et privilèges rattachés aux membres du Sacré collège des cardinaux. « Le Grand Maître exerce la suprême autorité. Avec le Souverain Conseil, le Grand Maître prend les mesures législatives non prévues par la charte constitutionnelle, promulgue les actes du gouvernement, gère les avoirs du Commun Trésor, ratifie les accords internationaux et convoque le Chapitre Général.
Il porte le titre d’Altesse Eminentissime…Les Etats avec lesquels l’Ordre entretient des relations diplomatiques reconnaissent au Grand Maître les prérogatives, les immunités et les honneurs dus aux chefs d’Etat. Le rang de Cardinal lui est reconnu par la Sainte Eglise Romaine. Le Grand Maître réside au siège de l’Ordre, le Palais Magistral à Rome qui jouit d’un statit d’extraterritorialité. » VATICAN-KNIGHTS-MALTA

« Sujet de droit international public, l’Ordre possède sa propre constitution, ses propres institutions et émet des passeports et des timbres. Le 79e Grand Maître, Fra’ Matthew Festing, a été élu à vie à la tête de l’Ordre le 11 mars 2008.
L’Ordre entretient des relations diplomatiques avec plus de 104 pays, dont beaucoup ne sont pas catholiques, il est représenté officiellement auprès des principaux Etats européens, de la Commission Européenne et des principales organisations internationales dont l’OTAN…l’Ordre exerce sa vocation dans plus de 120 pays à travers le monde. »

La plupart des membres de cette organisation profitent de l’immunité diplomatique, ce qui facilite grandement les opérations de l’Ordre. La colonne vertébrale des chevaliers de Malte est la noblesse. La moitié de leurs 10.000 membres appartient aux plus vieilles famillles d’Europe, ils renforcent ainsi le lien entre la Noblesse et le Vatican. À la tête de la Noblesse on trouve la famille qui a pu prouver son lien de parenté avec le dernier empereur romain, les Habsbourg! 

L’Ordre Souverain Militaire Hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte est la dénomination officielle et légale de l’Ordre. Ce nom est souvent abrégé pour des besoins de communication, mais aussi quelques fois dans des actes légaux ou diplomatiques en Ordre Souverain Militaire de Malte, Ordre Souverain de Malte (OSM) ou Sovrano Militare Ordine di Malta (SMOM), comme usité sur les timbres émis par l’ordre de Malte, ou plus couramment Ordre de Malte.

Le 9 février, le Grand Maître de l’Ordre Militaire de Jérusalem s’entretient avec son ancien « subordonné »…le 11 février, il démissionne. Une séquence 9 /11 qui attire notre suspicion.

  L’Ordre de Malte est géré par la Haute Noblesse européenne, en dignes héritiers des Templiers de Jérusalem. Quel est leur objectif réel en déstabilisant de la sorte le Vatican et/ou en le mettant sous tutelle ?

N’oublions pas que Ratzinger reste Pape émérite, et n’est démissionnaire que de son titre de chef d’Etat ! Il continuera à porter la robe blanche réservée au Saint Père. ..et logera au Vatican !

Deux évènements ont attiré particulièrement mon attention à l’occasion de la démission de Benoît XVI. Le premier est celui de sa rencontre, les jours précédents, avec le Grand  Maitre de l’ordre de Malte et le second, dans les jours qui ont suivi, de la nomination d’un nouveau Président de l’Institut pour les œuvres de religion (IOR) ou si l’on veut  de la banque du Vatican en la personne de l’Allemand Ernst von Freyberg, membre de l’ordre de Malte. Cette nomination soulève déjà certaines critiques.

Le visage publique de l’Ordre

Sur le site officiel de l’ORDRE DE MALTE nous apprenons qu’il s’agit d’un Ordre religieux, jouissant d’une totale indépendance des autorités vaticanes et que leur Grand Maitre est élu à vie par le Conseil complet d’État. Son statut en fait automatiquement un cardinal, confirmé par le pape et avec tous les pouvoirs et privilèges rattachés aux membres du Sacré collège des cardinaux.

« Le Grand Maître exerce la suprême autorité. Avec le Souverain Conseil, le Grand Maître prend les mesures législatives non prévues par la charte constitutionnelle, promulgue les actes du gouvernement, gère les avoirs du Commun Trésor, ratifie les accords internationaux et convoque le Chapitre Général.
Il porte le titre d’Altesse Eminentissime.

Les Etats avec lesquels l’Ordre entretient des relations diplomatiques reconnaissent au Grand Maître les prérogatives, les immunités et les honneurs dus aux chefs d’Etat. Le rang de Cardinal lui est reconnu par la Sainte Eglise Romaine. Le Grand Maître réside au siège de l’Ordre, le Palais Magistral à Rome. »

« Sujet de droit international public, l’Ordre possède sa propre constitution, ses propres institutions et émet des passeports et des timbres. Le 79e Grand Maître, Fra’ Matthew Festing, a été élu à vie à la tête de l’Ordre le 11 mars 2008.
L’Ordre entretient des relations diplomatiques avec plus de 104 pays, dont beaucoup ne sont pas catholiques, il est représenté officiellement auprès des principaux Etats européens, de la Commission Européenne et des principales organisations internationales. L’Ordre de Malte est neutre et apolitique, ce qui lui permet d’assurer un rôle de médiateur entre des Etats en conflit. »

« Parmi ses 13 500 membres, on compte des frères profès ainsi que des Chevaliers en Obédience. Les autres Chevaliers et Dames sont des laïcs dévoués à l’exercice des vertus chrétiennes et de la charité. Tous se distinguent par leur volonté de tendre à une perfection spirituelle au sein de l’Eglise et de mettre leur énergie au service des déshérités et des malades.
L’Ordre de Malte demeure fidèle à ses principes fondateurs que résume la devise “Tuitio Fidei et Obsequium Pauperum”, protection de la foi et service des pauvres, principes qui se concrétisent par le travail bénévole effectué par les Chevaliers et les Dames de l’Ordre dans le domaine de l’aide humanitaire et médico-sociale. Aujourd’hui, l’Ordre exerce sa vocation dans plus de 120 pays à travers le monde. »

« On ne peut devenir membre que sur invitation. Seulement les personnes de haute moralité et catholiques pratiquantes, ayant acquis avec les années d’importants mérites vis-à-vis de l’Ordre de Malte, de ses institutions et de ses oeuvres, peuvent être admises. Le Grand Prieuré ou l’Association Nationale de compétence territoriale sont responsables des propositions d’admission. »

Les activités de l’Ordre sont essentiellement financées par ses 13 500 membres. Les fonds proviennent également des dons et contributions des bienfaiteurs qui soutiennent les activités de l’Ordre. Les ressources nécessaires pour les hôpitaux et les diverses activités médicales sont généralement obtenues grâce à des accords passés avec les services sociaux et les organismes de santé locaux. Il en va de même pour les services d’intervention d’urgence. Dans les pays en voie de développement, les activités de l’Ordre peuvent être subventionnées par les gouvernements, la Commission Européenne ou d’autres organismes internationaux.

Cette présentation de l’Ordre et de sa mission est bien résumée dans cette entrevue d’Hélène Destombes avec Dominique de la Rochefoucauld, président de l’association française de l’Ordre. Les pauvres et les déshérités de la terre représentent le peuple  au service duquel ils se mettent au service.

Le visage caché de l’Ordre

L’Ordre des Chevaliers de Malte est un des facteurs déterminants qui permettent de comprendre l’influence que le Vatican a su développer au cours de son histoire. Les chevaliers de Malte se définissent comme l’Ordre Souverain Militaire de Malte, ils ont joué un rôle prépondérant dans notre histoire moderne. C’est une organisation internationale, qui a des ramifications dans toutes les couches de la société, le commerce, la politique, les banques, les services secrets, l’Église, le monde de l’éducation, l’armée, la loge P2, l’ONU, l’Otan, etc.

Dans les années 30, les chevaliers de Malte ont recruté le général Smedley Butler, considéré comme ayant une influence sur la prise du pouvoir à la Maison Blanche. Il était bien introduit dans la hiérarchie militaire, ce qui était un argument de première importance. Mais le général a vendu la mèche et a donné le nom des comploteurs. À leur tête se trouvait Raskob, un des fondateurs des chevaliers de Malte aux Etats-Unis et leur trésorier. Il était également président du conseil d’administration de la General Motors, le plus grand complexe industriel du monde. Il y a eu une commission d’enquête au Congrès, mais aucun des protagonistes cités n’a été condamné, Raskob non plus. Malgré le fait que l’on trouve ces informations dans les archives du Congrès, elles n’ont jamais été reprises dans un livre d’histoire ce qui montre bien l’étendue de l’influence de cette organisation
Il est intéressant d’observer les analogies entre le scandale de l’Irangate et ce complot des années 30. William Casey était un chevalier de Malte, et avec l’aide de George Bush, d’Anne Armstrong et de Ronald Reagan, il réussit à affaiblir le conseil de surveillance des services secrets pour les Affaires étrangères de telle sorte que lui-même, Bush et North purent traiter leurs affaires en toute illégalité, sans être détectés. Ils avaient également élaboré un plan pour modifier la Constitution, ce qui fut révélé à la commission du Congrès. Mais le président du Congrès, le sénateur Daniel Inouye, de Hawaii, ne leur en tint pas rigueur.

W. Casey a été chef de la CIA, membre du CFR et chevalier de Malte. Il était la tête pensante de la campagne électorale de Reagan, à la tête de la commission boursière et directeur de la banque du commerce extérieur pendant la présidence de Nixon.

Pier Compton décrit dans son livre « La croix brisée », de façon précise, comment les Illuminati ont infiltré le Vatican. L’oeil qui voit tout à l’intérieur du triangle est un symbole luciférien utilisé abondamment par les responsables catholiques et jésuites. On le retrouve dans le logo du Philadelphia Eucharistic Congress de 1976, et sur un timbre du Vatican de 1978, avec la description symbolique de la prise de pouvoir réussie des Illuminati. Compton relate que l’oeil qui voit tout à l’intérieur du triangle était gravé sur la croix personnelle du pape jean XXIII. Il révèle de plus que des centaines de prêtres, d’évêques et de cardinaux sont membres de sociétés secrètes. C’est valable pour le secrétaire privé du pape, le directeur général de Radio Vatican, l’archevêque de Florence, le prélat de Milan, l’éditeur du journal du Vatican, le responsable de l’ordre des Bénédictins. Ces personnes sont celles qui sont connues en Italie, sans parler de ceux qui sont membres de la fameuse loge P2. Le premier ambassadeur américain au Vatican s’appelait William Wilson, il était chevalier de Malte. Son accession à ce poste était entachée d’illégalité et contraire à l’éthique, puisqu’il avait juré obédience au pape et qu’il ne pouvait donc pas être en même temps le représentant des États-Unis.

Ronald Reagan a tenu un discours à l’assemblée annuelle des chevaliers. La plupart des membres de cette organisation profitent de l’immunité diplomatique, ce qui facilite grandement les opérations de l’Ordre. La colonne vertébrale des chevaliers de Malte est la noblesse. La moitié de leurs 10.000 membres appartient aux plus vieilles famillles d’Europe, ils renforcent ainsi le lien entre la Noblesse Noire et le Vatican. À la tête de la Noblesse Noire on trouve la famille qui a pu prouver son lien de parenté avec le dernier empereur romain, les Habsbourg! Le Vatican a fondé dans le New jersey le centre Jean Paul II pour la prière et la recherche de la paix. C’est Elmer Bost, mort en 1978, qui a légué la maison, par l’entremise de l’archevêché de New York. Bost était multimillionnaire et dirigeant de la Warner Lambert Company. Les directeurs successifs du centre ont été Kurt Waldheim, ex-secrétaire général de l’ONU, impliqué dans les crimes de guerre nazis, Cyrus Vance, ancien ministre des Affaires étrangères sous Jimmy Carter, membre du CFR et de la TC, Clare Booth Luce membre des chevaliers de Malte, et Peter Grace, président des chevaliers de Malte aux États-Unis. Le centre fait partie du nouveau plan de paix papal qui doit contribuer à l’unification du monde. Voici les 3 principaux objectifs attribués au centre:

1. Éducation et préparations des catholiques et de leurs enfants à accepter le nouvel ordre mondial.
2. Devenir le siège du grand ordinateur de la paix, pour surveiller et trouver des solutions aux problèmes qui mettraient en danger la paix mondiale.
3. L’ordinateur est chargé de trouver les solutions adaptées aux problèmes qui pourraient se poser.

CONCLUSION

Que doit-on en penser?

Il est difficile de voir tous ces personnages, se disant dévoués aux pauvres, aux malades et aux déshérités de la terre, s’envelopper de tous les privilèges des grands de ce monde ainsi que de leurs richesses. Je les vois mal, en compagnie du Nazaréen, humblement vêtu, sur les routes de Galilée. Nous sommes loin des témoignages de l’abbé Pierre   de Mère Teresa, de soeur Emmanuelle et de combien d’autres témoins, toutes croyances ou non-croyances confondues.

À ma connaissance, c’est la seule organisation, à caractère religieux, qui a le privilège d’élire son propre cardinal que le Pape confirmera par la suite, dans le cadre d’une procédure de routine. Un privilège que même la Compagnie de Jésus, cet ordre religieux, fondé par Ignace de Loyola et entièrement au service du Pape, n’a pas.

Je suis particulièrement étonné que cet Ordre ait un statut d’État, bien que sans territoire et sans peuple, et qu’il soit représenté comme tel dans plus de 104 pays, qu’il ait une représentation aux Nations Unies, à l’OTAN et dans de nombreux autres organismes internationaux.

Je me demande si dans tous ces cas, il ne fait pas double emploi avec les représentations du Vatican, également présents dans toutes ces instances. Alors, pourquoi cet Ordre revêt-il autant d’importance pour le Vatican, ces pays et ces organisations internationales ? Je ne crois pas que ce soit pour soulager les pauvres, les malades et les déshérités de la terre.

Finalement, la grande interrogation est de savoir si les pauvres et les malades ne sont pas tout simplement un prétexte pour couvrir d’autres activités, moins catholiques, celles-là, au service d’un nouvel ordre mondial sous contrôle des puissances de l’Occident. C’est ce que semble suggérer certains faits relevés dans les documents cités plus haut.

À mes yeux l’Ordre de Malte m’apparait plutôt suspect, œuvrant main dans la main avec les puissances qui dominent nos sociétés. Il m’apparait comme le bras religieux du nouvel ordre mondial auquel s’adonnent les grandes familles Bilderberg, Rockefeller et les organisations qu’elles chapeautent.

Enfin, jusqu’à quel point le Vatican et tous ses pouvoirs ne sont-ils pas déjà sous le contrôle du  Grande Ordre de Malte ?

**********************************************************************************************************************************

L’Ordre de Malte fête son 900ème anniversaire

La  rédaction | le 10.02.2013 à 14:01

A

Les chevaliers de l’Ordre de Malte, à leur entrée au Vatican. Photo : AFP/Andreas Solaro.

Samedi 9 février, 4.000 membres de l’Ordre de Malte ont été reçus à Rome, où une messe spéciale a été célébrée par le pape en personne à la basilique Saint-Pierre. Les chevaliers de Malte fêtent le 900ème anniversaire de leur reconnaissance officielle par l’Eglise catholique. « En raison de leur  foi et au cours des siècles, les membres de votre ordre ont d’abord  prêté secours aux malades de Jérusalem puis aux pèlerins en Terre Sainte exposés à de graves dangers. Au XIXe siècle, l’ordre s’est ouvert à de nouveaux espaces, plus larges,  dans le domaine de l’assistance et au service des pauvres et malades  mais sans jamais renoncer à ses idéaux d’origine. Votre engagement doit  se poursuivre dans cette direction (…) vous ne devez jamais oublier  vos racines » a rappelé Benoit XVI dans son discours aux chevaliers. Michel Barnier, ex-ministre de l’Agriculture sous la présidence de Nicolas Sarkozy, et actuel commissaire européen au Marché intérieur et aux Services, a assisté à l’office dédié aux chevaliers.L’Odre de Malte a été reconnu au temps des croisades, en 1113, entre le 11 et le 15 février, via la signature de la bulle « Pie Postulatio Voluntatis » par le pape Pascal II. Cet ordre est le successeur des Hospitaliers de Saint-Jean de  Jérusalem. Il s’agit d’une communauté religieuse dédiée aux soins hospitaliers. Aujourd’hui, l’ordre compte environ 13.500 chevaliers et dames, répartis en trois « classes » :

  • Les Chevaliers de Justice ou Chevaliers profès. Ce sont des religieux qui ont fait preuve de pauvreté, de chasteté et d’obéissance. Ils sont reconnus par le Droit canon mais n’ont pas l’obligation de vivre en communauté.
  • La seconde classe regroupe des chevaliers et des dames qui ont formulé des voeux envers l’Eglise. Ils s’engagent à vivre selon les principes chrétiens et les principes moraux de l’Ordre - notamment l’exemplarité et la dévotion aux actions humanitaires. Ils sont divisés en trois catégories : – Les Chevaliers et Dames d’honneur et de dévotion en obédience, – Les Chevaliers et Dames de grâce et de dévotion en obédience, – Les Chevaliers et Dames de grâce magistrale en obédience.
  • La troisième classe ne formule pas de voeux religieux, mais ces chevaliers s’engagent eux-aussi à respecter les principes de l’Eglise et de l’Ordre. Ils sont : – Les Chevaliers et Dames d’honneur et de dévotion, – Les Chapelains conventuels «ad honorem», – Les Chevaliers et Dames de grâce et de dévotion, – Les Chapelains magistraux, – Les Chevaliers et Dames de grâce magistrale, – Les Donats (hommes et femmes) de dévotion.

L’actuel Grand Maître de l’Ordre est Fra’ Matthew Festing. Les chevaliers de l’Ordre de Malte sont actifs dans 120 pays. Ils y disposent de fondations, hôpitaux et dispensaires. Parmi les 13.500 membres, on compte 80.000 volontaires permanents et 25.000 médecins et infirmières.

Sources : ATS, Site officiel de l’Ordre de Malte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>