Référendum hongrois du 2 octobre et réfugiés islamistes : Viktor Orban (Hongrie) VS J.C. Junker (Europe)

hongrie-resistance-mondialismeLa Hongrie pourrait jouer un rôle important le 2 octobre 2016

Il y aura des élections importantes le 2 octobre prochain. Plus précisément un référendum sur la question des migrants et les exigences de Bruxelles. Rappelons que ce peuple hongrois a subi durant cent-cinquante ans la domination ottomane, des guerres contre l’Autriche, sans oublier la domination impitoyable des Soviétiques… financés adroitement par les agents doubles placés aux points clés des différentes administrations américaines.

Les Hongrois, qui ont déjà tellement souffert de l’occupation étrangère, vont-ils se coucher comme les Français parce qu’une technocratie bruxelloise veut imposer aux Etats membres des quotas de migrants ?

Est-ce que les peuples européens sont responsables des pactes conclus entre leurs politiciens veules et lâches, avec des sectateurs du Diable, haineux de la civilisation chrétienne européenne ? D’une certaine manière, oui, puisque les peuples ont les gouvernements qu’ils méritent.

Rappelons qu’en 2015, 400 000 réfugiés sont arrivés en Hongrie devant des hauts fils de barbelés érigés le long de la frontière qu’elle partage avec la Serbie ?

Le technocrate J.C Junker a dit que c’était une folie de consulter les peuples. Combien d’anciens pays de l’Est, soumis désormais à Bruxelles et à ses valeurs amorales, feront-ils le pas de défier les commissaires bruxellois en exigeant un référendum ?

L'Europe a été _trahie_ par une _conspiration_de-financiers_et-dirigeants_non_elusLa plèbe eurocrate s’était levée comme un seul homme pour condamner l’odieux V. Orban qui avait refusé de suivre les promoteurs du Prix Charlemagne et de son héros cuvée 2016, avec son franc parler dissonant. Lui au moins a été réélu haut la main. Combien de politiciens européens franchouillards et couards ont connu un tel succès ?

Souhaitons que les Hongrois donneront une leçon aux autres nations qui n’osent pas, et sont les soumis non pas du Califat, mais des mondialistes qui se cachent derrière le projet de Califat pour arriver à leurs fins ».

« Le porte-parole du gouvernement hongrois, Zoltan Kovacs, a rejeté « de la façon la plus ferme » le plan de la Commission de Bruxelles pour faciliter l’accueil des migrants en Europe et l’a jugé « stupéfiant ». La Hongrie continuera à s’entendre avec ses voisins pour freiner l’invasion par tous les moyens disponibles.

« Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, partisan d’une ligne dure face à la crise des migrants, a affirmé vendredi que l’Europe avait été « trahie » à cet égard par une conspiration menée par de puissants financiers, la gauche et des responsables non élus.

« L’Europe a été trahie, si nous ne défendons pas (ses intérêts), le continent n’appartiendra plus aux citoyens qui vivent ici », a déclaré M. Orban lors d’une conférence à Budapest.

Il a notamment mis en cause le financier américain d’origine hongroise George Soros, affirmant que les plans « de financiers bien organisés, ceux qui pensent au-delà des Etats-nations, et de dirigeants qui n’ont jamais été élus » pourraient devenir réalité.

Il a également accusé la gauche européenne d’oeuvrer à l’affaiblissement des Etats-nations au profit de la dimension internationale et du cosmopolitisme.

« Il est difficile d’imaginer » que d’importants pays européens dotés « d’immenses services de renseignement fonctionnant bien » n’aient pas été préparés à l’afflux quotidien de milliers de réfugiés en Europe, a-t-il dit.

LIESI, le 20 août 2016

NdlR : nous pensons aussi que, derrière les velléités de Califat, se cachent d’autres puissances : comment penser en effet que les élites européennes (sic) soient à ce point adeptes du suicide collectif ?  L’Europe, qu’en restera-t-il après ce nouveau référendum hongrois ?  

Charles Gave : Les élites ont failli dans leur tentative de dictature, l’Europe va exploser .  Charles Gave à l’occasion du Brexit : « On a transféré toute une série de pouvoirs à des gens non élus » :Invité de l’émission de Nicolas Doze sur BFM Business, Charles Gave, économiste et entrepreneur français, président du think tank libéral « Institut des Libertés », confirme ce que de plus en plus d’esprits éclairés et de français pensent : l’Union Européenne est une construction antidémocratique tenue par des technocrates, et par des oligarques méprisant la démocratie, le peuple, et les référendums.

La Hongrie juge « stupéfiant » le plan de Bruxelles pour l’accueil des migrants

Tout est faux, malhonnête et biaisé dans la façon dont les euro-mondialistes essaient de nous vendre leur plan d’immigration forcée. Donald Tusk nous fait des déclarations stupides et mensongères sur les risques qu’un Brexit ferait prétendûment courir à la civilisation occidentale. Qu’il nous explique comment, selon lui, cette invasion migratoire programmée pourrait ne pas constituer une menace bien plus grave pour notre identité, notre culture et nos valeurs européennes… OD

Bruxelles-Plan-Accueil-Migrants-Hongrie-Stupéfiant

« Le porte-parole du gouvernement hongrois, Zoltan Kovacs, a rejeté « de la façon la plus ferme » le plan de la Commission de Bruxelles pour faciliter l’accueil des migrants en Europe et l’a jugé « stupéfiant ». La Hongrie continuera à s’entendre avec ses voisins pour freiner l’invasion par tous les moyens disponibles.
 
Bruxelles est une fabrique d’usines à gaz inépuisable. La Commission européenne vient de pondre un nouveau plan d’accueil des migrants qui comporte huit milliards de dépenses immédiates, un projet d’investissement à long terme dans les pays de départ, assortis d’une foule de considérations prétendument bien intentionnées et de recommandations plus ou moins obligatoires. Ce « cadre » pour un « nouveau partenariat » avec les migrants esquisse une association avec les pays tiers d’où partent les migrants et par où ils passent pour organiser les migrations, « démanteler le modèle économique des passeurs » et créer des « voies légales » d’entrée en Europe :


« Afin de dissuader des personnes d’entreprendre des voyages dangereux, il est également nécessaire de créer des voies d’entrée légale en Europe et de renforcer les capacités d’accueil humanitaire plus près de leur lieu d’origine. L’UE soutiendra la mise en place d’un programme de réinstallation au niveau mondial sous l’égide des Nations unies afin de contribuer à un partage équitable des personnes déplacées et de décourager encore plus les mouvements irréguliers. La proposition à venir relative à un système structuré de réinstallation [comprendre un système de quotas obligatoires] apportera la démonstration directe de l’engagement de l’UE. »

La Hongrie ne juge pas normal l’accueil des migrants

 Pour faire passer ce nouveau plan, Bruxelles joue sur la compassion des Européens. Le premier vice-président de la commission, Frans Timmermans, ne s’en est pas caché : « Pour mettre fin à l’inacceptable perte de vies humaines en mer Méditerranée et mettre de l’ordre dans les flux migratoires, nous nous devons de repenser la manière dont l’Union et ses États membres unissent leurs efforts pour coopérer avec les pays tiers. » Et le plan de poser en principe le caractère primordial, irréversible, de l’afflux de migrants en Europe : « La pression migratoire est devenue la « nouvelle norme », tant pour l’UE que pour les pays partenaires, et elle s’inscrit dans le cadre plus large de la crise mondiale liée aux déplacements de populations. » 
 
Kovacs a immédiatement twitté : « Non, ce n’est pas la “nouvelle normeˮ ». Devant des journalistes il a jugé ce plan « stupéfiant ». Et, pour ceux qui n’auraient pas compris, il a développé sur son blog : « Cette approche est fondamentalement erronée, ne jouit d’aucun soutien populaire, et comme le répète le gouvernement Orban depuis des mois, elle envoie le mauvais message. La Hongrie s’oppose en des termes sans équivoque à tout plan qui appelle à des quotas d’installation obligatoires ». De son côté, le ministre des affaires étrangères Peter Szijarto a ajouté : « Tant les migrants que les trafiquants d’hommes vont interpréter ce plan comme une invitation. La Hongrie rejette le plan de la Commission de Bruxelles dans les termes les plus vigoureux possibles. »

Bruxelles : un plan stupéfiant pour provoquer le Brexit ?

 En veine de confidences, le porte-parole de Viktor Orban, Zoltan Kovacs, a expliqué aux journalistes présents à Bruxelles que la route des Balkans occidentaux, la favorite des migrants, par la Turquie, la Bulgarie, la Grèce, la Macédoine, l’Albanie, via la Serbie vers la Hongrie, a été filtrée sinon complètement close grâce à l’action combinée des pays concernés, non par quelque « plan » élaboré à Bruxelles. « S’engager avec la Macédoine et la Serbie a été plus fructueux que toute l’approche de l’Union européenne. On ne résoudra pas la crise des migrants par une décision de Bruxelles, ou par plus d’Europe, mais par l’action déterminée de quelques États-membres. » Et de remettre sur le tapis ce qu’on nomme parfois Schengen 2.0, c’est-à-dire la proposition faite par Viktor Orban de regrouper les migrants hors d’Europe et de consolider les frontières extérieures de l’espace Schengen.
 
Reste qu’on peut se demander pourquoi la Commission de Bruxelles a publié un tel plan d’accueil des migrants, véritable appel à l’invasion, le sept juin, c’est-à-dire quinze jours avant le referendum par lequel les Britanniques vont décider de leur sortie, ou non, de l’Union européenne. Si Bruxelles voulait se faire haïr un peu plus des peuples européens et provoquer le Brexit, il n’agirait pas différemment ».

Pauline Mille, Réinformation.tv, le 15 juin 2016

*******************************************************************************************************************

[Immigration] Viktor Orban : Les Etats européens ont été trahis par une « conspiration » de financiers et de dirigeants non-élus

L'Europe a été _trahie_ par une _conspiration_de-financiers_et-dirigeants_non_elus« Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, partisan d’une ligne dure face à la crise des migrants, a affirmé vendredi que l’Europe avait été « trahie » à cet égard par une conspiration menée par de puissants financiers, la gauche et des responsables non élus.

« L’Europe a été trahie, si nous ne défendons pas (ses intérêts), le continent n’appartiendra plus aux citoyens qui vivent ici », a déclaré M. Orban lors d’une conférence à Budapest.

Il a notamment mis en cause le financier américain d’origine hongroise George Soros, affirmant que les plans « de financiers bien organisés, ceux qui pensent au-delà des Etats-nations, et de dirigeants qui n’ont jamais été élus » pourraient devenir réalité.

Il a également accusé la gauche européenne d’oeuvrer à l’affaiblissement des Etats-nations au profit de la dimension internationale et du cosmopolitisme.

« Il est difficile d’imaginer » que d’importants pays européens dotés « d’immenses services de renseignement fonctionnant bien » n’aient pas été préparés à l’afflux quotidien de milliers de réfugiés en Europe, a-t-il dit.

 

« Les gens se doutent que ce n’était pas une coïncidence », a-t-il ajouté.

Vendredi, M. Orban a également affirmé dans une interview à la radio publique que M. Soros apportait un important soutien aux militants « qui veulent soutenir tout ce qui affaiblit les Etats-nations ».

La Hongrie a annoncé son intention de contester les quotas décidés par l’Union européenne pour répartir les réfugiés dans les Etats membres, et de refuser les demandeurs d’asile ou migrants qui seraient renvoyés sur son territoire en provenance d’Europe de l’Ouest.

« Qui en Europe a voté pour permettre à des gens d’arriver illégalement par millions et d’être ensuite répartis » dans les pays de l’UE, s’est demandé le Premier ministre dans cette interview.

« Ce qui se passe aujourd’hui ne se déroule pas sur une base démocratique », a-t-il encore affirmé, estimant que l’UE avait abandonné la légalité au profit de « l’anarchie ».

« L’immigration est un problème culturel, notre identité est en jeu », a-t-il asséné ».

Source : 7sur7.be, le 30 octobre 2015

********************************************************************************************************************

Charles Gave : Les élites ont failli dans leur tentative de dictature, l’Europe va exploser .

Charles Gave à l’occasion du Brexit : « On a transféré toute une série de pouvoirs à des gens non élus » :Invité de l’émission de Nicolas Doze sur BFM Business, Charles Gave, économiste et entrepreneur français, président du think tank libéral « Institut des Libertés », confirme ce que de plus en plus d’esprits éclairés et de français pensent : l’Union Européenne est une construction antidémocratique tenue par des technocrates, et par des oligarques méprisant la démocratie, le peuple, et les référendums.

 Pour Gave,  dans la crise Crise Européenne , le  prochain arrêt sera l’Italie :

Les Britanniques ont fait savoir que la construction européenne telle qu’elle se développait à Bruxelles ne leur convenait pas et j’imagine mal comment les Oints du Seigneur pourraient renverser ce vote.

Il est donc urgent de penser à l’étape suivante tant il devient de plus en plus évident que les peuples européens sont en révolte. Déjà, les Autrichiens vont devoir voter à nouveau pour le deuxième tour de leur élection présidentielle  car il semble que nos chers ODS aient eu la main légère en comptant  les voix du candidat qu’ils n’aimaient pas. Et donc la question se pose : où donc va avoir lieu le prochain tremblement de terre?

A mon avis, mais je peux me tromper, le séisme suivant va se passer en Italie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>