Nouveau billet de 5 euros : né sous les hospices d’Europa, princesse et fille du roi de Tyr…

draghi_europe_4

 

Nouveau billet de 5 euros en circulation depuis début mai : la différence majeure entre la deuxième série et la première (apparue au lancement de l’euro le 1er janvier 2002) est l’apparition sur les billets d’un portrait, celui d’Europe, une princesse de la mythologie grecque qui a donné son nom au continent. Le visage d’Europe choisi provient d’un vase antique en céramique du 4ème siècle avant notre ère qui fait partie de la collection du musée du Louvre à Paris.

 

 

 

[youtube_sc url="http://youtu.be/2fUnNobP29k"]

 

En visionnant la vidéo on remarque que les nouveaux billets sont présentés sur une étoile, symbole d’Ishtar (Vénus,  la reine du ciel). Il est donc facile de comprendre que c’est la Reine du Ciel, qui porte les nouveaux billets vers leurs fonds baptismaux. Puis comme un grand prêtre qui la représente, Mario Draghi va signer et marquer son nom sur le filigrane. Mise en scène grotesque et quasi religieuse ! draghi_europe_2

Europa est la fille du roi de Tyr, Agénor. Dans la mythologie grecque, Agénor (en grec ancien Ἀγήνωρ / Agếnôr), est un roi phénicien de Tyr. Il est le fils de Poséidon (venu de la mer donc…!). Originaire d’Égypte, il se rend en Phénicie où il devient roi et épouse Téléphassa. Il en a plusieurs fils dont Phénix, et une fille, Europe , que certains auteurs considèrent cependant comme la fille de Phénix, et donc sa petite-fille.

Selon une version du mythe, Europe, fille du roi de Tyr, une ville de Phénicie (actuel Liban) fait un rêve. Le jour même, Zeus la rencontre sur une plage de Sidon, se métamorphose en taureau blanc, afin de l’approcher sans l’apeurer . Imprudente,  Europe s’approche de lui. Chevauchant l’animal, elle est emmenée sur l’île de Crète à Gortyne (ou au nord du Bosphore selon certaines versions). À Gortyne, sous un platane qui depuis lors est toujours vert, ils s’accouplent après que Zeus fut redevenu humain. De leur union naissent Minos, Rhadamanthe (qui deviendront tous deux juges des Enfers).

Europe est aussi le symbole du passage religieux des dieux phéniciens vers l’Occident. C’est donc toute la culture babylonienne transmise aux phéniciens qui migre jusqu’à nous via la Grèce. En restaurant au passage l’image de la Reine du Ciel qui était en vigueur à Babylone. Via la déesse Europe, on créée un trait d’union mystique entre deux cultures et deux continents. Les romains ayant repris dans les grandes lignes les croyances grecques, elles se sont diffusées dans l’Empire romain pour continuer sous sa seule forme religieuse après l’effondrement de l’Empire au travers du catholicisme. Le Moyen Age restaura dans cet âge des ténèbres, l’image de la Reine du Ciel sous la forme mariale que l’on connait aujourd’hui. Babylone a traversé la mer au travers de la culture phénicienne, c’est le principe révélé dans le mythe d’Europe. Aujourd’hui Europe prend visage et nous rappelle de manière cinglante qui gouverne sur ce continent.

draghi_europe_3Le Roi de Tyr vu par le prophète Ezéchiel 28 : 1-15 :  « La Parole de l’Eternel me fut encore adressée, en ces termes : Fils d’homme prononce une complainte sur le Roi de Tyr, et dis- lui: Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel: Tu étais le couronnement de l’édifice, plein de sagesse, parfait en beauté. Tu te trouvais dans l’Eden, le jardin de Dieu. Tu étais couvert de pierres précieuses de toutes sortes, de rubis, topaze, diamant, chrysolite, onyx, jaspe, saphir, escarboucle, émeraude, ainsi que d’or. Les tambourins et les flûtes étaient à ton service; ils étaient prêts depuis le jour même où tu fus créé. Je t’avais établi sur la sainte montagne de Dieu: tu marchais au milieu des pierres aux feux éclatants.Tu fus irréprochable dans ta conduite depuis le jour où tu fus créé jusqu’au temps où l’iniquité parvint à pénétrer chez toi ».

 

Le nouveau billet de 5 euros et ses symboles

http://schoenelblog2.blogspot.fr/2013/01/le-nouveau-billet-de-5-euro-et-ses.html

Le président de la BCE Mario Draghi a dévoilé jeudi 10 janvier à Francfort le nouveau billet de 5 euros, qui sera mis en circulation à partir du 2 mai, première coupure d’une nouvelle série de billets baptisée « Europe ». La différence majeure entre la deuxième série et la première (apparue au lancement de l’euro le 1er janvier 2002) est l’apparition sur les billets d’un portrait, celui d’Europe, une princesse de la mythologie grecque séduite et enlevée par le dieu Zeus métamorphosée en taureau, qui a donné son nom au continent. Le visage d’Europe choisi provient d’un vase antique en céramique du 4ème siècle avant notre ère qui fait partie de la collection du musée du Louvre à Paris.
Non seulement on baptise d’un nouveau nom la nouvelle série des billets européens, mais de surcroit on y appose la figure d’Europa reprise depuis un vase grec, pour bien affirmer l’encrage de ce pays en Europe et dans l’euro. Quand bien même la Grèce ferait faillite, elle restera dans l’euro vaille que vaille. Je me suis senti bien seul au plus fort de la crise européenne, quand j’affirmais haut et fort que jamais le diable n’acceptera de laisser tomber un symbole aussi fort que la Grèce sur son billet, alors que tout le monde pronostiquait la fin prochaine de l’euro et l’éclatement de la zone. Cependant depuis ma grande solitude, l’euro reprend des couleurs au sens propre et figuré du terme. Car il se renforce de plus en plus face au dollar qu’il va remplacer un jour, ça aussi je suis le seul à oser l’affirmer, pour le moment…
Mais revenons à notre billet sous sa nouvelle mouture façonnée par le dragon, pardon Marie le dragon, encore pardon, au masculin et en italien, Mario Draghi. Dans sa forme peu de choses changent, mais sur le fond beaucoup. Car comme d’habitude le diable se cache dans les détails. Mais quand je dis il se cache, c’est pour le principe, car depuis que l’Esprit Saint c’est retiré des Eglises, Satan ne prend même plus la peine de se cacher et il agit quasi ouvertement tant cela lui est facile. Il reste ma personne, mais cela reste confidentiel et de toute façon il ne cherche pas à me séduire ou convaincre, alors il a tout loisir de s’exprimer, comme moi d’ailleurs. Alors lisons les symboles qui représentent le langage prophétique par excellence.
En visionnant la vidéo on remarque que les nouveaux billets sont présentés sur une étoile, symbole d’Ishtar (Vénus,  la reine du ciel). Il est donc facile de comprendre que c’est la Reine du Ciel, ici la vierge Marie nouvelle Ishtar babylonienne, qui porte les nouveaux billets vers leurs fonds baptismaux. Puis comme un grand prêtre qui la représente, Mario Draghi qui porte son nom (Marie le dragon), va signer et donc marquer son nom sur le filigrane, la face cachée d’Europe dans le tissu du nouveau billet. Cette marque posée sur le front d’Europe, comme on poserait une couronne sur la tête de la déesse, n’a rien d’anodin. Car elle nous rappelle que les institutions européennes qui représentent la bête de l’Apocalypse suivent à la lettre prêt ce qui est écrit dans la Bible en Ap 13:16  Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front. 17  et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom.

Après cette mise en scène grotesque et quasi religieuse, même un enfant comprendrait que cette partie prophétique du livre est désormais accomplie. Le diable peut donc y mettre la forme et l’améliorer, la peaufiner et l’enjoliver. Pourquoi se gêner, puisque lorsque la nuit est totale, plus personne ne voit plus rien. Alors entrons un peu plus dans les détails.

Le véritable gros changement dans le billet est dans le filigrane et donc il ne se voit pas directement. Il reprend la figure d’Europe dans sa forme mythologique avec le taureau Zeus en révérence face à la déesse. Par ce geste la déesse est placée au-dessus du roi des dieux de l’Olympe et d’une certaine manière elle devient reine du ciel. Mais Europe est aussi le symbole du passage religieux des dieux phéniciens vers l’Occident. C’est donc toute la culture babylonienne transmise aux phéniciens qui migre jusqu’à nous via la Grèce. En restaurant au passage l’image de la Reine du Ciel qui était en vigueur à Babylone.

Ishtar comme déesse de la guerre, c’est progressivement hissée au sommet du panthéon babylonien, jusqu’à devenir le passage obligé de tous les rites babyloniens. Ainsi l’allée processionnelle utilisée à chaque grande fête, passait obligatoirement par la porte d’Ishtar ou le dieu principal était représenté par le lion symbole de la royauté. Sa couleur bleue représente le ciel, ce qui fait du lion de facto le souverain du ciel, ici en l’occurrence Ishtar. Le Taureau Marduk étant renvoyé lui comme chef du troupeau terrestre et à l’image du roi. Nabû lui est symbolisé par le calame du scribe, posé parfois sur une tablette d’argile placée sur le dos d’un serpent-dragon, son animal attribut, c’est la troisième représentation animalière de la porte d’Ishtar. Nous avons donc le dieu du destin Nabû, associé au taureau Marduk dieu tutélaire de Babylone et à la Reine du Ciel Ishtar. Le destin des hommes est donc dirigé par les dieux représentés par la Reine du Ciel et son représentant sur terre le roi déifié. Tout cela est contenu dans le nom même de Babylone, qui signifie la porte des dieux.
Via la déesse Europe, on créée un trait d’union mystique entre deux cultures et deux continents. Les romains ayant repris dans les grandes lignes les croyances grecques, elles se sont diffusées dans l’Empire romain pour continuer sous sa seule forme religieuse après l’effondrement de l’Empire au travers du catholicisme. Le Moyen Age restaura dans cet âge des ténèbres, l’image de la Reine du Ciel sous la forme mariale que l’on connait aujourd’hui et d’un pape comme roi sur terre qui la représente. Le principe babylonien fut donc restauré et pérennisé dans l’Eglise catholique que l’on retrouve en Ap 17:5  Sur son front était écrit un nom, un mystère : Babylone la grande, la mère des impudiques et des abominations de la terre.

Comme quoi en tirant sur le fil-igrane on arrive à démêler l’écheveau satanique. C’est ce qu’on retrouve en vrac dans la mise en scène de notre beau nouveau billet. L’Etoile renvoie au drapeau européen, drapeau bleu, couleur de Marie et à sa couronne de douze étoiles reprise d’Apocalypse 12. Bien revenons au filigrane. L’étymologie vient de fil, qui vient du latin filum et de grain, qui vient du latin granum. A l’origine c’est un terme d’orfèvrerie qui représente de minces fils de métal, en or ou en argent, torsadés ou pas, soudés sur une plaque de métal ou entre eux. La filigrane produit un effet de « broderie ». C’est surtout pour faire joli, d’où le mot employé au féminin : C’est une verrière diaprée, une filigrane gigantesque, une parure de fête, aussi ouvragées que celles d’une reine et d’une fiancée. Ceci s’accorderait parfaitement à la rosace d’une cathédrale et nous renvoie au fil irisé latérale du billet.

Ce fil irisé se lit presque comme un chapelet religieux de haut en bas. Chapelet qui chez les catholiques représente le fil de grains (filigrane) qui est utilisé pour compter les ‘Je vous salue Marie’. Sur le billet cela donne ceci : l’euro représente la déesse qui elle-même est la porte… Tout un poème, fait dans la dentelle et l’enluminure irisé d’un billet. Un véritable chef d’œuvre dans le symbole. C’est encore plus magistral, quand on suit l’étymologie du chapelet : Le mot français chapelet est un dérivé du mot chapeau dont la forme ancienne était chapel. À l’origine (v. 1200), il désigne une coiffe, une couronne de fleurs et devient un terme à usage religieux par analogie avec les couronnes de roses, dont on ornait la tête des statues mariales. Le diable a donc fait une boucle lexicale qui renvoie d’un symbole à l’autre sur le billet. On part du filigrane couronné par la signature de Draghi, pour suivre sa correspondance irisée sur la droite, qui nous renvoie elle par ses symboles au filigrane à gauche.

C’est tout simplement génial et diaboliquement subtil. Là franchement on atteint des sommets dans l’art graphique symbolique. Ceci me fait penser au moulin à prière tibétain. Vous n’avez plus besoin d’exécuter par vous-même une prière, une simple utilisation de celui-ci produit l’action religieuse. Donc à chaque fois que fois qu’un européen utilisera un nouveau billet en euro, il élèvera simultanément une prière à la gloire de la Reine du Ciel. Je vous laisse imaginez ce que cela représente pour une civilisation qui se prétend chrétienne. Cela revient à appeler de ses vœux la Reine du Ciel à établir son royaume et son mashiah. Maintenant on entre vraiment dans la partie dure de l’actualité eschatologique.
***********************************************************************************************************************

Aujourd’hui une nouvelle marque pour la bête

Vous l’avez peut-être oublié, mais lui ne vous oublie pas ! Moi non plus d’ailleurs… 1Pi 5:8  Veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera.
Babylone a traversé la mer au travers de la culture phénicienne, c’est le principe révélé dans le mythe d’Europe. Aujourd’hui Europe prend visage et vous rappelle de manière cinglante qui gouverne sur ce continent. Le nouveau billet de cinq euros, première coupure d’une nouvelle série de billets baptisée «Europe», est mis en circulation aujourd’hui, a rappelé mardi la Banque centrale européenne. Pour le détail voir ici : http://schoenelblog2.blogspot.fr/2013/01/le-nouveau-billet-de-5-euro-et-ses.html
Bien sûr, sans tambour ni trompette, crise de l’euro oblige. Mais le fait est là, la marque de la bête toujours plus explicite dans ses symboles est entre vos mains. Parce qu’ils croient voir et sont aveugles et qu’ils écoutent mais n’entendent plus, le diable a tant de facilité pour bâtir son empire et établir son règne antéchrist. A croire que plus une chose est grosse et moins on la remarque. C’est le même principe que la cathédrale. Si la chose est là, c’est donc qu’elle y a sa place. Pourtant si on vous marquait aujourd’hui au fer rouge et si vous perceviez à la place de la rose d’une cathédrale un serpent mouvant de la même taille, cela vous laisserait certainement moins indifférent. Pourtant c’est bien ce qui spirituellement se passe et que vos yeux ne perçoivent pas.
Vous avez été prévenus, mis en garde et parfaitement informés ne serait-ce que par ce blog. Un nouveau cran de la roue du temps eschatologique est passé, son cliquet retombe et un nouveau cycle commence, s’enclenche et produit son effet selon les écritures. Ces écritures que l’on ne lit plus et ne comprend plus. Pourtant c’est par le Verbe que l’on vivra ou que l’on périra. Quand pour la première fois vous toucherez ce nouveau billet vous vous direz qu’il est plus joli que l’autre, plus lisse, avec de jolies couleurs irisées, comme les écailles d’un serpent. Puis le temps passant, vous n’y prendrez plus garde, le venin aura fait son office…
L’étude complète sur la monnaie ici:  http://lettrealepouse.fr/menora/word/wordpdf.html
***********************************************************************************************************************

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>