Mont du Temple : tensions, affrontements et tentative d’assassinat

Le président du mouvement des fidèles du Mont du Temple, Yehouda Glick, 50 ans, a été victime mercredi soir d’un attentat près du Centre Begin, à Jérusalem, où se tenait un congrès organisé par son mouvement. 

Quelques minutes avant cette tentative d’assassinat, Yehouda Glick prenait la parole devant une foule nombreuse venue assister au congrès. Dans l’assistance se trouvaient notamment des députés, des rabbins et des personnalités politiques. Cette soirée avait été organisée pour débattre des moyens de permettre aux Juifs de retourner prier sur le Har Habayit. Transporté dans un état très sérieux à l’hôpital Shaaré Tsedek, il a subi plusieurs opérations et se trouve toujours maintenu sous anesthésie générale et sous respiration artificielle.

Cet attentat est à appréhender dans le contexte d’une semaine chaude autour du Mont du Temple :

Des affrontements ont eu lieu ce mercredi matin à Jérusalem autour de la vieille ville. Des centaines de manifestants protestaient contre l’interdiction faite aux moins de 50 ans d’aller prier sur l’Esplanade des Mosquées. Ils ont été dispersés violemment par les forces de l’ordre israéliennes.

« L’occupation israélienne nous interdit d’aller prier à la mosquée al-Aqsa. On est donc là pour dire au monde entier que la mosquée al-Aqsa est pour les musulmans, rien que pour les musulmans, et elle le restera », explique Nour, l’un des manifestants.

Les Israéliens ont interdit l’accès de la mosquée aux moins de 50 ans, comme c’est souvent le cas en période de tensions. Ces jours-ci, durant les fêtes religieuses de Souccot, des juifs sont montés prier sur l’Esplanade des Mosquées provoquant la colère des musulmans. Des affrontements entre Palestiniens et policiers israéliens ont eu lieu, mercredi 15 octobre, dans la vieille ville de Jérusalem, aux abords de l’esplanade des mosquées, dont l’accès avait été limité depuis le matin aux musulmans par les autorités israéliennes. La police israélienne avait annoncé, pour la deuxième fois en une semaine, que seuls les Palestiniens âgés de plus de 50 ans seraient autorisés à y prier.

« A la suite d’informations sur l’intention de jeunes Arabes de provoquer des désordres mercredi, il a été décidé de limiter l’accès à l’esplanade aux fidèles de plus de 50 ans », a expliqué une porte-parole de la police, Luba Samri.

La police a repoussé à coup de grenades assourdissantes une foule d’environ 400 personnes qui s’étaient rassemblées près des accès à la mosquée, a constaté un photographe de l’AFP. Plusieurs députés arabes israéliens ont participé à la manifestation, parmi lesquels Jamal Zahalka et Hanin Zoabi du parti Balad.  « Nous avons le droit d’entrer », ont hurlé les deux députés. « Israël essaie de prendre le contrôle et de montrer sa toute-puissance sur la mosquée », a déclaré Hanin Zoabi, « Nous considérons que le combat pour que Jérusalem soit la capitale de l’Etat palestinien est au cœur de la lutte palestinienne ».

« Al-Aqsa nous appartient, ce n’est pas aux Juifs », « Nous entrerons dans la mosquée par la force nous sacrifierons nos vies et nos familles pour Al-Aqsa » figuraient parmi les slogans inscrits sur les pancartes des manifestants, a indiqué le site israélien Ynet.

Une centaine d’Israéliens ont été autorisés mercredi à visiter le parvis de la mosquée al-Aqsa, au milieu des touristes étrangers. « Il ne s’agit plus seulement d’un groupuscule d’extrémistes, c’est aussi une demande relayée par la classe politique israélienne et même le rabbinat », affirme le député de la Knesset Jamal Zahalka, du parti arabe Balad, qui a indiqué à l’AFP craindre l’arrivée par dizaines de milliers de pèlerins juifs sur ce lieu saint.

Le ministre israélien de la Sécurité intérieure Yitzhak Aharonovitch a menacé mardi de fermer complètement le site si le calme n’y revenait pas.

« Nous voulons que le Mont du Temple reste ouvert pour les Musulmans et aussi pour les Juifs, mais si les Juifs ne peuvent plus s’y rendre alors les Musulmans non plus », a déclaré à la presse le ministre, cité à la radio militaire.

 

 

Jérusalem: affrontements dans la vieille ville

mediaDes Palestiniens manifestent dans la Vielle ville de Jérusalem, le 15 octobre 2014.REUTERS/Ammar Awad

Des affrontements ont eu lieu ce mercredi matin à Jérusalem autour de la vieille ville. Des centaines de manifestants protestaient contre l’interdiction faite aux moins de 50 ans d’aller prier sur l’Esplanade des Mosquées. Ils ont été dispersés violemment par les forces de l’ordre israéliennes.

Avec notre correspondante à Jérusalem, Murielle Paradon

Ils sont des centaines, en ce mercredi matin, à manifester porte des Lions devant l’entrée de la vieille ville de Jérusalem. La police des frontières israélienne est déployée massivement, à pied ou à cheval. Elle force les manifestants à se déplacer.

« L’occupation israélienne nous interdit d’aller prier à la mosquée al-Aqsa. On est donc là pour dire au monde entier que la mosquée al-Aqsa est pour les musulmans, rien que pour les musulmans, et elle le restera », explique Nour, l’un des manifestants.

Les Israéliens ont interdit l’accès de la mosquée aux moins de 50 ans, comme c’est souvent le cas en période de tensions. Ces jours-ci, durant les fêtes religieuses de Souccot, des extrémistes juifs sont montés prier sur l’Esplanade des Mosquées provoquant la colère des musulmans. Tout à coup, la police lance des grenades assourdissantes et tirent des balles en caoutchouc contre les manifestants. Quelques pierres pleuvent. Plusieurs personnes sont arrêtées.

Le rassemblement était terminé à la mi-journée. Mais les forces de l’ordre israéliennes restent présentes. Un hélicoptère tourne en permanence au-dessus de la vieille ville.

***********************************************************************************************************************

Affrontements aux abords de l’esplanade des Mosquées de Jérusalem

Le Monde.fr avec AFP | • Mis à jour le

Des affrontements entre Palestiniens et policiers israéliens ont eu lieu, mercredi 15 octobre, dans la vieille ville de Jérusalem, aux abords de l’esplanade des mosquées, dont l’accès avait été limité depuis le matin aux musulmans par les autorités israéliennes. La police israélienne avait annoncé, pour la deuxième fois en une semaine, que seuls les Palestiniens âgés de plus de 50 ans seraient autorisés à y prier.

« A la suite d’informations sur l’intention de jeunes Arabes de provoquer des désordres mercredi, il a été décidé de limiter l’accès à l’esplanade aux fidèles de plus de 50 ans », a expliqué une porte-parole de la police, Luba Samri.

La police a repoussé à coup de grenades assourdissantes une foule d’environ 400 personnes qui s’étaient rassemblées près des accès à la mosquée.
Quatre Palestiniens ont été arrêtés et trois policiers blessés, a indiqué la police à l’AFP.

Des heurts avaient déjà éclaté lundi sur l’esplanade entre les policiers et des jeunes Palestiniens repoussés et enfermés dans l’enceinte de la mosquée. Les musulmans ont apparemment perçu comme une provocation l’autorisation délivrée la veille par les autorités à une visite de juifs orthodoxes et de colons israéliens sur le site à l’occasion des fêtes de Souccot.

MENACE DE FERMETURE

Les juifs sont autorisés à se rendre, à certaines heures et sous stricte surveillance, sur l’esplanade des Mosquées, mais n’ont pas le droit d’y prier. Le ministre israélien de la sécurité intérieure, Yitzhak Aharonovitch, a menacé mardi soir de fermer complètement le site si le calme n’y revenait pas.

« Nous voulons que le Mont du Temple [nom donné par les juifs à l'esplanade] reste ouvert pour les musulmans et aussi pour les juifs, mais si les juifs ne peuvent plus s’y rendre alors les musulmans non plus », a déclaré à la presse le ministre, cité à la radio militaire.

Les tensions dépassent l’enceinte de la vieille ville de Jérusalem. Mardi soir, une série d’incidents ont été recensés dans plusieurs quartiers de Jérusalem-Est annexée : un autobus transportant des Israéliens a été caillassé, tout comme le tramway, et un policier a été légèrement blessé, alors qu’un Palestinien a été agressé après une altercation sur la route par trois Israéliens qui ont été placés en garde à vue, selon la police.

*************************************************************************************************************

Jérusalem: heurts aux abords de la mosquée al-Aqsa

Des manifestants dont la députée arabe israélienne Zoabi ont protesté contre l’accès limité au Mont du Temple

Ahmad Gharabli (AFP)

Des affrontements entre Palestiniens et policiers israéliens ont eu lieu mercredi dans la Vieille ville de Jérusalem, aux abords de la mosquée al-Aqsa, dont l’accès avait été limité depuis le matin aux Musulmans par les autorités israéliennes, selon la police.

 

La police a repoussé à coup de grenades assourdissantes une foule d’environ 400 personnes qui s’étaient rassemblées près des accès à la mosquée, a constaté un photographe de l’AFP.

Plusieurs députés arabes israéliens ont participé à la manifestation, parmi lesquels Jamal Zahalka et Hanin Zoabi du parti Balad. Ils ont affronté les gardes-frontières déployés devant la porte des Lions à l’entrée Vieille ville par mesure de sécurité.

« Nous avons le droit d’entrer », ont hurlé les deux députés.

« Israël essaie de prendre le contrôle et de montrer sa toute-puissance sur la mosquée », a déclaré Hanin Zoabi, « Nous considérons que le combat pour que Jérusalem soit la capitale de l’Etat palestinien est au cœur de la lutte palestinienne ».

« Al-Aqsa nous appartient, ce n’est pas aux Juifs », « Nous entrerons dans la mosquée par la force nous sacrifierons nos vies et nos familles pour Al-Aqsa » figuraient parmi les slogans inscrits sur les pancartes des manifestants, a indiqué le site israélien Ynet.

Quatre Palestiniens ont été arrêtés et trois policiers blessés, a indiqué à l’AFP Louba Samri, porte-parole de la police

Un accès limité pour les Musulmans

« Temple Mount, Jerusalem »

Pour la deuxième fois en une semaine, seuls les Palestiniens âgés de plus de 50 ans ont été autorisés par la police israélienne à prier mercredi sur le Mont du Temple (esplanade des Mosquées pour les Musulmans) tandis que touristes et pèlerins juifs étaient autorisés à se rendre sur le parvis.

 

L’esplanade, qui réunit la mosquée Al-Aqsa et le dôme du Rocher, est le troisième lieu saint de l’islam après La Mecque et Médine en Arabie saoudite.

Pour les Juifs, c’est le lieu du second Temple détruit en l’an 70 par les Romains. Le mur des Lamentations, vestige du second Temple, est situé en contrebas.

A l’occasion de la fête juive de Souccot, la police a autorisé lundi des groupes de fidèles juifs, y compris des extrémistes de droite, à se rendre sur l’esplanade, à certaines heures et sous stricte surveillance.

La venue des pèlerins juifs a déclenché la colère de certains fidèles musulmans et des heurts avaient éclaté lundi sur l’esplanade entre les policiers et des jeunes Palestiniens, repoussés et enfermés dans l’enceinte de la mosquée.

Al-Aqsa est un lieu saint seulement pour les musulmans, a déclaré mercredi à l’AFP Mohammad Hussein, le grand Mufti de Jérusalem.

Une centaine d’Israéliens ont été autorisés mercredi à visiter le parvis de la mosquée al-Aqsa, au milieu des touristes étrangers.

« Il ne s’agit plus seulement d’un groupuscule d’extrémistes, c’est aussi une demande relayée par la classe politique israélienne et même le rabbinat », affirme le député de la Knesset Jamal Zahalka, du parti arabe Balad, qui a indiqué à l’AFP craindre l’arrivée par dizaines de milliers de pèlerins juifs sur ce lieu saint.

Le ministre israélien de la Sécurité intérieure Yitzhak Aharonovitch a menacé mardi de fermer complètement le site si le calme n’y revenait pas.

« Nous voulons que le Mont du Temple reste ouvert pour les Musulmans et aussi pour les Juifs, mais si les Juifs ne peuvent plus s’y rendre alors les Musulmans non plus », a déclaré à la presse le ministre, cité à la radio militaire.

Les tensions dépassent aussi l’enceinte de la vieille ville. Une série d’incidents ont été recensés mardi et mercredi dans plusieurs quartiers de Jérusalem-Est : un autobus transportant des Israéliens a été caillassé, tout comme le tramway, et un policier a été légèrement blessé.

Un Palestinien a par ailleurs été agressé après une altercation sur la route par trois Israéliens qui ont été placés en garde à vue, selon la police.

(i24news avec AFP)

******************************************************************************************************************

Attentat contre le président des Fidèles du Mont du Temple

Le président du mouvement des fidèles du Mont du Temple, Yehouda Glick, 50 ans, a été victime mercredi soir d’un attentat près du Centre Begin, à Jérusalem, où se tenait un congrès organisé par son mouvement.

Un homme qui circulait sur un scooter a ouvert le feu sur lui après s’être assuré de son identité, visant à trois reprises la partie supérieure de son corps avant de prendre la fuite.

Des secouristes du Maguen David Adom sont intervenus rapidement sur place : ils ont prodigué les premiers soins au blessé avant de le transporter, dans un état grave, à l’hôpital Shaaré Tsedek.  Le public a été appelé à prier pour sa guérison : Yehouda Yoshoua ben Brenda.

Quelques minutes avant cette tentative d’assassinat, Yehouda Glick prenait la parole devant une foule nombreuse venue assister au congrès. Dans l’assistance se trouvaient notamment des députés, des rabbins et des personnalités politiques. Cette soirée avait été organisée pour débattre des moyens de permettre aux Juifs de retourner prier sur le Har Habayit.

************************************************************************************************************************

Légère amélioration de l’état de santé de Yehouda Glick

L’état de santé de Yehouda Glick, victime d’une tentative d’assassinat mercredi soir devant le Centre Menahem Begin de Jérusalem, s’est légèrement amélioré.

Transporté dans un état très sérieux à l’hôpital Shaaré Tsedek, il a subi plusieurs opérations et se trouve toujours maintenu sous anesthésie générale et sous respiration artificielle.

S’il est toujours en danger, les médecins ont malgré tout noté une légère amélioration de son état et espèrent de nouveaux progrès dans les jours qui viennent.

Son épouse Yaffi a confié à la seconde chaine de la télévision israélienne que sa famille vivait des moments difficiles tout en conservant son entière confiance en la providence divine. Elle a demandé au public de continuer à prier pour son mari : Yehouda Yeoshoua ben Itta Brenda.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>