L’UNESCO et la France : l’absurde alliance contre Jérusalem !

Vue aérienne de Jérusalem. Illustration. (Crédit : Qanta Ahmed)

NdlR : Les USA de TRUMP n’ont pas réussi à bloquer cette résolution comme annoncé. dommage. En Europe, l’Allemagne, le RU, les Pays-Bas, semblent plus éclairés que le pays des Lumières… éteintes !

 

L’UNESCO adopte une résolution controversée sur le statut de Jérusalem. Le Conseil exécutif de l’agence culturelle a adopté le texte qui a déclenché la colère d’Israël, et poussé Netanyahu à réduire le financement de l’ONU.

La résolution, adoptée par consensus, avait déjà été votée mardi en commission avec 22 voix pour et 10 contre. Vingt-trois états membres, dont la France, s’étaient abstenus.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait fustigé un texte « absurde », niant le lien historique entre Jérusalem et les Juifs. En mesure de rétorsion, Israël a annoncé mercredi qu’il réduirait de nouveau sa contribution à l’ONU à hauteur d’un million de dollars. Pour protester contre les résolutions de l’UNESCO qu’il juge hostiles à Israël, le gouvernement de Benjamin Netanyahu a ordonné plusieurs coupes dans sa contribution au budget des Nations unies, tombée de 11 millions de dollars à 3,7 millions selon un responsable israélien.

Elle a été adoptée avec 20 voix pour, 22 abstentions et 10 votes contre.  La France a fait partie de ces pays choisissant la neutralité en s’abstenant comme la majorité des votants, à l’image de l’Argentine, du Cameroun, de l’Inde, du Mexique. Les Etats-Unis, l’Italie, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Lituanie, la Grèce, le Paraguay, l’Ukraine, le Togo et l’Allemagne ont voté contre cette résolution.

Tableau récapitulatif du choix, par pays, lors du dernier vote à l'Unesco sur le statut de Jérusalem ( Crédit: UN Watch)La résolution critique vivement le gouvernement israélien pour différents projets de construction dans la Vieille Ville de Jérusalem et sur les lieux saints de Hébron, et demande la fin du blocus israélien de la bande de Gaza sans mentionner les attaques contre des civils israéliens en provenance du territoire contrôlé par le Hamas et ceux de la Cisjordanie.

Danny Danon, ambassadeur d’Israël auprès des Nations unies, a fustigé mardi l’adoption par l’UNESCO d’une résolution contestant la souveraineté israélienne sur toute la ville de Jérusalem. « Cette décision biaisée et manifestement trompeuse, et les tentatives de disputer la connexion entre Israël et Jérusalem, ne changeront pas le simple fait que cette ville est la capitale historique et éternelle du peuple juif », a déclaré Danon dans un communiqué.

Le harcèlement systématique a un prix », a déclaré Netanyahu au début de la réunion hebdomadaire du cabinet, en faisant référence à la résolution de l’UNESCO, qui décrit Israël comme la « puissance occupante » à Jérusalem, et critique le gouvernement pour ses projets archéologiques dans la capitale et à Hébron. Le texte fustige également le blocus maritime de la bande de Gaza. « Suite à la résolution, j’ai ordonné au directeur général du ministère des Affaires étrangères, Yuval Rotem, de déduire un million de dollars du financement qu’Israël transfère aux Nations unies. Israël ne restera pas les bras croisés pendant que l’organisation appelle à la négation de notre souveraineté sur Jérusalem », a-t-il dit.

C’est la troisième fois en moins d’un an qu’Israël réagit à des résolutions des Nations unies jugées partiales en réduisant ses versements à l’institution internationale.

 

L’UNESCO adopte une résolution controversée sur le statut de Jérusalem

Le Conseil exécutif de l’agence culturelle a adopté le texte qui a déclenché la colère d’Israël, et poussé Netanyahu à réduire le financement de l’ONU

Vue aérienne de Jérusalem. Illustration. (Crédit : Qanta Ahmed)

Vue aérienne de Jérusalem. Illustration. (Crédit : Qanta Ahmed)

Cette résolution, proposée par plusieurs pays arabes stipule notamment que « toutes les mesures […] prises par Israël, une puissance occupante, qui ont altéré ou visent à altérer le statut de la Ville sainte de Jérusalem » seront « nulles et non avenues et doivent être annulées ». Elle dénonce notamment la loi d’annexion de Jérusalem Est, conquise en 1967 par Israël.

La résolution, adoptée par consensus, avait déjà été votée mardi en commission avec 22 voix pour et 10 contre. Vingt-trois états membres, dont la France, s’étaient abstenus.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait fustigé un texte « absurde », niant le lien historique entre Jérusalem et les Juifs. En mesure de rétorsion, Israël a annoncé mercredi qu’il réduirait de nouveau sa contribution à l’ONU à hauteur d’un million de dollars.

Pour protester contre les résolutions de l’UNESCO qu’il juge hostiles à Israël, le gouvernement de Benjamin Netanyahu a ordonné plusieurs coupes dans sa contribution au budget des Nations unies, tombée de 11 millions de dollars à 3,7 millions selon un responsable israélien.

*******************************************************************************************************************************************************

UNESCO : La France s’est abstenue sur le dernier vote sur Jérusalem

Paris a choisi le camp neutre lors de la dernière votation à l’organe culturel onusien concernant le statut de Jérusalem

Tableau récapitulatif du choix, par pays, lors du dernier vote à l'Unesco sur le statut de Jérusalem ( Crédit: UN Watch)

Tableau récapitulatif du choix, par pays, lors du dernier vote à l’Unesco sur le statut de Jérusalem ( Crédit: UN Watch)

Elle a été adoptée avec 20 voix pour, 22 abstentions et 10 votes contre.

La France a fait partie de ces pays choisissant la neutralité en s’abstenant comme la majorité des votants, à l’image de l’Argentine, du Cameroun, de l’Inde, du Mexique.

Les Etats-Unis, l’Italie, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Lituanie, la Grèce, le Paraguay, l’Ukraine, le Togo et l’Allemagne ont voté contre cette résolution.

La résolution critique vivement le gouvernement israélien pour différents projets de construction dans la Vieille Ville de Jérusalem et sur les lieux saints de Hébron, et demande la fin du blocus israélien de la bande de Gaza sans mentionner les attaques contre des civils israéliens en provenance du territoire contrôlé par le Hamas et ceux de la Cisjordanie.

Danny Danon, ambassadeur d’Israël auprès des Nations unies, a fustigé mardi l’adoption par l’UNESCO d’une résolution contestant la souveraineté israélienne sur toute la ville de Jérusalem.

« Cette décision biaisée et manifestement trompeuse, et les tentatives de disputer la connexion entre Israël et Jérusalem, ne changeront pas le simple fait que cette ville est la capitale historique et éternelle du peuple juif », a déclaré Danon dans un communiqué.

********************************************************************************************************************************************************

Après le vote de l’UNESCO, Israël réduit encore d’1 M $ son versement à l’ONU

Jérusalem ne paiera que 2,7 millions sur les 11,7 demandés ; les responsables ne s’inquiètent pas qu’Israël puisse perdre son droit de vote à l’ONU

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant la cérémonie d'accueil des diplomates en Israël, à la résidence présidentielle, à Jérusalem, pour Yom HaAtsmaout, le 2 mai 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant la cérémonie d’accueil des diplomates en Israël, à la résidence présidentielle, à Jérusalem, pour Yom HaAtsmaout, le 2 mai 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Au lendemain de l’adoption de cette résolution, qui réfute la souveraineté d’Israël sur toute Jérusalem, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé qu’Israël réduirait d’un million de dollars la somme versée aux Nations unies, ce qui porte le total des coupes à neuf millions de dollars depuis décembre 2016.

« Le harcèlement systématique a un prix », a déclaré Netanyahu au début de la réunion hebdomadaire du cabinet, en faisant référence à la résolution de l’UNESCO, qui décrit Israël comme la « puissance occupante » à Jérusalem, et critique le gouvernement pour ses projets archéologiques dans la capitale et à Hébron. Le texte fustige également le blocus maritime de la bande de Gaza.

« Suite à la résolution, j’ai ordonné au directeur général du ministère des Affaires étrangères, Yuval Rotem, de déduire un million de dollars du financement qu’Israël transfère aux Nations unies. Israël ne restera pas les bras croisés pendant que l’organisation appelle à la négation de notre souveraineté sur Jérusalem », a-t-il dit.

 

C’est la troisième fois en moins d’un an qu’Israël réagit à des résolutions des Nations unies jugées partiales en réduisant ses versements à l’institution internationale.

L’Assemblée générale exige que les 193 états membres paient un pourcentage du budget des Nations unies, sur la base de leur PIB. Selon le secrétariat de l’organisation, Israël devrait payer 11,7 millions de dollars cette année, soit 0,43 % du budget.

Dans le cadre de l’article 19 de la Charte des Nations unies, tout pays qui serait en retard de ses paiements d’un montant qui égale ou excède les contributions dues pour les deux années précédentes peut perdre son droit de vote à l’Assemblée générale.

Après trois séries de coupes, Israël ne paiera que 2,7 millions de dollars. Les responsables israéliens ont cependant indiqué qu’il n’y avait pas de raison de s’inquiéter qu’Israël perde son droit de vote.

« Nous n’en sommes pas encore là, pas du tout », a indiqué un responsable resté anonyme.

***************************************************************************************************************************************************

Rivlin appelle le monde entier à reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël

Après la résolution à l’UNESCO, le président israélien déclare aux ambassadeurs qu’il est « temps de mettre fin à l’absurde »

De gauche à droite, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le président Reuven Rivlin, le ministre de la Défense Avigdor Liberman, et le chef d'Etat-major  Eizenkot pendant une cérémonie d'hommage aux soldats exceptionnels pendant Yom HaAtsmaout, à la résidence présidentielle de Jérusalem, le 2 mai 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

De gauche à droite, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le président Reuven Rivlin, le ministre de la Défense Avigdor Liberman, et le chef d’Etat-major Eizenkot pendant une cérémonie d’hommage aux soldats exceptionnels pendant Yom HaAtsmaout, à la résidence présidentielle de Jérusalem, le 2 mai 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Quelques minutes après que l’agence culturelle des Nations Unies a voté une résolution niant le lien entre Israël avec la ville de Jérusalem, le président a déclaré aux ambassadeurs étrangers en poste en Israël qu’il était « absurde » que le monde refuse de reconnaître que Jérusalem est la capitale du peuple juif et de l’État d’Israël.

« Il est temps de mettre un terme à l’absurde. Il est temps de reconnaître Jérusalem, en tant que capitale officielle de l’État d’Israël. De facto, et pas seulement de jure. Il est temps d’implanter ici toutes les ambassades officielles. À Jérusalem », a-t-il déclaré lors d’un dîner de Yom HaAtsmaout avec les ambassadeurs d’Israël et d’autres membres du corps diplomatique dans sa résidence officielle située à Jérusalem.

Des dignitaires étrangers viennent à Jérusalem depuis 70 ans pour participer à des réunions officielles à la Knesset, à la résidence du président et au bureau du Premier ministre, a déclaré Rivlin.

Le président, âgé de 77 ans, s’est adressé directement aux diplomates réunis et a déclaré que lorsque la plupart d’entre eux sont nés, Jérusalem était déjà la capitale d’Israël.

« Vous êtes nés dans un monde où Jérusalem était la capitale d’Israël. Vous ne connaissez aucune autre réalité. Depuis le temps du roi David, il n’y a pas eu, il n’y a pas, et il n’y aura jamais d’autre réalité », a-t-il dit.

Les propos de Rivlin s’inscrivent dans le virulent débat qui fait rage autour du statut de Jérusalem.

Au cours de sa campagne électorale, le président américain Donald Trump avait promis à maintes reprises de reconnaître la ville comme la capitale d’Israël et d’y déplacer l’ambassade du pays, bien que le sujet ait été relégué au second plan et que les Palestiniens s’opposent énormément à une telle mesure.

Le mois dernier, la Russie a déclaré qu’elle considérait que Jérusalem-Ouest était la capitale d’Israël, ce qui fait de ce pays le premier pays au monde à accorder une telle reconnaissance à une partie de la ville.

« Nous réaffirmons notre engagement envers les principes approuvés par l’ONU pour une installation palestinienne et israélienne, qui comprend le statut de Jérusalem-Est comme capitale du futur état palestinien. Parallèlement, nous devons dire que, dans ce contexte, nous considérons Jérusalem-Ouest comme la capitale d’Israël », a déclaré le ministère des Affaires étrangères à Moscou dans un communiqué.

Dans son discours face aux diplomates étrangers mardi, auquel ont assisté les ambassadeurs d’Égypte et de Jordanie, Rivlin a déclaré que Jérusalem a toujours été au cœur du foyer national du peuple juif.

« Jérusalem a toujours été le centre du monde juif. L’endroit où nous avons prié pendant des milliers d’années. Il n’a jamais fait aucun doute, que Jérusalem serait la capitale d’Israël. Et il y a 50 ans, nous sommes retournés dans la Vieille Ville de Jérusalem. Nous avons unifié la ville sous la souveraineté israélienne », a-t-il déclaré en faisant référence à la Guerre des Six jours de 1967.

« Nous avons alors senti que le rêve de voir Jérusalem devenir la capitale physique et spirituelle d’Israël est devenu une réalité », a-t-il ajouté.

*******************************************************************************************************************************************************

Hotovely rejette la résolution “absurde” de l’UNESCO, et la qualifie d’“histoire fausse”

La branche culturelle de l’ONU doit se prononcer mardi, le jour de Yom HaAtsmaout, sur une

La vice-ministre des Affaires étrangères, Tzipi Hotovely à Jérusalem, le 1er mai 2014. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La vice-ministre des Affaires étrangères, Tzipi Hotovely à Jérusalem, le 1er mai 2014. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Hotovely a déclaré que le vote était « absurde » et que la résolution était de l’« histoire fausse ».

« L’UNESCO est politisée depuis longtemps, et elle est malheureusement devenue un outil au service de la propagande palestinienne contre Israël, a-t-elle déclaré. Des résolutions si absurdes et sans aucun fondement historique nuisent à la mission de protection du patrimoine culturel de l’UNESCO. »

5 commentaires

  1. bordes,
    tu devrais retourner sur les bancs d’école car tes commentaires sont vraiment très absurde et tu pourrais en apprendre d’avantages sur les histoires des autres pays
    Jérusalem au complet et en toute totalité appartient à Israël depuis plus de 3500 ans et du même fais, il se vend des BIBLES pour instruire les ignorants car la Palestine n’existait même pas, même au temps de JÉSUS-CHRIST donc, fait des recherches pour essayer d’améliorer tes connaissances.

  2. bordes

    Il te faudrait lire Genèse 13:14 est suite

    Adonaï dit à Abram << Porte donc tes yeux .Voix le lieu ou tu es ,au Septentrion, au
    Nèguève ,au Levant, vers la mer : oui, toute la terre que tu vois ,à toi je te la donnerai ,
    et a ta semence , en pérennité :

  3. et le vôtre est IGNORANCE…. vous n’avez rien à faire sur ce site… partez !
    et revenez quand vous aurez ouvert les yeux.
    Merci.

  4. Salut à l’équipe,

    Je souhaite recevoir vos articles dans ma boîte mail si possible.

    Merci et bon courage pour votre travail.

    SHALOM !

  5. Les juifs sionsistes doivent rendre la terre aux Palestiniens.les sions ne possedent rien seulement leur reniement a Jesus Christ le Messie et fils de Dieu.Leur messie est lucifer .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>