Les guerres de religions au Proche-Orient : le choix de la France

La présidence de la République n'a pas prévenu la presse française de la visite à Paris du roi Hamed de Bahreïn.

ça chauffe entre sunnites et chiites au Bahreïn…mais la France a choisi son parti et sa religion : se sera le sunnisme !

Lire ICI sur le point.fr

Le président de la République française a donc accueilli en catimini le roi Hamed de Bahreïn, dont le régime étouffe dans le sang la révolte de sa population. La présidence de la République n’a pas prévenu la presse française de la visite à Paris du roi Hamed de Bahreïn. Pourquoi un tel silence ? Il faut dire que Bahreïn n’est pas n’importe quel pays. Cela fait un an et demi que le royaume réprime dans le sang la révolte chiite : la communauté majoritaire de ce minuscule État de 1 230 000 habitants exige du pouvoir sunnite des élections libres et la fin des discriminations à son égard. Selon Amnesty International, au moins 60 personnes ont été tuées depuis mars 2011, après que l’Arabie saoudite a dépêché sur place un millier de ses soldats pour réfréner toute velléité révolutionnaire.

Lire ICI sur israël-flash.com

Le Printemps Arabe qui dure depuis 18 mois en Syrie s’est vite transformé en guerre civile. Mais ne vous méprenez pas, c’est bien une guerre de religion, un nouvel épisode sanglant de la lutte sans merci que mène l’Islam dit « régulier » ou « la sunna », contre l’Islam dissident « la shia’h », et cela dure depuis l’héritage du fondateur de l’Islam : les sunnites contre les chiites !

Au final, il semblerait que ce toutes ces guerres au proche-orient ne soient pas le fait d’Israël et des méchants occidentaux. Mais une simple querelle de famille. Les chiites minoritaires et leurs alliés alaouites de Syrie (ASSAD) sont assis sur un baril de pétrole que leur conteste la majorité sunnite…du coup, ceux de l’OTAN sont alliés aux sunnites pour récupérer l’exploitation de ce restant de pétrole en perspective du pik-oil !

Israël n’en a que faire, eu égard à son stock gigantissime de gaz méditerranéen…

Dans ce conflit, l’Occident se doit de rester vigilant, mais neutre. Et l’engagement massif des politiques et des médias occidentaux pour l’Armée de Libération syrienne, financée par l’Arabie saoudite et le Qatar, est une attitude qui semble inconvenante, voire dangereuse. D’autant plus que les massacres et les sévices sont également partagés. L’attitude d’Israël est exemplaire dans ce conflit, un mutisme complet face à la peste et au choléra.

Par leur prise de position partiale et leur méconnaissance des réalités de ce conflit, les occidentaux de l’OTAN peaufinent leur tratégie d’encerclement de Jérusalem , au travers de l’instrumentalisation de cette guerre interne au monde arabo-musulman. Laquelle est sous contrôle, contrairement aux apparences, toujours trompeuses !

c’est quoi un chiite . ICI !  

c’est quoi un sunnite ? ICI !

c’est quoi un alaouite ? ICI !

c’est quoi un wahhabite ? ICI !

 

Syrie : Ne Vous Méprenez pas, c’est une Guerre de Religion

août 5th, 2012 Aschkel
chiites-sunnites-Ledit Printemps Arabe qui dure depuis 18 mois en Syrie s’est vite transformé en guerre civile. Mais ne vous méprenez pas, c’est bien une guerre de religion, un nouvel épisode sanglant de la lutte sans merci que mène l’Islam dit « régulier » ou « la sunna », contre l’Islam dissident « la shia’h », et cela dure depuis l’héritage du fondateur de l’Islam.Par Albert Soued, écrivain Les A’laouites (affiliés à A’li, cousin et gendre du prophète) constituent une ethnie iconoclaste au Moyen Orient. On les appelle aussi « Nossayri ». Ils sont issus du Djebel al Ansarya au Nord-Ouest de la Syrie et au Sud-Ouest de la Turquie (province d’Antioche ou sandjak d’Alexandrette, annexée par la Turquie). Vraisemblablement d’origine chrétienne, ils se sont convertis à un Islam shiite sectaire, sous l’influence de Muhammad Ibn Nusayr al-Namîri al-Abdi qui se déclare 10èmeImam au 9ème siècle.Sous les ottomans, les Alaouites sont pauvres, considérés comme des « infidèles » par les sunnites et de fait, des citoyens de seconde zone. Après la 1ère guerre mondiale et l’effondrement de l’Empire Ottoman, la France qui reçoit un mandat sur la Syrie, crée un Territoire des Alaouites et émancipe cette ethnie en l’intégrant dans la police et l’armée. Après la création du parti national socialiste « Baath » avec l’aide des Chrétiens, après plusieurs coups d’état, les alaouites et notamment les Assad, ont progressivement pris le pouvoir et l’ont gardé depuis 42 ans, avec une main de fer.

Un début de guerre civile eut lieu entre 1979 et 1982 lorsque les Frères Musulmans se sont révoltés obligeant les alaouites d’Alep à se réfugier sur la côte à Lattaquié, révolte sanglante des 2 côtés, qui s’est terminée par le massacre de Frères Musulmans à Hama (20/30 000 morts).

Les Alaouites ne représentent que 10/15% d’une population de 20 millions d’habitants en Syrie, mais 20% de la Turquie, soit près de 15 millions d’âmes dans ce pays. Ceci expliquerait l’envoi de dizaines d’agents de la CIA pour surveiller la frontière syro-turque, afin d’éviter tout débordement en Turquie de cette haine ancestrale sunna/shiah.

Dans la mouvance des Alaouites, on trouve d’autres minorités religieuses ou ethniques menacées par les islamistes et les Frères Musulmans: les Chrétiens catholiques ou orthodoxes (1), soit 1/1,5 million d’âmes, les Assyriens (0,5 million), les Druzes et autres shiites (1 million) et les Kurdes qui cherchent leur autonomie (2,5 millions). Les Arabes laïcs, d’origine sunnite, forment avec les alaouites les élites du pays. Ils sont encore neutres, malgré certaines défections dans l’armée et l’administration. Au total, plus de la moitié de la population syrienne est hostile aux Arabes sunnites ou neutre.

Les Assad et l’ethnie alaouite se battront jusqu’au bout pour garder un pouvoir en Syrie, en particulier dans leur zone d’origine (2), pour leur survie, et éviter ainsi leur disparition par des massacres sunnites annoncés.

Dans ce conflit, l’Occident se doit de rester vigilant, mais neutre. Et l’engagement massif des politiques et des médias occidentaux pour l’Armée de Libération syrienne, financée par l’Arabie saoudite et le Qatar, hérauts du wahabisme, et noyautée par les Frères Musulmans et les jihadistes étrangers, est une attitude qui semble inconvenante, voire dangereuse. D’autant plus que les massacres et les sévices sont également partagés. L’attitude d’Israël est exemplaire dans ce conflit, un mutisme complet face à la peste et au choléra.

D’ores et déjà, l’Iran shiite a envoyé ses agitateurs, dits Gardiens de la Révolution, ses agents dormants et ses terroristes au Liban, pour appuyer le Hezbollah, en Syrie, au côté des alaouites, au Yémen, à Bahrein, au Koweit, dans les émirats, en Amérique latine, en Afrique. Et ne vous méprenez pas, l’Iran affûte l’arme nucléaire pour le « combat messianique final », mettre à genoux l’antre des califes sunnites, l’Arabie saoudite. Le combat contre les Juifs et Israël n’est que de la poudre pour aveugler la sunna avant l’assaut.

Par Albert Soued,

Lire la suite: http://www.israel-flash.com/2012/08/syrie-ne-vous-meprenez-pas-cest-une-guerre-de-religion/#ixzz22tLNbFhK

2 commentaires

  1. À ce qui se dit sur Internet, les rebelles contre le régime syrien sont loin d’avoir gagné la partie malgré l’aide abondante des sunnites, de la Turquie (peuple musulman, mais qui n’est pas arabe) et des pays occidentaux. Guerre de religion ? ? ? Peut-être. À mon sens, les Occidentaux misent sur les sunnites en considérant le nombre pour vaincre. Leur but est de s’accaparer le pétrole « chiite ». Un Iran nucléaire est le prétexte à une éventuelle guerre. Cette guerre détruirait-elle le « chiisme » ? Les Alaouites, les Kurdes et d’autres, religieux ou non, sont laminés par les pouvoirs en place, mais PAS éliminés. Le seul cas que je connaisse d’élimination totale est le cas des cathares. L’église catholique romaine y est parvenue par l’inquisition. Ceux qui se disent actuellement « cathares » sont tout simplement des fantaisistes. C’est un club «d’imagination se prétendant héritier de choses qu’il ne vit pas». Si l’Iran renonce à l’arme atomique, il coupe l’herbe sous les pieds (les prétextes) à l’occident qui deviendra alors pro « chiite » pour avoir accès au pétrole de l’Iran tout en montrant une façade pro « sunnite ». Israël se prononce pour les rebelles syriens, mais en définitive pas trop. Il a la sagesse de refuser de se mêler de l’affaire sauf le risque des gaz de combat syriens. Il compte les points avant de savoir ce qu’il est sage de faire. S’il n’y a pas de guerre avec l’Iran, ce sont des pays comme le Bahreïn ou l’Arabie Saoudite qui vont être déçus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>