Le plan secret de TRUMP pour Jérusalem : une bonne nouvelle ?

Mahmoud Abbas à l'assemblée générale de l'ONU, à New York, le 27 septembre 2018 (Crédit : Thimothy A. Clary/AFP) NdlR : dans quelques mois, TRUMP va révéler au monde son plan secret pour la paix définitive entre Israël et les palestiniens. Nous retenons notre souffle ! Solution à 1 Etat où Israël annexe la cisjordanie avec le risque d’un Etat arabe à terme OU une solution à 2 Etats et sa variante incroyable : 1 Etat palestinien dans le Sinaï Egyptien !! (à la demande de Sissi pour contrer la bande de Gaza et lutter contre le salafisme dans la péninsule….). Nous avons hâte….. :-) 

Abbas : le plan de Trump va échouer, la déclaration Balfour est un « complot ». Dans un discours marquant les 14 ans de la mort de Yasser Arafat, le leader palestinien jure de rejeter l’accord américain et assure que “l’occupation va prendre fin”

Mahmoud Abbas à l’assemblée générale de l’ONU, à New York, le 27 septembre 2018 (Crédit : Thimothy A. Clary/AFP)

Le président de l’Autorité palestinienne (AP), Mahmoud Abbas, a promis samedi de rejeter “l’accord du siècle” de l’administration Trump sur le conflit israélo-palestinien et a critiqué ce qu’il appelle les efforts visant à séparer la Cisjordanie de la bande de Gaza.

La télévision israélienne a rapporté que l’envoyé pour le processus de paix du président américain Donald Trump au Moyen-Orient a déclaré que la Maison Blanche va bientôt publier son plan de paix et qu’Israël et les Palestiniens devraient faire des compromis.

“Nous resterons sur nos terres et continuerons à agir. Nous adhérons à nos principes. Notre drapeau continuera à s’élever sur les murs de Jérusalem”, a-t-il ajouté, selon la Dixième chaîne israélienne.

Abbas boycotte l’administration Trump depuis sa reconnaissance en décembre 2017 de Jérusalem comme capitale d’Israël. Depuis, les États-Unis ont réduit l’aide accordée aux Palestiniens et pris d’autres mesures pour punir leur rejet de la part l’AP, notamment avec la fermeture des bureaux de l’Organisation de libération de la Palestine à Washington.

Les États-Unis ont également mis fin à tout financement de l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens, connue sous le nom d’UNRWA à cause de la manière dont l’agence confère le statut de réfugié non seulement aux réfugiés d’origine, mais également à leurs millions de descendants, contrairement à la définition donnée par l’ONU aux réfugiés d’autres parties du monde.

Dans son discours de samedi, M. Abbas a déclaré que les réductions de l’aide à l’UNRWA visaient à la “liquidation de la cause palestinienne” . Il a affirmé s’opposer à tout effort visant à affaiblir l’agence ou à changer la manière dont elle compte les réfugiés.

Le discours du dirigeant de l’AP a été prononcé alors que la Dixième chaîne israélienne signalait que l’envoyé de Trump, Jason Greenblatt, avait annoncé que les États-Unis publieraient bientôt son plan de paix, sans donner de date précise.

“Aucune des deux parties n’aimera l’intégralité de ce qui est écrit dans le plan de paix et il faudra trouver un compromis”, a déclaré Greenblatt à Londres mercredi à un groupe qui collecte des fonds pour les soldats israéliens.

“Mais nous sommes certains que si les deux parties acceptent d’entamer des négociations, elles comprendront pourquoi nous en sommes parvenus aux conclusions qui seront présentées dans le plan de paix”, a-il ajouté.

Il a ajouté que le projet américain pousserait à la conclusion d’un accord mettant fin définitivement au conflit israélo-palestinien plutôt qu’un texte intérimaire. Selon lui, un tel accord “ne ferait que prolonger le cycle de souffrance et de violence”.

Greenblatt a également appelé à ce que le plan de paix de Trump soit évalué en fonction de ses mérites et a déclaré que de nombreux détails rapportés sur son contenu étaient faux.

“Jugez notre plan de paix selon ce qu’il est censé être : une proposition pour une solution globale du processus israélo-palestinien”, a-t-il déclaré, selon le rapport.

*************************************************************************************************************

 

Jared Kushner presque prêt à dévoiler le plan de paix pour le Moyen-Orient pour qui il a passé deux années à le préparer en secret

Des sources du département d’État ont déclaré au Jerusalem Post que Jared Kushner s’était récemment rendu à Foggy Bottom pour se préparer à un rôle plus public axé sur le plan. Passer sous les projecteurs serait un format relativement nouveau pour le gendre prodigue, qui a rarement parlé en public depuis son entrée à la Maison-Blanche. Alors que Trump est susceptible d’annoncer son plan dans un discours officiel, Kushner devrait désormais servir de visage public à l’effort de paix.

Le beau-fils et conseiller principal du président des États-Unis, Donald Trump, travaille depuis près de deux ans sur un plan détaillé en faveur de la paix au Moyen-Orient.

Vous devez convenir que si vous réalisiez un film et que vous aviez besoin d’un nouveau visage pour jouer l’Antéchrist, Jared Kushner serait en haut de la liste de presque tous les directeurs de casting. Il a juste ce qui se cache dans l’ombre, le regard effrayant autour de lui qui le rend parfait pour ce rôle.

« Pourquoi ainsi parle le Seigneur , l’ Éternel des armées, ô mon peuple , qui habites en Sion, ne crains pas l’Assyrien: il te frappera avec une verge, et lève son bâton sur toi, comme en Egypte. » Esaïe 10:24 (LSG)

En réalité, les chances que Jared Kushner soit l’Antéchrist réel sont d’environ 50-50. L’un des noms que la Bible attribue à l’Antéchrist est l’Assyrien, qui apparaît 13 fois dans les Écritures. Donc, pour que Jared Kushner soit l’Antéchrist, en plus d’être juif, il devrait également avoir du sang assyrien dissimulé dans son ADN.


AVEC LE MIDEAST PEACE PLAN, KUSHNER PRÉPARE SES DÉBUTS

Au cours de son parcours, il n’a accordé que quelques entretiens, dont aucun n’a fourni une description substantielle d’un plan qui est jusqu’à présent resté le secret le mieux gardé de l’administration.

Mais nous sommes sur le point de voir beaucoup plus de Jared Kushner. Alors qu’il met la touche finale à un projet qu’il espère être son accomplissement suprême au gouvernement, Kushner se prépare à le vendre au public.

Des sources du département d’État ont déclaré au Jerusalem Post que Jared Kushner s’était récemment rendu à Foggy Bottom pour se préparer à un rôle plus public axé sur le plan. Passer sous les projecteurs serait un format relativement nouveau pour le gendre prodigue, qui a rarement parlé en public depuis son entrée à la Maison-Blanche. Alors que Trump est susceptible d’annoncer son plan dans un discours officiel, Kushner devrait désormais servir de visage public à l’effort de paix.

Comment Jared Kushner est passé au pouvoir

Jared Kushner, conseiller principal et gendre du président Trump, est sans doute l’une des personnalités les plus influentes de la Maison-Blanche. Voici comment il a utilisé l’immobilier et les médias à New York pour consolider son pouvoir.

Les responsables de la Maison Blanche ont insisté sur le fait que l’administration n’avait pas encore défini de stratégie de communication stratégique pour le déploiement. Mais Kushner a renforcé son personnel de communication au cours des dernières semaines avec des recrues externes et des vétérans du Département d’État alors qu’il se prépare pour la publication du plan. Il anticipe un intérêt intense des médias pour le contenu du plan ainsi que pour sa valeur d’actualité en tant que moyen de discuter de l’efficacité de Kushner en tant que représentant du gouvernement.

Depuis qu’il a rejoint l’administration de Trump sans expérience dans la fonction publique, Kushner a été critiqué pour son incapacité à diriger un portefeuille aussi délicat que celui de la paix au Moyen-Orient. Son équipe de la Maison-Blanche est bien consciente du fait que la vente réussie de ce plan deviendra en partie un référendum public sur Kushner lui-même. L’équipe pour la paix souhaite gagner la confiance des alliés régionaux, mais elle doit également convaincre les experts, chroniqueurs et correspondants nationaux que le plan représente un effort sincère pour relancer des pourparlers de paix constructifs. Leur déploiement comportera donc une stratégie robuste en matière d’affaires publiques qui met en lumière ce que les responsables prétendent être la nature globale du plan.

Les officiels disent que la stratégie consiste à convaincre les acteurs extérieurs que le plan est sérieux, obligeant ainsi les deux parties à s’engager directement avec lui. Il voudrait particulièrement rassurer les Palestiniens, qui ont rejeté les efforts de l’administration, depuis que Trump a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël l’hiver dernier.

Lors de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, Trump a déclaré qu’il souhaitait publier le plan d’ici la fin de l’année. Cependant, les retombées de l’assassinat brutal de Jamal Khashoggi, dissident saoudien et chroniqueur du Washington Post, ont peut-être modifié les plans de son équipe de maintien de la paix, qui a conçu ce plan pour s’inspirer du nouvel alignement entre Israël et le monde sunnite.

Un responsable a déclaré à la poste que le succès de ce plan ne reposait ni sur l’Arabie saoudite ni sur le prince héritier Mohammed bin Salman, en particulier. Ceci en dépit des propos qu’il a tenus avant le meurtre d’Istanbul, dans lequel des responsables turcs ont impliqué des proches collaborateurs du prince héritier.

Mais Jason Greenblatt, représentant spécial du président pour les négociations internationales, travaille quotidiennement aux côtés de Kushner. Cette semaine, Greenblatt a également reconnu que l’amélioration des relations entre Israël et les pays arabes sous-tendait la théorie de la paix israélo-palestinienne.

Today Transportation & Intelligence Minister @Israel_Katz is in Oman at an intn’l transportation event. He will present a plan for the construction of a railway btwn Israel, Jordan, Saudi Arabia & the Gulf. Let’s keep the dialogue going. These efforts support our efforts.

— Jason D. Greenblatt (@jdgreenblatt45) November 5, 2018

« Ces efforts soutiennent nos efforts », a écrit Greenblatt sur Twitter lundi, louant les récents engagements publics d’Israël avec Oman et les Émirats arabes unis.

**************************************************************************************************************

Le président américain Donald Trump a décidé de reporter la publication du plan de son gouvernement visant à promouvoir une solution au conflit israélo-palestinien d’ici février 2019, a indiqué jeudi un responsable palestinien à i24NEWS.

Le président américain Donald Trump (à droite) et le Premier ministre Benjamin Netanyahu se rencontrent à l’Assemblée générale des Nations Unies au siège de l’ONU le 26 septembre 2018. (Photo AP / Evan Vucci)

Selon le journal palestinien Al-Quds, la décision de Trump « vise à soulager » le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, dont le gouvernement traverse une crise majeure.

Des sources, citées par le journal, ont indiqué que Netanyahou préférait que le plan ne soit pas publié du tout, en raison de la situation actuelle au Moyen-Orient.

Le gouvernement israélien est plongé dans la crise depuis qu’Avigdor Lieberman a claqué la porte de la Défense mercredi dernier, au lendemain d’un cessez-le-feu conclu avec les groupes terroristes palestiniens.

Netanyahou dispose d’une majorité parlementaire d’une seule voix sur 120 le laisse à la merci des chantages et des défections alors que s’annoncent des débats sur des sujets susceptibles de semer la discorde, par exemple une loi concernant le service militaire des ultra-orthodoxes. Sans parler d’évènements extérieurs comme ceux qui ont mis à l’épreuve la cohésion gouvernementale.

M. Trump avait indiqué fin septembre que le plan pourrait être présenté dans « deux, trois ou quatre mois ». Il avait aussi pour la première fois exprimé, sans s’engager, une préférence pour la solution dite à deux Etats, c’est-à-dire la création d’un Etat palestinien qui coexisterait en paix avec Israël.

Mercredi, la ministre de la Justice Ayelet Shaked s’est montré sceptique quant au plan du président américain considérant qu’il s’agissait d’une « perte de temps ».

« Le fossé entre Israéliens et Palestiniens est beaucoup trop grand pour être comblé » par ce plan, a déclaré, lors d’un colloque organisé à Jérusalem par le quotidien anglophone Jerusalem Post.

De son côté, le président de l’Autorité palestinienne Abbas a comparé l’initiative de paix américaine à la Déclaration Balfour de 1917, par laquelle le gouvernement britannique se disait favorable à l’établissement d’un « foyer national juif » en Palestine, alors sous domination de l’Empire ottoman.

« Si la Déclaration Balfour a été adoptée, cet accord-là ne passera pas », a martelé le président palestinien.
Washington a suscité l’ire des Palestiniens à plusieurs reprises, notamment en annonçant qu’elle ne financerait plus l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (Unrwa).

Les Etats-Unis ont également fermé le bureau de la représentation palestinienne à Washington, accusant les dirigeants palestiniens de refuser de lui parler ou d’engager des négociations de paix avec Israël.

Source: i24 News

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>