Le Judaïsme post-Torah

Soutien du mariage homosexuel, ce rabbin américain célèbre sa première union gay : Avram Mlotek a déclaré que la cérémonie unissant 2 hommes “dans une relation sacrée, d’alliance” était “comme toutes les cérémonies : joyeuse, juive, spirituelle et pleine d’amour”

Le rabbin Avram Mlotek, au centre, célèbre son premier mariage homosexuel, en février 2020. (Crédit : Mlotek via JTA)

Le rabbin Avram Mlotek, au centre, célèbre son premier mariage homosexuel, en février 2020. (Crédit : Mlotek via JTA)

JTA — Quand Nadiv Schorer et Ariel Meiri se sont unis pour la vie ce dimanche, le rabbin qui se tenait entre eux, sous le dais nuptial, était également en terre inconnue.

Avram Mlotek, un rabbin affilié au courant progressiste du judaïsme orthodoxe, officiait pour la première fois à un mariage homosexuel.

Avram Mlotek avait parlé de son intention de célébrer des mariages homosexuels l’an dernier. Dans un article publié par l’agence JTA, il affirmait que les mariages pour tous types de familles était devenus une nécessité communautaire.

« Le jour d’un mariage doit être un jour heureux pour les amoureux, comme le souligne la liturgie, indépendamment de leur orientation sexuelle », avait-il écrit. « Si le couple choisit de vivre une vie juive, de construire une maison juive et d’élever des enfants juifs, notre rabbinat traditionnel doit saisir l’opportunité d’accueillir et de travailler avec ces familles aux moments les plus précieux du cycle de la vie. Si nous ne le faisons pas, en refusant à ces couples leur lien d’appartenance légitime, nous risquons de les éloigner d’avantage, qu’ils tombent dans une abîme de marginalité religieuse. »

Les mariages homosexuels sont permis par la plupart des courants juifs américains, mais la décision d’Avram Mlotek l’a distancié du courant orthodoxe, au sein duquel le mariage homosexuel est interdit. Selon certains analystes, c’est même la raison pour laquelle les Juifs orthodoxes s’alignent sur le Parti républicain.

Mlotek a été ordonné rabbin par la Yeshivat Chovevei Torah, fondée il y a vingt ans dans le but de promouvoir une approche « orthodoxe ouverte » qui est apparu en partie comme une réponse à ce glissement vers la droite. L’école a abandonné l’affiliation orthodoxe ouverte, mais les rabbins qui y sont formés ont toujours tendance à chercher des moyens d’inclure les femmes et d’autres personnes tout en restant fidèles à la loi juive, la halakha. (L’école a refusé d’ordonner un étudiant gay l’an dernier, ce qui aurait motivé Avram Mlotek dans sa décision.)

Conformément à cette approche, et en accord avec une poignée d’autres rabbins progressistes ayant officié à des unions homosexuelles, Avram Mlotek n’a pas utilisé la formule traditionnelle des mariages, mais une autre cérémonie mise au point par un rabbin se consacrant à l’inclusion des LGBT dans les communautés orthodoxes.

La publication Facebook d’Avram Mlotek et d’autres sur la cérémonie a suscité certains commentaires de la part de personnes qui ont déploré le fait qu’elle s’éloignait des valeurs juives traditionnelles. Mais il a également donné lieu à certains éloges de la part d’internautes qui ont dit que trop souvent, le judaïsme orthodoxe ne tenait pas compte des coûts humains de la fidélité halakhique.

« Nous devrions écouter et apprendre de Juifs craignant Dieu, qui pleurent et implorent dans leur lutte pour y voir plus clair, parce que nous sommes frères et sœurs et que nous pouvons toujours, avec humilité, apprendre les uns des autres », a écrit sur Facebook Shmuly Yankelowitz, un autre rabbin formé à la Yeshivat Chovevei Torah. « Mais nous devons faire taire de nos âmes les forces homophobes qui ne versent pas de larmes et qui ont peu d’empathie dans leur cœur. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>