ISRAËL / IRAN : nouvelles rumeurs persistantes d’attaques avant les élections américaines

Nouvelles et èniemes rumeurs d’attaque imminente ! Qu’en penser ?

Les autorités israéliennes s’attendent à ce qu’une éventuelle guerre avec l’Iran, dont le scénario est régulièrement évoqué par la presse israélienne, dure un mois et se traduise par le tir de plusieurs centaines de missiles sur les villes de l’Etat hébreu. Selon la presse israélienne, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son ministre de la Défense Ehud Barak, souhaitent attaquer les sites nucléaires iraniens avant l’élection présidentielle américaine de novembre (a écrit vendredi le quotidien israélien Yedioth Ahronoth). Le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta a toutefois déclaré mardi qu’il ne pensait pas qu’Israël ait pris une décision définitiveconcernant une éventuelle attaque de l’Iran qui a promis de riposter.

“Si cela dépendait uniquement de Benyamin Netanyahou et d’Ehoud Barak, une attaque israélienne contre les installations nucléaires en Iran aurait lieu durant l’automne, avant l’élection de novembre aux Etats-Unis”, affirme le journal. Les porte-parole du Premier ministre et du ministre de la Défense ont refusé de commenter cet article. Selon Yedioth Ahronot, les deux hommes n’ont cependant toujours pas réussi à convaincre la majorité des membres du cabinet de sécurité nationale.

ICI, sur GuysenNews…

Collin Kahl qui fut un haut responsable du Pentagone et qui est actuellement conseiller de Barak Obama pour sa campagne électoral a déclaré que selon lui Israël ne plaisante pas au sujet de l’attaque de l’Iran car il ne croit plus aux sanctions. Mais il considère qu’il y a peu de chances qu’Obama se laisse entraîner dans une guerre d’ici novembre.

Le ministre israélein de la Défense passive Matan Vilnaï a déclaré, dans un entretien à Maariv avant de s’envoler pour prendre son nouveau poste d’ambassadeur en Chine, qu’il n’y a pas lieu d’être hystérique, en cas d’agression, “l’arrière est prêt comme il ne l’a jamais été”. Il a ajouté qu’il ne s’enfuit pas (!!!) et qu’en cas de confluit, il prendra le premier avion pour revenir en Israël. Ce dimanche 12 août, le Commandement du Front intérieur (Défense passive), a conduit un exercice à l’échelle nationale visant à alerter la population israélienne de l’arrivée imminente de missiles sur leur région via SMS en cas de besoin. Tsahal a ainsi testé avec succès un système d’alerte au tir de roquette par SMS.

Selon un haut responsable de la Défense, Israël a amélioré son système de défense antimissile Arrow II dans le cadre d’une «course technologique» soutenue par les Etats-Unis contre l’Iran, la Syrie et d’autres ennemis dans la région. Arrow est conçu pour détruire des missiles visant Israël à une altitude suffisamment élevée pour que des ogives non conventionnelles se désintègrent sans danger.

Un possible raid israélien contre les installations nucléaires iraniennes peut être en mesure d’entraver les ambitions atomiques de la dictature islamique, mais il ne détruira pas son programme nucléaire, a déclaré mardi le général Martin Dempsey, chef de l’état-major interarmes américain. Lors d’une conférence de presse tenue au Pentagone, Dempsey et le secrétaire américain à la défense, Léon Panetta, ont été invité a donner leur opinion sur un récent rapport de presse disant qu’Israël était plus proche que jamais d’entreprendre un raid unilatéral contre l’Iran, et si ils croyaient qu’une telle action armée serait efficace. Dempsey a déclaré aux journalistes que “militairement, mon évaluation n’a pas changé. Et je veux être clair : je ne suis pas au courant de leur planification. Donc ce que je vous dis est basé sur ce que je sais de leurs capacités. Et je ne suis peut être pas au courant de toutes leur capacités…”

Panetta a pour sa part déclaré qu’Israël n’a pas informé Israël de plans immédiats dans ce sens. “Je l’ai dit avant et vais le redire maintenant, je ne crois pas qu’Israël a pris une décision quant a savoir si oui ou non ils vont entreprendre une attaque contre l’Iran en ce moment,” a-t-il dit. “De toute évidence, ils sont un pays indépendant et souverain. Ils vont finalement prendre des décisions basées sur ce qu’ils pensent être dans leur intérêt sécuritaire national. Mais je ne crois pas qu’ils ont pris cette décision en ce moment.”

Netanyahu doit rencontrer le président Obama, à Washington avant la réunion de l’Assemblée générale des Nations Unies qui doit avoir lieu entre le 28 septembre et le 1er octobre prochain. Le premier ministre israélien a rapporté hier, sur le canal 10 des nouvelles israéliennes, qu’il ne pouvait pas ordonner une frappe offensive sur l’Iran avant cette réunion, laquelle aura comme principal sujet la menace iranienne. Le rapport, selon les allocutions télévisées, place une attaque israélienne en quelque part entre le 2 octobre et le 6 novembre 2012. Immédiatement après les élections américaines, il serait difficile pour Israël de défier un président nouvellement élu. Et peu de temps après cela, il pourrait être trop tard pour empêcher les progrès nucléaires en Iran.  Si Obama ne veut pas suivre, il obligera Netanyahu à agir avant les élections de 2012 et si Obama accepte d’assister Israël, ses chances de réélection seront presque assurées…

Le Premier ministre Binyamin Netanyahou est parvenu à faire adopter par ses ministres une réforme du règlement de travail du gouvernement. L’objectif était clair : lui accorder davantage de pouvoirs en tant que Chef du Gouvernement. Le Premier ministre pourra désormais se passer du consentement de son Cabinet pour trancher sur les dossiers les plus importants, mais aussi temporiser sur des décisions prises à la majorité. Avce ces pouvoirs exceptionnels qu’il vient de se faire attribuer, Bibi entend avoir les mains libres pour être efficace contre l’Iran et ses alliés. La réforme de Binyamin Netanyahou n’a pas été du goût de nombre de personnalités politiques notamment à gauche. Sans surprise le Chef du Gouvernement a subi de front les critiques de Shaoul Mofaz, chef de Kadima et de l’opposition. Mais aussi celles de la leader du parti travailliste Shelly Yéchimovitz. Pour elle la concentration des pouvoirs entre les mains du Premier ministre met en péril la démocratie. Des pouvoirs sans précédent auxquels s’est également opposé le député Itshak Hertzog chef du groupe parlementaire travailliste. Il avait appelé les ministres du Gouvernement à ne pas voter l’extension des pouvoirs au Premier ministre. Mais du côté de ce dernier on insiste : à situation exceptionnelle,mesures exceptionnelles. Pour Youval Steinitz, Israël n’a jamais été aussi menacé qu’aujourd’hui et la question d’un Iran nucléaire est existentielle pour l’Etat juif.

 Nouvelle thèse à la mode en Israël : après les élections américaines, ce sera trop tard, car OBAMA ne suivra pas Israël à l’occasion d’un second mandat où il sera plus libre ! Pour l’obliger à suivre, c’est avant, c’est maintenant, et lui assurer une réélection…comme compensation !     

Une guerre avec l’Iran pourrait durer un mois, estime Israël

Les autorités israéliennes s’attendent à ce qu’une éventuelle guerre avec l’Iran, dont le scénario est régulièrement évoqué par la presse israélienne, dure un mois et se traduise par le tir de plusieurs centaines de missiles sur les villes de l’Etat hébreu.

Selon la presse israélienne, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son ministre de la Défense Ehud Barak, souhaitent attaquer les sites nucléaires iraniens avant l’élection présidentielle américaine de novembre. Le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta a toutefois déclaré mardi qu’il ne pensait pas qu’Israël ait pris une décision définitive concernant une éventuelle attaque de l’Iran qui a promis de riposter. «Il n’y a pas de place pour l’hystérie. Le front israélien est préparé comme il ne l’a jamais été», assure Matan Vilnai, un ancien général nommé récemment ambassadeur d’Israël en Chine, dans une interview au quotidien Maariv publiée mercredi. Faisant écho à des propos tenus par Ehud Barak, Vilnai déclare s’attendre à ce que des centaines de missiles s’abattent quotidiennement sur les villes israéliennes et fassent quelque 500 morts. «Il pourrait y avoir moins ou plus de morts, mais c’est le scénario auquel nous nous préparons (…) Les estimations font état d’une guerre qui durerait 30 jours et aurait plusieurs fronts», poursuit-il dans une allusion au Hezbollah libanais allié de Téhéran et aux activistes palestiniens du Hamas de la bande de Gaza.

Selon un haut responsable de la Défense, Israël a amélioré son système de défense antimissile Arrow II dans le cadre d’une «course technologique» soutenue par les Etats-Unis contre l’Iran, la Syrie et d’autres ennemis dans la région.  Arrow est conçu pour détruire des missiles visant Israël à une altitude suffisamment élevée pour que des ogives non conventionnelles se désintègrent sans danger.

Reuters
************************************************************************************************************************************
 

USA : Israël ne peut pas détruire le programme nucléaire iranien

Un possible raid israélien contre les installations nucléaires iraniennes peut être en mesure d’entraver les ambitions atomiques de la dictature islamique, mais il ne détruira pas son programme nucléaire, a déclaré mardi le général Martin Dempsey, chef de l’état-major interarmes américain.

Lors d’une conférence de presse tenue au Pentagone, Dempsey et le secrétaire américain à la défense, Léon Panetta, ont été invité a donner leur opinion sur un récent rapport de presse disant qu’Israël était plus proche que jamais d’entreprendre un raid unilatéral contre l’Iran, et si ils croyaient qu’une telle action armée serait efficace.

Dempsey a déclaré aux journalistes que “militairement, mon évaluation n’a pas changé. Et je veux être clair : je ne suis pas au courant de leur planification. Donc ce que je vous dis est basé sur ce que je sais de leurs capacités. Et je ne suis peut être pas au courant de toutes leur capacités. Mais je pense qu’il est juste de dire qu’ils pourraient retarder, mais pas détruire, les capacités nucléaires de l’Iran.”

Panetta a pour sa part déclaré qu’Israël n’a pas informé Israël de plans immédiats dans ce sens. “Je l’ai dit avant et vais le redire maintenant, je ne crois pas qu’Israël a pris une décision quant a savoir si oui ou non ils vont entreprendre une attaque contre l’Iran en ce moment,” a-t-il dit.

“De toute évidence, ils sont un pays indépendant et souverain. Ils vont finalement prendre des décisions basées sur ce qu’ils pensent être dans leur intérêt sécuritaire national. Mais je ne crois pas qu’ils ont pris cette décision en ce moment.”

Panetta a ajouté que les Etats-Unis estiment qu’il y a “une place pour continuer à négocier… Les sanctions supplémentaires commencent à avoir un impact supplémentaire outre les autres sanctions déjà appliquées.”

“La communauté internationale est fortement unie dans l’opposition à ce que l’Iran élabore tout type d’arme nucléaire,” a-t-il dit.

“Nous travaillons ensemble, à la fois sur le plan diplomatique et sur le plan économique…. Les Etats-Unis et la communauté internationale vont continuer à faire pression, parce que, comme je l’ai dit et je vais continuer à la répéter, le premier ministre d’Israël dit la même chose, toute forme d’action militaire doit être la dernière solution, pas la première.”

Washington, a souligné Panetta, croit encore que “la porte est toujours ouverte pour essayer de travailler vers une solution diplomatique.”

Alors que le débat sur un éventuel raid est de plus en plus animé en Israël, une source politique de haut niveau a déclaré mardi que “personne ne veut vraiment une guerre. Personne ne veut d’un raid. Tous ce discours sur une frappe militaire est devenu trop lourd.”

Une source à Jérusalem s’est aventurée à dire que le débat public vis-à-vis des Etats-Unis est censé conduire à une déclaration sans équivoque de Washington qui aura un effet manifeste sur Téhéran.

“Le président doit présenter une nouvelle position sur l’Iran d’une manière claire et publique, d’une manière qui pourrait convaincre les iraniens qu’il est sérieux sur l’option militaire,” a déclaré une source diplomatique.

“Il n’a pas besoin de convaincre Israël qu’il est sérieux, il a besoin de convaincre l’Iran. Les iraniens doivent comprendre que ce qu’ils font aura un prix.”

La communauté internationale, a-t-il ajouté, “doit exacerber les nouvelles sanctions. La situation économique de l’Iran est désastreuse, mais n’a pas encore convaincu le régime d’arrêter l’enrichissement d’uranium. Un discours clair d’Obama pourrait changer cela.”

************************************************************************************************************************************

 

Une attaque israélienne entre le 2 octobre et le 6 novembre 2012?

 
* Si Obama ne veut pas suivre, il obligera Netanyahu à agir avant les élections de 2012 et si Obama accepte d’assister Israël, ses chances de réélection seront presque assurées…


Les États-Unis ne se joindraient pas nécessairement à Israël si une frappe militaire devait être lancée contre le programme nucléaire iranien, dit une source anonyme de l’administration Obama au Canal 2 des nouvelles israéliennes, ce lundi.
 
Un rapport israélien télévisé est allé jusqu’à préciser le délai pour une éventuelle attaque israélienne, basé en partie sur une réunion préliminaire prévue entre Netanyahu et le président Obama.
 
Netanyahu doit rencontrer le président Obama, à Washington avant la réunion de l’Assemblée générale des Nations Unies qui doit avoir lieu entre le 28 septembre et le 1er octobre prochain. Le premier ministre israélien a rapporté hier, sur le canal 10 des nouvelles israéliennes, qu’il ne pouvait pas ordonner une frappe offensive sur l’Iran avant cette réunion, laquelle aura comme principal sujet la menace iranienne.
 
Le rapport, selon les allocutions télévisées, place une attaque israélienne en quelque part entre le 2 octobre et le 6 novembre 2012. Immédiatement après les élections américaines, il serait difficile pour Israël de défier un président nouvellement élu. Et peu de temps après cela, il pourrait être trop tard pour empêcher les progrès nucléaires en Iran.
 
Le quotidien Maariv a rapporté lundi matin que si Israël attaque l’Iran, Washington fournira à Israël une défense aérienne “parapluie” contre les représailles prévues par Téhéran et ses mandataires.
 
Selon des messages transmis par des décideurs politiques à Washington et leurs homologues israéliens, si Israël décide de bombarder l’Iran avant les élections présidentielles américaines de novembre, Obama doit ordonner que les forces armées américaines se joignent à l’effort militaire, a indiqué le journal.
 
Des proches conseillers du candidat républicain Mitt Romney et de l’ambassadeur d’Israël aux États-Unis, Michael Oren, ont été parmi ceux qui ont passé des messages entre Washington et Jérusalem, selon Maariv. L’ambassade d’Israël à Washington a refusé de commenter le rapport.
 
Traduction partielle de l’article:
****************************************************************************************************************************************
 
 

Guerre contre l’Iran : Netanyahou s’attribue des pouvoirs exceptionnels
par Kevin Chetrit – Mardi 14 août 2012 à 11:09
 

 


La classe politique israélienne est partagée. Le Premier ministre Binyamin Netanyahou est parvenu à faire adopter par ses ministres une réforme du règlement de travail du gouvernement. L’objectif était clair : lui accorder davantage de pouvoirs en tant que Chef du Gouvernement.

Le Premier ministre pourra désormais se passer du consentement de son Cabinet pour trancher sur les dossiers les plus importants, mais aussi temporiser sur des décisions prises à la majorité ou encore fixer un nouveau débat sur certaines questions jusqu’à obtenir ce qu’il souhaite. Le délai pour la prise des décisions importantes pourra ainsi être très sensiblement réduit et les ministres pourront être amenés dans certains cas à se décider sans disposer de certaines informations cruciales.
Le tout intervient dans une ambiance médiatique très largement dominée par le dossier du nucléaire iranien.
“Très clairement l’Iran est très proche de l’arme nucléaire ce qui est cohérent avec ce que j’ai dit depuis longtemps à savoir que ces sanctions contre l’Iran n’aident pas vraiment”, a ainsi estimé Daniel Hershkovitz, ministre de la Sciences et la Technologie.
Le gouvernement a approuvé à l’unanimité les nouvelles règles de travail.
Le site internet Israélien Ynet voit dans l’initiative du Premier ministre la préparation par Binyamin Netanyahou d’une attaque sur l’Iran. Un sujet toujours loin de faire l’unanimité au sein de la classe politique israélienne.
La réforme de Binyamin Netanyahou n’a pas été du goût de nombre de personnalités politiques notamment à gauche.
Sans surprise le Chef du Gouvernement a subi de front les critiques de Shaoul Mofaz, chef de Kadima et de l’opposition. Mais aussi celles de la leader du parti travailliste Shelly Yéchimovitz. Pour elle la concentration des pouvoirs entre les mains du Premier ministre met en péril la démocratie.
Des pouvoirs sans précédent auxquels s’est également opposé le député Itshak Hertzog chef du groupe parlementaire travailliste. Il avait appelé les ministres du Gouvernement à ne pas voter l’extension des pouvoirs au Premier ministre.
Mais du côté de ce dernier on insiste : à situation exceptionnelle,mesures exceptionnelles. Pour Youval Steinitz, Israël n’a jamais été aussi menacé qu’aujourd’hui et la question d’un Iran nucléaire est existentielle pour l’Etat juif.
Le ministre des Finances explique que mettre en débat un sujet aussi sensible est impossible en raison des dommages à la sécurité d’État que pourraient causer une exposition médiatique trop transparente. Une exposition qui pour certains dépasse déjà largement le seuil acceptable.
***********************************************************************************************************************************

 

 Israël et les Etats-Unis pourraient attaquer l’Iran ensemble avant les élections
par Guysen avec agences – Lundi 13 août 2012 à 08:45

 

 

Le Premier ministre, Benyamin Netanyahou, a déclaré dimanche que la plupart des menaces pesant sur la sécurité d’Israël étaient “éclipsées” par la perspective de l’obtention par l’Iran de l’arme nucléaire.
“Je le redis, l’Iran ne doit pas être autorisé à obtenir des armes nucléaires”, a déclaré le Premier ministre israélien, qui a également dit que son pays ” des milliards” pour sa défense.
Israël a procédé à des manoeuvres militaires cette semaine dans différentes villes afin de tester un système d’alerte par sms de tirs de missiles.
La Banque centrale d’Israël a également élaboré des scénarios de “crise majeure”, dont l’hypothèse d’une guerre avec l’Iran, a indiqué le gouverneur de cette institution, Stanley Fischer, sur les ondes d’une télévision israélienne ce week-end.
AVANCÉES VERS L’ARME ATOMIQUE
L’Iran est en train d’intensifier son travail d’élaboration d’une ogive nucléaire, selon deux journaux israéliens parus dimanche, qui citent des responsables du gouvernement Netanyahou et des fuites en provenance du renseignement américain.
Ces allégations sont publiées par les quotidiens “Haaretz”, plutôt opposé à Benyamin Netanyahou, et “Hayom”, soutien du gouvernement, deux jours après un article du journal “Yedioth Ahronoth” qui affirmait que le Premier ministre souhaitait lancer une attaque sur les sites nucléaires iraniens avant l’élection présidentielle américaine du 6 novembre.
“Haaretz”, qui cite un haut responsable israélien, rapporte qu’un document du renseignement américain, compilé par l’administration de Barack Obama, comprend une “mise à jour de dernière minute” sur des avancées iraniennes dans l’élaboration d’une ogive nucléaire, “bien supérieures à ce qui est connu” par les inspecteurs des Nations unies.
Selon “Hayom”, ce même document signale que l’Iran a “accéléré ses efforts” pour avancer son programme nucléaire, en particulier dans la fabrication de têtes de missiles balistiques.
Interrogé par une radio israélienne, Tzvi Hauser, secrétaire général du gouvernement, a laissé entendre que les deux articles pouvaient être pris pour argent comptant.
“On accuse trop souvent tel ou tel responsable de manipulation, ce qui n’est pas le cas”, a-t-il dit à Radio-Israël.
Des responsables du renseignement américain ont, quant à eux, rappelé leur position, selon laquelle l’Iran n’est pas encore certain de vouloir se doter de l’arme atomique et ne sera de toute façon pas en mesure de le faire avant des années.
Israël, les Etats-Unis et l’Union européenne (UE) accusent Téhéran de chercher à se doter de l’arme atomique, ce que l’Etat hébreu, largement considéré comme le seul pays de la région à disposer d’un arsenal nucléaire, juge comme une menace contre sa propre existence. L’Iran affirme, de son côté, que son programme est exclusivement civil.
**********************************************************************************************************************************
Netanyahou voudrait frapper l’Iran avant novembre
par Guysen avec agences – Dimanche 12 août 2012 à 16:13
 

Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, et son ministre de la Défense, Ehoud Barak, voudraient attaquer les sites nucléaires iraniens avant l’élection présidentielle américaine du 6 novembre mais rencontrent des résistances au sein du gouvernement et de l’armée, a écrit vendredi le quotidien israélien Yedioth Ahronoth.
“Si cela dépendait uniquement de Benyamin Netanyahou et d’Ehoud Barak, une attaque israélienne contre les installations nucléaires en Iran aurait lieu durant l’automne, avant l’élection de novembre aux Etats-Unis”, affirme le journal.
Les porte-parole du Premier ministre et du ministre de la Défense ont refusé de commenter cet article.
Selon Yedioth Ahronot, les deux hommes n’ont cependant toujours pas réussi à convaincre la majorité des membres du cabinet de sécurité nationale.
“Le respect qui entourait dans le passé les Premiers ministres et les ministres de la Défense et leur permettait d’obtenir une majorité sur leurs décisions militaires n’existe plus”, commente le journal. “Soit parce que les gens ont changé, soit parce que la réalité n’est plus la même.”
Sans citer ses sources, Yedioth Ahronoth ajoute que plusieurs conseillers gouvernementaux en Israël et aux Etats-Unis sont hostiles à une telle attaque contre l’Iran car elle nuirait aux chances de Barak Obama d’être réélu face à son rival républicain Mitt Romney et entraînerait des risques d’escalade.
Le journal libéral Haaretz cite pour sa part un responsable gouvernemental qui estime que l’Etat hébreu ne s’est jamais trouvé dans une situation aussi dangereuse depuis 1967 et la guerre des Six-Jours.
ENJEU ÉLECTORAL AUX ETATS-UNIS
Selon un sondage publié vendredi par le quotidien à grand tirage Maariv, 41% des Israéliens pensent que les seules pressions diplomatiques ne pourront pas faire renoncer les Iraniens à se doter de l’arme nucléaire, comme ils en sont soupçonnés. Vingt-deux pour cent des personnes interrogées jugent au contraire que la diplomatie peut l’emporter.
Pour 39% des Israéliens, ce serait plutôt aux Etats-Unis et aux autres puissances mondiales de se charger de régler la question, mais 35% se disent prêts à soutenir une action unilatérale de l’Etat juif.
Au début du mois, recevant le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, les dirigeants israéliens ont souligné que le temps pressait si l’on voulait trouver une solution pacifique à la crise et n’ont pas caché leur agacement devant l’inefficacité des sanctions internationales contre la République islamique.
Pour rassurer ses alliés israéliens, le chef du Pentagone a haussé le ton, soulignant que Washington ne permettrait jamais que le régime de Téhéran se dote de l’arme nucléaire.
“S’ils décident de poursuivre sur cette voie (…), nous avons des options que nous sommes prêts à mettre en oeuvre pour nous assurer qu’ils n’auront jamais cette arme”, a-t-il dit.
Benyamin Netanyahou n’a pas paru totalement rassuré par ces déclarations. “Aussi énergiques que soient nos propos, ils n’ont pas convaincu l’Iran que nous sommes vraiment sérieux”, a-t-il estimé.
Israël, qui n’a jamais confirmé posséder lui-même un arsenal nucléaire, comme il en est largement soupçonné, juge que le moment n’est plus éloigné où les installations iraniennes, notamment les sites d’enrichissement d’uranium, seront suffisamment enterrées et protégées pour être à l’abri d’une frappe de Tsahal.
Ehoud Barak, lors d’une conférence de presse avec son homologue américain, a dit son scepticisme quant aux chances de voir les sanctions faire plier Téhéran.
En visite fin juillet en Israël, Mitt Romney a affirmé que “tout devait être fait” pour empêcher l’Iran de développer l’arme nucléaire.
**********************************************************************************************************************************

 

L’Iran se rapproche de la bombe atomique
par Guysen avec agences – Dimanche 12 août 2012 à 10:51
 

L’Iran est en train d’intensifier son travail d’élaboration d’une ogive nucléaire, selon deux journaux israéliens parus dimanche, qui citent des responsables du gouvernement mené par le Premier ministre Benyamin Netanyahou et des fuites du renseignement américain.
Ces allégations sont publiées par les quotidiens Haaretz, plutôt opposé à Benyamin Netanyahou, et Hayom, soutien du gouvernement, deux jours après un article du journal Yedioth Ahronoth qui affirmait que le Premier ministre souhaitait lancer une attaque sur les sites nucléaires iraniens avant l’élection présidentielle américaine du 6 novembre.
Israël, les Etats-Unis et l’Union européenne (UE) accusent Téhéran de chercher à se doter de l’arme atomique, ce que l’Etat hébreu, largement considéré comme le seul pays de la région à disposer d’un arsenal nucléaire, juge comme une menace contre sa propre existence. L’Iran affirme, de son côté, que son programme est exclusivement civil.
Haaretz, qui cite un haut responsable israélien, rapporte qu’un document du renseignement américain, compilé par l’administration de Barack Obama, comprend une “mise à jour de dernière minute” sur des avancées iraniennes dans l’élaboration d’une ogive nucléaire, “bien supérieures à ce qui est connu” par les inspecteurs des Nations unies.
Selon Hayom, ce même document signale que l’Iran a “accéléré ses efforts” pour avancer son programme nucléaire, en particulier la création de têtes de missiles balistiques.
Interrogé par une radio israélienne, Tzvi Hauser, secrétaire du gouvernement, a laissé entendre que les deux articles pouvaient être pris pour argent comptant.
“On accuse trop souvent tel ou tel responsable de manipulation, ce qui n’est pas le cas”, a-t-il dit à Israel Radio.
Des responsables du renseignement américain ont, quant à eux, rappelé leur position, selon laquelle l’Iran n’est pas encore certain de vouloir se doter de l’arme atomique, et ne sera de toute façon pas en mesure de le faire avant des années.
**********************************************************************************************************************************
 

 

Israël prépare ses citoyens à la guerre
par Guysen avec l’unité du porte-parole de Tsahal – Dimanche 12 août 2012 à 16:29
 

 


Ce dimanche 12 août, le Commandement du Front intérieur (Défense passive), conduit un exercice à l’échelle nationale visant à alerter la population israélienne de l’arrivée imminente de missiles sur leur région via SMS en cas de besoin.

 Tsahal teste un système d’alerte au tir de roquette par SMS

Important : ces messages ne se substituent pas aux moyens d’alerte classiques, notamment le déclenchement des sirènes. Ainsi, même si vous ne recevez pas de SMS, vous serez dans tous les cas informés de l’arrivée imminente d’un missile.

Se protéger contre la menace chimique

Depuis la Première Guerre du Golfe, Israël a entrepris la distribution de masques à gaz à sa population afin de la protéger contre la menace de guerre non-conventionnelle. En 2010, le Commandement du Front Intérieur a commencé à remplacer les équipements devenus obsolètes. Chaque citoyen israélien a le droit de recevoir gratuitement un masque à gaz pour lui ainsi que pour chaque membre de sa famille.

La distribution est assurée par les services de la poste israélienne. Si vous désirez le recevoir directement chez vous pour ne pas avoir à vous déplacer, vous devrez vous acquitter de la somme de 25 shekels afin de financer son envoi.


Soldats de Tsahal lors d'un exercice de simulation d'attaque chimique

Soldats de Tsahal lors d’un exercice de simulation d’attaque chimique

Si vous n’avez pas encore reçu de lettre du Commandement du Front Intérieur vous invitant à récupérer votre masque à gaz, vous pouvez directement contacter la centrale d’appel au 1207 depuis n’importe quel téléphone.

IMPORTANT: afin de ne pas endommager l’équipement qui vous a été remis, vous ne devez surtout pas l’ouvrir ou le sortir de son emballage. Seul le Commandement du Front Intérieur est habilité à vous dire quand l’utiliser. En cas de réel menace d’attaque chimique, les moyens d’annonce déployés seront conséquents et de grande ampleur afin de s’assurer que tout le monde soit prévenu.

Les alertes régulièrement entendues dans le sud d’Israël signalant l’arrivée de roquettes ne sont pas des motifs suffisants pour utiliser votre masque à gaz.

Vous vivez en Israël : que faire en cas de tirs de roquettes sur votre ville ?

Les obus de mortier et roquettes, peu importe leur type (Grad, Qassam, Katioucha…) peuvent tous tuer. Il n’est pas nécessaire d’être directement frappé par le missile pour être blessé. Depuis 2001, des centaines d’Israéliens ont été gravement atteints par les éclats dus à l’explosion.


Rampes de lancement de roquettes Qassam dans la bande de Gaza

1. Comment savoir qu’une roquette a été tirée contre votre ville ?

Dès qu’un missile est détecté par l’armée, vous entendrez une forte sirène montante et descendante ou bien les mots “tzeva adom” (“couleur rouge”) répétés en boucle. Dans les deux cas, le volume de l’alerte est très fort de manière à ce que tous les citoyens l’entendent, y compris dans leur sommeil.

2. Où se réfugier ?

Si votre appartement est équipé d’une pièce adaptée pour ce genre de situation (“Heder Mamad”), c’est-à-dire blindée, rejoignez-la dans le calme et assurez-vous que tous les membres de votre famille savent eux-aussi comment s’y rendre. Fermez la porte et les fenêtres ainsi que le volet blindé de ces dernières. Asseyez-vous le plus loin possible des fenêtres.

Dans le cas où votre appartement ne comporte pas de pièce blindée, rejoignez l’abri public le plus proche. Si vous êtes dans votre immeuble, dans une cage d’escalier, loin des fenêtres afin d’éviter les éclats de verre. Compte-tenu du peu de temps qui sépare le déclenchement de la sirène de l’explosion de la roquette (15 secondes en moyenne), il est primordial que vous, ainsi que tous les membres de votre famille, sachiez où vous rendre en cas d’alerte avant que celle-ci ne se produise.

Si vous êtes dehors, entrez dans la cage d’escalier de l’immeuble le plus proche, le plus loin possible des fenêtres. Si vous êtes éloigné d’une zone d’habitation, allongez-vous en plaçant votre visage face au sol et vos mains sur la tête.

Si vous êtes en voiture et que vous ne pouvez pas rejoindre rapidement un abri ou une cage d’escalier, arrêtez-vous sur le côté et restez à l’intérieur de votre véhicule pendant dix minutes.

3. Combien de temps avez-vous pour vous abriter ?

Tout dépend de l’endroit où vous habitez et de la distance qui vous sépare du point de tir de la roquette.

 

4. Est-il permis de filmer l’arrivée de la roquette ou son interception par le système anti-roquettes Dôme de fer ?

Pour votre propre sécurité, il est primordial de ne pas rester sur votre toit ou balcon afin de filmer l’évènement. En ne respectant pas les consignes de sécurité, vous prenez le risque de vous exposer directement au tir d’une roquette ou aux éclats d’obus. Par ailleurs, l’armée israélienne demande au public de ne pas indiquer sur internet le point d’impact exact des roquettes.

5. Quand pouvez-vous quitter les abris ?

Il est très important de rester aux abris dix minutes après le début de la sirène et de ne pas en sortir auparavant, même si vous pensez avoir entendu l’explosion d’une roquette, signifiant que le danger est déjà passé. En effet, il est fréquent que les tirs soient groupés et que plusieurs roquettes explosent à quelques secondes ou minutes d’intervalle.

En sortant des abris moins de dix minutes après le début de l’alerte, vous prenez le risque d’être blessé par une roquette dont l’arrivée n’a pas été annoncée.

Notez également que le système anti-roquettes Dôme de fer n’est pas performant de manière systématique. C’est pourquoi, il est primordial de toujours vous abriter.

Source : Tsahal en français http://www.tsahal.fr

***********************************************************************************************************************************

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>