Fronde naissante au sein de l’US ARMY : OBAMA, lâché par plusieurs généraux

syrie us army

« Je ne me suis pas engagé dans le corps des Marines pour combattre pour Al-Qaïda dans une guerre civile syrienne »

Des militaires états-uniens protestent contre le projet d’intervention armée en Syrie

Une révolte militaire contre le plan de l’administration Obama pour lancer une attaque potentiellement désastreuse contre la Syrie est en train de s’accélérer, avec deux hauts gradés et membres des services réguliers qui expriment leur opposition véhémente à ce que les États-Unis s’empêtrent dans le conflit.

La réaction a commencé à se répandre sur les médias sociaux hier [dimanche 2 septembre] avec de nombreux militaires postant des photos d’eux-mêmes brandissant des pancartes indiquant qu’ils refuseraient de se battre du même côté que Al-Qaïda en Syrie. D’autres ont posté leurs photos sur Twitter avec le hashtag #IdidntJoin.

Comme l’administration Obama se prépare à présenter un projet de résolution aux législateurs qui est loin d’être « limité » dans sa portée et consisterait en fait à graisser les patins pour une guerre à durée indéterminée, John Kerry et d’autres fonctionnaires du département d’État ont signalé qu’Obama va simplement ignorer le Congrès, si celui-ci vote « non », et lancer l’assaut de toute façon.

Cela ne contribuera guère à rassurer un nombre croissant de personnalités influentes dans l’armée états-unienne devenant de plus en plus récalcitrantes à ce que les États-Unis se laissent entraîner dans une nouvelle guerre au Moyen-Orient.

D’après le Washington Post :

« Le plan de l’administration Obama pour lancer une attaque militaire contre la Syrie est reçu avec de sérieuses réserves par beaucoup dans l’armée américaine, qui est aux prises avec les séquelles des deux guerres longues et un budget qui se contracte rapidement, selon des officiers actuels et anciens. »

Le membre républicain du Congrès, Justin Amash a également affirmé par Twitter :

« J’ai entendu beaucoup de membres de nos forces armées. Le message que j’ai toujours entendu dire est : s’il vous plaît, votez non sur l’action militaire contre la Syrie. »

La déclaration de Amash a été suivie par une série de tweets de vétérans militaires qui ont également exprimé leur opposition à l’attaque.

Paul Szoldra de Business Insider a également parlé de « sources qui sont soit des anciens combattants ou actuellement en service actif dans l’armée », et leur a demandé s’ils appuyaient l’escalade militaire en Syrie.

« La plupart ont répondu par un non catégorique », écrit Szoldra.

Il cite un sergent d’active de première classe qui déclare : « Nous sommes débordés, fatigués, et cassés », ajoutant que les États-Unis « (n’ont pas) besoin d’être la police du monde ».

« Notre implication en Syrie est si dangereuse à bien des niveaux, et le vétéran américain du XXIe siècle est plus soucieux de l’éviter plus que quiconque. Ça dépasse mon entendement que nous soyons ignorés », ajoute l’ancien caporal Jack Mandaville, un vétéran du Corps d’infanterie de marine avec trois déploiements en Irak.

Il n’y a pas que le personnel militaire qui expose publiquement ses préoccupations. Politico rapporte que des fuites du plan d’attaque qui « émanent de la bureaucratie du Pentagone moins enthousiaste à l’idée d’une attaque que, disons, le département d’État, Conseil national de sécurité ou Obama lui-même », font partie des divulgations non-autorisées qui ont « irrité » la Maison Blanche.

Sources : Voix de la Russie, Infowars

Traduction : Avic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>