Explosion de Beyrouth & la piste israélienne : un délire conspirationniste ?

NdlR : un avis différent, posté par transparence et pour écouter toutes les thèses. Sans conclusions hâtives pour le moment. Saura-t-on la vérité un jour sur cette curieuse explosion et l’existence d’une arme nouvelle ? Probablement pas… alors… basta ?

Israël détruit Beyrouth-Est avec une arme nouvelle

Le premier Premier ministre israélien a ordonné la destruction d’un entrepôt d’armes du Hezbollah à Beyrouth au moyen d’une arme nouvelle. Celle-ci étant mal connue a provoqué des dégâts considérables dans la ville tuant plus de 100 personnes, en blessant 5 000 et détruisant de nombreux immeubles. Cette fois, il sera difficile à Benjamin Netanyahu de nier.

JPEG - 35.9 ko
Le 27 septembre 2018, Benjamin Netanyahu désigne à la tribune de l’Assemblée générale des Nations Unies l’entrepôt qui explosera le 4 août 2020 comme un dépôt d’armes du Hezbollah.

Le premier Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a autorisé une frappe contre un entrepôt d’armes du Hezbollah au moyen d’une arme nouvelle, testée depuis sept mois en Syrie. On ignore si le second Premier ministre, Benny Gantz, a donné son accord.

La frappe a été conduite, le 4 août 2020, à l’emplacement exact désigné par Benjamin Netanyahu lors de son discours aux Nations Unies, le 27 septembre 2018 [1]. Le Hezbollah avait évacué ses armes de cet entrepôt juste après le discours de Netanyahu.

On ignore ce qu’est l’arme utilisée. Cependant elle a déjà été testée en Syrie depuis janvier 2020. Il s’agit d’un missile dont la tête comporte une composante nucléaire tactique provoquant un champignon de fumée caractéristique des armes nucléaires. Il ne s’agit évidemment pas d’une bombe atomique au sens stratégique.

JPEG - 10.5 ko
Test israélien en Syrie.

Cette arme a été testée en Syrie sur une plaine à la campagne, puis dans le Golfe persique sur les eaux contre des navires militaires iraniens. C’est la première fois qu’elle est utilisée en milieu urbain, dans un environnement particulier qui a fait se réfléchir le souffle et les vibrations sur l’eau et la montagne. Loin de ne détruire que le port de Beyrouth, elle a tué une centaine de personnes, blessé au moins 5 000 autres, et détruit largement la partie Est de la ville (la partie Ouest a été largement protégée par le silo à grains).

JPEG - 42.4 ko
Sur ces photos satellitaires, on distingue la destruction de l’entrepôt du Hezbollah et d’une partie du port.

Israël a immédiatement activé ses réseaux dans les médias internationaux pour masquer son crime et accréditer l’idée de l’explosion accidentelle d’un stock d’engrais. Comme souvent, on désigne de faux coupables, et la machine médiatique internationale répète à satiété ce mensonge en l’absence de toute enquête. Pourtant il y a bien eu un champignon de fumée incompatible avec la thèse d’une explosion d’engrais.

JPEG - 20.7 ko
Le champignon de fumée observé à Beyrouth n’a aucun rapport avec ce qu’aurait provoqué un explosif conventionnel.

De même que ni la Syrie, ni l’Iran n’avaient communiqué sur cette arme lorsqu’ils ont été touchés, les partis politiques libanais ont immédiatement conclu un accord pour ne rien dire afin de ne pas démoraliser leur population. Une enquête a été ouverte, non pas sur la cause de l’explosion, mais sur la responsabilité du personnel du port dans le stockage de ces engrais supposés être la cause de l’explosion. Cependant ce mensonge n’a pas tardé à se retourner contre les partis politiques qui l’on imaginé.

Le Tribunal des Nations Unies pour le Liban, qui devait rendre public son verdict dans l’affaire de l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, en 2005, a décidé de différer celle-ci de quelques jours. Identiquement dans cette affaire, l’explosion d’une camionnette avait masqué le tir d’un missile comportant une arme nouvelle, comme cette fois l’explosion de nitrate a masqué le tir d’un missile comportant une autre arme nouvelle.

J’avais révélé, cinq ans plus tard, cinq ans trop tard, dans une revue russe la manière dont on avait tué Rafic Hariri [2], tandis que le Hezbollah publiait une vidéo attestant l’implication d’Israël.

Il importe de noter que l’assassinat de 2005 visait un ancien Premier ministre sunnite et que l’attaque de 2020 visait non pas le Hezbollah chiite, mais la Résistance libanaise dans son ensemble.

Cette fois, plusieurs ambassades ont procédé à des relevés, notamment en prélevant des échantillons de grains et des filtres à air d’ambulances s’étant immédiatement rendues sur les lieux. Ils sont d’ores et déjà en cours d’examen dans leurs pays respectifs.

 

Liban / Une deuxième explosion qui cible les buts manqués par la première…

Nul besoin d’une grande intelligence pour constater l’existence d’une campagne politique à l’intérieur du Liban dont le programme ainsi que les objectifs ont profité de l’explosion du port de Beyrouth [le 4 août 2020] et de l’ampleur de la catastrophe qu’elle a engendrée.

Une campagne qui a proposé tantôt la neutralité du pays, tantôt le désarmement de la Résistance, avant de considérer que la voie du salut passait par l’acceptation des conditions requises par l’Occident et les Pays arabes du Golfe, au premier rang desquelles : le désarmement de la Résistance libanaise sous-entendant la sécurité d’Israël ; la liquidation de la question palestinienne reposant sur la priorité de la « normalisation » avec cette même entité occupante ; l’oubli de toute solution garantissant le retour des réfugiés. 

Et ce, en faisant mine d’ignorer ce que signifierait le renoncement aux armes de la Résistance comme source de force pour le Liban et le fait que la naturalisation des réfugiés deviendrait inévitable. 

Ce programme associé à l’explosion du port de Beyrouth est différent de celui adopté suite à l’explosion ayant mené à l’assassinat du Premier ministre Rafiq Hariri [le14 février 2005]. Lequel programme reposait sur la priorité du retrait de la Syrie du Liban, ce qui s’est concrétisé [le 16 avril 2005] conformément aux exigences de la résolution 1559 du Conseil de sécurité de l’ONU [adoptée le 2 septembre 2004 à l’initiative conjointe de la France et des États-Unis ; NdT]. Quant à la Résistance libanaise, il fallait lui laisser croire qu’elle n’était pas particulièrement visée en attendant la guerre israélienne qui se préparait [la guerre de 2006], ses instigateurs pariant qu’elle réglerait définitivement le problème de son désarmement. Deux objectifs qui n’ont plus lieu d’être aujourd’hui, le premier étant hors sujet, le second étant hors d’atteinte. 

Mais cette canalisation de la colère suscitée par la « deuxième explosion » ayant détruit le port de Beyrouth vers la Résistance et ses armes n’est pas l’intitulé exclusif des interventions politiques, médiatiques ou cléricales internes. En effet, l’intervention occidentale initiée par le président français Emmanuel Macron, lequel a préconisé un gouvernement d’union nationale ouvert à la Résistance, s’est soldée par nombre de reculades destinées à laisser du temps aux pressions exercées sur cette même Résistance. Et ceci à l’ombre d’une campagne médiatique externe reproduisant la scène de la « première explosion » ayant assassiné le Premier ministre Hariri. 

Ainsi, le magazine allemand « Der Spiegel », lequel a promu l’enquête falsifiée sur l’assassinat de feu Rafiq Hariri, avec l’évidente bénédiction des services du renseignement et des sources de scénarios préfabriqués, remplit aujourd’hui la même mission sous le même titre : nécessité d’une enquête internationale sur l’explosion du port de Beyrouth et accusation de la Résistance libanaise pour avoir prétendument importé la cargaison de nitrate d’ammonium. 

Par conséquent, vu la présence d’un système médiatique libanais financé par les États arabes du Golfe, rien n’empêche la transformation d’un tel scénario en projet de fabrication d’une opinion publique, au service duquel seront créés de faux témoignages et de faux récits. L’expérience de l’enquête sur l’assassinat de Rafiq Hariri, avec son cortège de mensonges et de falsifications, est toujours d’actualité et il est indéniable qu’elle passait par les médias avant même que les enquêteurs [du Tribunal Spécial pour le Liban ou TSL] ne se prononcent sur l’affaire. 

Quant à Israël, il ne nie pas avoir organisé pour l’occasion une guerre psychologique d’une grande ampleur. En effet, le quotidien « Israel Today » a déclaré, en substance, qu’une cellule d’opérations gérée par le renseignement israélien est chargée de diriger un réseau médiatique étendu à l’intérieur et à l’extérieur du pays, afin de saisir l’opportunité offerte par l’explosion du port de Beyrouth en menant une guerre psychologique, susceptible de créer un équilibre avec les retombées psychologiques des victoires de la Résistance dans la guerre qui les oppose. 

À la lumière de toutes ces données internes et externes, les questions soulevées dès le premier jour se renforcent ; à savoir : l’explosion du port de Beyrouth est-elle le résultat d’une coïncidence qu’il suffit d’expliquer par la corruption et la négligence, ou bien est-elle un épisode reporté de la guerre de juillet 2006 ? Une guerre que l’entité occupante n’ose pas mener de front et, par conséquent, adopte des techniques et des méthodes avancées pour les guerres du renseignement, afin de réussir là où la première explosion de 2005 et la guerre de 2006 ont échoué. 

Au-delà des tentatives de diabolisation et de condamnation de la Résistance urbi et orbi, cette dernière hypothèse est motivée par une simple question concernant le lien entre l’explosion du port de Beyrouth et la normalisation des relations entre les Émirats arabes unis et Israël [annoncée le 13 août par Donald Trump ; NdT].

Une normalisation qui tourne autour de la transformation du port de Haïfa en premier port de la Méditerranée, vu qu’il serait devenu la seule porte d’importations de l’Europe vers le Golfe et, éventuellement, un port de transit de la Chine vers l’Europe en association avec le port de Dubaï. Ce qui est impossible sans la suppression du port de Beyrouth de la carte économique pendant un temps suffisant pour justifier le recours à l’entrepôt commercial du Golfe, représenté par les Émirats, en tant que port alternatif ?

Nasser Kandil 

2 commentaires

  1. NOUS sommes d’accord… l’objectif était de donner la parole à toutes les tendances y compris celles qui font d’Israël le pays le plus infréquentable. La vérité vaincra. RDV l’an prochain à Jérusalem !

  2. Shalom à nos chers amis.
    Un grand merci pour le “Blog des 2 témoins” que nous apprécions toujours beaucoup. Qu’il nous soit cependant permis d’ajouter une correction concernant l’article explosif de Thierry Meyssan à l’encontre d’Israël. (voir lien ci-dessous)
    1) https://www.voltairenet.org/article210676.html
    2) https://www.lci.fr/international/beyrouth-attentat-drones-implication-d-israel-les-detournements-et-fausses-infos-se-multiplient-2161152.html
    Voici un extrait de l’article du lien 2) : “Personnage trouble, Thierry Meyssan est reconnu comme une figure majeure du conspirationnisme. Partisan du régime de Bachar Al Assad en Syrie, proche du Hezbollah, il a notamment défendu des théories révisionnistes à propos des attentats du 11 septembre ou des ceux perpétrés contre Charlie Hebdo”.
    Certes, tout est possible, mais en attendant, dans le doute, pour ne pas porter inutilement une terrible atteinte à Israël, nous préférons nous abstenir de partager ce texte venant de la part d’un personnage peu recommandable.
    Avec nos fraternelles et affectueux en Yéshoua.
    Armand & Maryvonne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>