Milos Zeman : président tchèque et ami d’Israël…

Le stupéfiant discours sur l’Islam, Israël et l’antisémitisme de Milos Zeman, président tchèque

Milos Zeman, Président de la République tchèque a condamné courageusement la culture de l’Islam antisémite derrière l’attaque de Bruxelles tout en commentant de façon claire la grande tendance de la suprématie islamique à la violence.

« La seule fête d’indépendance que je ne pourrai jamais oublier est celle de l’état juif d’Israël », a déclaré Zeman. « Il y a d’autres pays avec lesquels nous partageons les mêmes valeurs, que ce soit des élections libres ou une économie de marché libre, mais personne ne menace de les effacer de la mappemonde. Personne ne tire sur leurs villes frontalières et personne ne veut voir les citoyens de ces pays, chassés de leur pays. »

« Il existe un terme souvent employé « politiquement correct » que je considère n’être qu’un euphémisme pour de « la lâcheté politique ». Je refuse donc d’être lâche ».

« Il est nécessaire de donner un nom à l’ennemi de la civilisation humaine et cet ennemi est le terrorisme international associé à l’intégrisme religieux et l’intolérance religieuse. Cette croyance fanatique n’attaque pas une seule nation, comme nous l’avons vu après le 11 Septembre. Les fanatiques musulmans au Nigeria ont récemment capturé 200 jeunes filles chrétiennes. Et dans la fleur au cœur de l’Europe, un meurtre abominable a eu lieu au Musée juif de Bruxelles ».

« Je ne suis guère certain des revendications émis qu’il s’agit là du travail d’un petit groupe marginal. Bien au contraire. Je crois que la xénophobie, le racisme et l’antisémitisme découlent de l’idéologie essentielle sur laquelle se basent ces groupes de fanatiques ». « Et laissez-moi vous donner une preuve de cette affirmation dans une citation de l’un de ses textes sacrés. « Les Juifs se cacheront derrière les pierres et les arbres. Puis l’arbre criera, « Un Juif se cache derrière moi, viens et tue-le. « La pierre criera : «Un Juif se cache derrière moi, viens et tue-le ».

« J’ai critiqué ceux qui appellent à la mise à mort des Arabes, mais je n’ai jamais entendu un mouvement de masse appeler à l’assassinat en masse des Arabes. Je sais cependant qu’un mouvement anti-civilisationnel appelle à l’assassinat en masse des Juifs. « L’une des clauses de la Charte du Hamas appelle à tuer des Juifs ». « Cherchons-nous vraiment à prétendre qu’il ne s’agit que d’un petit groupe d’extrémistes ? Pouvons-nous vraiment être « politiquement correct » et insister qu’ils sont tous bons et que seul un petit nombre d’extrémistes et d’intégristes commettent ces crimes ? »

« Un de mes écrivains préférés, Michel de Montaigne a écrit : « Le Bon ne succède pas nécessairement au mal ; un autre mal peut lui succéder, et un mal encore pire. »

« Nous avons commencé le printemps arabe qui s’est transformé en hiver arabe, et la lutte contre les dictatures laïques est devenue une bataille dirigée par Al –Qaida ». « Débarrassons du politiquement correct et appelons un chat, un chat ».

« Oui, nous avons des amis dans le monde à qui nous exprimons notre solidarité, mais cette solidarité ne nous coûte rien parce que ces gens ne sont jamais menacés. »

« Un vrai sens de solidarité, c’est la solidarité avec un ami qui est en détresse et en danger, et voilà, je suis là. »

——————————————————————————————————————————————————————————–

Miloš Zeman (né le 28 septembre 1944 à Kolín, alors en protectorat de Bohême-Moravie) est un homme politique tchèque, président de la République depuis 2013.

Économiste de formation, membre du Parti communiste tchécoslovaque (KSČ) durant sa jeunesse, il devient une figure politique reconnue de la République tchèque, au lendemain de la Révolution de velours, en 1989. Après avoir été élu président du Parti social-démocrate tchèque (ČSSD), en 1993, il est élu président de la Chambre des députés en 1996, par ses pairs. Deux ans plus tard, en 1998, il est investi président du gouvernement, conduisant un cabinet minoritaire, soutenu par la première formation de l’opposition. Il se retire en 2002 et tente, l’an suivant, en 2003, d’être élu président de la République, face à l’ancien président du gouvernement, Václav Klaus. Après avoir quitté le ČSSD, en 2007, il fonde, deux ans plus tard, en 2009, le Parti des droits civiques (SPO), qui échoue de peu aux élections législatives de 2010. En février 2012, il annonce sa candidature à l’élection présidentielle de 2013. Arrivé en tête du premier tour, il s’impose au second contre Karel Schwarzenberg, deux semaines plus tard, devevant ainsi le troisième président de la République tchèque, et le premier chef de l’État élu au suffrage universel direct.

Pour le président tchèque l’attaque du musée juif est due à « l’idéologie islamique »

31 mai 2014 16 h 51 min0 CommentsViews: 37

Miloš Zeman (ici à gauche)

Miloš Zeman (ici à gauche)

Pour Miloš Zeman, le président de la république tchèque, la fusillade qui a eu lieu au musée juif de Bruxelles le 24 mai dernier, n’a été alimentée que par « l’idéologie islamique ».

C’est donc tout naturellement, à l’occasion du 66 ème anniversaire de la création d’Israël le 26 mai dernier à Prague, qu’il s’est exprimé en ces termes : « C’est l’idéologie islamique, plutôt que des groupes individuels de religieux fondamentalistes, qui est derrière les actions violentes, comme celle de l’attaque du Musée juif de Bruxelles, au cours de laquelle, quatre personnes perdirent la vie », « Je ne serai pas calmé par les déclarations évoquant de petits groupes marginaux. Je crois, au contraire, que cette xénophobie et ce racisme ou l’antisémitisme proviennent de la nature même de l’idéologie de ces groupes fanatiques », ajoutant même que dans la religion musulmane un texte sacré appelle au meurtre des juifs. (?!)

Le chef d’état a également ajouté qu’il fallait, au même titre, dénoncer les groupes appelant au meurtre des arabes mais qu’il n’avait jamais « entendu parler d’un mouvement appelant à l’assassinat massif d’Arabes » tandis qu’au contraire il connaissait « un mouvement qui appelle au meurtre massif des juifs ».

Pas à son premier coup d’essai

Avant de devenir président de la république tchèque en janvier 2013, Miloš Zeman a été premier ministre, et c’était à ce poste qu’en 2002 lors de son séjour dans l’état de l’occupation qu’il avait conseillé au gouvernement d’expulser les palestiniens de la Cisjordanie et de la bande de Gaza « comme nous, les Tchèques, l’avons fait avec les Allemands des Sudètes » faisant référence à la 2ème guerre mondiale.

Il n’avait pas hésité aussi à comparer, lors d’une interview, Yasser Arafat à Adolf Hitler.

Rappelons que la pourcentage de musulmans dans le pays est d’à peine 0.1%.

**********************************************************************************************************************************************************************************************

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>