Vers une dictature sanitaire ? “Tu vas apprendre à te taire…”

Dans le métro de Mexico le mot d’ordre est “en nous taisant nous prévenons les contagions”…


Cette photo vaut 1000 mots. Dans le métro de Mexico le mot d’ordre est “en nous taisant nous prévenons les contagions. Parler, chanter et crier propage le coronavirus. Met le masque et utilise-le correctement, c’est obligatoire. NE BAISSE PAS LA GARDE”. Au Mexique, le masque ne suffit donc pas: les gens doivent en plus…la fermer. Le bâillon social dans toute sa splendeur.














Certains usagers ne voient pas cette mesure d’un bon œil mais d’autres trouvent ça bien.

 

Gordon Brown, envoyé spécial de l’ONU, prône le gouvernement global face au coronavirus, ennemi invisible de l’humanité

coronavirus ONU gouvernement global Gordon Brown ennemi invisible

« Rien ne sera jamais plus comme avant. » Ces mots résonnent comme un leitmotiv dans les grands médias français depuis le début de la « crise du coronavirus ». Nous allons vers un « nouveau paradigme », clament les analystes, annonçant le changement de tout : manière de vivre en société, de travailler, de soigner, de rémunérer… Gordon Brown, ancien Premier ministre travailliste du Royaume-Uni, envoyé spécial de l’ONU, vient de le dire de manière encore plus crue, puisqu’il appelle de ses vœux un « exécutif provisoire » au niveau mondial pour répondre aux besoins créés par la crise. Selon le journal de gauche britannique The Guardian qui rapporte ses propos, Gordon Brown réclame « un gouvernement global », ni plus ni moins, pour contrer le COVID-19, ennemi invisible de l’humanité.

Gordon Brown a déclaré, selon The Guardian, qu’il faut un groupe de travail composé des leaders mondiaux, d’experts sanitaires et des chefs des organisations internationales, doté de pouvoirs exécutifs pour coordonner la réponse à la crise. Il aurait d’ailleurs souhaité que le Conseil de sécurité de l’ONU participât au sommet virtuel du G20 présidé par l’Arabie saoudite, jeudi, le même qui a annoncé l’injection collective de 5.000 milliards de dollars dans l’économie mondiale pour compenser la crise économique entraînée par le confinement d’un milliard d’hommes sur la planète.

Gordon Brown : on ne réglera rien au niveau des nations

« Cette affaire ne veut pas être réglée au niveau d’un seul pays. Il faut une réponse globale coordonnée », a déclaré Gordon Brown. Et cela pourra se faire malgré la politique « Amérique d’abord » de Donald Trump, a-t-il ajouté. Cet exécutif mondial qu’il appelle de ses vœux s’attellerait à la recherche d’un vaccin, à sa production et à son achat, tout en empêchant que certains en tirent profit.

Le gouvernement mondial selon Gordon Brown se chargerait aussi de questions économiques, en s’assurant de ce que les efforts des banques centrales soient coordonnés, en empêchant des fuites de capitaux des économies de marché émergentes, et en se mettant d’accord sur les dépenses publiques en vue de soutenir la croissance. Autrement dit, en mettant en place un système unique au niveau mondial pour diriger l’économie. Vous avez dit socialisme mondial ?

Gordon Brown n’a pas oublié de dire que la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) devrait obtenir une puissance de feu financière accrue à fin d’atténuer les effets de la crise dans les pays à bas et moyens revenus. Traduit en termes réels, cela signifie demander au pays les plus riches d’abonder les comptes de ces institutions supranationales afin de remplir les caisses des plus pauvres. Vous avez dit redistribution des biens ?

Envoyé spécial de l’ONU, Gordon Brown évoque ouvertement le gouvernement global

Gordon Brown n’est pas un simple ancien Premier ministre et ancien chancelier de l’Echiquier britannique s’exprimant comme tant d’autres sur les bienfaits supposés de la gouvernance globale. Il est l’envoyé spécial des Nations unies pour l’éducation globale, voix officielle et actuelle, donc, de l’ONU – en même temps qu’il est sur la même longueur d’onde que le Pacte mondial pour l’Education qui devait être lancé à Rome par le pape François le 14 mai prochain avant d’être retardé par le coronavirus chinois.

Est-ce la première fois qu’un responsable de l’ONU réclame explicitement la mise en place d’un exécutif global pour régler un problème global ? Cela se pourrait bien. Jusqu’à présent, on parlait de réseaux, de « plus de multilatéralisme » et de « solidarité internationale » : tel était le sens du discours du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, lors du forum de Paris sur la paix en novembre dernier, axé sur « les questions de gouvernance mondiale et de multilatéralisme ».

Le socialiste portugais évoquait les « risques globaux » pour prôner « un système universel, respectueux du droit international et organisé autour d’institutions multilatérales fortes », un « multilatéralisme en réseaux, au plus près des populations ».

Mais Guterres n’avait pas pensé à citer une éventuelle crise sanitaire parmi les « cinq risques globaux » qu’il s’agissait de prendre en compte. Il y a aujourd’hui un « ennemi invisible » et surtout commun, contre lequel nous sommes – dixit Macron, six fois en un même discours – « en guerre ». Tous ensemble, forcément. Et quelles que soient nos différences, nos divergences, voire nos inimitiés personnelles et nationales. Quelle aubaine pour un mondialiste !

Le coronavirus, l’« ennemi invisible commun » qui facilite le changement de paradigme

Gordon Brown a donc ouvertement enfourché le cheval de bataille en allant plus loin dans l’exigence d’une réponse commune, qui aurait pour première caractéristique d’écraser par le haut les pouvoirs et les souverainetés des nations. Un exécutif commun au niveau mondial, fût-il provisoire comme l’a déclaré l’envoyé spécial de l’ONU, serait un organisme de pouvoir à part entière, et non de coopération.

Face à « l’ennemi invisible » et commun qu’est le coronavirus, que les populations du monde entier ont appris à craindre comme on craint l’Apocalypse, une telle instance aurait l’avantage d’emporter l’adhésion des hommes. Et ce d’autant que, nolens volens, tant de gouvernements nationaux ont précisément apporté la preuve de leur incohérence et de leurs retournements incessants face au COVID-19. Une incohérence à laquelle a largement participé l’Organisation mondiale de la santé, le bras armé sanitaire de l’ONU… On passe évidemment sous silence la réponse réussie de nations comme Taiwan ou la Corée du Sud qui ont, seules, réussi à juguler ou à éviter l’épidémie dont la principale gravité consiste en l’arrivée simultanée de nombreux cas graves dans des hôpitaux mal préparés, en prenant souverainement des mesures appropriées.

Soulignons pour terminer que l’OMS n’a pas tari d’éloges vis-à-vis du gouvernement communiste chinois pour sa gestion de la crise, quand il n’a pas d’ailleurs couvert les incohérences ou les mensonges de ce dernier. Dans un rapport daté du 28 février, mis à jour le 11 mars, une équipe de l’OMS rend hommage à Xi Jinping en particulier et à l’ensemble du pouvoir chinois (communiste) pour sa gestion de la crise, tant pour la prévention, la mise en place de mesures légales de confinement et de traitement des malades, et le retour à la normale. Le recours aux « big data » et à l’intelligence artificielle, et donc de la surveillance généralisée, pour le traçage des populations et des contaminations potentielles y reçoit une approbation explicite.

« La Chine a certainement déployé l’effort d’endiguement d’une maladie le plus ambitieux, agile et offensif de l’histoire », affirmait l’OMS le 28 février.

Avons-nous un candidat pour diriger l’exécutif global provisoire préconisé par Gordon Brown ? Ça y ressemble.

Jeanne Smits

************************************************************************************************************************

Antonio Guterres présente le rapport de l’ONU qui réclame des solutions « globales » contre le coronavirus en vue du « rebirthing » de la société

coronavirus ONU solutions globales Antonio Guterres rapport

On entend et on lit ces jours-ci de bons chrétiens qui espèrent voir surgir, à la faveur de la sortie de la crise du coronavirus, une organisation plus juste d’une société qui, excédée par le mondialisme dont on constaterait les limites, reviendrait à un modèle plus humain, voire plus respectueux de la loi naturelle. Dieu les entende… Cela signifierait l’échec inespéré d’une poussée on ne peut plus visible vers davantage de globalisme. Et même vers ce « nouveau paradigme » mondial fait d’» empathie » et de « solidarité » par lequel le monde s’unifierait dans la lutte contre l’ennemi commun. Ces objectifs sont parfaitement manifestes dans le dernier rapport de l’ONU, présenté au monde le 31 mars par Antonio Guterres, Secrétaire général des Nations unies. Il y appelle le monde à consacrer 10 % de son PIB à la crise et à ses conséquences, à travers « une réponse massive, coordonnée, englobante et multilatérale ».

Sous la conduite de l’ONU, bien sûr ! Celle-ci mettrait ainsi en dernière analyse la main sur 10 % des dépenses globales – davantage pour les pays développés, moins pour les pays pauvres, bien entendu, car l’objectif reste de faire couler l’argent et les richesses des premiers vers les seconds, non par charité mais par obligation.

Et c’est une réponse qui fera mal, nous sommes avertis par le rapport :

« Cette crise nous oblige tous à faire des choix difficiles. Ces choix seront plus faciles à expliquer et plus faciles à supporter si nous les faisons ensemble. Les gouvernements qui agiront de manière concertée constateront que leur public fera confiance à leurs réponses et se conformera aux lourdes demandes qui leur seront faites. »

« Responsabilité partagée, solidarité globale : la réponse aux effets socio-économiques du COVID-19 »

Sous le titre « Responsabilité partagée, solidarité globale : la réponse aux effets socio-économiques du COVID-19 », le rapport de l’ONU présente un portrait fortement anxiogène des dégâts sanitaires du coronavirus chinois et des dégâts économiques qui résulteront du confinement dans les pays qui l’appliquent, et de l’absence de moyens sanitaires dans les pays pauvres – d’Afrique notamment – qui ne peuvent d’ailleurs imposer le confinement.

On n’est guère étonné de constater que le rapport ne parle pas une seule fois des traitements qui peuvent juguler la crise sanitaire en traitant les très nombreux « covidiens » n’ayant pas de contre-indications dès le premier dépistage : l’association de l’anti-paludéen hydroxychloroquine avec l’azithromycine et un autre antibiotique à large spectre, qui donne de très bons résultats à Marseille sous le houlette du Dr Didier Raoult.

Le rapport n’évoque pas davantage le taux de mortalité de l’épidémie en comparaison avec d’autres éventuellement plus meurtrières qui sévissent en toute tranquillité. Ce taux, hormis l’exception lombarde, n’est pour l’heure pas aussi spectaculaire que les gouvernements et les médias ne le dépeignent. Il serait sans aucun doute moindre, notamment en France si l’on prenait un certain nombre de mesures nécessaires qui vont du dépistage, du traitement et du confinement ciblé à l’utilisation de toutes les ressources hospitalières – puisque les cliniques françaises privées supplient depuis des jours de pouvoir prendre en charge des patients ayant besoin de réanimation.

Le rapport de l’ONU favorise la contagion de la peur

Non : à l’ONU, il n’est question que de morts, de chaos, de désastre économique sans précédent et du risque de voir le coronavirus, avançant comme une « traînée de poudre » décimer l’Afrique noire qui, du fait de son manque de moyens et de l’importance des contaminations, provoquerait une nouvelle flambée du COVID-19 dans les pays développés.

La « disruption » actuelle tant vantée par les mondialistes du Forum économique mondial a aussi les faveurs de l’ONU. En tout cas, le rapport qu’assume pleinement Antonio Guterres, président de l’Internationale socialiste de 1999 à 2005, révèle clairement que la crise du coronavirus sera utilisée pour mettre en œuvre des réponses globales plus que concertées, puisqu’il y est question des pouvoirs qui devront être dévolus aux organisations internationales.

C’est sa conclusion qui contient l’expression la plus claire, et aussi la plus inquiétante. Au terme d’une vingtaine de pages où se bousculent les appels aux solutions globales face à « l’ennemi commun de l’humanité » :

« La pandémie COVID-19 pourra marquer un processus de renaissance (“rebirthing”) de la société telle que nous la connaissons aujourd’hui en une société où nous protégeons les générations présentes et futures. »

Rebirthing, c’est davantage qu’une renaissance : une régénération plutôt, et encore, dans un contexte bien particulier. Le mot nous vient du courant New Age : inventé par le Californien Leonard Orr dans les années 1970, c’est une méthode de développement personnel visant à revivre le « traumatisme » de la naissance par la « respiration consciente » en vue de libérer son propre potentiel.

« Dès l’origine son créateur lui donne une dimension et une mission mystique où chacun de nous est Dieu et contribue à la libération spirituelle de l’humanité », précise ainsi un praticien français de la méthode sur son site.

L’utilisation de ce mot par un rapport de l’ONU n’est assurément pas anodine.

Antonio Guterres : « Aucun pays ne pourra sortir seul de cette crise. »

Le leit-motiv du rapport est qu’aucun pays ne pourra trouver seul de réponse à la pandémie du coronavirus, oublie commodément qu’à taux de contamination égale, certains pas s’en sortent bien mieux que d’autres, telle l’Allemagne, la Suisse ou la Corée du Sud, voire ont évité l’épidémie, comme Taïwan. Le Portugal, voisin de l’Espagne si durement frappé, a quant à lui évité la grande vague en fermant au plus tôt ses frontières. Vous avez dit réponse globale ?

Le rapport de l’ONU contient de nombreuses recommandations (et plus si affinités) sur le plan social, fiscal, sanitaire, financier, et même médiatique sur lesquels nous reviendrons, tant ils révèlent le rêve collectiviste international dont le coronavirus apparaît comme le facilitateur.

Bornons-nous pour l’instant aux injonctions clairement mondialistes, au sens de gestion supranationale de ce qu’il faut bien appeler une dictature sanitaire, à laquelle pourra demain faire suite la tyrannie de l’empathie…

— « Aucun pays ne pourra sortir seul de cette crise. »

— « Chaque pays doit d’emblée intensifier la collaboration entre les secteurs public, privé et civil. Mais à elles seules, les actions nationales ne seront pas à la hauteur de l’ampleur et de la complexité mondiales de la crise. Ce moment exige une action politique coordonnée, décisive et innovante de la part des principales économies mondiales… »

— « Un soutien maximal doit être apporté à l’effort multilatéral pour supprimer la transmission et arrêter la pandémie, mené par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), dont les appels doivent être pleinement respectés. »

— « Mettre en œuvre l’appel du secrétaire général à un cessez-le-feu mondial. Les belligérants du monde entier doivent déposer les armes pour soutenir le combat plus vaste contre COVID-19, l’ennemi commun qui menace aujourd’hui l’humanité tout entière. »

— « Sur le plan géopolitique, cette crise appelle au leadership, à la solidarité, à la transparence, à la confiance et à la coopération. L’heure n’est plus à l’intérêt personnel, aux récriminations, à la censure, à la dissimulation ou à la politisation. Le ton donné par les dirigeants au niveau national et local est important. Si la fermeture temporaire des frontières, l’interdiction de voyager ou la limitation de la vente de fournitures essentielles peuvent être justifiées à court terme, ces mesures nationales ne doivent pas faire obstacle à un rassemblement mondial et à une solution mondiale pour tous. »

— « Compte tenu du taux d’infection attendu, le bilan final de la COVID-19 pourrait prendre des proportions dramatiques. Les effets économiques et sociaux de la pandémie seront probablement bien supérieurs à ceux de la dernière crise mondiale de 2008. Seule une coordination internationale peut prévenir le pire des scénarios. »

— « Une approche globale de la société est nécessaire. COVID-19 menace l’humanité tout entière et l’humanité tout entière doit riposter. Une réponse efficace devra être multidimensionnelle, coordonnée, rapide et décisive. Elle doit être le résultat d’un leadership politique fort et de l’adhésion de la population. Elle doit favoriser la confiance du public, être axée sur les valeurs humaines et être soutenue par des institutions solides, des compétences techniques et des ressources financières. Chacun doit jouer son rôle dans la réponse. Aucun pays ne peut y parvenir seul. »

Les solutions globales contre le coronavirus, « moment déterminant » du mondialisme

Pour enfoncer le clou, le rapport présenté par Antonio Guterres conclut :

« La pandémie COVID-19 est un moment déterminant pour la société moderne, et l’histoire jugera de l’efficacité de notre réponse non pas en fonction des actions d’un seul ensemble d’acteurs gouvernementaux prises isolément, mais en fonction du degré de coordination de la réponse au niveau mondial dans tous les secteurs au profit de notre famille humaine. »

Ce « moment déterminant », comme il dit, sera donc marqué par un avant et un après, une modification profonde de notre monde où l’on ne raisonnera plus par rapport aux nations souveraines mais avec et surtout sous l’ONU et les entités supranationales qui pourraient se mettre en place. En clair, une gouvernance globale, ou un gouvernement global.

Quelles seront ses priorités ? Le rapport de l’ONU en détaille un certain nombre : nous en reparlerons. A bientôt !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>