Une histoire de bâtisseurs de pyramides à méditer

Les grands prêtres égyptiens ont commencé en formant et éduquant dès leur jeune âge les pharaons afin qu’ils soient des pantins    obéissants sous leur influence. Ces pharaons avaient des tâches tellement immenses et si peu de temps pour formuler leurs propres opinions qu’ils étaient obligés de consulter et de respecter les volontés des grands prêtres en toutes choses. Si le pharaon déviait de la route étroite que les prêtres lui avaient tracée, ils l’éliminaient et en mettaient un autre à sa place. Par le biais des Pharaons et des armées qu’ils contrôlaient, les grands prêtres soumettaient les peuples et accroissaient constamment leur pouvoir et leurs connaissances. À chaque nouvelle nation conquise ils extorquaient de ses sages les connaissances spirituelles et occultes de cette nation. Ils avaient compris que ces connaissances leurs donnaient des pouvoirs immenses. Une fois qu’ils avaient assimilé les connaissances de ces peuples ils tuaient leurs sages, cachaient leurs sciences spirituelles et réécrivaient leurs livres sacrés en changeant de légers détails pour que ceux qui les suivraient soient sans se douter soumis à leurs conditionnements et leurs programmations.

Le plus puissant de ces prêtres avaient pris l’habitude de réfléchir à ses visées dominatrices en observant les esclaves qui bâtissaient les grands bâtiments de l’Égypte ancienne. Il vit un jour un esclave avec une lumière spéciale dans les yeux. Les esclaves travaillaient généralement avec une mine abattue,    transportant péniblement les lourdes pierres vers les bâtiments en construction. Celui-ci semblait plus vaillant, comme si un bût inspirant l’animait. Il avait une lumière spéciale dans les yeux que les autres n’avaient pas. Après l’avoir remarqué plusieurs jours de suite, le grand prêtre, intrigué, donna ses instructions. Il prit des habits d’esclave, mit un sosie à sa place sur le sommet de la petite pyramide d’où il observait les esclaves et se fît attacher dans la file juste derrière l’esclave qui l’intriguait. Après quelques jours, il entreprit de lui parler en se plaignant des conditions dégradantes et difficiles dans lesquelles ils se trouvaient. C’est alors qu’avec enthousiasme l’esclave lui révéla le plan de révolte qui l’animait et qui était si bien pensé qu’il ne pouvait que réussir.

Les armées du Pharaon partaient conquérir un autre pays si loin qu’elles prendraient 3 mois pour s’y rendre. Si lorsqu’ils étaient à cette distance tous les esclaves se révoltaient ils pourraient se libérer et prendre le contrôle. Il y avait un garde armé par groupe de dix esclaves. Assurément que quelques uns seraient peut être tués ou blessés mais dix hommes pourraient sans faute tuer le garde et se libérer. Les armées du Pharaon seraient trop loin pour pouvoir intervenir.Le lendemain le grand prêtre sur un signe se fit détacher de la file et reprit sa place sur la pyramide à observer les esclaves. Pendant plusieurs jours et nuits, il médita intensément. Il réalisait que même s’il tuait cet esclave, que plus tard, dans un an, dans 3 ans un autre viendrait prendre sa place et formulerait une révolte qui mettrait à mal leurs volontés de domination et cette fois là il ne le remarquerait peut être pas. Il se devait de trouver une solution. Après plusieurs jours de réflexion intense, il eut une idée. Il convoqua l’assemblée des grands prêtres et expliqua le système qu’il avait pensé et qui leurs donneraient domination pour toujours sur tous les hommes.

Le lendemain tous les esclaves furent libérés. Les grands prêtres firent annoncer par les Pharaons que dorénavant chaque pierre qui serait amenée aux bâtiments vaudrait à celui qui l’amenait une pièce. Avec ces pièces on pourrait acheter de la nourriture, des maisons, de la terre et des biens. La transformation fut incroyable. Les esclaves continuèrent à travailler, mais maintenant ils se forçaient à la tâche avec enthousiasme et entrain. La veille ils avaient travaillé péniblement, sans énergie, mais maintenant ils courraient pour accumuler le plus de pièces possible. Des cantines s’organisèrent afin qu’ils n’aient pas à s’arrêter pour se préparer à manger et où ils pouvaient échanger des pièces contre de la nourriture. Les gardes mêmes qui jusque-là gardaient les esclaves travaillaient maintenant à leurs côtés. Les travailleurs s’organisèrent ensemble pour bâtir des chariots afin d’amener plus de pierres et recevoir davantage de pièces. Le grand prêtre au sommet de son observatoire était fort satisfait. Il venait d’inventer l’argent qui allait dominer les affaires humaines pour les millénaires à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>