Pâques 2015 et persécutions chrétiennes : un Pape en dernière croisade ?

Discours du pape François aux fidèles venus place Saint-Pierre pour la prière du Regina Coeli. Va...Le pape François dénonce un « crime inacceptable » contre les chrétiens;  Au lendemain de Pâques, le pape s’est de nouveau élevé contre les persécutions dont sont victimes les chrétiens, « martyrs d’aujourd’hui », alertant la communauté internationale qu’il juge « muette et inerte »

Au lendemain de l’attaque à l’Université de Garissa, le pape François et le Vatican ont haussé le ton contre « le silence complice » et « l’indifférence » devant la « furie djihadiste », qui frappe les chrétiens, lors de la cérémonie de Pâques. Sous le choc de la tragédie du Kenya, la dénonciation de la violence djihadiste a pris le pas sur tous les autres thèmes comme la paix et la justice, évoqués comme chaque année à cette période. 

Lire ici l’Express…

 les violences envers les chrétiens à travers le monde ont de nouveau été dénoncées au lendemain de Pâques par le pape François, qui les a qualifiées de « crime inacceptable », sans en citer ici explicitement l’actualité récente. Le pape s’adressait depuis la fenêtre du Palais apostolique du Vatican à la foule place Saint-Pierre, rassemblée ce 6 avril à midi, cette fois sous le soleil, pour le Regina caeli, prière mariale qui remplace l’Angélus durant le temps pascal.

Appelant les chrétiens persécutés les « martyrs d’aujourd’hui », le pape a répété qu’il les estimait « plus nombreux qu’aux premiers siècles », en référence aux persécutions sous l’Antiquité des premiers chrétiens, dont le site même du Vatican fut le théâtre.

Voir l'image sur TwitterIl a demandé à la « communauté internationale » de « ne pas assister, muette et inerte, à un tel crime, inacceptable, qui constitue une dérive préoccupante des droits humains les plus élémentaires ». À la fin du chemin de croix du Colisée, au soir du Vendredi saint, il avait dénoncé plus largement un « silence complice ». Déjà, le 15 mars dernier, à la suite d’attentats à Lahore, au Pakistan, contre deux églises chrétiennes, il avait déploré« cette persécution contre les chrétiens que le monde cherche à cacher ». « Nos frères versent leur sang uniquement parce qu’ils sont chrétiens », avait alors fait valoir le pape, pour qui existe, selon son expression, un « œcuménisme du sang ».

« Je pense en particulier aux jeunes qui ont été tués jeudi dernier à l’université de Garissa au Kenya », a nommément cité le pape à propos de ce massacre commis par un commando d’islamistes somaliens chebab, qui a fait 148 morts. Il a évoqué auparavant « l’immense tragédie humanitaire » en Syrie et en Irak ainsi que « l’absurde effusion de sang en cours » et la « violence barbare » sévissant en Libye, où 21 Egyptiens coptes ont été décapités par des djihadistes de l’Etat islamique le 15 février dernier.  « Aujourd’hui nous voyons nos frères persécutés, décapités et crucifiés pour leur foi en Toi, sous nos yeux ou souvent avec notre silence complice», avait déjà accusé d’une voix sombre Jorge Bergoglio à la fin du Chemin de Croix vendredi soir au Colisée, s’adressant au Christ, «prince de la paix».

Sébastien Maillard (à Rome)

QUESTIONS A MONSEIGNEUR JEAN MICHEL DI FALCO EVEQUE DE GAP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>