NOËL oecuménique et babylonien : la tentation palestinienne et israélienne.

Dans un message de Noël du président palestinien Mahmoud Abbas, on apprend que « Jésus était un messager d’espoir palestinien. »

Abbas a utilisé ce terme dans un contexte historique, en appliquant à tous ceux en Terre Sainte à l’époque, indépendamment de la religion, l’identification palestinienne. Parce qu’en fait, en plus d’être juif, Jésus ne pouvait pas être palestinien… La notion de « peuple de Palestine » a d’ailleurs été inventé après la guerre des 6 jours, par le KGB, afin que l’URSS garde pied au Proche-Orient. D’ailleurs, en l’an 0, Jésus est né en Judée… Dans le Royaume de Judée… Le Royaume des israélites… Donc des Juifs… Et il manifestait devant le Temple Juif de Jérusalem…

Mais cela n’empêche pas Abbas de le décrire comme un messager d’espoir palestinien, un « phare pour des millions de personnes. » Quel dommage que les chrétiens d’Orient soient une communauté en forte diminution partout. Sauf en Israël, au sein de l’Etat Juif.

En réponse, le porte-parole du Ministère israélien des Affaires Etrangères, Yigal Palmor, a déclaré: « Il aurait dû lire l’Évangile avant de prononcer de telles absurdités, mais nous allons lui pardonner parce qu’il ne sait pas ce qu’il fait. »

Le pape François a été invité à visiter la Terre Sainte par le président israélien Shimon Peres. Il viendra dans la région dans les mois qui viennent.

Peres1Joyeux Noël – Le Président Peres visite l’Eglise Catholique Franciscaine  de Ramla  pour célébrer Noël et donner un message de paix et de bienvenue à tous les chrétiens dans le monde.

Le président israélien Shimon Peres a assisté à une pré-célébration de Noël dans une église catholique de la ville israélienne de Ramla  dimanche dernier. Il a été rejoint par les leaders chrétiens locaux ainsi que des représentants d’autres églises chrétiennes d’Israël.

À l’arrivée à l’église catholique franciscaine, Peres a été accueilli par un groupe d’enfants vêtus de costumes de père Noël qui chantaient des chants de Noël en anglais, hébreu et arabe. Peres a ensuite rejoint les enfants dans une interprétation de « Jingle Bells » à l’intérieur de l’église.

«Je suis venu offrir ma bénédiction au nom de l’Etat d’Israël, où Juifs, chrétiens et musulmans vivent ensemble», a déclaré Peres dans un discours à l’auditoire.  «Le Seigneur continue de faire ce qu’il peut, mais nous devons faire ce que nous devons faire pour suivre son souhait et notre destin, de vivre en paix », a-t-il ajouté.

Mahmoud Abbas réécrit l’histoire et le présent dans un message de Noël 2013 de propagande

Hélène Keller-Lind

Jésus était palestinien, les Chrétiens ne sont pas devenus une minorité sous gestion de l’Autorité palestinienne, Jérusalem est arabe, Israël vole les terres, Bethléem est occupée, la Palestine sera une mosaïque démocratique et plurielle, tels sont les mensonges contenus dans le message de Noël 2013 de Mahmoud Abbas, vrai faux président palestinien, qui tisse ici sa propagande.

Le mensonge le plus culoté : « Jésus était un messager palestinien »…

Impressionnant le nombre de mensonges contenus dans le très officiel message de Noël 2013 de Mahmoud  Abbas, président de facto de l’Autorité palestinienne, dont le mandat n’a pas été renouvelé faute de tenue d’élections en temps et en heure…Ce que rappelait d’ailleurs dernièrement Omar Barghouti, l’un des cofondateurs de la scélérate campagne dite de BDS…

Le mensonge le plus culoté étant sans doute de dire que Jésus était « un messager palestinien »… alors que le concept même de « palestinien » n’est apparu que bien des siècles plus tard et que, par ailleurs, personne n’ignore que Jésus de Nazareth était juif…Juif étant un terme que l’on cherchera en vain dans ce message de Noël, alors que le chef du Fatah au pouvoir assure que « Chrétiens orthodoxes, Catholiques, Arméniens, Assyriens, Luthériens, Anglicans, Coptes, Melkites, Protestants et autres font tous partie de la riche mosaïque de cette Palestine libre, souveraine, démocratique et plurielle à laquelle nous aspirons et que nous avons établie dans notre déclaration d’indépendance et notre projet de constitution ». Une Palestine chimérique de conte de fées, mais résolument Judenrein. Mahmoud Abbas ayant par ailleurs déclaré à nouveau le 22 décembre qu’il refuserait de reconnaître qu’Israël est un Etat juif ….

Un message bourré de contrevérités anti-israéliennes éculées

Transmis par l’agence de presse officielle palestinienne Wafa, ce message débute par une contrevérité classique étant donné que Bethléem se trouve en zone A, sous gestion de l’Autorité palestinienne, et que l’on ne saurait donc parler comme il le dit de « ville palestinienne sous occupation », ce qu’il fait pour donner d’emblée une tonalité dramatique et victimaire à son message.

Second mensonge dans la foulée lorsqu’il évoque « les millions à qui est refusé le droit de prier dans leur patrie »…Ces « anciens habitants de Bethléem » vivraient, dit-il, à « Santiago du Chile, Chicago, San Pedro de Sula, Melbourne et Toronto ». Sans doute le cas pour certains, mais des « millions “de chrétiens palestiniens ? D’où peut-il tirer ce chiffre alors que dans un rapport officiel palestinien sur la population palestinienne dans le monde le terme « chrétien » n’apparaît qu’une seule fois et s’applique aux  Arabes chrétiens d’Israël, à des Arabes israéliens, donc… Et qu’Israël ait refusé à des millions d’entre eux le droit de se rendre à Bethléem pour Noël relève de la pure fantaisie… Les chrétiens de Gaza autorisés à se rendre à Bethléem par Israël qui fait tout pour que ces fêtes y soient un succès religieux et économique pour les Palestiniens

 

Mensonge suivant : Mahmoud Abbas évoque « les nôtres à Gaza, piégés, assiégés, et ceux que l’on empêche de venir prier à Bethléem « . Trou de mémoire du dirigeant palestinien qui oublie que l’an dernier cinq cents permis ont été délivrés à des Chrétiens de Gaza justement pour qu’ils puissent se rendre à Bethléem pour.Noël.. .Cinq cents sur une population chrétienne de moins de 1.400 personnes, toutes ne voulant ou ne pouvant pas forcément faire le déplacement. Par ailleurs les permis sont réservés à ceux d’entre eux qui ont moins de 16 ans et plus de 35 ans. Une mesure de sécurité rendue nécessaire dans les circonstances que l’on sait, et la sécurité pendant les fêtes de Noël est l’affaire de tous.

Cinq cents permis ont été délivrés cette année encore pour des chrétiens gazaouis, une mesure s’inscrivant dans le cadre des préparations réalisées par la Coordination des Activités Gouvernementales dans les Territoires – COGAT -, au fil de « rencontres entre les forces de Tsahal stationnées près de Bethléem, les responsables de la ville, les Forces de Sécurité palestiniennes, des représentants d’organisations internationales, des représentants chrétiens de la ville. Ainsi que d’autres rencontres officielles ». Pour que tout se déroule au mieux. Du personnel additionnel sera en poste aux divers checkpoints pour fluidifier le trafic, tout en assurant la sécurité, composante essentielle du bon déroulement des cérémonies. Travail réalisé par Israël avec les Palestiniens car, souligne le dirigeant israélien qui en est responsable : « les fêtes de Noël revêtent une importance religieuse mais aussi économique car l’afflux de touristes pendant cette saison est un coup de pouce majeur pour l’économie de Bethléem. L’an dernier environ 170.000 touristes ont visité les lieux saints pendant les fêtes et rempli toutes les chambres des quarante-six hôtels de Bethléem. Cette année treize autres hôtels ont ouvert pour que d’autres chambres soient disponibles pour les touristes ».

Et Mahmoud Abbas, qui prétend à tort que les Chrétiens de Gaza ne peuvent se rendre à Bethléem,  se gardera bien de dire que le Hamas a « annulé Noël » à Gaza depuis que le mouvement terroriste y a pris le pouvoir, poussant à fuir ceux qui le peuvent…

Mahmoud Abbas efface toute idée et toute trace de la judaïté de Jérusalem qu’il arabise

Le mensonge continue avec une réécriture des faits et de l’histoire qui fait dire au dirigeant palestinien : « nos prières vont aux églises et aux mosquées de Jérusalem », d’où il efface donc toutes les synagogues. Et il enfonce le clou en poursuivant « ce qui rappelle au monde l’identité arabe de notre capitale occupée ». Exit toute référence au Temple de Jérusalem, lieu le plus sacré du judaïsme, à une présence juive millénaire sur les lieux. Dont celle d’un certain Jésus, d’ailleurs…

Vanter les mérites de la non-violence et encenser la violence et le meurtre

Un tel message ne pourrait se passer de mentionner « le Mur d’annexion, qui vole leur terre et condamne leur avenir ». L’occasion de vanter les mérites de la résistance non violente », alors que ses médias passent le plus clair de leur temps à vanter les mérites du terrorisme, comme le détaille quasi quotidiennement Palestinian Media Watch , Observatoire des Médias Palestiniens…

Pas plus tard que le 9 décembre dernier une cérémonie placée sous les auspices de Mahmoud Abbas, à laquelle participait le ministre de la « Culture » palestinien, était organisée pour rendre hommage à des terroristes avec du sang sur les mains venant d’être libérés. Dans une pièce jouée par de jeunes Palestiniens, la « Palestine du fleuve à la mer » – du Jourdain à la Méditerranée- et les villes israéliennes sont revendiquées. La pièce se termine par l’exécution de « tous les Israéliens » et d’un « espion » à la solde d’Israël. Tué sans être jugé et sous les applaudissements nourris des spectateurs… Une plaque était remise aux terroristes arborant la carte de la « Palestine » effaçant Israël…

Quoi qu’il en dise les Palestiniens musulmans poussent les chrétiens à fuir les Territoires

Avant de faire allusion à la visite papale prévue pour 2014, Mahmoud Abbas, pour tenter d’éviter toute fausse note, nie une autre évidence, à savoir la fuite des Chrétiens des Territoires palestiniens. Prétendant que « les Chrétiens ne sont pas une minorité ici, ils sont une partie intégrale du peuple palestinien ». A propos de « la présence chrétienne à Bethléem », Daniel Pipes, du Middle East Forum, cite nombre d’articles ayant « noté qu’un endroit où il n’y a pas si longtemps, il y avait 80 pour cent de Chrétiens est maintenant, seulement pour un tiers chrétienne. Pour la première fois en près de deux millénaires, la ville la plus clairement chrétienne de la terre a perdu sa majorité chrétienne ». Il note « En Cisjordanie, un boycott musulman quasi permanent d’entreprises chrétiennes est le problème »…

Quant à rendre « l’occupation » responsable de leur départ, elle ne résiste pas à l’analyse. Ce qu’explique RFI pour qui un correspondant à Ramallah écrivait : « Les raisons économiques ne sont, toutefois, pas les seules à pousser les chrétiens au départ. Les tensions religieuses existent bel et bien. Pendant l’affaire des caricatures de Mahomet, en février 2006, des églises ont été prises pour cible à Gaza et en Cisjordanie… » sur fond « d’islamisation de la société palestinienne »… Un article d’un quotidien francophone québécois va dans le même sens… .On est bien loin de la société juste et plurielle de façade d’un Mahmoud Abbas, soucieux de s’assurer du plus grand nombre de soutiens possibles dans la guerre qu’il livre à Israël.

Culot : s’attribuer le mérite de la rénovation de la Basilique de la Nativité en piteux état pour cause de carences des autorités palestiniennes…

Un Mahmoud Abbas s’attribuant même le mérite de la rénovation de la Basilique de la Nativité, inscrite désormais au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, et faisant un appel aux subventions, alors que ce lieu dont il fait aujourd’hui si grand cas, n’a pas été entretenu depuis des lustres et que, de fait, si des réparations très coûteuses ont été rendues nécessaires, nous dit cette agence onusienne, c’est à cause des carences des autorités palestiniennes. Qu’elle liste ainsi : « la structure du toit de l’église principale est extrêmement vulnérable en raison de l’absence d’entretien et de réparation, la forte augmentation du nombre de véhicules, les conditions de stationnement inadéquates et la présence de petites industries dans la ville historique » qui « ont contribué à polluer l’environnement, ce qui a un impact négatif sur les façades de l’église de la Nativité et celles des bâtiments le long de la route de pèlerinage. Une forte pression urbaine est constatée dans les zones urbaines environnantes, à laquelle contribuent amplement la circulation et le tourisme non réglementés. De nouvelles constructions, dont certaines imposantes, perturbent le tissu urbain traditionnel près de l’église de la Nativité et ont un impact négatif sur les vues sur le bien et à partir de celui-ci, tout comme sur l’esprit des lieux et leurs associations spirituelles »… Ce qui, d’ailleurs, est révélateur du manque de respect local pour le christianisme et ses symboles avant que leur importance stratégique ne soit perçue…

  Bref, un message de Noël mensonger qui est un modèle du genre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>