JERUSALEM, capitale de 3 Etats : la négociation sur le statut de la ville passera-t-elle par la Knesset ?

Rappel : 3 Etats sont sur le projet d’une capitale sur le Mont du Temple. Israël, Palestine et Vatican !

Israël adopte une nouvelle loi sur les négociations en cours avec les Palestiniens : le statut de la ville de Jérusalem passear par une majorité de 66% à la knesset !  Une commission gouvernementale a approuvé dimanche le projet, intitulé “Sauvegarde de Jérusalem” !    

La commission ministérielle israélienne sur les affaires législatives a approuvé dimanche une loi stipulant que toute décision sur le statut de Jérusalem susceptible d’être prise dans les négociations avec les Palestiniens nécessiterait le soutien de 80 membres de la Knesset (parlement) qui en compte 120, a fait savoir un porte-parole de la Knesset. Initiée par Ya’akov Litzman, membre de la Knesset, la proposition vise à contrecarrer les tentatives de faire des concessions sur le dossier de Jérusalem. Par conséquent, elle pourrait nuire au processus de paix entre Israël et les Palestiniens. Cinq ministres des partis de droite ont voté pour la proposition à laquelle quatre autres ministres se sont déclarés opposés, a confirmé un porte-parole de la Knesset à Xinhua. La négociatrice en chef d’Israël et ministre de la Justice, Tzipi Livni, a annoncé, après l’adoption de la loi par ladite commission, qu’elle ferait appel de cette loi. Selon le quotidien Haaretz, le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’oppose également à la loi et soutiendra Mme Livni pour son appel. Ya’akov Litzman a affrimé que “Jésuralem, la ville qui a été réunifiée, ne sera pas divisée et ses parts ne seront données à personne”. La loi elle-même interdit toute négociation sur les sujets relatifs à Jérusalem avant qu’une décision ne soit prise à la Knesset sur le document.

Jérusalem “ne doit pas être divisée, ou des parties de celle-ci remises à quiconque”, peut-on lire dans la partie explicative du projet de loi. “La sainteté de Jérusalem ne sera pas livrée à des étrangers”, est-il également écrit. “Ce projet de loi permet d’éviter la possibilité qu’à toute étape du processus [de paix] politique, il n’y aura aucune discussion sur le statut de la ville de Jérusalem”, est-il déclaré dans le document.

Livni, qui représente Israël dans les pourparlers de paix tenus sous la tutelle du secrétaire d’Etat américain John Kerry, a une semaine pour déposer un recours qui retarderait le transfert du projet de loi à la Knesset, où il devra passer quatre autres votes avant de devenir loi.

Le Pape refuse de rencontrer Netanyahu !!!

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ne rencontrera pas le pape François mercredi au Vatican, contrairement à ce qui a été annoncé la semaine dernière par les autorités israéliennes. Selon la radio «Kol Yisrael», et une source du bureau de Netanyahu, le pape est trop occupé cette semaine, et le Vatican a promis de trouver une autre occasion pour cette rencontre. Le Haaretz a qualifié d’”embarras diplomatique pour Israël” l’annulation de cet entretien. Jeudi dernier, le Pape a reçu le chef de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et a exprimé son espoir pour la réussite des négociations israélo-palestiniennes.

Sans savoir s’il y a un lien entre cet affront diplomatique et le blocage du statut de Jérusalem, nous restons très prudents.

 

Livni veut bloquer un projet de loi sur Jérusalem

La loi exigerait que 66% des députés de la Knesset approuvent les négociations sur le statut de Jérusalem

La ministre israélienne de la Justice Tzipi Livni, négociatrice en chef avec les Palestiniens, va s’opposer à une motion rédigée par une commission gouvernementale et destinée à empêcher que l’avenir de Jérusalem soit discuté lors des négociations.

Le projet de loi vise à empêcher toute tentative de céder le contrôle israélien sur la ville de Jérusalem au cours des pourparlers de paix avec les Palestiniens.

Une commission gouvernementale de droite à approuvé dimanche le projet, intitulé “Sauvegarde de Jérusalem”, qui exige que 80 membres du parlement israélien -soit une majorité des deux tiers- approuvent les négociations avec toute entité étrangère avant que le gouvernement puisse négocier la division de la capitale.

Jérusalem “ne doit pas être divisée, ou des parties de celle-ci remises à quiconque”, peut-on lire dans la partie explicative du projet de loi. “La sainteté de Jérusalem ne sera pas livrée à des étrangers”, est-il également écrit.

“Ce projet de loi permet d’éviter la possibilité qu’à toute étape du processus [de paix] politique, il n’y aura aucune discussion sur le statut de la ville de Jérusalem”, est-il déclaré dans le document.

Livni va demander l’ensemble du gouvernement de bloquer le projet de loi afin d’éviter de compromettre les discussions directes avec les Palestiniens, qui ont reprises en juillet après une impasse de trois ans.

En dépit de sa propre idéologie personnelle, il est également attendu que Netanyahou se prononcera en faveur de l’appel de Livni, en raison des conséquences que le projet de loi pourrait avoir sur les négociations.

Si le projet devient une loi, il aura fort probablement des effets négatifs sur les pourparlers de paix avec les Palestiniens.

Le statut de Jérusalem est l’une des questions les plus controversées qui empêchent les Israéliens et les Palestiniens de parvenir à un accord.

La loi en question signifierait que les négociateurs ne seraient pas autorisés à commencer les discussions jusqu’à ce que la parlement rende sa propre décision sur la question.

Dans le cadre du projet de loi, si Israël parvient à un accord sur la division de Jérusalem sans d’abord obtenir l’approbation des deux tiers du parlement, l’accord ne sera pas contraignant.

Livni, qui représente Israël dans les pourparlers de paix tenus sous la tutelle du secrétaire d’Etat américain John Kerry, a une semaine pour déposer un recours qui retarderait le transfert du projet de loi à la Knesset, où il devra passer quatre autres votes avant de devenir loi.

Israël considère Jérusalem comme sa capitale “éternelle” et a annexé la partie est – arabe – de la ville. Les Palestiniens, quant à eux, veulent faire de Jérusalem-Est la capitale de leur futur Etat.

Israéliens et Palestiniens sont également divisés sur l’avenir des implantations juives de Cisjordanie, sur le tracé des frontières d’un éventuel État palestinien et sur pour le “droit au retour” des réfugiés palestiniens et de leurs descendants.

******************************************************************************************************************

International

International Actualités

Israël-L’avenir de Jérusalem, objet ou pas de négociations ?

20/10 | 18:50

La ministre israélienne de la Justice Tzipi Livni, négociatrice en chef avec les Palestiniens, va s’opposer à une motion rédigée par une commission gouvernementale et destinée à empêcher que l’avenir de Jérusalem soit discuté lors des négociations.

Elle va demander à l’ensemble du gouvernement de bloquer cette initiative afin de ne pas compromettre les discussions directes avec l’Autorité palestinienne, qui ont repris en juillet après trois ans de suspension.

Israël considère Jérusalem comme sa capitale “éternelle” et a annexé la partie est – arabe – de la ville. Les Palestiniens, quant à eux, veulent faire de Jérusalem-Est la capitale de leur futur Etat.

Une commission gouvernementale, dominée par les partisans de la colonisation juive, a approuvé un projet de loi qui prévoit de négocier sur l’avenir de Jérusalem seulement si 80 des 120 élus de la Knesset, le Parlement israélien, donnent leur feu vert à de telles discussions.

*****************************************************************************************************************

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>