Que se passera-t-il à Jérusalem si le HAMAS gagne les élections générales de mai 2012 ?

Cette question ne relève pas de la politique fiction. C’est une hypothèse très sérieuse sur laquelle toutes les chancelleries travaillent activement à se faire peur. Car si le HAMAS gagne les élections générales de mai 2012, Israël déjà a prévenu : pas de négociations et pas de Hezbollah bis aux portes de la capitale Jérusalem. Ce qui signifie en clair que Tsahal ne laissera pas la Judée-Samérie devenir un 2nd Gaza et une zone de lancement de roquettes de type sud-Liban. En d’autres termes, si le HAMAS gagne les élections, ce sera la guerre et l’intifada généralisé !  

Pas de négociations avec le HAMAS, ICI sur Israël Flash.   , puis sur l’EXPRESS.  Ensuite lire la pseudo-mutation du HAMAS, ICI sur GuysenNews. 

Le Hamas à l’occasion de son 24ème anniversaire,  s’est vanté d’avoir tué 1365 Israéliens, lancé plus de 1000 attaques terroristes et plus de 10 000 roquettes (voir le logo ci-contre développé pour cet anniversaire). Un haut responsable du Hamas a déclaré: “Quiconque pense que le Hamas a changé ses positions vit dans une illusion…Le fait que le Hamas rejoigne l’OLP ne résulte pas d’un changement dans son idéologie, mais parce que nous voulons que l’OLP s’en tienne à sa plate-forme originale – La libération de la Palestine et la réalisation du « droit au retour » des réfugiés palestiniens…”. Ces éclaircissements des dirigeants du Hamas viennent en réponse aux affirmations selon lesquelles la décision du Hamas de se joindre à l’OLP était un signe que le mouvement islamiste se déplaçait vers la modération et abandonnerait son idéologie radicale. Lire ICI !  pour Israël Infos ! Mahmoud Abbas se prépare à livrer l’OLP aux organisations radicales. Lire ICI !  puis ICI sur le NouvelOBS…

 En effet, le Hamas va rejoindre, l’OLP pour participer à l’organisation des élections législatives et présidentielles prévues en 2012 dans les territoires administrés par l’autorité palestinienne et à Gaza. Cette décision amènera les islamistes – Hamas et Djihad Islamique – à peser de manière significative sur les nouvelles orientations et les décisions de l’OLP, jusqu’à présent largement dominée par le Fatah de Mahmoud Abbas. Plusieurs responsables de l’OLP et du Fatah critiquent vivement la décision de Mahmoud Abbas d’intégrer le Hamas et le Djihad islamique à l’OLP. D’après une source du Fatah, au moins trois hauts responsables palestiniens auraient publiquement exprimé, une vive opposition à ce projet, estimant que le Président de l’Autorité palestinienne “traçait la voie d’une pris de contrôle de la Cisjordanie par le Hamas et le Djihad islamique”. (Lire la suite…)
 

 

Israël ne négociera pas avec l’Autorité palestinienne si le Hamas rejoint le Gouvernement

décembre 26th, 2011 admin
Bibi - Abbas Le Premier ministre Binyamin Netanyahou a clairement indiqué dimanche soir qu’Israël ne s’engagera pas dans des négociations avec l’Autorité palestinienne si elle forme un gouvernement d’union nationale avec le Hamas. 

S’exprimant lors de la conférence annuelle des chefs des délégations d’Israël à l’étranger, M. Netanyahu a déclaré que les turbulences au Moyen-Orient doivent être prises en considération dans toute négociation future avec les Palestiniens.  

« Les progrès dans le processus diplomatique dépendent des besoins de sécurité d’Israël qui sont beaucoup plus difficiles à préserver étant donné les changements dans la région », a déclaré M. Netanyahu.  

Le Premier ministre a déclaré qu’Israël «n’est pas disposé à autoriser une entité palestinienne à se transformer comme à Gaza ou comme le Liban « , territoires à partir desquels des milliers de roquettes sont lancées sur Israël.  

Il a déclaré que bien que ce n’était pas une condition préalable aux pourparlers de paix, les Palestiniens finiraient et devraient par »accepter Israël comme foyer national du peuple Juif. »  

S’exprimant lors de la conférence plus tôt ce dimanche, le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman a déclaré qu’avec le Moyen-Orient dans la tourmente, ce n’est pas le temps de penser qu’un accord de paix avec les Palestiniens peut être atteint dans un avenir proche. 

Copyright © Israël Flash – Reproduction autorisée avec la mention et un lien vers la source 

******************************************************************* 

Hamas : «Nous allons nous joindre à l’OLP pour qu’elle se tienne fidèle à sa mission» Par Khaled Abu Toameh

décembre 25th, 2011 admin
Hamas ceremony

Un haut responsable du Hamas a déclaré: «Quiconque pense que le Hamas a changé ses positions vit dans une illusion. » A bon entendeur Salut !Lire aussi : Scoop – Hamas : Un communiqué qui parle enfin de paix ! Le fait que le Hamas rejoigne l’OLP ne résulte pas d’un changement dans son idéologie, mais parce que nous voulons que l’OLP s’en tienne à sa plate-forme originale – La libération de la Palestine et la réalisation du « droit au retour » des réfugiés palestiniens – ont expliqué les dirigeants du Hamas au cours du week-end. Ces éclaircissements des dirigeants du Hamas « viennent en réponse aux affirmations selon lesquelles la décision du Hamas de se joindre à l’OLP était un signe que le mouvement islamiste se déplaçait vers la modération et abandonnerait son idéologie radicale. Le Hamas, le Jihad islamique et autres groupes radicaux palestiniens ont convenu jeudi d’adhérer à un leadership provisoire de l’OLP qui se penchera sur les moyens de « l’activation et la reconstruction » de l’organisation dominée par le Fatah. La décision a été annoncée à la suite d’une réunion des représentants de plusieurs groupes palestiniens au Caire. Le Hamas et le Jihad islamique exigent de l’OLP de reconsidérer sa stratégie politique par la mise au rebut des Accords d’Oslo et de sa reconnaissance de la solution à deux Etats. Le « ministre des Affaires étrangères » du Hamas Osama Hamdan, a déclaré que la décision de rejoindre la direction temporaire de l’OLP ne signifiait pas que le Hamas ferait partie du processus de paix avec Israël. «Quiconque pense que le Hamas a changé ses positions et accepte maintenant le programme politique défaitiste de l’OLP vit dans une illusion», a souligné Hamdan. »Le Hamas ne peut pas faire l’erreur de se joindre à un processus qui s’est avéré être un échec au cours des 20 dernières années. » Il a été cité par l’agence Quds Press nouvelles » la décision du Hamas de faire partie d’une direction provisoire OLP est destiné à «reconstruire l’organisation et revoir son programme politique. » Hamdan a souligné que le Hamas maintient son engagement à satisfaire les aspirations des Palestiniens « , d’abord et avant tout la libération de nos terres de la mer à la rivière et la réalisation du droit au retour». Le dirigeant du Hamas a dit que ceux qui croient que les Palestiniens pourraient continuer à poursuivre le programme politique qui a échoué de l’OLP au cours des deux dernières décennies se font des illusions. En cherchant la réconciliation avec le Fatah, le Hamas espère parvenir à son but qui est de de libérer toutes les terres, la sécurisation du retour des réfugiés dans leurs foyers d’origine en Israël, a déclaré Hamdan. Il a déclaré que le processus de réconciliation avec le Fatah se réalisait lentement et faisait face à de nombreux obstacles, tels que la coordination de sécurité entre l’Autorité palestinienne et Israël, en « Cisjordanie ». Hamdan a aussi nié que son mouvement avait quitté la Syrie.« Les bureaux du Hamas et du siège sont encore à Damas», a t-il dit. Une des principales tâches de la direction provisoire de l’OLP est de «remettre l’OLP sur une trajectoire correcte et suivre l’objectif pour laquelle elle a été établi, à savoir la libération de la Palestine », a t-il dit. Abou Leila dit que le Hamas exigeait depuis longtemps que l’OLP se « réveille » et reconsidère tous les accords signés par l’organisation. Sa remarque a été considérée comme une référence aux Accords d’Oslo, qui ont été signés entre l’OLP et Israël en 1993. «Tous les peuples ont le droit de reconsidérer les accords signés par leurs gouvernements», a déclaré Abou Leila. »C’est ce qui vient de se passer avec la Turquie, qui a décidé d’annuler de nombreux accords avec la France sur la question arménienne. » Il a également mis en garde contre «un optimisme excessif» sur les perspectives de mettre fin au différend entre le Hamas et le Fatah, en disant: il faut d’abord attendre de voir des résultats tangibles sur le terrain. Le chef du Hamas Khaled Mashaal a déclaré: «l’activation et la reconstruction » de l’OLP signifie l’élection de nouveaux organes de l’organisation, comme le Conseil national palestinien, le parlement en exil, et le Comité exécutif. Après les élections, les dirigeants nouvellement élus de l’OLP entameront des discussions sur le programme politique de l’organisation, a-t-il ajouté. « Il ne s’agit pas qu’une partie en rejoigne une autre », dit Mashaal. »Nous travaillons à unifier les institutions de l’Autorité palestinienne pour mettre fin à la division sur le terrain et dans l’arène politique. C’est ce que le pacte de réconciliation qui a été conclu au Caire en mai dernier exige. « Il envisage également la réforme et l’activation de l’OLP par l’organisation de nouvelles élections pour le Conseil national palestinien et pour le Comité exécutif. » Mashaal a déclaré que désormais aucun parti palestinien n’aurait un monopole sur les politiques du processus décisionnel, la gestion de l’AP et les institutions de l’OLP. Le Secrétaire général du Jihad islamique Ramadan Shallah a également nié que la décision de rejoindre la direction provisoire de l’OLP était une indication que son groupe abandonnerait son idéologie. « Nous n’avons pas encore rejoint l’OLP », a-t-il dit. «Dans les discussions futures avec les autres factions, nous allons parler de l’intégration du Djihad islamique dans l’OLP. La réunion de jeudi n’était que le début de ce processus. » Shallah a déclaré, au journal Al-Hayat basé à Londres qu’il a déjà été dit clairement qu’il ne serait demandé à aucune organisation de renoncer à son programme comme condition pour adhérer à l’OLP. «En principe, il y a un consensus palestinien que l’OLP est une adresse pour tous les Palestiniens », a déclaré Shallah. «Nous cherchons à en faire une adresse appropriée. » Il a dit que lors des discussions de la semaine dernière au Caire, l’OLP et l’AP de Mahmoud Abbas ont clairement indiqué qu’elles préserveraient toujours le droit des Palestiniens à la « résistance armée » contre Israël, malgré les discours sur la nécessité d’un «soulèvement populaire». «Personne n’a le droit de dire que la résistance armée est illégitime et que les Palestiniens ne peuvent pas y recourir», a déclaré Shallah.  

  

Hamas, la pseudo mutation
Par Marie-Rose Granget – Lundi 26 décembre 2011 à 14:26
 
Après le printemps arabe Ismail Haniyeh le chef du gouvernement du Hamas à Gaza souhaite prendre ses marques dans la région et donner un visage politisé de son mouvement terroriste. Mais pour beaucoup d’observateurs, ce nouveau visage reste plus que jamais au service des intérêts du Hamas : la lutte contre Israël.  « Le Printemps arabe nous a ouvert des horizons et nous devons en profiter pour promouvoir les intérêts de notre peuple », a affirmé Ismail Haniyeh en sortant de Gaza via le passage de Rafiah. Le Premier ministre du Hamas à Gaza a donné le ton de la tournée qu’il a entamée dimanche dans plusieurs pays arabes dont l’Egypte le Soudan et la Tunisie. La première depuis le coup d’état sanglant de son mouvement le Hamas qui lui avait permis de prendre en 2007 le contrôle de la bande côtière. Elle intervient surtout dans un Proche-Orient bouleversé par les changements de régimes. Une nouvelle donne dont entend bien tirer profit au plus vite le mouvement terroriste.« Comme je l’ai dit, nous emmenons avec nous l’ambiance de la victoire de Gaza. Le printemps arabe a ouvert de larges horizons devant nous et nous devons en profiter pour promouvoir les intérêts de notre peuple », a-t-il ajouté. Ismail Haniyeh le sait : l’émergence de pouvoirs islamistes, surtout en Egypte, renforce considérablement son mouvement. La priorité pour lui : stabiliser l’ensemble de la région. « Nous demandons toujours de préserver nos pays arabes leur stabilité politique et leur sécurité. Nous avons appelé à la préservation du sang arabe et à l’emploi du dialogue et de la compréhension entre toutes les parties du monde arabe en Syrie ou dans tout autre pays ». En se posant en leader légitime, Haniyeh poursuit la mutation de surface du Hamas à la façon du Hezbollah chiite libanais : aide sociale, investissement politique et trêve apparente de la lutte armée. L’organisation islamique participe au jeu politique et mène désormais des négociations, comme lors de l’accord Shalit. Mais dans le fond rien n’a changé. Le leader du Hamas Khaled Meshaal a récemment indiqué sa volonté de jouer la stratégie des manifestations de masse contre Israël tout en indiquant qu’il ne renonçait pas à la violence contre l’Etat Juif. Une précision de taille et sans doute le point fondamental de la stratégie actuelle du Hamas : se résoudre à une trêve même longue mais uniquement pour mieux se réarmer et relancer de plus belle la lutte armée. Car le Hamas n’a jamais renoncé à ses idéaux et il s’en garde bien. Sa raison d’être inscrite en lettres d’or dans sa charte reste le djihad contre Israël. Benyamin Netanyahou ne s’y est pas trompé. « Si le Hamas rejoint le gouvernement palestinien, Israël n’entamera aucune négociation avec l’Autorité palestinienne », a-t-il prévenu. « Les Palestiniens devront reconnaître l’Etat d’Israël comme l’Etat national du peuple juif. Cette condition n’est pas négociable », a-t-il ajouté. Comme de nombreux observateurs le Premier ministre Israélien le sait, le Hamas reste ce qu’il est : fidèle à sa charte. *******************************************   

AUTORITÉ PALESTINIENNE – Mahmoud Abbas se prépare à livrer l’OLP aux organisations radicales
par Gerard Fredj
Le Hamas va rejoindre, l’OLP -Organisation de libération de la Palestine- pour participer à l’organisation des élections législatives et présidentielles prévues en 2012 dans les territoires administrés par l’autorité palestinienne et à Gaza.

Cette décision amènera les islamistes – Hamas et Djihad Islamique, qui a adopté la même démarche – à peser de manière significative sur les nouvelles orientations et les décisions de l’OLP, jusqu’à présent largement dominée par le Fatah de Mahmoud Abbas.

  

L’OLP regroupe aujourd’hui dix organisations: outre le Fatah, le front populaire de libération de la Palestine (FPLP), le front démocratique pour la libération de la Palestine (FDLP), et sept autres petits organisations –dont certaines liées à la Syrie ou l’Irak. 
La voie ouverte à l’intégration de “poids lourds” tels que le Hamas, le Djihad islamiques ou des groupes encore plus radicaux, pour l’essentiel implantés dans la bande de Gaza, pourrait transformer l’OLP de manière importante. 
Pour le secrétaire général du Djihad islamique, Ramadan Abdullah Shallah, la possibilité d’intégrer l’OLP ne signifie pas “que son organisation s’alignera sur ses orientations politiques”, ajoutant, dans une déclaration au quotidien Al-Hayat ” qu’il ne s’agissait que du début du chemin”. 
Plusieurs responsables de l’OLP et du Fatah critiquent vivement la décision de Mahmoud Abbas d’intégrer le Hamas et le Djihad islamique à l’OLP. 
D’après une source du Fatah, au moins trois hauts responsables palestiniens auraient publiquement exprimé, à Ramallah, une vive opposition à ce projet, estimant que le Président de l’Autorité palestinienne “traçait la voie d’une pris de contrôle de la Cisjordanie par le Hamas et le Djihad islamique”. 
Pour ces responsables palestiniens, il s’agit d’une stratégie d’entrisme qui permettra à ces deux organisations de prendre le contrôle de l’OLP. 
Abbas est désormais enfermé dans une stratégie de fuite en avant : il est prisonnier de sa détermination à obtenir la reconnaissance d’un état palestinien par l’ONU.
Il sait qu’un état palestinien proclamé en Cisjordanie – sans Gaza – n’aurait aucune légitimité internationale; en permettant aux deux organisations terroristes d’intégrer l’OLP, il laisse entendre à ses financeurs occidentaux qu’elles pourraient assouplir leur position à l’égard d’Israël. 
 
Peu lui importe qu’il s’agisse d’une situation transitoire qui conduira à l’explosion de l’OLP et à une main mise des islamistes sur les territoires administrés par l’Autorité palestinienne. 
 
 
 

 

Abbas pourrait effectivement ne pas se représenter à la présidence de l’autorité palestinienne et laisser derrière lui une terre brulée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>