De Mohammed à Jésus…. grâce au Daesch !

Des musulmans syriens trouvent Jésus

 Les musulmans syriens trouvent Jésus après la brutalité de l’État Islamique : « Le Christianisme était la religion que je cherchais ».

 Par Leah Marie Ann Klett – Le 4 février 2019

Les chrétiens syriens ont raconté comment ils se sont convertis de l’Islam au Christianisme après avoir été témoins de la brutalité de groupes extrémistes islamiques, comme ISIS, qui ont commis des actes barbares au nom d’Allah.

Les membres de la récente Église des Frères de Kobani, le premier lieu de culte chrétien local depuis des décennies, ont expliqué à NBC News comment le Christianisme les avait séduits après avoir vécu sous la Charia.

Farhad Jasim, un mécanicien de 23 ans, s’est converti au Christianisme à la fin de l’année dernière.  Il a déclaré à NBC qu’il avait été emprisonné par l’État Islamique pendant six mois, au début de 2016, après que les militants eurent découvert qu’il ne connaissait pas les bases de l’Islam.  Pendant son séjour en captivité, il a été torturé et contraint de lire le Coran.

« Après avoir été témoin de leur brutalité de mes propres yeux, j’ai commencé à être sceptique quant à ma croyance », a déclaré Jasim.

Après avoir entendu parler de l’église des frères, qui a ouvert ses portes en septembre et fait partie d’une dénomination remontant à l’Allemagne du 18ème siècle, Jasim a décidé de lui rendre visite : « J’ai vite découvert que le Christianisme était la religion que je recherchais », a-t-il dit.

Jasim a déclaré à la chaîne de presse que sa famille l’avait rejeté en raison de sa nouvelle foi et avait exprimé l’espoir qu’un jour, ses proches embrasseraient le Christianisme.

« Si ISIS représente l’Islam, je ne veux plus être musulman », a-t-il déclaré.  « Leur Dieu n’est pas mon Dieu ».

Firas, un agriculteur âgé de 47 ans, a confié à NBC qu’il s’était converti au Christianisme après avoir passé deux ans sous ISIS.  Il a rappelé à quel point les militants terroriseraient quiconque n’adhérait pas à leur marque particulière d’Islam.

« J’ai vu des hommes et de jeunes adolescents être fouettés dans la rue parce qu’ils s’étaient fait prendre à fumer.  J’ai vu des cadavres de jeunes hommes être jetés de hauts immeubles pour être homosexuels », a déclaré Firas.  « C’était leur Islam ».

« Si le ciel était fait pour ISIS et leur conviction, je choisirais l’enfer pour moi-même au lieu d’être à nouveau avec eux au même endroit, même si c’est un paradis », a-t-il ajouté.

Alors que l’État Islamique a été chassé de la ville, située le long de la frontière syro-turque, il y a plus de quatre ans, la conversion au Christianisme reste un tabou, et même dangereuse, dans la région à majorité musulmane.  Open Doors, un organisme de surveillance des persécutions, note que même dans les régions les plus sécurisées de la Syrie, les chrétiens convertis de l’Islam subissent des pressions et la discrimination de la part de leurs communautés.  Kobani abrite environ 300 chrétiens, selon les estimations.

Omar, 38 ans, qui est administrateur de l’église, a déclaré qu’avant même que l’État Islamique ne s’installe dans la région, il était strictement interdit de changer de religion, de l’Islam au Christianisme.  Mais, sous ISIS, se convertir au Christianisme « n’était même pas imaginable », a-t-il déclaré, en ajoutant : « ISIS vous tuerait immédiatement ».

« La plupart des frères ici se sont convertis ou sont venus à l’église à la suite de ce que ISIS leur a fait subir, ainsi qu’à leurs familles », a-t-il déclaré.  « Personne n’est obligé de se convertir.  Notre arme est la prière, la propagation de l’esprit d’amour, de fraternité et de tolérance ».

Actuellement, on estime que 4,6% seulement des Syriens sont chrétiens, selon un rapport d’Aide à l’Église en Détresse.  De plus, environ 700.000 chrétiens auraient quitté la Syrie depuis le début de la guerre civile en 2011.

En décembre, le président Donald Trump a annoncé que les troupes américaines se retireraient de Syrie, en déclarant : « Nous avons vaincu l’État Islamique. Nous les avons battus et nous les avons battus totalement.  Nous avons repris les terres et le moment est venu pour nos troupes de rentrer à la maison ».

Cependant, craignant que le retrait des troupes américaines de la Syrie puisse mettre en danger les chrétiens, les Kurdes et d’autres minorités ethniques persécutés, Donald Trump a ensuite précisé qu’il renverrait les forces américaines si ISIS et d’autres groupes terroristes reprenaient des forces.

« Le président a clairement fait savoir que nous soutenions les chrétiens, les Kurdes », a déclaré récemment Sarah Sanders, attachée de presse à la Maison Blanche, à CBN News.  « Il a dit clairement à la Turquie, publiquement sur un certain nombre de fronts, et une des raisons pour lesquelles le président s’est montré dur envers l’Iran est de s’assurer que les gens ne se sentent pas menacés.  Nous avons soutenu les zones de sécurité qui vont être très importantes, et l’idée que le président quitte en ignorant tout problème potentiel ne comprend pas la décision fondamentale qu’il a prise ».

Source : Christian Post 

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>