Crise monétaire : comment la Suisse tente de reprendre la main sur le système bancaire mondial

 

basiliskatwettsteinbrueckebasel.jpgEtrange série cette semaine de réactions bancaires émanant de Suisse. Suffisament rare pour être souligné.

1/ La Suisse cherche à augmenter son influence dans la régulation des marchés financiers. Philipp Hildebrand, président de la Banque Nationale Suisse (BNS), brigue la présidence du Conseil de stabilité financière. Lire ICI la tribune de Genève.

2/ La BNS a arrimé le franc suisse – pourtant bien portant – à l’Euro, monnaie agonisante…incompréhensible, du suicide pour le petit porteur suisse. ICI !

3/ LA BNS a annoncé jeudi que les banques centrales injecteraient des liquidités dans le système, en DOLLARS ! Action surprise et concertée avec la FED, la BCE, les anglais et les Japonais. La BNS est le porte-parole du groupe, trop fort les petits Suisses !!!        Lire ICI

4/ Bizarre…la méga-banque suisse UBS a été dégradée par les 3 agences de notation US après la découverte (ça tombe bien ce calendrier !!!) d’un scandale de trading à la Jérôme Kerviel. Etrange. Par ICI les 2 milliards manquants. Une réaction des banquiers américains au putsch des banquiers suisses ?

5/ Faut-il le rappeler, la Suisse et la ville de Bâle (prononcer Bâal) acceuillent la Banque des Règlements Internationaux (BRI), la banque centrale des banques centrales, la plus vieille insitution financière aux 10 actionnaires ( “têtes”, dans l’Apocalypse). Bâle est aussi la ville “aux mille dragons”, la ville du basilic et du serpent ancien.

Pour bien comprendre tout ce qui se passe en Suisse, il suffit de chercher qui est Philipp Hildebrand, l’actuel futur ex-patron de la banque centrale suisse. Ancien Trader au Hedge Fund Moore Capital de New York où il fut gérant associé, il va maintenant présider le Conseil de stabilité et être garant des outils de régulation. Un hedge-funder pour contrôler la régulation des marchés, c’est un peu comme si un ex-taulard devenait maton !

Alors, la Suisse se rebiffe ? Le dragon sort de son nid “sachant qu’il a peu de temps”  ?  

 

 

 

Bâle, la ville aux mille dragons, serpents et basilic…à visiter !

— Basilics en entrée du Wettsteinbrücke — Bâle/Basel —

La Suisse veut accroître son influence dans la régulation des marchés financiers au niveau international. Le président de la Banque nationale suisse (BNS) Philipp Hildebrand brigue la présidence du Conseil de stabilité financière (FSB, Financial Stability Board).

La BNS n’a pas souhaité commenter l’information révélée par la SonntagsZeitung, car l’actuel président du FSB Mario Draghi n’a pas encore annoncé officiellement sa démission. Le gouverneur de la Banque d’Italie va succéder le 1er novembre à Jean-Claude Trichet à la tête de la Banque centrale européenne (BCE).

Le FSB avait été fondé en 2009 par le G20 en remplacement du Forum de stabilité financière (FSF), créé en 1999 dans la foulée de la crise asiatique. L’instance avait vu son mandat et sa composition élargis dans le but de renforcer la régulation et la supervision financières mondiales.

Le Conseil regroupe les banques centrales, ministres et régulateurs d’une vingtaine de pays, ainsi que notamment le Comité de Bâle de supervision bancaire, le Fonds monétaire international (FMI) et l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Il est chargé d’élaborer les lignes directrices pour renforcer et stabiliser le système bancaire.

****************************

"basilic" du pont Wettsteinbrücke transplanté sur le rivage du lac de Lucerne

Les banques centrales injectent des liquidités en dollars

printingmoney-tbi.jpg
Information qui ne fait certes pas la une des médias … mais d’une grande importance ….
Alors que Christine Lagarde, désormais directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), en « remplacement » de Dominique Strauss-Kahn a récemment indiqué qu’une crise de liquidités était susceptible de voir le jour … se rétractant quelque peu à ce sujet par la suite, d’éventuelles pressions n’étant pas à exclure,la Banque nationale suisse (BNS) a annoncé jeudi que les banques centrales avaient décidé d’élargir l’approvisionnement des marchés en liquidités en dollars, l’opération s’inscrivant dans le cadre d’une action concertée. 
Cette action est coordonnée par la BNS, la Banque d’Angleterre, la Banque du Japon, la Banque centrale européenne (BCE) et la Réserve fédérale des Etats-Unis, a précisé l’institut d’émission helvétique dans un communiqué. 

Mardi dernier, BNP Paribas a dû démentir des propos d’un cadre de la banque relayés par le Wall Street Journal et laissant entendre que l’établissement financier serait confronté à une incapacité à trouver des liquidités en dollars. 

«Nous ne devons pas sous-estimer les risques d’une propagation de la faiblesse économique, ou même une crise de liquidité débilitante. C’est pourquoi il faut agir de toute urgence afin que les banques puissent retourner à l’activité de financement de l’activité économique», avait prévenu pour sa part Christine Lagarde vendredi dernier.

******************************************************************************************************

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>